Arabie Saoudite et France s'allient pour soutenir les PME tricolores dans le Golfe

 |   |  408  mots
Pour assurer son fonctionnement, la filiale internationale de la Caisse des dépôts CDC International Capital a choisi un co-investisseur de choix : le prince milliardaire saoudien Al Walid, via son fonds privé Kingdom Holding Company (KHC).
Pour assurer son fonctionnement, la filiale internationale de la Caisse des dépôts CDC International Capital a choisi un co-investisseur de choix : le prince milliardaire saoudien Al Walid, via son fonds privé Kingdom Holding Company (KHC). (Crédits : © FAISAL NASSER / Reuters)
Les deux pays poursuivent leur rapprochement avec la création du premier fonds d'investissement franco-saoudien destiné, avec près de 400 millions d'euros, à soutenir les entreprises hexagonales présentes dans les pays du Golfe.

357 millions d'euros, c'est la dotation prévue pour le premier fonds d'investissement franco-saoudien inauguré ce vendredi au quai d'Orsay. Baptisé FISF, il est destiné à accompagner les entreprises françaises dans leur développement dans cette région. Plus particulièrement, ce sont les petites et moyennes entreprises (PME) et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) qui sont ainsi incitées à profiter de la croissance économique des pays du Golfe.

Pour assurer le fonctionnement du FISF, la filiale internationale de la Caisse des dépôts CDC International Capital a choisi un co-investisseur de choix : le prince milliardaire saoudien Al Walid, via son fonds privé Kingdom Holding Company (KHC). Les deux groupes gèreront FISF à parité. Ils investiront dans un premier temps 50 millions de dollars chacun, le solde devant être levé prioritairement auprès d'autres investisseurs du Golfe, apprend-on dans un communiqué de la CDC.

150 millions de dollars pour les entreprises françaises en Arabie saoudite

Par ailleurs, ce document déclare que l'ouverture de la bourse de Ryad aux investisseurs étrangers -qui remonte à la mi-juin- sera mise à profit pour ouvrir le capital de KHC à un consortium de grandes entreprises françaises comportant notamment Aéroports de Paris, AXA, Eiffage, Engie, Eren Groupe, Orange, Safran, Suez Environnement.

Ce consortium investira un montant d'environ 150 millions de dollars pour accroître la présence des entreprises concernées en Arabie saoudite et dans le Golfe, une fois que les autorisations réglementaires auront été accordées.

"Les entreprises françaises réalisent ainsi la première opération depuis l'ouverture de la Bourse de Ryad aux investisseurs étrangers et cela illustre le dynamisme remarquable de notre relation", s'est félicité Laurent Fabius, ministre des Affaires Étrangères.

Rapprochement franco-saoudien

La France et l'Arabie saoudite ont déjà signé mercredi une série d'accords à l'occasion de la première "commission conjointe franco-saoudienne" qui se tenait à Paris, notamment dans le domaine du nucléaire civil, mais aussi de l'aéronautique avec l'achat par Ryad de 23 hélicoptères Airbus H 145 pour un montant de 500 millions d'euros.

Le rapprochement franco-saoudien, mis sur les rails avec l'arrivée de François Hollande au pouvoir en 2012, a été favorisé par les tensions entre Ryad et son grand allié américain au sujet du régime syrien de Bachar al-Assad, que Washington a renoncé à frapper en 2013, et surtout à propos de l'Iran, dont le programme nucléaire inquiète les pays du Golfe.

(Avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2015 à 21:08 :
J'ai envie de dire "On s'en fou,quel intérêt pour le peuple français "
a écrit le 28/06/2015 à 16:29 :
C'est bien cette "alliance", parait même que demain on construit une basilique à la Mecque...
a écrit le 27/06/2015 à 20:11 :
Chic, l'alliance de deux des pays leaders de la démocratie dans leur sphère d'influence ? C'est sympa de se trouver associé à des gens aussi ouverts et sympathiques ? Ouais, vraiment MERCI FRANÇOIS HOLLANDE pour cette alliance qui en rappelle d'autres .... circa années 33/43 ?

Étonnant non ?
Réponse de le 28/06/2015 à 21:09 :
Hollande qui était le premier a crier son dégoût pour les dictatures mdr
a écrit le 27/06/2015 à 18:18 :
Honnêtement ça apporte quoi au peuple français ??????
a écrit le 27/06/2015 à 11:16 :
50 millions, 150 millions... une goutte d'eau dans le désert. l'essentiel est bien l'ouverture de la Bourse aux entreprises françaises. Cela va permettre de les propulser à la conquête des marchés mondiaux avec de l'argent pas très frais mais de l'argent tout de même. La France est choisie car le pays correspond au meilleur effet de levier, en effet les entreprises américaines sont devenues hors de prix tandis que les anglaises veulent se vendre et non pas continuer l'exploitation et que les allemandes sont particulièrement rigides et en phase de ringardisation lente mais assurée. Un bon choix d'affaire.
a écrit le 27/06/2015 à 9:08 :
PS: L'Arabie, avec la Qatar, est le sponsor officiel de la League des terroristes Daech, du moment ou il s'agit d'intérêts économiques, la France et l'Occident s'en foutent pas mal, sauf que, des journée comme hier, on risque d'en vivre beaucoup dans le proche avenir.
a écrit le 26/06/2015 à 15:45 :
Ils (les étrangers) sont entrain d'entrer par la porte arrière bonne chance.
Réponse de le 27/06/2015 à 8:58 :
Pour le coup, l'Arabie Saoudite a réellement besoin d'apport de technologie ; leur stratégie n'est même pas de se l'approprier mais de la consommer. C'est une opportunité énorme pour les sociétés françaises.
a écrit le 26/06/2015 à 14:47 :
C'est étonnant !
a écrit le 26/06/2015 à 14:29 :
Il faut lire aussi en miroir : "Arabie Saoudite et France s'allient pour soutenir les PME saoudiennes en France". À bon entendeur….
Réponse de le 28/06/2015 à 16:27 :
Oui, comme la vente des rafales au Qatar sans contre partie...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :