Bruno Le Maire veut se donner du temps pour passer une crise à rallonge

 |  | 2028 mots
Lecture 10 min.
Bruno Le Maire a notamment ouvert la voie à une prolongation de la prise en charge maximale du chômage partiel au-delà du mois de mars.
Bruno Le Maire a notamment ouvert la voie à une prolongation de la prise en charge maximale du chômage partiel au-delà du mois de mars. (Crédits : Reuters)
"Le plus dur est devant nous" a affirmé le ministre de l'Economie lors de ses voeux à la presse. Dans le contexte d'une crise sans fin, Bruno Le Maire plaide pour un report d'un an du remboursement par les entreprises des prêts garantis par l'Etat (PGE) et veut déplafonner les garanties publiques pour les transformer en quasi-fonds propres. Il a assuré également le maintien de l'activité partielle à 100% pour les entreprises fermées.

Cette crise continue de chambouler le gouvernement. Dans un exercice inédit depuis le début de son arrivée à Bercy en 2017, le ministre de l'Economie, des Finances et de la relance, Bruno Le Maire s'est dit prêt, ce mardi lors de ses "voeux digitaux" à la presse,  à prolonger et à renforcer les mesures d'urgence prises en 2020 lors du confinement. Après une année 2020 cataclysmique, les indicateurs de l'épidémie et de la santé économique sont loin d'être au vert. Et la politique du "quoi qu'il en coûte" annoncée par le président Emmanuel Macron en mars dernier pourrait bien se prolonger au cours de l'année 2021. "Le choix du 'quoi qu'il en coûte' était le seul choix responsable. Il a évité que la crise économique se transforme en crise sociale et politique [...] Le rétablissement des finances publiques ne pourra et ne devra se faire que lorsque la crise sanitaire sera derrière nous. Avant, ce serait une faute économique et politique car cela ruinerait nos perspectives de relance".

Au printemps, lors du début du confinement, le ministre en charge de l'Economie espérait dans ses interventions avec les journalistes que la mise sous cloche de l'économie allait permettre à l'activité de repartir rapidement et durablement. Près d'un an après l'arrivée du virus en Europe, ces espoirs ont été douchés par la persistance de cette maladie infectieuse aux effets ravageurs. Malgré cet électrochoc dans l'agenda des réformes, Emmanuel Macron a décidé de réunir lors d'un séminaire gouvernemental une trentaine de ministres ce mercredi afin de discuter "des grandes priorités" pour les six prochains mois.

Vers un report du différé pour les PGE des entreprises qui en font la demande

A l'annonce du second confinement, les banques se sont montrées conciliantes sur les modalités de remboursement des PGE. Ces derniers, accordés sur six ans, deviennent exigibles après une première année de différé, les emprunteurs pouvant alors choisir entre un remboursement immédiat ou un étalement jusqu'à cinq ans, ou mixer les deux.

Mais au fur et à mesure de la prolongation de la crise sanitaire, la Fédération française des banques (FBF) avait salué, en octobre dernier, la possibilité de distribuer des PGE jusqu'en juin 2021 et s'était engagée à ce que les banques proposent à leurs clients de nouveaux aménagements, selon la fameuse règle du « 1+1 +4 ». En clair, permettre une année supplémentaire de différé (seuls...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2021 à 9:31 :
Le COVID pose probleme à quelques ministres mais que font les autres Ils va falloir des economies pourquoi pas maintenant .SUPPRIMONS le sénat et la moitie des deputes puisqu'ils ne servent à rien on les remplace par des commissions .Supprimons aussi tous ces fonctionnaires et comite Théodule /Exemple de gâchis LE PROTOCOLE de 45 pages pour la vaccination .n'allons pas donner des lecons au MALI quand on est pas capable de gerer une rave party ou rétablir l'etat de droit dans les citées etc etc
a écrit le 13/01/2021 à 18:23 :
en economie le temps a un cout
on apprend ca en premiere annee microeconomie
lui il veut du temps avec taux zero, sans reforme et paye par personne
ok, il s'assied sur le couvercle de la marmite, mais le jour ou ca saute ca fera mal
on comprend ses preoccupations, lui ne comprend pas les contraintes
en cours d'optimisation, on apprend la difference entre un optimal, et un optimal contraint( que ce soit dans les simplex ou les methodes par gradient et hessian)
le pietre niveau en maths des francais leutr fait oublier le bons sens des pecnauds............
a écrit le 13/01/2021 à 12:10 :
Pourquoi Mr Le Maire a renouvelé Mr Richard à la tête d’orange alors que ce dernier passe son temps au tribunal correctionnel (sur le banc des accusés), et a planté orange la poule aux œufs d’or depuis 10 ans. Cette année encore le cac40 fait -6 % et orange - 25 % malgré le confinement très favorable aux gafa. Orange ne retrouvera jamais la confiance des investisseurs tant que le management ne changera pas
a écrit le 13/01/2021 à 10:13 :
En bref, ils nous font payer le temps qui s'écoule... gagner du temps jusqu'aux élections pour nous imposer leur façon de voir le futur!
a écrit le 13/01/2021 à 10:00 :
Y veut donner du temps? ah bon le temps est privatisable? faut croire que oui actuellement, et pas seulement au niveau médical !
a écrit le 13/01/2021 à 9:22 :
ils decouvrent les pbs, comme ils decouvrent que l'etat sovietique ne peut pas se procurer des masques
ca laisse sans voix
reporter, reporter reporter
ca fait 40 ans que la france reporte en accusant les autres
quand la bce arrete d'assecher le marche obligataire, la france incapable de se reformer va aller au tas et a la guerre
a écrit le 13/01/2021 à 8:35 :
les francais ne travail pas assez
mais combien de richesse par son travail son passez par ces mains
zero euro des promesses oui mais la realité
c'est la nullité ou plutôt la continuité de la deconstruction de la france
combien d'emploi a t'il creer bien moins que les destructions d'emploi
et il croit pouvoir faire la morale
qu'il crêt une entreprise et produise de la richesse
Réponse de le 13/01/2021 à 9:07 :
En parlant de travail :


Selon Le Canard enchaîné à paraître mercredi 13 janvier, en 2002 Cécilia Sarkozy assistait à temps plein Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur... tout en étant rémunérée par sa suppléante à l'Assemblée nationale Joëlle Ceccaldi-Raynaud comme "collaborateur de député" à mi temps. La situation aurait duré neuf mois selon le cabinet de Nicolas Sarkozy.
Selon le palmipède, le contrat de travail de Cécilia Sarkozy disposait que contre 75,84 heures de travail mensuel, l'ex épouse du président de la République était rémunérée 3 088 euros net mensuels. Le Canard s'amuse à calculer que cela équivaut à "8 000 euros aujourd'hui (inflation comprise)".
Concrètement, à quoi a servi le travail de Cécilia Sarkozy ? Le Canard enchaîné s'interroge: "Pas un article, pas le moindre reportage, pas un seul des multiples ouvrages consacrés à l'ex-première dame ne mentionne son boulot d'attachée parlementaire auprès de la députée de Puteaux."

Savoureux, dans sa propre autobiographie, "Une envie de vérité" (Flammarion) parue en 2013, Le Canard relève qu'elle ne fait jamais mention de cet emploi. Dans le magazine "Envoyé spécial" diffusé sur France 2 le 19 décembre 2002, Cécilia Sarkozy déclare même: "Je ne suis pas rémunérée, et je travaille de façon bénévole auprès de mon mari."
Réponse de le 13/01/2021 à 10:08 :
les cumulars ne sont jamais rémunérés aux résultats
a écrit le 13/01/2021 à 8:00 :
J'ai un souvenir qui me revient lorsque je vois M Bruno Le Maire. M Fillon avait déclaré, il y a quelques années "La France est en faillite !" Les futures générations ont du souci à se faire.
a écrit le 13/01/2021 à 2:05 :
Prend pas de risque l'enarque.
a écrit le 12/01/2021 à 23:46 :
la fuite en avant ... grosse catastrophe à l'horizon . En grande Bretagne c'est 250 000 PME qui mettent la clé sous la porte . Avec l'effet Brexit dont on va prendre notre part , plus l'effet taxes Trump cela va faire très mal . Coluche reviens !
a écrit le 12/01/2021 à 20:44 :
Vous avez remarqué ? Depuis le début de 2020, toutes les nouvelles économiques vont dans le même sens : On remet les problèmes à plus tard. Question : Plus tard, c'est quand ?
Réponse de le 12/01/2021 à 21:51 :
Après 2022...
a écrit le 12/01/2021 à 20:25 :
L' homme est l' un des pires de ce gvt de menteurs qui nous raconte tous les jours n' importe quoi et sur tous les sujets pour masquer sa dépendance aux GOPE.. "HONTEUX. Il faut quand même à Bruno Le Maire un sacré culot pour oser reprocher aux Français de ne pas travailler assez alors qu'il est dans un gvt -qui autorise, les délocalisations -qui empêche depuis 10 mois des millions de Français de travailler : bars restos spectacles tourisme etc".. F Asselineau ce jour..
a écrit le 12/01/2021 à 19:18 :
La grande priorité c'est de rouvrir l'espace public et faire repartir l'économie, revenir à la vie d'avant "quoi qu'il en coûte"...juste un mauvais moment à passer, voire à trépasser.
a écrit le 12/01/2021 à 18:46 :
Stratégie très claire de la part de la france...

Ne pouvant annoncer frontalement à l'Allemagne qu'elle ne remboursera pas cette dette covid,
Le gouvernement utilise une voie détournée: elle donne le signal aux banques de prêter à fonds perdus. La BCE rachète toutes les dettes sans poser de questions..
donc les banques présenteront toutes ces dettes/emprunts à la BCE pour rachat.

La banque de france ecrit la contrepartie dans son bilan et le tour est joué. L'etat ne repaiera jamais...

Cela continuera au moins jusque novembre 2021, changement de chancelier en Allemagne. On verra si la fin de la planche à billet est actée
Réponse de le 12/01/2021 à 20:22 :
"Ne pouvant annoncer frontalement à l'Allemagne qu'elle ne remboursera pas cette dette covid," Vous avez beaucoup d' imagination mais donnez nous vos sources j' en suis friand svp .
Réponse de le 13/01/2021 à 4:11 :
@ Rayon au carre.
Vous allez tous passer a la caisse, sous differentes manieres. Les taxes en France sont une specialite. Augmenter les impots, ce n'est plus possible, "quoique que": comme disait le regrette Devos.
Mais les taxes sur la consommation. c'est plus insidieux, 10 cent sur une boite de biscuit, 30 sur la flotte en bouteille, et a la cle a terme une inflation galopante.
La bce n'acceptera pas pour simple raison, Berlin dira nein. fermez le debat.
a écrit le 12/01/2021 à 18:10 :
Sacré Nono, il nous parle de crise a rallonge alors que ça fait vingt ans qu'on fait du sans fil.

Bon faudrait devenir raisonnable et ne plus raisonner dans la logique des trente glorieuses, ce n'était pas la normalité économique mais justement l'exception.Il serait temps d'accepter ce que le monde économique est, sans fards. Quand au modèle économètrique...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :