Crise des oeufs : Le Foll dit n'avoir aucun moyen "autoritaire" de réguler les cours

 |   |  367  mots
Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, sera présent à la réunion de mardi entre le préfet de Bretagne et les producteurs d'oeufs en colère. Mais il dit ne pas disposer de moyen autoritaire pour contraindre la grande distribution de mieux réguler les cours - Reuters
Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, sera présent à la réunion de mardi entre le préfet de Bretagne et les producteurs d'oeufs en colère. Mais il dit ne pas disposer de moyen autoritaire pour contraindre la grande distribution de mieux réguler les cours - Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A la veille d'une réunion de concertation, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a appelé lundi la grande distribution à cesser d'exercer une pression sur les prix des œufs dans un contexte de surproduction et de colère des producteurs.

La "concertation". Ce sera le maître mot du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll mardi lors de la réunion avec la filière avicole en compagnie du préfet de Bretagne qui vise à régler le conflit qui dure depuis plusieurs jours entre producteurs et grande distribution. Les producteurs en colère pestent contre la grande distribution qu'ils accusent de faire pression sur les prix pour les maintenir à des niveaux trop faibles. 

Pas d'action concrète possible

"Il faut qu'on soit capable de trouver des solutions et faire passer le message aux acteurs de cette filière, en particulier les acheteurs, qu'on ne peut pas profiter d'un moment de difficultés pour continuer à exercer une pression sur les prix", a déclaré Stéphane Le Foll sur France Inter. La grande distribution se doit "d'anticiper les choses et d'éviter d'accentuer les difficultés" du secteur, a-t-il ajouté, "pour qu'en septembre on ne continue pas à mettre la pression sur les prix".

Mais le ministre a cependant avoué son incapacité à agir de manière concrète. "Je n'ai aucun moyen si ce n'est de convaincre et d'appeler chacun à la responsabilité" pour "arriver à mieux réguler la production", a-t-il été obligé d'admettre. "Il faut un meilleur ajustement et c'est le travail qu'on va faire demain", a dit le ministre affirmant ne disposer d'"aucun moyen autoritaire".

Les producteurs "surpris que l'État découvre le problème"

"Nous avons besoin que les pouvoirs publics nous aident à faire passer certains messages avec certains de nos clients", a réagi de son côté Yves-Marie Beaudet, président de la section œufs de l'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne, également interrogé sur France Inter.

"On a une grande distribution qui continue à tirer les prix vers le bas au mépris de l'appareil de production d'œufs français", a-t-il lancé, observant qu'il faut compter sept euros pour produire 100 œufs mais que "le producteur les vend un peu moins de cinq euros". "On est surpris que l'État découvre le problème (...). Il faut qu'une vingtaine d'éleveurs jettent des œufs pour que le ministre de l'Agriculture se saisisse de la question", a-t-il déploré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2013 à 22:31 :
Les français veulent toujours des prix plus bas et des impôts plus forts pour les riches
a écrit le 13/08/2013 à 13:57 :
Enfin un ministre qui reconnait ne pas avoir de pouvoir... Même sur les poules!
a écrit le 13/08/2013 à 13:01 :
Tout agriculteur, quoiqu'il produise, s'expose à de graves problèmes s'il ne maîtrise pas son réseau de distribution (que ce soit en faisant moins mais mieux, en passant par une coopérative efficace, etc ...). Tant que les producteurs seront assujettis à des centrales d'achat, çà n'ira pas.
a écrit le 13/08/2013 à 12:45 :
100 oeufs reviennent à 7 euros
ils sont vendus 5 euros par le producteur
- combien par la grande surface?
- chuuuuuut ! c'est tabou aucun journal ne relève le chiffre ....

d'autre part
- la vente à perte est interdite !
- la aviculteurs ne sont pas au courant ?
- si mais discuter avec un centrale d'achat c'est IMPOSSIBLE
reste la manif ! ... ! ... !
Réponse de le 13/08/2013 à 13:33 :
Votre calcul est faux, le prix de vente est fixé par l'offre en fonction de la demande. Pas de demande??? L'objet proposé n'a aucune valeur!!!
a écrit le 13/08/2013 à 12:09 :
Bon a présent les oeufs , rappelez vous les années 90 et le cours du Porc , humm ?? le prix dégringolait a chaque séance , pourquoi ? , trop d'offre par rapport a la demande , le marché c'est cela un equilibre entre l'un et l'autre , quand il y'a desequilibre , quelqu'un paie la facture , d'ou la baisse du prix si l'offre est supérieure a la demande et en plus nous importons des oeufs qui sont produits moins cher ailleurs et que l'Europe s'en moque totalement si les poules sont dans des cages plus petites que chez nous , comme donc dans d'autres secteurs quand il y'a surproduction , importation a des couts inférieurs , cela genere une crise , c'est pas nouveau , après le lait , le beurre , le porc voilà l'oeuf , bon on verra pointer une autre crise dans le secteur alimentaire dans peu de temps ? , en tout cas je plains les producteurs qui eux subissent de plein fouet les conséquences d'une concurrence d'importation a des couts inférieurs et aux consommateurs qui eux aussi veulent des oeufs pas chers mais donc la grande distribution en sort toujours gagnante en dressant tout le monde les uns contre les autres .. pas nouveau donc ..
a écrit le 13/08/2013 à 11:55 :
Agroalimentaire ,automobile, recherche economie Sport etc... les problemes sont les memes partout, quand il s'agit de travailler et vendrent rien ne marche vraiment dans notre pays on oublie souvent la concurrence mondiale et la formation de personnes non elitaires mais qualifiees et surtout pragmatique et polyglotte.(Marketing)
a écrit le 13/08/2013 à 10:28 :
Stéphane Le Foll est bien incapable d'aller faire le tour des capitales européennes comme Bruno Le Maire l'avait fait lors de la crise du lait,car le problème de surproduction n'est pas franco-français.Il faut dire que le Président a demandé aux ministres de rester bien au chaud dans l'hexagone.
a écrit le 13/08/2013 à 10:06 :
Quand une société comme la France en arrive à jeter des matières alimentaires elle est en phase d'agonie.
a écrit le 13/08/2013 à 10:04 :
Quand une société en arrive à ficher des produits alimentaires en l'air, elle est en phase d'agonie.
a écrit le 13/08/2013 à 9:25 :
d'accord avec le commentaire de montagne, les producteurs d'oeufs sont comme tous les producteurs des personnes qui ne comptent pas leurs heures qui savent gérer une entreprise qui créent des emplois mais qui sont étranglés par la grande distribution et visiblement test et dkois ne font pas partie des créateurs d'entreprises alors qu'ils profitent de leurs vacances et prépare leurs gréves pour la rentrée
a écrit le 13/08/2013 à 9:11 :
après la vache folle maintenant un ministre foll c'est trop!!!! Continuez à casser les coui.....
vous n'avez produits 4 de trop. Le profit immédiat avec l'argent de la PAC no merçi.Ou
bien spécialisez vous en faisant des oeufs hexagonaux.... on l'exportera plus facilement...
a écrit le 13/08/2013 à 9:09 :
Une nouvelle bulle qui éclate.
a écrit le 13/08/2013 à 8:42 :
Juste faire disparaitre le surplus. La cle sous la porte. Ils sont comme des moutons: si pour le voisin ca a marche alors c'est ok pour moi. L'etat n'a rien a faire la avec l'argent du contribuable. Ils doivent assumer les risques de leur bussiness.
Réponse de le 13/08/2013 à 9:11 :
Test, certainement vous êtes fonctionnaire et je pense que vous n'avez jamais eu d'entreprise et que vous n'avez jamais rien crée dans votre vie, les producteurs d'oeufs se sont endettés pour faire des travaux dans leurs exploitations afin de répondre aux nouvelles normes européennes, ils n'avaient pas le choix et apparament vous ne connaisez rien non plus aux problémes producteurs grande distribution, les producteurs sont comme la majorité des entrepreneurs des personnes qui travaillent 12 heures par jour y compris samedi et dimanche alors n'intervener pas sur les sujets que vous ne connaissez pas et continuer à profiter de votre vie sans soucis de fonctionnaire et de vos longues vacances payé par le contribuable et quand vous reprendrez votre travail surtout ne dépasser pas 34 heures et repose vous bien pendant le week-end au frais du contribuable mais laisser les gens qui créent une richesse et n'intervener plus
Réponse de le 13/08/2013 à 9:13 :
test est certainement un fonctionnaire qui ne connait rien au monde de l'entreprise, l'argent du contribuable est plus utile pour sauver des entreprises que pour payer des ministres et des fonctionnaire incompétent
Réponse de le 13/08/2013 à 9:18 :
test et dkois ne connaissent apparemment rien à la dictature de la grande distribution sur les petits producteurs, certainement des fonctionnaires a 34 heures qui vivent grace aux impots mais qu'ils se taisent donc!
Réponse de le 13/08/2013 à 16:03 :
Pourquoi s'endetter pour monter une affaire? En plus sans étude de marche? Ils ont pris le risque ils assument.
Ils n'ont qu'a vendre leur affaires pour payer le banquier. Au nom de quoi osent-ils demander au contribuables d'acheter a leur prix? Pour payer les intérêts a la banque?
a écrit le 13/08/2013 à 8:18 :
ils veulent encore des allocs pour produire gratos!
marre de ces gens profiteurs d'argent public
Réponse de le 13/08/2013 à 9:14 :
test et dkois profiter de vos congés de fonctionnaires et ne donner pas votre avis sur des sujets que vous ne maitriser pas, continuer à lire voici!
a écrit le 12/08/2013 à 20:48 :
...où l'on est incapable de dire septante, octante ou nonante...comment voulez vous qu'ils sachent compter ? :-))
a écrit le 12/08/2013 à 19:27 :
Un peu fou ce le Foll.
a écrit le 12/08/2013 à 19:14 :
Il ne peut pas mettre une taxe ?

Ils savent faire au gouvernement, pour mettre des taxes.
Réponse de le 13/08/2013 à 8:14 :
Oui, mais les éleveurs de poule ne font pas partie de la clientèle de ce "gouvernement"... Ils ne feront rien pour eux (tant mieux d'ailleurs : c'est de la responsabilité des éleveurs).
a écrit le 12/08/2013 à 19:10 :
Il est honteux que de la nourriture soit ainsi gaspillée. Les agriculteurs qui pleurent sans cesse misère (leurs aïeux se dont bien remplis les poches entre 1939 et 1945 notamment) sont des gaspilleurs qui devraient être sanctionnés pénalement. mais ils ont eu toujours tous les droits.
Réponse de le 12/08/2013 à 20:36 :
Si la filiére se casse la gueule. C'est vrai, on me l'a dit tu penses comptable, les producteurs
vendent leur oeuf CINQ centimes d'euros l'unité ? soit en dessous du prix de revient.
Le probléme c'est que dans ce pâys le concertations n'existent pas. Sur France 3 Picardie(jai recherché sur la toile le passage) ils veulent construire un élecvage de poules de 300 000 unités c'est en prévision. Par contre nous allons avopir un élevage de MILLE vaches ?
AU FOU, mais on va en crever.
Réponse de le 12/08/2013 à 22:23 :
300 000 poules donc 300 000 ?ufs par jour EN PLUS !! Et on va se plaindre que le prix baisse. S'il n'y a pas de demande en face, c'est pour toucher des aides ?? ???? Quelle raison ? Faire fermer les petites structures ?
a écrit le 12/08/2013 à 18:34 :
Il y a crise de surpoduction, et les acheteur de la grande distribution font leur travail.
Les prix montent quand l'offre est faible. Si les prix doivent aussi monter quand l'offre est trop forte, alors ça devient n'importe quoi. Raz le bol des énarques qui nous gouvernent. C'est vrai que pour eux, les impôts peuvent augmenter à tout moment. Alors pourquoi pas le cours des oeufs !
Réponse de le 12/08/2013 à 20:37 :
ils doivent se debrouiller
Réponse de le 12/08/2013 à 22:25 :
40% grande distribution, 40% industriels et 20% saisplus... Les industriels, ils négocient comment ? A la hausse ?? Prix coûtant ? Le moins cher possible ?
Réponse de le 13/08/2013 à 8:17 :
Ce ne sont pas énarques (Le Foll ne l'est pas du tout : il ne risque pas d'ailleurs). Ce sont des socialistes incapables et bavards...
a écrit le 12/08/2013 à 17:20 :
il n'a qu'à faire comme sa collègue DUFLOT qui veut imposer le prix médian des loyers comme prix maximum . D'ailleurs pourquoi ne pas le faire pour tous les produits ce qui permettrait d'acheter du caviar au prix du jambon et des berlines allemandes au prix de vulgaires coréennes
Réponse de le 12/08/2013 à 18:40 :
Ah oui, c'est vrai, comparer deux choses qui n'ont rien à voir est tellement évident...
Entre un plafonnement des loyers qui éviterait potentiellement l'effet de rentes (et une désertification de la part des jeunes et retraités) et le prix des oeufs qui interdit une production viable et pérenne à des gens qui en vivent....
Ou bien... attendez... ah ben non c'est ridicule en fait.
Réponse de le 12/08/2013 à 19:54 :
Si il y a surproduction donc peu de vente avec des prix bas, le fait de fixer un prix minimum et donc d'augmenter ceux-ci ne résoudra rien bien au contraire.
Réponse de le 13/08/2013 à 8:34 :
Les producteurs devraient se chercher des clients plus solvables que les centrales d' achat. Il existe une grande ressemblance entre leurs casernes d' élevage et celles où nous humains allons faire nos achats.
Ceci est le pendant nécessaire de cela.

Produire moins, donc probablement plus cher , mais mieux, et réduire la dependance aux intermédiaires financiarisés qui injectent la dette speculative dans la formation du prix, c' est agir sur soi, et aussi en direction d' autres clients (pas seulement politiques).

Plutôt que de détruire la production , il faut donner à ces clients là, en échange de leur promesse de donner à leur tour, même si c' est plus cher parfois, mais qu avec les dons le prix moyen s' équilibre
Réponse de le 13/08/2013 à 11:24 :
voila , j'ai tout compris ...!

Transformer mes annexes en volière , acheter 6 poules et un coq au printemps transformer la pelouse en garde manger pour pondeuses ..! pas trop , je ne fais pas dans l'industriel , je les rentrerai tous les soirs mettre à l'abris des nuisibles" bien que les politiques et autres rapaces ne traînent pas dans ma propriété" , au cas ou , j'ai toujours le fusil de chasse .J'aurai ainsi les oeufs frais bio , économie de carburant "plus besoin de faire cette course , un peu de viande , mon coq sautera mes poulettes pour faire des poussins d'élevage et "HOP" le tour est joué .
La norme je m'en tape les distributeurs et autres gougnafiés je m'en tape aussi et vive l'autonomie .
Réponse de le 13/08/2013 à 20:53 :
Effectivement de plus en plus de personnes produisent leurs oeufs, lorsqu'ils ont un peu de terrain à eux. De plus la poule est un excellent recycleur de poubelles, et demande peu de nourriture. Mais pour votre gouverne, il n'est pas nécessaire d'avoir un coq pour produire des oeufs, car le coq est quelquefois peu apprécié des voisins, car, il a la fâcheuse tendance d'être un peu bruyant, alors si vous voulez élever des poules pour avoir des oeufs, mieux vaut éviter d'avoir un coq!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :