Budget 2019 : les retraités grands perdants

 |   |  728  mots
Selon les calculs de l'institut des politiques publiques, les retraités seront clairement pénalisés au profit des actifs.
Selon les calculs de l'institut des politiques publiques, les retraités seront clairement pénalisés au profit des actifs. (Crédits : Reuters)
Avec les mesures budgétaires 2019, les retraités seraient en grande majorité perdants selon des simulations opérées par l'institut des politiques publiques (IPP). Les relations entre les retraités et le gouvernement devraient encore se dégrader dans les mois à venir.

C'est un dossier qui promet d'être explosif. Après des mois d'échanges et de concertations, le haut-commissaire en charge de la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a présenté cette semaine aux partenaires sociaux les principales pistes reprenant en partie les engagements d'Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle.

> Lire aussi : Un seul régime de retraite, à points : l'exécutif rend ses premiers arbitrages

Au delà de la réforme programmée pour 2019, le gouvernement a présenté à la fin du mois de septembre dernier le projet de loi de finances comportant un certain nombre de mesures qui pourraient affecter le portefeuille des retraités et au final la consommation des plus âgés. Pour évaluer l'impact de ces propositions sur les ménages, plusieurs économistes de l'institut des politiques publiques (IPP) ont procédé à des simulations à partir des documents budgétaires qui mettent en avant les gagnants et les perdants de la politique socio-fiscale de l'exécutif.

Les retraités perdants

Après avoir manifesté leur mécontentement à plusieurs reprises au cours du premier semestre 2018, les retraités devraient encore exprimer leur colère en 2019. En effet, les chercheurs de l'institut de recherche ont indiqué lors d'une table-ronde organisée sur le campus Jourdan à Paris ce jeudi que "les retraités étaient largement perdants sauf les bénéficiaires des minimums vieillesse et le top 1%".  Pour illustrer leurs propos, les économistes ont diffusé un graphique découpant la population en centiles. D'après les résultats obtenus, seulement quatre centiles sur 100 seraient gagnants des mesures figurant dans le budget 2019.

retraités IPP

Dans le détail, les données du graphique permettent d'observer que les plus grandes pertes se concentrent tout de même sur les retraités qui possèdent les hauts revenus sauf pour les ultra-riches. A l'inverse, une grande partie de la classe moyenne chez les retraités serait moins touchée.

Des pensions moins revalorisées

De multiples mesures sont susceptibles de venir peser sur les pensions de retraites. Compte tenu du niveau d'avancement du calendrier parlementaires, il est encore difficile d'avoir une vision globale et définitive de l'impact de toutes les décisions sur les deux années à venir. Dans un récent article de blog, l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) a sélectionné six principales mesures qui pourraient avoir un impact sur le niveau de vie des retraités. Il s'agit de :

  • la moindre indexation des pensions de retraite pour 2019 et 2020,
  • la revalorisation de l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA)
  • la bascule CSG/cotisations salariés en 2018;
  • la sous-indexation des aides au logement en 2019 et 2020;
  • l'exonération de la taxe d'habitation pour 80 % des ménages à l'horizon 2020;
  • la baisse de la CSG pour 100.000 retraités.

Au final, l'ensembles des mesures "serait quasi neutre en moyenne pour les retraités (-20 euros par an et par ménage)" en 2018. Mais cette moyenne masque évidemment de profondes disparités sur les 11 millions de foyers français qui comptent au moins une personne à la retraite.

"Alors que 38 % de ces ménages gagneraient globalement à la mise en place des mesures retenues, pour un gain moyen de l'ordre de 470 euros, 62% soit 6,7 millions perdraient à leur mise en place pour une perte moyenne de l'ordre de 320 euros par an" souligne le centre de recherches.

Pour 2019, les résultats comportent plus d'incertitudes. Mais l'OFCE demeure tout de même pessimiste. Selon les résultats de la simulation, l'impact des mesures retenues "serait globalement négatif sur le revenu disponible des retraités, et ce malgré l'annonce récente d'annulation de la hausse de la CSG pour 300 000 retraités." Les foyers comptant au moins un retraité perdrait en moyenne 200 euros par an.

"Si la part des ménages perdants est plus forte (73%), des ménages continueraient tout de même à être « bénéficiaires nets » des mesures, notamment sous l'effet de la montée en charge de l'exonération de la taxe d'habitation et des revalorisations de l'ASPA."

En 2020, la situation des retraités pourraient encore s'aggraver avec une perte moyenne de 400 euros. Au final, "79 % de ces ménages seraient perdants pour une perte moyenne de l'ordre de 700 euros par an. A l'inverse, l'exonération totale de taxe d'habitation et les revalorisations successives de l'ASPA permettraient à 21 % des ménages étudiés de voir leur revenu disponible s'accroître en moyenne de 700 euros" conclut l'article.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2018 à 2:41 :
Macron crée plus de misère que d'emploi ils fait payers tres chers LeS retraitees le gagntes Avec macron c est les riches le populisme monte en europe à force du manque de respect de la démocratie exemple macron ils vie au 15 sicle compliments arrière en 2022 un taux de pauvretés en france Que macron a créé le populisme en Italie en Pologne Hongrie espagne merci macron de feres revenirs le facisme en europe
a écrit le 19/10/2018 à 11:08 :
Ce que les retraités, qui ont déjà perdu entre 5 à 10%,craignent ce n est pas de ne plus aller au cinéma ou gâter leurs petits enfants comme on l entend ici ou la mais c est le TREND en diminution des retraites car les charges, notamment fixes ,augmentent beaucoup et les retraites diminuent. Certains craignent de devoir quitter leur maison qu ils ont mis toute une carrière à payer.
La plupart ont accepté par solidarité la hausse de la csg mais trop c est trop car à terme cela va devenir un appauvrissement.
a écrit le 16/10/2018 à 14:50 :
Macron en 2022 ils n es pas élue !!
a écrit le 15/10/2018 à 18:40 :
Un modèle obsolète dans un monde en changement de plus en plus rapide...
Et tout le monde se cramponne à ce modele obsolète qui ne fonctionne plus car ne s'adapte pas assez vite (ou que l'on n'a pas voulu améliorer à temps). La peur d'imaginer un autre outil, plus équitable et satisfaisant pour tous ? Pourquoi se cramponner à quelque chose qui ne nous satisfait plus ?
a écrit le 15/10/2018 à 18:15 :
ET voilà non seulement on me rackette par la CSG mais aujourd'hui on me NARGUE avec la taxe d'habitation j'aurai du payer beaucoup moins mais voilà je paye plus et en plus suis intoxiqué par les fumées (VILLEE de PORT DE BOUC environnement pétrolier et gaz). Je veux bien payer des impots et toutes les taxes de la création mais je suis contre les INEGALITES que mets en place ce gouvernement et ses territoires
a écrit le 14/10/2018 à 22:15 :
Ne devrait on pas supprimer l'abattement fiscal de 10 % sur les les retraites. (C'est le cas pour les chômeurs de moins d'un an)
Réponse de le 15/10/2018 à 4:58 :
Est si tu est sous prime !!non
a écrit le 14/10/2018 à 21:17 :
Le retraité est un insatisfait.

C est aussi pour les dernières générations un TPMG.

Il vote en réfutant bien souvent que ses choix seront positifs pour lui mais nuisibles pour ses petits enfants.

Il va rarement dans la rue pour se battre pour les générations futures.

Il a oublié qu il n a jamais cotisé le montant des pensions que lui verse l état.

En effet, mes chers grands parents, prenez vos feuilles de salaires, prenez la part retraite + sécurité sociale cotisée, multipliez la par le nombre d années travaillées.
Prenez ce montant et divisez le par le nombre d années d espérance de vie restante (moyenne 80-82 ans) et vous tomberez sur un résultat qui vous mettra débiteurs du système.

Ils font du bruit, mais ne feront jamais sauter le système car il est encore bien trop généreux. Rappelons que les retraites sont indexées sur le montant des salaires travaillés. Donc on a que ce que l on mérite.

Cela dit, je compatis et deviendrai sûrement aussi pénible que vous dans quelques années.
Réponse de le 15/10/2018 à 18:27 :
Bien vu !! Ils se plaignent tout le temps, mais ils en ont tellement profité !!!
a écrit le 14/10/2018 à 20:31 :
Les dix plaies des Retraités :
1ère plaie:
La différence du calcul de base des retraites, entre retraite du salarié et du fonctionnaire. 25ans/6mois.
2ème plaie:
Calcul du montant de la retraite 50% du dernier calcul moyen des 25ans/6mois.
3ème plaie:
Revalorisation des retraites sous Mr Hollande : 0% sur 5 ans.
4ème plaie:
Inflation galopante sous le régime de Mr Hollande : +1% minimum/an.
5ème plaie:
Pouvoir d’achat des retraites en baisse de + de 10% sous le régime de Mr Hollande.
6ème plaie:
Augmentation de la CSG sous le régime de Mr Macron +1,7%.
7ème Plaie:
Inflation continue sous le régime de Mr Macron, déjà + de 2%.
8ème plaie:
Revalorisation des retraites sous forme d’obole de + 0,3%.
9ème plaie:
Impôts locaux diminution mensongère sur 2018.
10ème plaie:
Pouvoir d’achat des retraités en baisse sous le régime de Mr Macron.
a écrit le 14/10/2018 à 20:29 :
Aurions nous la mémoire courte ? Sarkozy met en place la suppression de la demi-part supplémentaire que Hollande s'empressera vite d'appliquer. Ce même Sarkozy qui décalera la date de revalorisation des pensions, imité ensuite par Hollande qui ne revalorisera les pensions que d'un généreux 0,1% durant son mandat. Sans parler de l'instauration de la CASA au taux de 0,3%. Et j'en oublie ! On voit que le matraquage des retraités a commencé bien avant Macron.
a écrit le 14/10/2018 à 15:22 :
.... et les extrèmes grands gagnants !
Dans ma famille déja huit bulletins de votes acquis au dégagisme !
a écrit le 14/10/2018 à 12:45 :
On parle de gagnant avec la baisse ou suppression de la taxe d hablitation
Mais pour ceux défont les maires on augmente la taxe ou prévoit de doubler le foncier pour compenser .... est ce pris en compte dans les chiffres ? Non
! Que doit on faire demenager b
Dans unse commune plus « favorable fiscalement »?
A méditer et surtout prendre en compte pour l avenir ...
Réponse de le 14/10/2018 à 15:23 :
.... vous vous faisiez des illusions , naif ?
a écrit le 14/10/2018 à 12:16 :
De la peur de vieillir au déni des vieux.
a écrit le 14/10/2018 à 12:02 :
tant que les francais ne seront pas solidaires !!!aujourd hui c est les retraites et demain?qui?CAR FAUT PAS REVER CA SERA SON TOUR!!!!d ailleurs quannd on passe a la pompe essence ,c est fait!!se chauffer fuel!!!et les riches ont leur supprime ISF!!!cherchez l erreur!!!tous au gouvernement il faut qu il essaye de vivre avec notre salaire un moiset on en reparlera!!! soyons solidaires et descendons tous dans la rue pour leur dire STOP!!!
Réponse de le 14/10/2018 à 15:24 :
...tous unis dans le "degagisme " !!!
a écrit le 14/10/2018 à 12:01 :
tant que les francais ne seront pas solidaires !!!aujourd hui c est les retraites et demain?qui?CAR FAUT PAS REVER CA SERA SON TOUR!!!!d ailleurs quannd on passe a la pompe essence ,c est fait!!se chauffer fuel!!!et les riches ont leur supprime ISF!!!cherchez l erreur!!!tous au gouvernement il faut qu il essaye de vivre avec notre salaire un moiset on en reparlera!!! soyons solidaires et descendons tous dans la rue pour leur dire STOP!!!
Réponse de le 15/10/2018 à 18:58 :
Quand les gouverne MENTS Sarko et Hollande s'en sont pris aux familles (recalcul des quotients familiaux, suppression ou division des prestations perçues, etc...) qui s'est mobilisé pour elles ?
Mais il est dommage de diviser pour faire passer des purges...
a écrit le 14/10/2018 à 10:50 :
Il faut manifester le 18 octobre et surtout ne pas oublier les élections européennes et municipales , une occasion de manifester sa colère. La seule car ,Macron se moque complètement des personnes âgées. La preuve, désindexation des pensions de la sécu pour des retraités gagnant au maximum 1200 e par mois (plafond sécu) à 0,3 % contre 2,3 % d'inflation estimée en 2018. Agirc/Arcco augmentation de 0,6 % en raison de l'abattement de 1% décidé par les partenaires sociaux pour une période de 3 ans soit inflation - 1% . ce qui est bizarre car l'augmentation en novembre aurait dû être de 1,3 %
soit 2,3 % d'inflation - 1 %.
On ajoute la CSG et on comprend pourquoi les pensions vont fondre dans les années à venir.
Réponse de le 14/10/2018 à 12:37 :
Ça vous étonne qu il y ait un rééquilibrage en faveur du travail au détriment des retraités ?
Moi non je trouve cela plus équitable dans la mesure où je partirai en retraite dans 7 ans pas du tout dans les mêmes conditions que les retraites ( retraite à point fin des complémentaires.) d autre part ma generation et encore plus celles derrières n a pas connu le plein emploi le crédit immobilier facile par l inflation ....les générations précédentes ont refuse les réformes nécessaire déjà il y a 40 ans .... c est un juste retour vous ne pensez pas?
C est facile de râler sur les augmentation minime ou pas de retraite mais la réalité vous l oubliez sciemment : ça se fait à crédit et sur le dos des générations qui viennent
Le monde change.... ceux qui sont le plus à plaindre c est la génération qui sera à la retraite dans 6-15 ans car elle aura payer plein pot votre retraite sans pouvoir en constituer j’e Autre perso car trop taxer et peu d augmentation de pouvoir d achat
Réponse de le 14/10/2018 à 14:10 :
@brehat: "crédit immobilier facile" dîtes-vous: j'ai eu des crédits à 12 ou 13%, c'était bien supérieur à l'inflation de l'époque, qui n'était pas toujours épongée par des hausses de salaire
a écrit le 14/10/2018 à 8:30 :
Tous les problèmes de retraite ont pour origine la démagogie et l'incompétence de Mitterrand qui a réduit sans raison l'age de départ de 65 à 60 ans d'un seul coup alors que maintenant on a du mal a l'augmenter de trois mois.
Réponse de le 14/10/2018 à 9:41 :
Avant 1981 le privé était à 65 ans et et le public à 60 ans. F.Mitterand a mis tout le monde à 60 ans et depuis tout le monde est passé à 62 ans. Si F.Mitterand n'avait rien fait le privé serait toujours à 65 ans et le public à 60 ans. Sa décision a donc eu du bon.
Réponse de le 14/10/2018 à 12:12 :
Complètement vrai !!
a écrit le 13/10/2018 à 20:57 :
Programme d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle en 2017 :

Ne pas modifier le montant des pensions de retraite.

Un système universel avec des règles communes de calcul des pensions sera progressivement mis en place. Le fait de changer d’activité ou de secteur sera sans effet sur les droits à la retraite. Avec un principe d’égalité : pour chaque euro cotisé, le même droit à pension pour tous ! Nous ne toucherons pas à l’âge de départ à la retraite [62 ans], ni au niveau des pensions.
a écrit le 13/10/2018 à 18:10 :
La dette s'est accumulée depuis 1975. Tous les adultes depuis cette époque et qui sont depuis à la retraite sont responsables de cette dette pour avoir forcé les gouvernements successifs contre vents et marées à préserver leurs acquis insoutenables en faisant des budgets déficitaires.C'est donc normal qu'ils contribuent proportionnellement plus que les actifs d'aujourd'hui. On ne va pas encore continuer à laisser des hypothèques sur les générations à venir. Les impôts d'aujourd'hui sont le résultat des dettes d'hier et au rythme où vont les choses la hausse de ceux de demain est déjà assurée.
Réponse de le 14/10/2018 à 12:12 :
vous aussi j'ai l'impression que vous n'avez aucun vécu. Notre génération a travaillé sans relâche 40 à 45 h par semaine pour contribuer aux pensions de nos parents qui eux vu l'après guerre avaient peu cotisés.D4ailleurs leurs pensions étaient une misère donc nous étions là pour les soutenir financièrement.Maintenant nous aidons nos enfants et on nous demande de soutenir les actifs . Sincèrement croyez que votre génération aura la même volonté que la nôtre pour soutenir trois générations.Permettez-moi d'en douter.
Réponse de le 14/10/2018 à 12:14 :
Tout à fait d'accord et je suis retraité !! Je me refuse à continuer de racketter mes enfants... Donc, il a raison !! On en a largement profite, ayons un peu de solidarité avec nos enfants !!
a écrit le 13/10/2018 à 16:55 :
Le plus important ,c'est que les retraites actuelles soient assurées.La récente hausse de 0.3% des retraites compense un peu la hausse de la CSG.Un abattement fiscal supplémentaire serait le bienvenu.A cause de la hausse de la CSG,nos revenus sont amputés de 100 euros par mois,c'est lourd pour des gens de la classe moyenne comme nous,le gouvernement doit le comprendre et rectifier
a écrit le 13/10/2018 à 16:51 :
Le problème est peut-être insoluble, mais les retraités disposent d'un bulletin de vote dont ils se servent. Que se passera-t-il au prochaines élections ?
Que cela plaise ou pas aux plus nantis, il faudra bien, un jour, répartir équitablement la richesse produite, car si nous continuons comme cela, un jour les extrémistes de droite ou de gauche prendront le pouvoir "démocratiquement élus" pour le pire.
Réponse de le 15/10/2018 à 6:32 :
A ICI AILLEURS:
Les prochaines erections pestilentielles ? Marion Marechal le Pen.
Le rejet global sera a l'apogee. Le pays touchera alors le fond.
a écrit le 13/10/2018 à 15:05 :
dans notre sphère professionnelle nous avons tous connu de ces jeunes loups comme Macron qui croyait tout savoir sans aucun vécu .La plupart se sont éteints très vite mais lui vu son contrat avec la France cela risque de durer.Il ne tient qu'à nous de lui faire comprendre rapidement que sa manière de voir les choses nous incommodent et qu'il aille exercer sa science du jeunisme AUTRE PART qu'à la tête de notre pays.
a écrit le 13/10/2018 à 14:30 :
La situation est totalement insoluble. Les retraités veulent -c'est humain- un maintient voire une augmentation de leur pouvoir d'achat; ce qui exigerait une Nième augmentation des cotisations retraites des actifs -leurs enfants-, alors même que ces actif sont de moins en moins nombreux par rapport aux retraités, et que leurs propres salaires sont depuis 20 ans laminés par le chômage, la généralisation des contrats précaires à bas salaires, et la concurrence internationale exacerbée. Ces actifs savent que leur propre pension sera tres inférieure a celle des retraités actuels, alors meme qu'ils auront plus cotisé. Il n'y a donc aucune marge de manoeuvre pour augmenter les cotisations retraites, sauf a provoquer une fronde sociale des travailleurs. Alors, où trouver les centaines de milliards qui manquent ? Taxer les revenus du patrimoine ? La France est déjà le pays de l'OCDE qui les taxes le plus (malgré le PFU à 30%), cela dissuade les investisseurs de créer des entreprises en France. Taxer l'énergie ? Idem, c'est la France qui la taxe le plus: TVA, TICPE et taxe carbone comptent pour plus de la moitié de os factures de gaz et d'électricité ; pour les carburants, on est à 80% de taxes avec la TIPP. Reste deux variables d'ajustement: traquer sans pitié la fraude fiscale et le travail au noir en les punissant de lourdes peines de prison ferme (nécessaire mais pas suffisant), et taxer encore plus les héritages... mais là ce sont les retraités aisés qui ne seront pas d'accord... Bref, le problème est sans dolution. Donc les pensions vont inévitablement continuer à baisser.
Réponse de le 13/10/2018 à 16:29 :
C'est pourquoi il est incontournable d'avoir des dirigeants crédibles : lorsqu'on voit les cadeaux aux copains, les cumuls insensés de retraites d'anciens politicards, ou cumuls tout aussi insensés salaire de maire + retraite, de sièges sous différentes commissions ou conseils, il faut y faire le ménage. Et ensuite seulement on pourra parler au peuple.
Réponse de le 13/10/2018 à 19:16 :
Il y a beacoup des retraites francais qui travaillent en Afrique, sans declarer au fisc francais parce que ils sont payees au comptant en main. Donc le base du businesse du Western Union.
a écrit le 13/10/2018 à 12:57 :
Il faut avoir le courage de voir la vérité en face: avec un rapport nombre d'actifs / nombre de retraités égal à seulement 1.35 (et en diminution constante), 25% de ces actifs qui ne travaillent en fait pas du tout car au chômage, malades ou en invalidité, et 40% des derniers 75% de ces actif au travail qui ne cotisent en fait pratiquement pas voire pas du tout pour la vieillesse en raison de l'allegement voire de la suppression totale des cotisations sociales (donc des cotisations sociales vieillesse) en-dessous de 1.6 SMIC (c'est à dire l'écrasante majorité des emplois créés), il est totalement illusoire d'imaginer que les derniers travailleurs vont pouvoir continuer a financer les retraites au niveau actuel. C'est juste comptable ment totalement impossible: il faudrait pour cela éliminer totalement le chômage et surtout refaire cotiser tout le monde, y compris les bas salaires. Les baisses de cotisations sociales sont une bombe pour les retraites: ces salariés ne cotisent pratiquement pas mais il faudra néanmoins leur verser une pension... Et comme pour compenser ce sont les salaires au-dessus de 1.6 SMIC qui supportent la quasi totalité des cotisations retraite, leur coût chargé devient démesuré pour l'employeur, et les emplois qualifiés devenus non compétitifs quittent la France, qui du coup ne crée presque plus que des emplois peu payés qui ne cotisent presque pas etc. Cercle vicieux infernal.
a écrit le 13/10/2018 à 12:54 :
un retraité=1consommateur + 1 electeur .on se donne rendez-vous.
Réponse de le 13/10/2018 à 13:26 :
Comme d'habitude vous vous dégonflerez au dernier moment,et vous voterez pour la sécurité.ça marche a tous les coups.élections piège a c...
a écrit le 13/10/2018 à 12:53 :
Des statistiques par centile, c'est bien pour des professionnels. Pour M. Lambda, si vous ne précisez pas les revenus pour les premiers qui y gagnent (bizarrement le graphique ne montre pas les gains pour les bénéficiaires du minimum vieillesse) et ceux qui y perdent beaucoup, cela ne dit pas grand chose.
Une perte de 400 euros ou un gain de 470 euros annuel , cela peut être beaucoup ou peu.
Si vous avez une unité de consommation (pour les retraités l'unité de consommation, c'est quasiment par personne) à 800 euros, 470 € annuels c'est tout de même 5% de votre revenu disponible mais si vous percevez 3 000 euros mensuels ce n'est que 1,3%. Pour ceux au minimum vieillesse (600 euros), cela leur fait 6,66 % de gain.
a écrit le 13/10/2018 à 11:28 :
Moi retraité je CONSOMME MOINS comme la voulu " je t'aime moi non plus......." qui achète de la vaisselle, qui rénove son palais, qui s'achète une piscine pour faire trempette, qui fait gentiment le tour de la planète "je n'en dirai pas plus" !
a écrit le 13/10/2018 à 10:36 :
On dirait un budget de hollande ou Raffarin

Du rabotage , des petites embrouilles pour gratter 3 sous etc
Macron devait transformer le pays mais il fait comme les autres

En marche vers les extrêmes pour la prochaine élection
Réponse de le 13/10/2018 à 12:49 :
On ne peut pas avoir perdu 32 % de notre industrie en 15 ans délocalisée à l' est par la grâce de l' UE et des salaires à 400 euros et financer nos service publics et nos retraites.
http://www.politologue.com/videos/video.CHARLES-HENRI-GALLOIS-A-NANTES-LES-ILLUSIONS-ECONOMIQUES-DE-L-UE.znAF
Tant que l' inversion ne s' opérera pas c' et à dire une sortie du cadre de l' UE par le Frexit et la mise en place d ' autres coopérations non prédatrices, la misère économique et sociale ne fera qu' augmenter.
CQFD
a écrit le 13/10/2018 à 9:14 :
Retraites perdants ?? Mais par rapport à quoi ?
14% de dépenses pour les retraites en France vs. 12% dans l’OCDE => il faut à minima faire -20%
Revenu des actifs plus faibles que les retraites en moyenne
Taux de pauvreté des retraites beaucoup plus faibles que dans les autres pays

Bulle immobilière a enrichi les retraites qui ont acheté des clopinettes des apparts qu ils revendent une fortune sans payer un sous d impôt sur la plus value (vs 70% de prélèvement marginal sur les salaires - avce les charges patronales salariales, prélèvement et impôt)

Non les retraités actuels sont clairement les gagnants comparés aux autres pays et aux 50 dernières années

Réponse de le 13/10/2018 à 10:35 :
1000% d’accord
Réponse de le 13/10/2018 à 10:56 :
Je vois que le matracage idéologique fonctionne.Vous devez être jeune pour avoir cette opinion.Sachez que dans la vraie vie,tous les retraités n'habitent pas à Neuilly où sont en villégiature la moitié de l'année ,dans leur camping-car.
Quand aux maisons ou aux appartements acquis,c'est souvent le fruit de privations et de travail.
Vous serez en retraite un jour,pensez-y!
Réponse de le 13/10/2018 à 11:19 :
Le parc immobilier est essentiellement détenu par les retraités, vous m'excuserai j'ai du mal à verser ma petite larme . Leurs générations de gauche comme de droite a été au pouvoir (Hollande, Sarkozy), nous laissons, a nous les jeunes, une dette publique colossal. L'Etat a été trop sympa avec eux.
Réponse de le 13/10/2018 à 11:31 :
Vous avez oublié l'abattement de 10% pour frais professionels!
Réponse de le 13/10/2018 à 11:57 :
@michel la retraite n'est pas une prestation sociale elle a ete acquise par les cotisations sur 40 voir 45 h et on ne peut en dire autant de 14 jours pour naissance prime de rentree scolaire toutes les loisirs etc dont et cotisation sur 35 h alors je ne comprends pas votre arrogance !!!! constat quand meme

MR MACRON est le champion pour la division des Francais
Réponse de le 13/10/2018 à 15:08 :
@ gina Votre generation aussi laisse de l'endettement ex la suppression de la taxe d'habitaion n'est pas financee; l'immobilier des anciens normal jeune eux aussi n'avaient rien ,ils ont economises vous peut etre que vous preferez les loisirs ,c'est votre choix je ne critique pas !!!
Réponse de le 13/10/2018 à 15:53 :
L' état veut faire croire que c' est lui qui paye les pensions. Intox c'est nous qui avons payés les pensions de ceux qui nous précédaient. Et nous demandons aux suivants de les payer. c' est le principe de solidarité des retraites actuelles. D' ailleurs en retaite par point on peut calculer tout ce qui nous avons payé (et ne c' est pas rien), alors qu' on ne parlait pas encore de RTT, congés parental, 35h,... etc
Réponse de le 13/10/2018 à 17:35 :
de Gina G le 13/10/2018 à 11:19 :
Pourtant je suis retraité et ne possède aucun bien en France. Mais je ne pense pas que tout les retraités sont comme moi, aussi pauvre, ils en existent de plus favorisés. ouvrir son esprit est une chose essentielle, que je vous conseille d'assayer.
Réponse de le 13/10/2018 à 19:53 :
Chez les retraités c'est comme partout ,il y a la classe sociale à prendre en compte.Chez les baby-boomers (45 /55) ce sont les cadres principalement les grands vainqueurs à la retraite.Il y a 4 millions de retraités cadres (du privé et catégorie A des fonctionnaires ) dans ce pays sur 13 ,ceux la ne sont pas plaindre.Ils ont pu en plus partir dans divers plans dans des grands groupes en pré-retraite à 55 ans ,mise en disponibilité anticipée et départ à 60 ans dans les années 90/2000.N'oublions pas les augmentations générales à l'époque qui suivaient le coût de la vie et non des augmentations individuelles comme aujourd'hui avec système d'évaluation individuelle aussi dont le seul but est d'en donner le moins possible aux salariés (importé des US dans les années 85/90). Souvent les actifs restants ont du payé par le gel de leur augmentation salariale ,les plans de départ ci-dessus.Les gagnants sont les cadres de cette époque .
a écrit le 13/10/2018 à 9:06 :
En fait pour être plus objectif ne nous focalisons pas sur les perdants car tous les français sont perdants sauf : les très riches qui voient les cadeaux tombés de partout.
a écrit le 13/10/2018 à 7:40 :
Les caisses de retraites doivent être alimentées par un prélèvement sur l'ensemble de la production et non sur les salaires uniquement. Cela correspond à la TVA sociale et mieux, à un impot sur l'énergie. Voir la note n°6 du CAE.
Réponse de le 13/10/2018 à 9:09 :
L'idée de TVA sociale a été envisagée; elle n'est pas suffisante et doit être complétée par un impot sur l'énergie. Travail et énergie correspondent à une même notion économique et s'expriment avec les mêmes unités. Il faut répartir les charges sociales sur le travail et sur l'énergie. C'est ce que font tous les pays, sauf la France.
a écrit le 13/10/2018 à 2:54 :
Plus d'argent pour les anciens, mais bcp pour les partis politique.
La France cette monarchie republicaine.
a écrit le 13/10/2018 à 2:11 :
Vous avez voulu une retraite par répartition, vous en avez maintenant les effets secondaires : nombre d'entrants limité pour un nombre de retraités toujours plus important. Comme tout montage Ponzi ça se casse la figure. Et ne parlez pas d'augmenter la population pour résoudre le problème, sinon c'est que vous n'avez rien compris aux limites du monde dans lequel nous vivons. Limites que les économistes (dont la discipline n'est pas une science) semblent ignorer.
Réponse de le 13/10/2018 à 10:27 :
On n'en sait plus long que toi et franchement l'économie c'est pas ton TRUC, passe à autres choses .
a écrit le 12/10/2018 à 23:02 :
Macron en supprimant la TH va faire perdre 26 milliards d'euros par an aux collectivités locales. Les 3/4 des retraités vont perdre du pouvoir d'achat. Désindexation des pensions sécu et Agirc /Arcco. Les salariés qui s'imaginent gagner du pouvoir d'achat vont déchanter. A venir hausse des cotisations retraite Agirc /Arcco à partir du 1er janvier de 0,56 %, hausse des carburants etc... Macron , décidément, fait n'importe quoi.
a écrit le 12/10/2018 à 21:38 :
Huit retraités sur dix vont perdre du pouvoir d’achat d’ici à 2020, selon l’OFCE

Selon une étude du centre de recherches, 79 % des retraités verront leur pouvoir d’achat amputé à l’horizon 2020 du fait des mesures du gouvernement, avec une perte moyenne de 400 euros par an au global par ménage.

Source : les Échos (27 septembre)

Macron n’avait-il pas promis de prendre soin des retraités, notamment des plus modestes et comme l' analyse l' Upr ? Les effets d’annonce du gouvernement pour épargner les plus fragiles ne trompent personne. Faut-il s’étonner que l’espérance de vie baisse désormais dans notre pays quand on coupe dans les revenus de retraités vivant déjà parfois très modestement et qu’en même temps on ferme toujours plus de lits d’hôpitaux ?
Réponse de le 12/10/2018 à 22:05 :
Fallait pas voter pour eux... "Tout flatteur ne vit qu'au dépend de celui qui l'écoute" , nous disait Jean de la Fontaine
Réponse de le 13/10/2018 à 7:49 :
@patoche: Avons-nous le choix? Tant que nos élus ne seront pas payés au résultat, ils cumuleront avantages et confortables rémunérations; il n'est pas impossible que la religion chrétienne catholique y soit pour quelque chose: son histoire prouve une certaine hypocrisie...
a écrit le 12/10/2018 à 20:57 :
appauvrir les retraités c'était prévu par certains économistes des années 2000 au bénéfice du capital et préconisaient aussi d'abaisser le coût salarial . C'est son plan il semble. Avec la nouvelle mouture de la réforme des retraites cela devient pire encore .Et bien il va falloir se bouger et ne plus rester en spectateurs .
a écrit le 12/10/2018 à 20:35 :
taux de pauvreté le plus bas des pays développés et inférieur de plus de 5 points à celui du reste de la population (OCDE). les Français de + de 65 ans sont les seuls parmi les pays développés à avoir un niveau de vie équivalent à celui de l'ensemble de la population (Conseil d'Orientation des Retraites). pourcentage de bénéficiaires du minimum vieillesse en baisse régulière depuis plus de 20 ans (CNAV). coût de la vie modéré ("Is your country expensive", Eurostat, 24/08/2018 ; le coût du système de santé est relativement faible notamment). etc...
ils n'ont pas l'air d'être perdants.
Réponse de le 12/10/2018 à 22:10 :
Pour connaitre le niveau de vie des Français, il suffit de vivre dans la vraie vie et surtout pas croire se qui y a dans les journaux (papier, numérique ou télévisé).
Réponse de le 13/10/2018 à 2:57 :
GFX. Quand cesserez-vous de croire dans les stats ?
Tout le monde sait que c'est trafique. Il n'y a que vous pour gober ces balivernes.
Réponse de le 13/10/2018 à 11:57 :
la France est le pays qui comporte la plus importante part relative de retraités fonctionnaires et régimes spéciaux , dont les retraites versées sont largement supérieures à celles des retraités du privé .
ces retraites sont essentiellement financées par le budget de l'Etat ( donc le contribuable )
les retraites du privé sont financées par les cotisations employeurs et salariés ; les régimes concernés sont soumis à des transferts de solidarité ( en particulier au profit de la MSA ) . leur équilibre financier n'est en aucun cas l'objet de subventions de l'Etat , contrairement aux régimes spéciaux subventionnés chaque année de plus de sept milliards d'euros .
les régimes de retraite du secteur privé ont été régulièrement réformés depuis de nombreuses années ( temps et taux de cotisations , références de validité , modalités d'attribution des pensions ) , conduisant à leur pérennité économique au détriment des prestations versées .
cela n'a pas été le cas des régimes de retraite du secteur public et para-public qui n'ont été réformés qu'à la marge et de manière homéopathique , et continuent de voir leur charge financière toujours plus lourde pour les finances publiques .
c'est le véritable problème concernant la réforme du système général des retraites .
a écrit le 12/10/2018 à 19:50 :
11 millions de foyers , si je vous lis bien : ça fait 22 millions d'électeurs qui sauront donc comment voter en 2019/2020 et bien sur 2022 .
Réponse de le 12/10/2018 à 20:57 :
Non car ils voteront comme on leur dira sauf miracle de dernière minute cad pour l' austérité en place depuis 2008 en direct des GOPE de Bruxelles avec un autre président européiste ..
Il n' y a pas d' autre solution que le Frexit pour échapper à cette double peine, UE et austérité prégnante qui détruit les pays européens les uns après les autres.
https://www.lepoint.fr/economie/budget-2019-la-france-pas-tout-a-fait-dans-les-clous-europeens-12-10-2018-2262359_28.php
Réponse de le 12/10/2018 à 21:11 :
Selon vous, il faut determiner son vote en fonction du montant de la facture d'impots qu'on pense payer a titre indivuel ? Finalement, la solidarite, la vie en societe, l'evolution collective, ce sont des concepts bien obsoletes.
Du coup pourquoi reprocher aux "riches" de faire de l'optimisation fiscale ? c'est la meme logique, non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :