Budget 2018 : quels sont les ministères gagnants et perdants ?

 |   |  633  mots
Le gouvernement a dévoilé la première feuille de route budgétaire de président Macron.
Le gouvernement a dévoilé la première feuille de route budgétaire de président Macron. (Crédits : REUTERS/ Christian Hartmann)
Le gouvernement a annoncé ce mercredi le budget du gouvernement pour 2018. La Défense et l'Education héritent d'un portefeuille revu à la hausse alors que le Logement et l'Emploi sont forcés se serrer la ceinture. Tour d'horizon des ministères gagnants et des perdants.

Premier exercice budgétaire pour le président Macron. Le gouvernement a dévoilé mercredi 27 septembre sa première feuille de route budgétaire pour l'année 2018. Le projet de loi de finances présenté en Conseil des ministres prévoit une baisse de 7 milliards d'euros d'impôts d'ici à la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron. Les crédits des ministères seront plus importants l'année prochaine, passant de 236 milliards d'euros à 240,5 milliards d'euros au total.

Lire aussi : Budget 2018 : l'objectif d'économies ramené de 20 à 16 milliards d'euros

Plusieurs ministères voient ainsi leurs portefeuilles gouvernementaux grossir, tandis que d'autres payent le prix fort des économies promises par l'exécutif. Résumé.

Les grands gagnants

■ La Défense :  +1,7 milliard d'euros

La ministre des Armées Florence Parly obtient la plus belle rallonge avec un budget porté à 34,2 milliards d'euros pour 2018, soit 1,7 milliard d'euros supplémentaire. Après le douloureux épisode de la démission du chef d'état-major des Armées Pierre de Villiers, le gouvernement tourne la page de la polémique en attribuant une enveloppe budgétaire inédite.

Lire aussi : Défense : la France accélère son réarmement en 2018

 ■ L'Education :  +1,3 milliard d'euros

C'était l'un des objectifs prioritaires du candidat Macron pendant sa campagne présidentielle : l'école voit son budget dépasser la barre symbolique des 50 milliards d'euros, après 49,3 milliards en 2017. Toutefois, certains crédits seront destinés à la réorganisation du fonctionnement de l'Education nationale - numérisation de la fonction publique notamment. Il prévoit, entre autres, le recrutement annuel de 4.500 personnes pour accompagner les élèves handicapés.

 La Justice :  +260 millions d'euros

La Garde des Sceaux Nicole Belloubet peut se féliciter d'une hausse de 4% de son enveloppe budgétaire. Et bien que la hausse ne soit pas aussi impressionnante que dans les autres ministères régaliens, près de 1.000 emplois supplémentaires devraient ainsi être créés dans l'appareil judiciaire.

■ L'Intérieur : +490 millions d'euros

L'Intérieur bénéficie d'un côté des crédits alloués à la sécurité qui gagnent 210 millions, et ceux destinés à la politique d'immigration, d'asile et d'intégration qui bondissent de 280 millions.

■ L'Agriculture : + 400 millions d'euros

Alors que le monde agricole connaît une crise aussi bien nationale qu'européenne, le gouvernement multiplie les signes d'une évolution de la politique concernant l'agriculture et orientée vers le bio. 300 millions seront consacrés à une "réserve de crise".

Lire aussi : Agriculture bio : pourquoi l'Etat se désengage des aides au maintien

 L'Ecologie :  +480 millions d'euros

L'enveloppe du ministère de la Transition écologique gonfle de presque 500 millions d'euros, portant son total à 10,4 milliards d'euros. Le gouvernement souhaite ainsi renforcer le soutien aux énergies renouvelables et financer l'extension du "chèque énergie" et de la prime à la conversion des véhicules polluants. 200 millions d'euros sont destinés aux infrastructures de transports

Les grands perdants

■ L'Economie et les Finances :   -20 millions d'euros

Bercy voit ses crédits alloués en baisse, et sera l'un des premier ministère à contribuer à l'effort de réduction de la fonction publique désiré par l'exécutif. En 2018, 1.648 emplois seront supprimés. Cependant, quelques avantages sont réservés aux Finances, à l'approche du Brexit.

Lire aussi : Budget 2018 : deux petits cadeaux à la finance

Le Travail :  -1,5 milliard d'euros

La ministre du Travail Muriel Pénicaud encaisse l'une des plus sévères restrictions budgétaires. Les aides temporaires à l'embauche vont reculer de 42%.

Lire aussi : Budget 2018: le ministère du Travail perd 1,5 milliard d'euros

 Le Logement : -1,7 milliard d'euros

La réforme des aides au logement se traduit par une baisse des crédits du ministère de la Cohésion des territoires. Cette réforme "globale en deux ans" entraînera une coupe supplémentaire de 1,5 milliard.

Lire aussi : Le gouvernement va modifier la base de calcul des APL

 (avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2017 à 8:35 :
ils cherchent a nous endormir... une info chasse l autre et aucun résultat.! pas crédible dans les faits
a écrit le 27/09/2017 à 19:21 :
Je me moque des ministères gagnants ou perdants, ce que j'attends de Macron, c'est des économies drastiques, une réduction de la dette et une baisse des prélèvements. Les chouineurs en tout genre prêts à geindre, je ne les entends pas !
Réponse de le 28/09/2017 à 6:20 :
une réduction de la dette ...

Ce budget a été fait avec une augmentation de la dette de 3% du PIB ... Ce qu'autorise Bruxelles .

Tous les ans notre dette augmente de minimum 3 % , le budget du remboursement des intérêts est le 2 eme budget de l'état ...
Encore quelques années et ce sera le premier !

Il ne faut pas demander a un état qui vit au dessus de ses moyens de se serrer la ceinture ... Son peuple serait très mécontent lui aussi de se serrer la ceinture .
Réponse de le 28/09/2017 à 12:53 :
Euh non, ce budget n'a pas été fait avec une augmentation de la dette de 3% mais avec un déficit de 3%. Ca n'a rien à voir, l'augmentation de la dette peut être inférieure ou supérieure au déficit car le budget contient le remboursement de la dette. Si on a un déficit de 3% du PIB mais que 4% du PIB est dépensé (recette + déficit) pour la dette elle recule alors de 1% en (très) gros.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :