Compte pénibilité : un demi-million de Français bénéficiaires en 2015

 |   |  262  mots
Le compte pénibilité vise à permettre aux salariés du privé ayant exercé des métiers pénibles, de cumuler des points afin de partir plus tôt à la retraite, se former ou travailler à temps partiel.
Le compte pénibilité vise à permettre aux salariés du privé ayant exercé des métiers pénibles, de cumuler des points afin de partir plus tôt à la retraite, se former ou travailler à temps partiel. (Crédits : reuters.com)
La ministre de la Santé a estimé que le dispositif entré partiellement en vigueur au 1er janvier 2015 '"fonctionne". Prenant en compte quatre premiers critères (travail de nuit, travail répétitif, en horaires alternants ou milieu hyperbare), il sera pleinement mis en œuvre au 1er juillet 2016 avec la prise en compte de six autres critères.

C'est la mesure emblématique de la réforme des retraites de 2013. Selon la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, 500.000 personnes ont accumulé des points sur leur compte pénibilité en 2015. Sur France 5, elle a assuré que ce dernier "fonctionne" et "ces points doivent leur permettre d'avoir de la formation, ou de partir à la retraite plus tôt".

"C'est ça, me semble-t-il, la modernisation d'un modèle social: c'est aussi être capable d'individualiser les prestations", a-t-elle ajouté.

Pleinement en œuvre en juillet

Pour mémoire, le compte pénibilité vise à permettre aux salariés du privé ayant exercé des métiers pénibles, de cumuler des points afin de partir plus tôt à la retraite, se former ou travailler à temps partiel.

Entré partiellement en vigueur au 1er janvier 2015 pour quatre premiers critères (travail de nuit, travail répétitif, en horaires alternants ou milieu hyperbare), il sera pleinement mis en oeuvre au 1er juillet 2016 avec la prise en compte de six autres critères (postures pénibles, manutentions manuelles de charges, agents chimiques, vibrations mécaniques, températures extrêmes, bruit).

Une étude réalisée début janvier par l'institut COE-Rexecode -proche du patronat- estime que le dispositif du compte pénibilité est sous-financé. Alors que le nombre des postes "pénibles" est estimé à 3,3 millions -dont 75% sont exposés à un seul facteur de pénibilité et 25% à plusieurs-, la facture du dispositif devrait atteindre 600 millions d'euros en 2020 et ne cesser de monter par la suite.

>> Lire aussi La facture du compte pénibilité grimperait à 1,7 milliard d'euros en 2030

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2016 à 12:56 :
CES NOUVELLES LOIES SONT NECESAIRE POUR LES TRAVAILLEURS LES PLUS EXPOSE AUX DANGER ET A L USURE DE LEURS EMPLOIES?? ET SERAS AUSSI TRES UTILE AUX ENTREPRENEURS QUI ONT AUSSI BESOIN DE PERSONNEL EN BONNE SANTE?? CAR PARTIR DE PLUS EN PLUS TARD EN RETRAITE ET UN NON SENS ECONOMIQUE ?AVEC UN CHOMAGE QUI VAS CONTINUER D AUGMENTE DANS LES ANNEES A VENIR? LE CHANGEMENT DES ELUES N Y CHANGERAS RIEN???
a écrit le 25/04/2016 à 8:47 :
Pour le financer il suffit de faire partir plus tard à la retraite ceux qui n'ont pas d'emploi pénible. En réalité ce compte devrait permettre d'établir une liste des personnes actives classées par ordre de priorité décroissante pour la retraite. Ensuite ce sont des mesures de gestion qui diront combien chaque mois on laisse partir de gens à la retraite...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :