20 ans après sa création, la CMU se transforme

 |   |  661  mots
Elle fête ses 20 ans ce dimanche et s'apprête à faire peau neuve: avancée majeure dans l'accès aux soins, la couverture maladie universelle (CMU) laissera place en novembre à la "complémentaire santé solidaire" pour toucher davantage de foyers modestes, toujours confrontés à certains freins.

"Fierté" de l'ancienne ministre de la Solidarité Martine Aubry, la CMU, instaurée par la loi du 27 juillet 1999, inscrite le lendemain au Journal officiel et lancée début 2000, répondait à deux objectifs. Il s'agissait tout d'abord de garantir l'affiliation à l'assurance maladie de toute personne résidant en France de façon stable et régulière. La CMU de base s'adressait ainsi aux quelque 150.000 personnes qui, sans être forcément démunies, ne disposaient d'aucune couverture du fait de situations atypiques (soutiens de famille, rentiers...).

Touchant près de 2,5 millions de personnes en 2015, elle a été remplacée l'année suivante par la protection universelle maladie (Puma), censée éviter les lourdeurs administratives et ruptures de droits liées aux changements de situation professionnelle ou familiale. Le grand public connaît mieux l'autre volet de la réforme de 1999, moins son nom intégral: la CMU complémentaire (CMU-C), sorte de mutuelle gratuite permettant aux plus modestes de se faire soigner sans avance de frais.

5,7 millions de bénéficiaires

Fin avril, quelque 5,7 millions de personnes bénéficiaient de ce dispositif, au "bilan forcément positif", selon la directrice du Fonds CMU-C, Marianne Cornu-Pauchet, puisqu'il a fourni une complémentaire à des "millions de personnes en situation de pauvreté" qui en étaient privées et "renonçaient aux soins pour raisons financières".

Le président de Médecins du monde, le Dr Philippe de Botton, y voit même "la plus grosse avancée dans l'accès aux soins" depuis 20 ans. Financée par une taxe sur les complémentaires santé, la CMU-C a remplacé l'aide médicale départementale en vigueur depuis les années 80, "assez complexe d'accès et inégale d'un département à l'autre", et instauré "une égalité de traitement", rappelle Mme Cornu-Pauchet.

Un non recours important

 Mais "le taux de non recours à la CMU-C est toutefois important", de 34 à 45% en 2017 selon la Drees, le service de statistiques des ministères sociaux, déplore Mme Cornu-Pauchet: les bénéficiaires potentiels peuvent être freinés par "la complexité" des démarches, voire par la peur d'être "assistés" ou "stigmatisés".

Il y a des "angles morts", confirme le Dr de Botton. Inquiet pour les "SDF, les migrants", lui plaide pour "une CMU beaucoup plus automatique, plus simple" et pour une "fusion" de l'aide médicale d'Etat (AME, pour les étrangers en situation irrégulière) dans le dispositif. Régulièrement dénoncé, le phénomène du refus de soins des "patients CMU" par certains médecins ternit également le tableau, même s'il est limité, selon le Dr de Botton.

Lui regrette surtout que "le plafond" ouvrant droit à la CMU-C (745 euros mensuels pour une personne seule) soit "en-dessous du seuil de pauvreté (1.026 euros)", excluant nombre de précaires. L'aide au paiement d'une complémentaire santé (ACS) a justement été mise en place en 2005 pour atténuer les effets de seuil et permettre aux personnes aux revenus modestes (moins de 1.007 euros pour une personne seule) mais supérieurs au plafond CMU de financer une partie de leur complémentaire via un chèque dédié, utilisé par 1,3 million de personnes fin 2018.

Mais l'ACS "peine à trouver son public" en dépit d'une réforme en 2015, selon Mme Cornu-Pauchet, et "entre 41% et 59%" des personnes éligibles, soit 1,1 à 2,3 millions, ne recourent pas à leurs droits. Le gouvernement a donc décidé de fusionner, à compter de novembre, la CMU-C et l'ACS au sein d'une "complémentaire santé solidaire": les bénéficiaires de l'ACS disposeront du panier de soins CMU-C, sans reste à charge, moyennant une contribution mensuelle augmentant avec l'âge, de 8 à 30 euros. De quoi soulager ceux "qui cumulent parfois les facteurs de fragilité et subissent aujourd'hui des reste à charge élevés", se réjouit Mme Cornu-Pauchet.

Moins enthousiaste, la Mutualité française (qui représente les mutuelles) dénonce elle le financement "insuffisant" de cette réforme pour laquelle le gouvernement a promis en juin 40 millions d'euros supplémentaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2019 à 14:46 :
C'est marrant, mais personne n'explique que cette réforme a pour but de faire payer ceux qui dispose de la cmu et transformer la chose en assurance !!!!!

Je dois dire aussi que lorsque l'on va dans un centre de santé, ce qui a été mon cas avec la cmu, vous n'avez pas de nom a l'inverse de ceux qui ont une mutuelle !! on vous appel "le cmu"......

Lorsque vous pouvez avoir un rdv....... Et si je regarde mes expériences avec le système dit "social", débarqué de son lit gamin pour laisser la place "a ceux qui paient", disons qu'entre les discours sociaux et la réalité, franchement croire que cela va aller dans le bons sens c'est comme un mythe que l'on explique, mais dont les premiers concernés par la précarité, finissent par ne pas y aller !!! pour se faire humilier en plus, logique !!! Et je passe les divers désavantages par rapport a quelqu'un qui a une mutuelle. Et lorsque j'entends certains expliciter que ce serait avec leur argent, le beurre et l'argent du beurre !!! dans les faits si il y a autant de gens qui ne l'utilise pas, difficile ensuite d'incriminer les pauvres et les sdf !!! comme me disait une amie a madrid, il n'y a pas de système social a madrid et pourtant ils ont moins de sdf!!! système social vous m'avez dit?!!!!!
a écrit le 29/07/2019 à 13:29 :
Bonne pioche, comme l'argent qui finance la cmu, est piqué sur nos mutuelles. elles sont tellement devenues onéreuses que beaucoup de Français les prennent' incomplètes et sont moins bien soignés que ceux qui ne jugent pas utile de se lever matin pour taffer .
Cerise sur le gâteau à qui pique t'on le plus? Aux retraités of course, à 20 ans c'est 20€/mois, à 70 quand on vit avec 1000€/ mois c'est 150€
a écrit le 29/07/2019 à 8:36 :
Quand je vois que nos LREM sont en train de tout miser sur pôle emploi en matière de gestion de chômage sachant que c'est une hémorragie d'argent public dirigée vers les paradis fiscaux de nos mégas riches, permettez moi de craindre dans l’application ce qu'il semble pourtant pas mal sur le papier...
a écrit le 28/07/2019 à 23:19 :
Il faut arréter de tourner autour du pot et d'inventer sans cesse de nouveaux dispositifs partiels qui s'avèrent dépassés en quelques mois et obligent les bénéficiaires potentiels à se livrer à des démarches humiliantes et répétées.

Sécu à 100% pour tous. Ca reviendra moins cher que tous les dispositifs superposés actuels et ça assurera une réelle égalité d'accès aux soins sans discrimination de revenus. Avec cela, faisons une vraie politique de santé publique préventive, avec des visites médicales dans les écoles, des dispensaires de proximité gratuits et une médecine du travail indépendante remise à l'honneur.

Idem pour un revenu de base inconditionnel de l'ordre du smic versé depuis le berceau jusqu'au tombeau qui en finira une fois pour toute avec la grande pauvreté des familles, des étudiants, des salariés à temps partiel, des handicapés, des retraités, éliminera le mal-logement, la malbouffe, la délinquance de nécessité, la fuite vers les extrêmes et la violence sociale. Toutes choses qui coutent très cher au pays et détruisent sa cohésion.
Réponse de le 29/07/2019 à 14:17 :
Eh ben oui, mais non.
Au pays des libéraux, c'est même pas la peine d'y penser...

Des consultations gratuites ou tous ? Non, puisqu'il faut responsabiliser les malades !

...

Sinon, je suis d'accord avec vous. Malheureusement, le gus aux commandes n'est pas de cet avis : faut bien faire marcher le business de ses petits copains...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :