Chômage dans les DOM : des écarts vertigineux avec la métropole

 |   |  649  mots
En Guyane, le taux de chômage est passé de 22% en 2014 à 19% en 2019.
En Guyane, le taux de chômage est passé de 22% en 2014 à 19% en 2019. (Crédits : Reuters)
L'écart entre le taux de chômage de l'Hexagone et celui des Outre-mer (Martinique, Guadeloupe, La Réunion, Guyane et Mayotte) "reste marqué", selon l'Insee, celui des Outre-mer étant au minimum le double de celui la métropole, et même quasiment multiplié par quatre à Mayotte.

Les disparités sur le marché du travail restent considérables sur le territoire français. Selon une récente enquête publiée par les services de l'Insee, les écarts mesurés sur différents indicateurs restent très marqués entre 2014 et 2018 malgré l'amélioration de la conjoncture économique.

Si le retour de la croissance en 2017 a permis de réduire le chômage au niveau national, des territoires entiers souffrent encore d'un manque d'activité alors qu'ils passent souvent sous les radars médiatiques. Pourtant, régulièrement, des manifestations éclatent pour exprimer les difficultés de certaines populations plongées dans une situation économique et sociale détériorée.

> Lire aussi : Crise en Guyane : cinq graphiques pour comprendre la colère

Un chômage quatre fois supérieur

De fait, l'examen plus approfondi des chiffres de l'organisme de statistiques indique que le taux de chômage enregistré à Mayotte (35%) est quatre fois supérieur à celui mesuré en France métropolitaine en 2018 (9%). Le fossé s'est d'ailleurs agrandi entre 2014 et 2018. Il y a cinq ans, le taux de chômage au sens du bureau international du travail (BIT) était de 20% à Mayotte contre 10% sur le territoire métropolitain. Outre cette collectivité de l'océan Indien, les différences avec la Réunion (24%), la Guadeloupe (23%), la Guyane (19%) et la Martinique (18%) restent très prononcées.

Pour tenter d'expliquer un tel écart entre Mayotte et la France métropolitaine, les économistes de l'Insee expliquent que "la forte croissance démographique amène de nombreux candidats sur le marché du travail et a de fortes répercussions sur les taux de chômage et d'emploi". En quatre années, la population active de l'île a bondi passant de 54.3000 à 73.100.  "Cela s'accompagne d'une hausse importante du taux d'activité, mais limitée à 7 points (de 43 % à 50 %) compte tenu de la forte croissance démographique" , ajoute l'organisme public. En parallèle, la hausse de l'emploi a été insuffisante pour absorber cette augmentation de la population active.

Explosion du chômage des jeunes à la Réunion

Sur l'île de la Réunion, le chômage reste particulièrement préoccupant. En 2018, le taux de chômage des moins de 30 ans s'établissait à 42%. En parallèle, le nombre de personnes qui se retrouvent dans le halo du chômage, c'est-à-dire des personnes qui souhaitent travailler mais abandonnent leur recherche à cause des difficultés ou par découragement, a sérieusement augmenté (+18%) entre 2014 et 2018. D'après les données collectées par l'institut en charge des statistiques publiques, les femmes sont surreprésentées dans cette catégorie (55%).

Baisse du chômage en Guyane

En Guyane, la situation sur le front de l'emploi s'améliore légèrement. Le taux de chômage est ainsi passé de 22% à 19% entre 2014 et 2018. Mais le tableau est loin d'être idyllique pour ce territoire frappé par de fortes inégalités comme le souligne cette étude de l'Insee. Si le chômage des jeunes est le plus faible de l'Outre-Mer, il reste cependant deux fois supérieur à celui de la France métropolitaine. Dans le même temps, le nombre de personnes concerné par ce halo s'amplifie pour atteindre près du double du nombre de chômeurs.

Record de l'Union européenne

La comparaison des DOM avec les autres régions européennes met en relief les difficultés auxquelles sont confrontées ces zones géographiques. Ainsi, Mayotte est frappé par le taux de chômage le plus important à l'échelle de l'Union européenne en 2017. La médiane sur le Vieux continent se situe à 5,7% et la moyenne à 7,6%. Arrivent ensuite, la Réunion, la Guadeloupe et la Guyane. "Ainsi, les taux de chômage des DOM sont parmi les plus élevés de l'UE avec ceux des régions grecques, du sud de l'Espagne et de quelques régions du sud de l'Italie," résument les chercheurs de l'Insee.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2019 à 19:31 :
Des iles surpeuplés, avec beaucoup d'enfants qui seront au chômage pour cause de concurrences avec d'autres iles a bas salaires ! Faire moins d'enfants pour une vie meilleur ???
a écrit le 26/06/2019 à 21:54 :
Pour la Réunion il faut faire la part des choses il y a une très forte immigration métropolitaine (fonction' publique) alors que plein de jeunes diplômés sont sans emploi ou en attente de formation pour remplacer ces gens de passage.
a écrit le 26/06/2019 à 21:42 :
Attention, erreur dans l’article, Mayotte est un département et non une collectivité.
a écrit le 26/06/2019 à 18:50 :
pourquoi ce monsieur Normand nous parle d'une baisse du chômage en 2017 au niveau national????? langage formaté. nov 2017 9%, aujourd'hui 8.7% où voyez vous une baisse??? certes 0.3% de baisse est ce un exploit?? à comparer avec l'Espagne ou autres....si baisse était de 1% ou 1.5% OUI mais là 0.3%%, propos repris en boucle par quasiment tous les médias qui sont réellement d'une subjectivité totale. Y-t-'il des menaces si vous ne parlez dans le sens de macron et de sa clique??? si oui il faut le dénoncer, car 0.3%............................
a écrit le 26/06/2019 à 11:26 :
Il faut arrêter de se mettre la tête dans le sable, qui a sérieusement envie d'investir dans les DOM?
a écrit le 26/06/2019 à 10:09 :
Et encore, on ne souleve que la situation des DOM, on oublie les TOM ou la situation est analogue, voire pire.
Pauvre generations laissees a l'abandon des politicards de tous bords.
a écrit le 26/06/2019 à 9:51 :
C'est plutôt la comparaison avec les pays de la région qu'il faudrait faire, la prospérité des Dom TOM est artificielle, elle est due au versement d'aides financières très importantes de la métropole, et on y produit rien et il n' y a aucune richesse naturelle.
Réponse de le 26/06/2019 à 12:24 :
Vous avez raison. C'est impossible de faire dans ces pays des investissements industriels conséquents, car ils sont loin des marchés et les salaires minimums sont 5 à 6 fois plus élevés que ceux pratiqués dans le coin géographique où ils s'y trouvent. Exemple flagrant La Réunion située à côté de l'Ile Maurice où le salaire minimum est de 200 Euros. Un industriel a vite fait de choisir le lieu de son implantation.
Réponse de le 26/06/2019 à 14:25 :
Comment pouvez-vous affirmer qu'il n'y a aucune richesse naturelle ? Vous n'avez aucune idée de ce que vous affirmez. L'outre mer représente 80% de la biodiversité de la France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :