Emploi, retraites : que peut-on attendre de la deuxième conférence sociale ?

 |   |  936  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La deuxième conférence sociale se tiendra les 20 et 21 juin. L'ambiance sera nettement plus morose que lors du premier sommet de juillet 2012. La délicate question des retraites est au cœur de cette rencontre. Le gouvernement veut aller vite pour résorber un besoin de financement estimé à près de 21 milliards d'euros à l'horizon 2020. Pour y parvenir, les syndicats mettent la pression sur l'emploi.

Conférence sociale, saison 2. Mais le scénario n'a plus grand-chose à voir avec celui de la saison 1. l'ambiance risque d'être nettement plus morose les 20 et 21 juin prochains lorsque les délégations syndicales et patronales se retrouveront avec le gouvernement au siège du Conseil économique, social et environnemental place d'Iéna pour déterminer le prochain calendrier social et les réformes à mener, sur les retraites notamment.

Côté syndical, plus question d'afficher la sérénité d'il y a un an. CFDT et CGT ne cachaient alors pas leur satisfaction d'avoir vu Nicolas Sarkozy échouer à se maintenir à l'Elysée. Et l'accueil réservé à François Hollande fût plutôt chaleureux. Il faut dire que le nouveau président venait de tirer ses quelques (très rares) cartouches sociales qui caressaient les organisations syndicales dans le sens su poil : revalorisation du Smic, de l'allocation de rentrée scolaire, décret sur la retraite à 60 ans pour les carrières longues, etc. Même le Medef avait été satisfait d'entendre un gouvernement socialiste demander l'ouverture d'une négociation sur l'emploi.Qui a débouché sur l'accord du 11 janvier 2013 posant les jalons d'une flexisécurité à la française.

Une deuxième conférence sociale surtout consacrée aux retraites

C'était il y a un an... On dirait un siècle. Le climat n'était plus du tout à l'euphorie ce lundi 13 mai lorsque le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a reçu à tour de rôle chacune des organisations patronales et syndicales pour préparer la conférence des 20 et 21 juin. Il faut reconnaître que le gouvernement n'a pas de bonnes nouvelles à annoncer. Alors que débute la deuxième année du quinquennat, Jean-Marc Ayrault est au pied du mur et l'heure est aux économies dans les dépenses publiques. C'est même pour François Hollande et lui une ardente obligation, même si la France vient d'obtenir de la Commission européenne un sursis de deux ans, jusqu'à fin 2015 pour rétablir l'équilibre des comptes publics.

Mais, en échange, les autorités de Bruxelles ont été très claires : la France doit réaliser des réformes structurelles, notamment sur les retraites et le coût du travail. Sur ce dernier point, François Hollande peut répliquer qu'il a déjà fait une bonne partie du chemin avec le pacte de compétitivité et le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) qui va permettre aux entreprises de baisser leurs coûts à hauteur de 20 milliards d'euros.

Reste l'épineux dossier des retraites, qui figure parmi les troix priorités fixées par la commission de Bruxelles comme devoirs à François Hollande. Le rapport du Conseil d'orientation des retraites (COR) estime à 20,9 milliards d'euros le besoin de financement de l'ensemble des régimes à l'horizon 2020. Le gouvernement doit donc prendre des décisions difficiles et forcément impopulaires, d'où la morosité des syndicats, voire même leur franche opposition.

Thierry Lepaon, le nouveau secrétaire de la CGT tente de faire monter la pression en appelant les salariés à une  mobilisation d'ampleur contre une éventuelle augmentation de la durée de cotisation. Selon la CGT, c'est par le biais de l'emploi, de la hausse des salaires et de la croissance que le sujet doit en premier lieu être abordé. Jean-Claude Mailly, son homologue de FO, également opposé à un allongement de la durée de cotisation, voit avec les retraites un sujet « conflictuel ».

Dans le camp patronal, Medef en tête, on se félicite que le gouvernement ose affronter le sujet de l'allongement de la durée de vie. Mais il aurait été plus facile pour le gouvernement de le faire avec une conjoncture moins dégradée. Or quoi qu'il décide - augmentation de la CSG de 6, 6 à 7,5% sur les pensions de retraite, passage de 41 ans à 43 ou 44 ans de la durée de cotisation, désindexation partielle des pensions, fin de certains avantages liés aux familles nombreuses - les mesures seront impopulaires, surtout dans un contexte de croissance zéro.

Une réforme davantage financière que systémique

Le tout alors même que le chômage continue sa progression ( la Commission européenne prévoit un taux de chômage de 10,6% cette année puis de 10,9% en 2014) et que le pouvoir d'achat stagne. Surtout, le risque pour le gouvernement serait d'être accusé de mener une simple réforme « financière » des retraites dans le seul but de colmater les brèches au plus vite.

Il a d'ailleurs annoncé que la concertation serait menée au pas de charge et limitée à un gros mois. Le gouvernement semble avoir renoncer, du moins dans un premier temps, à une réforme systémique, qui passerait notamment par un rapprochement (à défaut d'une harmonisation) des règles en vigueur dans le public et le privé. Piste pourtant évoquée pendant la campagne électorale et fortement défendue par la CFDT qui l'a rappelé le 13 mai au Premier ministre.

Pour lancer l'An II du quinquennat, la question sociale va donc devenir très épineuse pour François Hollande. Ce n'est pas avec cette conférence sociale qu'il va regagner des points de popularité. Mais l'équation du président est complexe, puisque qu'une réforme des retraites réussie sera très bénéfique pour l'image de la France sur les marchés et lui permettra de continuer d'emprunter à des taux exceptionnellement faibles. Sans parler du fait qu'il tient absolument à prouver que la France tient ses engagements européens, une exemplarité indispensable pour lui permettre de réorienter la politique européenne.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2013 à 23:10 :
Au Canada ils sont en train de réfléchir sur une cotisation obligatoire ouvrant droit à une "rente de longévité" afin de "gérer collectivement le risque qu'une personne vive plus longtemps que la période couverte par son épargne-retraite" (sic). Car, ici, ce n'est pas le système à prestation déterminée comme en France. La situation de la génération des papy-boomers canadiens et spécialement québécois serait moins inquiétante si les gens songeaient à vivre moins vieux et à ne prendre leur retraite qu'à 75 ans, ce serait plus raisonnable pour un meilleur amortissement des revenus retraite disponibles ...Bref, par comparaison, je crois qu'on devrait faire quelques efforts en France pour conserver le principe de prestation déterminée, et en particulier, les retraités actuels pour que leurs descendants soient un peu moins dans la mouise (retraités modestes, je ne vous inclue pas dans cet effort indispensable). Et surtout, au lieu de rogner sur les avantages famille à la retraite, on devrait les valoriser si on veut inciter les gens à fabriquer de futurs cotisants...ce serait très incitatif vu l'inquiétude des gens et compenserait efficacement la réforme actuelle des allocations familiales..
a écrit le 15/05/2013 à 11:06 :
Quand il s'agit d'augmenter l'âge de départ, il y a contestation. Et maintenant, qu'il s'agirait d'augmenter les durées de cotisations, il y a aussi contestation. Il faudrait savoir ce qui est mieux. Quelle est la solution. Et se poser les bonnes questions. Vous voyez vous travailler jusque 67 ans, avec l'âge légal à 67 ans, mesure adoptée dans la plupart des autres pays? Où même 65 ans comme le propose l'actuelle patronne du MEDEF? Aucun internaute s'intéressant un minimum à l'économie et la démographie française (allongement de la durée de vie, arrivée de générations nombreuses en retraite, moins de cotisants dans la population active), n'ignore la situation déficitaire induit et peut faire le naif en s'offusquant d'un rallongement des cotisations. Vous préférez quoi, pointer au chômage jusqu'à 67 ans? Il faut être réaliste.
a écrit le 15/05/2013 à 11:04 :
on attends que on lance l'uniformisation de toutes les retraites : privé , fonctionnaires , élus , SNCF
dans ce moment de crise arretons les scandaleux traitements des privilégiés historique qui de plus eux sont les seuls à avoir la garantie à vie de l'emploi
Mr Hollande ayez enfin du courage
a écrit le 15/05/2013 à 9:19 :
...Que peut on attendre? RIEN, QUEDALLE, NOTHING!! etc, ETC ! Rien de rien ! Ah! SI, ce sont encore les moins bien lotis qui payeront l'addition "....et le dégraissage du gouvernement et des politicards, on l'attend toujours ! m'est avis, qu'on a pas fini d'attendre !
a écrit le 15/05/2013 à 8:36 :
a part des réformettes bidons,on peut avoir de sérieux doutes sur les capacités de ce gouvernement à faire des réformes intelligentes et sérieuses pour la grandeur et la stabilité économique de notre pays.
a écrit le 14/05/2013 à 18:48 :
Pfff qu'elle question! On le sait! On va taffer plus longtemps, cotiser plus pour 1 retraite plus faible. Sauf pour les élus, fonctionnaires, autres nationalités que française etc etc. Des exceptions ou autres niches! On le sait tous! Bon et si on faisait 1 commission?
Réponse de le 14/05/2013 à 21:23 :
les veuves qui ont eu trois enfants ont droit a csg, contribution pour le remboursement de la dette sociale et une contribution ADDITIONNELLE de solidarite pour l'autonomie SUPER et MERCI Président de tous les Français - c'est HONTEUX
Réponse de le 15/05/2013 à 10:22 :
ce président est le plus nul depuis des lustres! nul de chez nul !!
Réponse de le 15/05/2013 à 10:33 :
Je ne vous le fais pas dire , c'est une verité
a écrit le 14/05/2013 à 18:33 :
Que de perte de temps et d'énergie: il faut un système de régulation automatique.
Exemple: on ajoute 1 trimestre par an pour retrouver l'équilibre puis on ajuste
pour ne pas avoir de déficit
Bossons pour donner du travail à nos enfants
Réponse de le 15/05/2013 à 9:24 :
du travail pour nous et nos enfants, ils s'en FOUTENT! que le pays parte en biberine, ils s'en FOUTENT! ils feront leur temps après avoir bien encaissé au passage, mais alors, BIEN, BIEN ! et puis ils refileront au prochain la patate, qui diront à leur tour, c'est la "faute des autres" etc, etc ! remarquons au passage que pour ces gens là", il y a et il y aura toujours du pognon à revendre, contrairement à nous qui nous misérabilisons...mais, bon, tout va et ira très bien Mme la Marquise.. !!
a écrit le 14/05/2013 à 18:26 :
la fin des regimes speciaux tous FRANCAIS MEME CONSIDERATION
Réponse de le 14/05/2013 à 21:25 :
baissons les salaires et avantages des deputes ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Réponse de le 15/05/2013 à 9:26 :
ouais, votre idée est bien bonne, mais comment nous y prenons nous ? si vous avez une excellente idée de procéder,veuillez avoir l'obligeance de nous en faire part..MERCI !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :