Audiovisuel public : les pistes d'une réforme ultrasensible

 |   |  763  mots
Le groupe France Télévisions serait, selon la presse, particulièrement concerné par les mesures d'économies.
Le groupe France Télévisions serait, selon la presse, particulièrement concerné par les mesures d'économies. (Crédits : Flickr/patrick janicek. CC License by.)
La ministre de la culture Françoise Nyssen a dévoilé, ce lundi 4 juin, les premières propositions de réforme de l’audiovisuel public. Ce n'est pas vraiment un big bang, mais plutôt des pistes pour lancer un média jeunesse en basculant la chaîne France 4 sur le numérique ou rapprocher France 3 et France Bleu afin de renforcer les programmes régionaux.

(Article publié le 4 juin à 9h13, mis à jour à 15h30)

Moderniser l'offre tout en faisant des économies. C'est tout l'enjeu de la réforme (à risque) de l'audiovisuel public piloté par la ministre de la Culture Françoise Nyssen et dont les premières propositions ont été dévoilées à la presse ce lundi. Pas de grand chamboulement, mais des pistes pour lancer un média jeunesse en basculant la chaîne France 4 sur le numérique ou rapprocher France 3 et France Bleu afin de renforcer les programmes régionaux.

La réforme vise à créer plus de synergies entre les groupes France Télévision, Radio France, France Médias Monde (France 24, RFI), l'INA, Arte et TV5 Monde, qui comptent quelque 17.000 salariés. Par là, l'État cherche aussi à réaliser des économies, chiffrées entre 250 et 500 millions d'euros d'ici à 2022, principalement à France Télévisions, selon la presse, sur un budget total de 3,9 milliards d'euros en 2018.

France 4 ne sera plus diffusée sur la TNT, le sort de France Ô en suspens

La préparation de cette réforme mobilise depuis le début de l'année les services du ministère de la Culture, de Matignon, des parlementaires, mais aussi les patrons et cadres des groupes concernés. Plusieurs hypothèses ont circulé, notamment après la fuite d'un document de travail fin 2017 : suppression de France Ô ou de France 4, fusion de France 4 et France 5, basculement vers le numérique de France 4, ou fusion de France 3 et France Bleu.

Ce lundi, la ministre a acté la suppression de la chaîne France 4 qui ne sera diffusée plus que sur le numérique. Une réflexion autour de France Ô, chaîne de France Télévisions dédiée aux outremers, va également être lancée "pour déterminer si l'avenir est au maintien de France Ô sur le canal hertzien ou au contraire au renforcement des offres numériques des Outre-Mer Premières", selon Françoise Nyssen.

"Nous allons repenser toutes nos offres et nos critères d'appréciation de ce qui a sa place dans nos offres de service public", a expliqué Delphine Ernotte, annonçant l'ouverture de quatre chantiers : l'éducation et les offres pour jeunes, la proximité avec France 3 et France Bleu, l'information de service public, et la création européenne.

Trois fois plus de régional

France 3, qui diffuse actuellement deux heures de décrochages régionaux par jour, devra aussi se recentrer sur la proximité et "tripler" ses programmes régionaux, et combiner ses forces avec les stations locales de Radio France. D'ailleurs à la rentrée, deux stations locales de France Bleu expérimenteront une double diffusion radio/télévision pendant les matinales, a indiqué la patronne de Radio France Sibyle Veil.

Les questions de gouvernance, de financement et ce qui concerne la régulation du secteur (transposition de la directive européenne SMA) feront l'objet de lois courant 2019.

S'oriente-t-on vers une direction unique pour tous les médias publics ?

Gabriel Attal, député LREM proche d'Emmanuel Macron et chargé du dossier à l'Assemblée, a plaidé vendredi 1er juin pour la création d'une holding de l'audiovisuel public, avec un directeur non exécutif global chapeautant des directeurs exécutifs dans chaque groupe.

Lire aussi : Audiovisuel public: le gouvernement souhaite une présidence commune

Dans un entretien vidéo à L'Opinion, le jeune député a notamment estimé qu'il fallait "regarder" le pouvoir de nomination du CSA, "travailler sur la question des territoires" en trouvant "plus de synergies entre France 3 Régions et France Bleu" et se pencher sur "les questions sociales pour dégager des moyens qui permettent d'investir dans des contenus".

--

"Il faut revoir la structure interne des groupes (...) est-ce qu'une gouvernance commune des sociétés permettrait d'avancer plus rapidement avec plus de synergie ? C'est ce que je crois. Il faut un ou une cheffe d'orchestre de l'audiovisuel public. Avec une présidence non exécutive et des directeurs exécutifs, ça permet déjà d'avancer avec plus de synergie..."

--

Les syndicats s'inquiètent déjà

Pendant sa campagne, Emmanuel Macron avait défendu un rapprochement des groupes de l'audiovisuel public et un assouplissement des règles du financement publicitaire, en concentrant les moyens sur des chaînes moins nombreuses.

Ces annonces inquiètent déjà la plupart des syndicats des groupes publics.

"L'audiovisuel public sera-t-il la prochaine ZAD ?", s'est interrogé la CGT de France Télévisions, estimant que "la demande pressante d'économies voulue par le gouvernement n'épargnera pas le modèle social si laborieusement construit à France Télévisions".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2018 à 0:58 :
Cette grand messe technocratique précède et PRETEXTE de toute évidence une énième augmentation de la TAXE, prétextant les pays plus chers, sans évidemment s'aligner à la baisse, sur leurs autres TAXES nationales moins chères. Ces chaines constituent des intruses ! des invitées de force ! dans nos domiciles privées. Alors, Ou nous les payons à l'avenir : décodeur-abonnement pour les inviter chez-nous, ou nous n'en voulons pas, et elles restent DEHORS, ou Mammouth de 4.5 M/eur-an dégraissé à 1.5, contenant la 2 et la 3 et peut-être Arte, et GRATUIT : payé par la seule pub.
a écrit le 05/06/2018 à 18:15 :
Et voila ,c'est reparti,le gouvernement remet le feu au secteur public.La solution la plus simple était de rendre la redevance obligatoire pour TOUS!Beaucoup de gens regardent la TV sur leur smartphone et écoutent la radio dans leur véhicule.Pourquoi seraient ils miraculeusement exemptés de redevance?
a écrit le 05/06/2018 à 14:39 :
Quand on voit le nombre de chaînes gratuites, confidentielles et à audience microscopique diffusées par la TNT qui survivent, on se dit que la diffusion par ce moyen ne doit pas être bien coûteuse, et donc que ce n'est pas des raisons de coût qui poussent à éradiquer France 4 de ce mode de diffusion très peu coûteux (quelques millions par an).
a écrit le 05/06/2018 à 14:12 :
Réforme en macronie signifie simplement plan d'économie. Pourtant le président ne peut pas se plaindre de la campagne présidentielle, où la chefferie des chaines a bien travaillé...Ce qui pose le problème récurrent de la non indépendance du CSA, M.Galet et D.Ernotte en sont les exemples les plus voyants. Pour l'amélioration de la qualité et du pluralisme, on ne peut rien espérer (pourquoi par exemple avoir supprimé "Ce soir ou jamais" ?), mais il y a de belles exceptions : docs, investigations, films.
a écrit le 05/06/2018 à 11:24 :
Enorme machine, très dispendieuse, voir trop orientée politiquement aussi.
I
a écrit le 05/06/2018 à 10:31 :
A la tête de cette usine à gaz depuis 2015, Delphine Ernotte avait avait jugé trop nombreux les «mâles blancs de plus de 50 ans» à la télévision française. La nouvelle ministre a l'intention d'en faire une télé plus engagée, une "Pravda" à la Française quoi..!
La lessive macroniste se doit de laver plus blanc que blanc...!
a écrit le 05/06/2018 à 9:08 :
Franchement, qui regarde encore la TV publique a part les vieux ? Ils ont loupé le virage internet et il y a peu osaint demander une rallonge de redevance pour pouvoir depenser encore plus !
Nagui et Drucker a la retraite (ou du moins plus financé par nos impots). Une seule chaine publique accessible en hertzien ET sur le net, sans publicite avec des programmes qui tirent les gens vers le haut et non vers le bas. Et si possible, avec un siege hors Region parisienne pour eviter la boboitude.
Pour le reste, chaine bas de gamme type drucker ou chien ecrasé (FR3) s il y a un marché, le privé fera l affaire
a écrit le 05/06/2018 à 1:22 :
En quoi ??? serait-ce " une réforme ultra-sensible " ???? sauf si celà cache et prépare un coup Fiscal de plus. Ce lourd Machin n'est pas vital DU TOUT, mais un bien inutile-gaspill absolu. A PRIVATISER, ET VITE. Trop d'intérets internes raides, technocrates si opposent ? certainement !
a écrit le 04/06/2018 à 19:53 :
La 2 et la 3 et ARTE, à maintenir et à dépolitiser, les autres à liquider, financées par la pub, et SUPPRESSION de la TAXE.
Réponse de le 05/06/2018 à 0:47 :
4.5 Milliards d'euros de budget ( 30 Milliards de francs) à Diviser par 3, ET LA TAXE A SUPPRIMER.
a écrit le 04/06/2018 à 19:04 :
L'offre privée est supérieure en qualité à celle du public, me semble t'il ?
Le gouvernement devrait ne plus se poser de questions et tout privatiser rapidement, par le biais d'un référendum !
La TV et la Radio ne sont pas des missions régaliennes de l’état.
Réponse de le 05/06/2018 à 0:51 :
France Inter est clairement militante, Socialiste Rose-Rouge : courant Aubry-Hamon-Hidalgo-Lebranchu-Morel.
Réponse de le 05/06/2018 à 1:07 :
A PRIVATISER INTEGRALEMENT : nous choisissons entre des centaines de moyens d'infos, culture, divertissement, sauf à ce qu'ils nous infligent le régime de tv-radio Nord Coréen ou Vénézuelien. Ce Dinosaure à 4.5 M/Eur an est superflu, et très excessivement couteux. Et la taxe INCONGRUE en trop, avec l'immensité !!!! de notre choix Gratuit !!!!!!! 50 ans ont passé, et dépassé cette Vieillerie là.
a écrit le 04/06/2018 à 18:00 :
quel est le coût de ces chaînes régionales?, exemple celle des hauts de France: répétition x fois d'info. ou plutôt rubrique "chiens écrasés" narrés par des robots qui doivent lire un prompteur avec difficulté, habillés comme des sacs à peine présentable, des émissions le matin qui doivent tourner autour de quelques milliers de personnes âgées endormies, le WE c'est le pompon, présentation nulle. france info, france2 et 3 mêmes infos le matin; virer les 3/4 de ces chaînes et n'en garder que quelques unes intéressantes et objectives (rare) et source d'ECONOMIE. Vendre la 2 à Nagui qui est déjà présent, midi, fin d'après midi et maintenant soirée, aidés par drucker, ruquier et qq autres millionnaires et âgés drucker doit frôler les 80.....ou alors il fait vieux. hop à la trappe et ECONOMIE.
a écrit le 04/06/2018 à 17:59 :
" réforme " " ultra sensible " pour qui ? on s'en fout ! JE NE SUIS SENSIBLE QU A LA TAXE au profit de Radio P.S et au profit de cette foule de chaines superflues. A PRIVATISER AVEC CAHIER DES CHARGES.
a écrit le 04/06/2018 à 15:49 :
A part ARTE, qui offre un rapport intérêt de l'offre/coût remarquable et a déjà une offre numérique très développée, on peut légitimement se demander s'il faut maintenir une offre de radio-télévision publique (et en particulier une certaine radio très partisane politiquement) et continuer à percevoir une redevance.
a écrit le 04/06/2018 à 15:16 :
Et dire que tout ça est fait pour faire "plaisir" a cette administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles! Comme si les français n'attendez pas mieux de leurs élus que de ce mettre en conformité avec un texte (Traité) qu'il n'ont pas accepté en connaissances de cause!
Réponse de le 04/06/2018 à 16:32 :
L'UE se moque complètement de l'audivisuel public français.
Le seul enjeu, c'est l'Euro, que les Français ont accepté en connaissance de cause, lors du référendum de Maastricht.
Dans l'Euro, il y avait l'acceptation d'une gestion rigoureuse des deniers publics. L'audivisuel Public c'est de l'argetn public, et il est normal qu'on vérfiie si on ne peut rien changer.
Dans le monde Web d'aujourd'hui,oui, on doit repenser les médias publics, c'est une évidence.
Donc rien à voir avec l'UE, cela a voir avec notre monnaie unique démocratiquement acceptée et au delà avec la gestion saine des deniers publics (= vos impots)
Réponse de le 04/06/2018 à 18:42 :
Tout ce que nous pondra Mr Macron est inscrit dans les recommandations des GOPE, il n'a rien inventé étant sans expérience!
a écrit le 04/06/2018 à 15:12 :
Pourquoi la réforme serait-elle ultrasensible ? Le service public audiovisuel peut s'arrêter, on ne s'en apercevra pas.
En revanche, il y a beaucoup beaucoup de sous à gagner en réduisant la voilure.
Cordialement
Réponse de le 04/06/2018 à 16:51 :
Mammouth à alléger-dégraisser des Deux Tiers, salaires scandaleux. Quand ils grèvent, çà manque REELLEMENT à qui ? C'est vital pour qui ?
TAXE ANNUELLE, LA ENCORE !
a écrit le 04/06/2018 à 14:38 :
Non à des media publics omniprésents, pour nous formater l'esprit. Non aux chaines privées qui ne montrent que des débilités. Non à une redevance obligatoire. Chacun doit pouvoir aller chercher l'info qu'il désire où il veut, et ne payer que selon ses besoins.
Réponse de le 04/06/2018 à 16:59 :
Ils ont 30 ans de retard : nous nous informons librement selon NOTRE vaste choix . Cessez donc, de nous Forcer à cette TAXE. Et faites grève autant que vous voulez.
Réponse de le 04/06/2018 à 18:34 :
Vous devez écouter France Inter a 17h:talent,humour,finesse,modestie.
a écrit le 04/06/2018 à 13:21 :
Liberté et pluralité de l'information.
Autant que l’aspect culturel, avant même, c'est surtout la qualité de l'information qui devrait primer.
Pour ce qui concerne le divertissement et les "jeux du cirque", laissons en l'essentiel aux médias privés.
a écrit le 04/06/2018 à 12:30 :
Toujours plus de chaines publiques créées. Qu'ils Grèvent trois ans, qui gèneront-ils ?
a écrit le 04/06/2018 à 11:31 :
Que cessent ENFIN d'etre obligatoires à la réception, ces trop nombreuses chaines publiques. ALORS, Qui en veut, paie abonnement et décodeur. Les autres, comme moi : assez avec TF1 et M6, vivant par elles-mêmes , Pas de TAXE
Réponse de le 04/06/2018 à 13:22 :
"assez avec TF1 et M6"

Ah ok, c'est donc pour ça...
Réponse de le 04/06/2018 à 16:43 :
En effet,. C'est du Totalitarisme de nous imposer à la réception, cette foule de chaines d'Etat, à TAXE. Nous avons assez de choix en chaines privées gratuites. En radio, je n'écoute que RTL.
a écrit le 04/06/2018 à 9:45 :
Et si l'on en profitait pour revenir au rôle fondamental de l'audiovisuel : éduquer, enrichir, émerveiller, et non abêtir, endormir, abrutir ???
a écrit le 04/06/2018 à 9:38 :
Les médias de masse, privés et publics nous ont tellement menti et nous mentent tellement qu'alors qu'il faudrait les défendre, au nom de la défense de ce si beau métier en théorie, ben on en a pas vraiment envie parce qu'au final on ne sait pas vraiment pourquoi étant donné que leurs représentants adorant nous imposer la parole des possédants et de leurs serviteurs politiciens hein...

"Soustraire les médias à l’emprise de l’argent et de l’Etat en créant un service mutualisé: Projet pour une presse libre" https://www.monde-diplomatique.fr/2014/12/RIMBERT/51030 (article gratuit)
a écrit le 04/06/2018 à 9:21 :
ORTF le retour ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :