Coup de frein pour le PIB français au premier trimestre, qui retombe à 0,3%

 |   |  443  mots
La croissance économique française a fortement ralenti au premier trimestre, retombant à 0,3% contre 0,7% au trimestre précédent.
La croissance économique française a fortement ralenti au premier trimestre, retombant à 0,3% contre 0,7% au trimestre précédent. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La croissance de l'économie française a relenti plus que prévu au premier trimestre, tombant à 0,3%. Une perte de dynamisme qui s'explique en partie, selon l'Insee, par une consommation atone des ménages et d'une décélération des investissements des entreprises.

Coup de frein sur la croissance française. Selon la première estimation publiée ce vendredi par l'Insee, le PIB affiche une hausse de 0,3% entre janvier et mars. Loin du rythme atteint lors du dernier trimestre 2017 (0,7%), c'est aussi sa plus faible augmentation depuis l'automne 2016.

Cependant, ce n'est pas totalement une surprise : ce coup de mou a été largement anticipé par les économistes, qui jugent la dynamique économique malgré tout "solide" et le ralentissement "temporaire". Dans un article de Libération, Mathieu Plane, chercheur à l'OFCE, attribue notamment ce ralentissement actuel au calendrier fiscal du gouvernement. La hausse de la CSG, entrée en vigueur en début d'année, pourrait expliquer, en partie, la perte de dynamisme observée de la consommation des ménages - les mesures en faveur du pouvoir d'achat, comme la suppression de la taxe d'habitation, n'intervenant qu'en fin d'année.

Selon l'institut statistique, "l'acquis de croissance" - c'est-à-dire le niveau que le PIB atteindrait si l'activité stagnait d'ici à la fin de l'année - est d'ores et déjà de 1,2%. Pas de quoi s'alarmer, donc. Dans son programme de stabilité budgétaire publié mi-avril, le gouvernement dit parier sur une croissance de 2% cette année, un chiffre légèrement supérieur à la prévision de la Banque de France (1,9%), mais inférieur à celle de l'OCDE (2,2%) et du FMI (2,1%)

Une faible consommation des ménages

À l'origine de ce ralentissement, qui intervient après cinq trimestres consécutifs de croissance supérieure ou égale à 0,5% : le faible dynamisme des dépenses des ménages, qualifiées "d'atones" par l'Insee. Ces dernières n'ont augmenté que de 0,2% sur les trois premiers mois de l'année, soit le même rythme qu'au dernier trimestre 2017, malgré un rebond marqué de la consommation en énergie lié à la baisse des températures en février et mars (+1,4% après −0,6%).

L'investissement des entreprises se tasse

Le ralentissement s'explique également par de moindres investissements, tant au niveau des entreprises (+0,5% après +1,6% fin 2017) que des ménages (+0,5% après +0,6%), ajoute l'organisme public.

Les échanges extérieurs ne contribuent pas à la croissance

Les exportations sont quasi stables au premier trimestre 2018 après le fort dynamisme observé au quatrième trimestre (−0,1 % après +2,5 %), notamment en matériels de transport. Dans le même temps, les importations sont stables (0,0 % après +0,4 %).

Au total, les échanges extérieurs ne contribuent pas à la croissance, après une contribution de +0,6 point au trimestre précédent.

Dans ce contexte, la production totale de biens et services a nettement ralenti, avec une croissance de 0,3% contre +0,9% au trimestre précédent, avec un repli marqué dans le secteur manufacturier (−1,1 % après +1,5%).

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/05/2018 à 6:19 :
En 2017 285.000 Italiens ont été obligé de s'expatrier pour éviter le chômage.
Ils sont allés renforcer les économies de nos concurrents, pour les moins qualifiés travail à la chaîne en Allemagne, les mieux qualifiés États-Unis, Australie, Canada.
Elle est belle l'Europe Franco-Allemande!
Les traités européens, tels qu'ils sont, c'est bien l'axe franco-allemand qui les a pondus?!
Environs le même nombre d'Africains ont étés sauvés et déposés comme réfugiés en Italie.
a écrit le 30/04/2018 à 8:36 :
C'est normal avec une augmentation continuelle depuis 40 ans des prélèvements obligatoires il ne reste plus grand chose pour la croissance. Et vue ce qu'est la politique économique et fiscale d'Emmanuel Macron ce n'est pas pret de changer.
a écrit le 29/04/2018 à 20:51 :
C'est normal, le trafic d'organe n'a pas été pris en compte dans le calcul.
a écrit le 29/04/2018 à 10:27 :
Vente de drogue, prostitution sont prises en compte dans le calcul du PIB, comment ? Mystère et boule de gomme ! Bref on raconte des conneries !
a écrit le 29/04/2018 à 1:46 :
Honte à Emmanuel Macron !
Honte à lui ! Honte sur lui !
a écrit le 28/04/2018 à 21:02 :
Et notre premier ministre qui commençait à pérorer sur les merveilleux résultats de l'ère Macron....
Réponse de le 29/04/2018 à 2:48 :
Mais non : avec toutes les réformes, un avenir radieux nous attend : par exemple, les entreprises étrangères attendent que le latin soit généralisé en FRANCE pour investir dans un pays aussi tourné vers l'avenir.
le latin, c'est quand même mieux que le chinois, les maths ou l'informatique.
Réponse de le 29/04/2018 à 2:48 :
Mais non : avec toutes les réformes, un avenir radieux nous attend : par exemple, les entreprises étrangères attendent que le latin soit généralisé en FRANCE pour investir dans un pays aussi tourné vers l'avenir.
le latin, c'est quand même mieux que le chinois, les maths ou l'informatique.
a écrit le 28/04/2018 à 8:03 :
Rassurez moi, ne me dites pas que c´est une surprise pour les politiciens...

+ 9 milliards de taxes et impots
toutes les augmentations du début de l´année: carburants, assurances, énergie.....

Les contribuables et consommateurs ne peuvent pas en plus dépenser de l´argent
qu´ils n´ont plus. ce ne sont pas des politiciens. ils ont des comptes à rendre à leur banquier s´ils sont à découvert.
Réponse de le 28/04/2018 à 8:24 :
ajoutons la fondation pour l'esclavage qui va encore couter bonbon mais elle case le copain herault et sa clic comme avec borlo
a écrit le 27/04/2018 à 22:46 :
Et ce qui est bien c'est qu'avec la hausse des taux, le poids de la dette va peut-être enfin obliger nos champions à rationaliser les dépenses et mettre les responsables face à leurs responsabilités. Il suffit de voir les gabegies financières à NDDL, à la SNCF réseau, PPP systématiquement finalement pour s'en convaincre.
Vivement un pouvoir coercitif à la Cour des Comptes.
Réponse de le 28/04/2018 à 10:02 :
"politiques responsables"!
Vous m'avez bien fait rire.
Continuez, a croire dans la justice de classe, garante de vos libertes.
a écrit le 27/04/2018 à 21:31 :
C'est sûr que c'est pas très encourageant comme ''vigueur économique'' Française, mais faut-il vraiment s'en étonner ? La France est en haut de cycle depuis au moins 2 ans, et la pente périclite rapidement depuis plus de 6 mois, et davantage selon certains, mais est-ce si surprenant ? Alors, que la France vende dès maintenant tout ce qu'elle peut vendre (et subito presto, pendant que ça vaut encore quelque chose) avant de demander l'aide du FMI, de la BCE, d'un nouveau Plan Marshall, de l'aide des Indiens ou des Russes... ou même des Britanniques, ou encore bien pire, des Allemands.
Réponse de le 28/04/2018 à 21:46 :
"La France est en haut de cycle depuis au moins 2 ans"
"la pente périclite rapidement depuis plus de 6 mois"
Tout ça est complètement faux, le haut de cycle ne date que de quelques mois, et le ralentissement n'est que très récent et a déja été largement anticipé et commenté.
Quelques chiffres:
croissance pib T2 2016: 0% (un peu bas pour un haut de cycle)
croissance pib T1 2018: 0,7% (un peu haut pour un ralentissement)
Réponse de le 28/04/2018 à 22:20 :
La France est en effet en haut de cycle depuis 2016... et le ralentissement du 1er trimestre de 2018 vient confirmer que la France s’essouffle, et pire, s'étouffe... encore une fois. Le taux de chômage est à 1,5% de plus qu'il y a 10 ans, et ceci dans une conjoncture tout à fait exceptionnelle. La France ne peut que s'endetter davantage et davantage pour payer l'épicerie.

Monsieur ''le faux Irlandais'' vous devriez prendre quelques cours utiles d'alphabétisation et apprendre à lire convenablement, puis commenter avec justesse, puisque mon commentaire est bien deçà de la pénible réalité Française... et si ça vous fait mal à votre ego... je suis sûr que vous avez la médication qui vous convient... et vous vous en remettrez.
a écrit le 27/04/2018 à 20:02 :
Faibles croissance et consommation des ménages: hausse de la CSG, hausses des carburants et de l'énergie, hausse des assurances, mutuelles et taxes reliées, hausse de l'alimentation, hausse des impôts locaux, prix prohibitifs des parkings et péages, ... Tout çà avec des revenus qui ne bougent pas, pas besoin de sortir de l'ENA pour en tirer des conclusions.
a écrit le 27/04/2018 à 15:34 :
Les forts-en-thème qui nous gouvernent depuis quarante ans ne cessent de nous dire que nous sommes mauvais et qu'eux seuls SONT la vérité; nous les avons crus; ne nous étonnons donc pas de la situation de stagnation que nous vivons; espérons qu'un jour nous reverrons le retour du Bon Sens et la fin du déficit budgétaire défini comme le résultat d'une soustraction et non plus d'une division.
a écrit le 27/04/2018 à 15:18 :
Bah, si la croissance atteint 2% en 2018 comme prévu, ça sera pas mal du tout et ça permettra même de désendetter un peu le pays.
Vu la décennie perdue qu'a traversé la France, on devrait être content du contexte actuel même si le chômage n'est pas réglé.
Réponse de le 27/04/2018 à 17:51 :
Avec les GOPE de Bruxelles, c' est l' enlisement assuré du pays par Macron le liquidateur intervenant après Hollande et Sarkozy.
Frexit, UPR, vite
https://www.upr.fr/
Réponse de le 28/04/2018 à 22:01 :
Et pendant que vous récitez votre leçon, les anglais se mordent les doigts avec leur brexit qui ne sera jamais le grand succès que vous auriez voulu qu'il soit.
a écrit le 27/04/2018 à 15:15 :
L'inflation sur les 12 derniers mois est à 1'6% et la CSG à augmentée de 1,7 . retraité j'ai perdu 3,3% de pourvoir d'achat cette année .et je flippe sur les futures taxes à venir( habitation, carbone...) Ma conso est directement et durablement impactée
a écrit le 27/04/2018 à 14:50 :
Vous croyez quoi ? que Napoléons 4,va faire des miracle ? il en ferra pas plus que les autres qui ont précédés .Il va continuer à nous piquer de l'argent en nous faisant que c'est pour notre bien,mais notre bien maintenant est à - 2000miliards et quelque, que l'on nous a volé pour notre BIEN
Réponse de le 27/04/2018 à 15:24 :
Je crois surtout que vous êtes fâché avec le français.
Réponse de le 27/04/2018 à 17:29 :
Il a été volé pour votre bien cet argent, il a servi a payer tout ce que les français veulent absolument avoir sans ne rien reformer car il ne faut surtout pas optimiser une dépense car c'est etre un monstre ultralibéral que de dire qu'il faut optimiser chaque sous : service public de train, universités gratuites sans aucune sélection, transports publics gratuits ou presque, APL, AME, mairie de moins de 500 hab., députés pléthoriques, assurances chomage, assurance santé, assurance vieillesse...
Réponse de le 27/04/2018 à 21:21 :
@ kepi

Ce que vous dites est tout à fait juste et vous mettez le doigt là où ça fait mal vraiment... et depuis longtemps. Si on regarde la désindustrialisation de la France depuis 1965, une dette publique qui gonfle décennie après décennie, et les Français aussi pleurnichards que désabusés en veulent toujours et encore plus... Des services publiques qui ne vivent, survivent et ne perdurent que de l'endettement. Et les Français continuent encore à se plaindre, à geindre et à se déculotter pour encore en avoir plus... et bien qu'ils aillent directement au Frexit... et le dossier sera en fin régler.
a écrit le 27/04/2018 à 14:19 :
Hollande le disait sans cesse:il y a des cycles pour la croissance.Après la forte croissance précédente nous entrons dans un ralentissement logique qui sera INEVITABLEMENT suivi d'une reprise.Alors pas besoin de paniquer pour un rien,continuez a vivre et dépenser normalement.
Réponse de le 28/04/2018 à 9:21 :
Citer Hollande pour la théorie des cycles économiques due à Schumpeter... bôf. Reste que certaines politiques publiques permettent d'atténuer les effets des bas de cycles et de profiter au mieux des hauts de cycle. Ce qu'a fait l'Allemagne... et ce que n'a que trop peu fait Hollande (seul le CICE, quoique trop complexe et trop limité dans son montant, est allé dans le bon sens dans son quinquennat).
a écrit le 27/04/2018 à 12:20 :
Avec la hausse des impôts et des taxes, pas étonnant que la croissance ralentisse.
Une croissance qui devrait rester faible, hausse du pétrole et des taux. Cerise sur le gâteau, le prélèvement à la source le 1er janvier 2019. La feuille de paye va se réduire, au lieu d'être prélevé le 19 de chaque mois (mensualisation) , il faudra supporter 1 mois complet. Bonjour les comptes à découvert.
a écrit le 27/04/2018 à 12:04 :
HAUSSE de la csg mais aussi hausse sur le carburant ;les autoroutes 8 taxes depuis le debut de l'annee les budgets ne sont pas extensible et la confiance MACRON s'amenuise LES promesses sur le cout du train de vie de l'etat reste des promesses
a écrit le 27/04/2018 à 11:01 :
Cela montre qu'en exonérant les super-riches d'une partie des taxes, l'investissement dans notre pays ne s'améliore pas. La théorie idéologique du ruissellement économique est donc infondée. La concentration des richesses entraîne une soumission des démocraties au bon vouloir des riches : nos sociétés "démocratiques" deviennent des monarchies économiques ou la souveraineté appartient au capital.
Réponse de le 27/04/2018 à 11:25 :
Pas si vite, l'ISF 'à part sur l'immobilier vient d'être supprimé, ses redevables n'en ont pas encore bénéficié ! Et à entendre certains discours politiques sa réintroduction pourrait être à l'ordre du jour. Si on veut qu'il y ait des effets plus rapides, il faudrait constitutionnaliser l'interdiction de tout retour de l'ISF.
a écrit le 27/04/2018 à 10:09 :
Ce n'est pas étonnant que la consommation des ménages soit en berne entre la hausse de la csg sur plusieurs millions de retraités plus le gel du point d'indice de plus 4,5 millions de fonctionnaires même si pour les fonctionnaires ont peut parler carrément de baisse de leur traitement puisqu'ils ont dû subir une hausse de leur taux cotisation retraite afin de l'aligner avec celui du privé. Je ne suis pas très optimiste pour la croissance cette année. Je me demande si elle atteindra 1,5 % du Pib bien loin des 2 %prévus par le gouvernement.
a écrit le 27/04/2018 à 9:59 :
Les Français n'y comprennent rien en économie. Il faut appliquer la note n°6 du CAE. Ce qui consiste à mettre une taxe sur l'énergie pour financer les charges sociales.
Réponse de le 27/04/2018 à 11:20 :
Quand on voit les effets sur la croissance du matraquage fiscal sur l'énergie du début 2018 (gaz+carburants) on se rend vite compte que c'est une TRES mauvaise idée.
Réponse de le 29/04/2018 à 15:57 :
Le travail et l'énergie représentent une même grandeur physique. Pourquoi faire une différence en économie? Il faut taxer le travail et l'énergie suivant une répartition qui dépend du progrès technique. Pourquoi personne n'en parle? Est ce volontaire?
a écrit le 27/04/2018 à 9:58 :
Matraquage fiscal et réduction drastique des dépenses publiques... c'est à l'évidence une politique d'austérité (sélective, c'est le président des très riches) qui est menée, même si on semble seulement le découvrir maintenant.

Et bien ce type de politique a des conséquences multiples, et la stagnation économique par manque de demande en est une.

Macron continue et accroît le cercle vicieux de la décroissance dans l'espoir dément que plus les consommateurs seront pauvres, plus ils consommeront.
Réponse de le 27/04/2018 à 11:27 :
La réduction (homéopathique, pas drastique) des dépenses publiques serait plutôt de nature à améliorer les choses. Elle est trop élevée d'au moins 10 points en France.
a écrit le 27/04/2018 à 9:57 :
"Une perte de dynamisme qui s'explique en partie, selon l'Insee, par une consommation atone des ménages et d'une décélération des investissements des entreprises"

Consommation en baisse du fait de la politique néolibérale de nos comptables des riches et investissement des entreprises en baisse étant donné que notre banquier président donne surtout envie de placer son argent dans la rente, puisque celui-ci est d'abord le serviteur des marchés financiers, plutôt que dans l'économie.

Notre soit disant génie national plébiscité par tous les médias de masse qui veut à tout prix mesurer l’efficacité de chaque salarié ferait mieux de penser à son efficacité à lui et ses alcolytes, parce que pour l'instant c'est un zéro pointé.

Mais bon nous savons tous hélas qu'il n'est pas là pour faire prospérer le pays mais le planter afin de le revendre aux marchés financiers.
a écrit le 27/04/2018 à 9:47 :
Outre le fait qu'on a probablement dépassé le haut du cycle économique (la reprise en France ayant été particulièrement tardive en France du fait de ses problèmes structurels de compétitivité, de coût du travail excessif, du poids excessif de sa dépense publique), on oublie aussi le matraquage fiscal sur les carburants et le gaz sous prétexte d'alignement des fiscalités du gazole et de l'essence (qu'on aurait pu aussi obtenir par une baisse de la fiscalité sur l'essence... et dont on se demande même si elle est justifiée, dans la mesure où les dernières annonces de Bosch, si elles sont confirmées, feront nettement reprendre la tête au diesel en matière de propreté par rapport à l'essence) et de taxe carbone. Après avoir payé ces hausses de taxes peu justifiées par autre chose que la boulimie de l'état, l'argent disponible pour consommer est réduit d'autant.
Réponse de le 27/04/2018 à 19:57 :
Et bla bla bla et bla bla bla, le voilà qui nous lit sa bible européiste !


Manque le couplet sur les réformes oups, les GOPE !
Réponse de le 28/04/2018 à 9:26 :
OUI ou NON la reprise a-t-elle été particulièrement tardive en France par rapport à TOUS les pays européens ? OUI ou NON la dépense publique française est elle la plus élevée de l'UE ?
a écrit le 27/04/2018 à 9:47 :
riche retraité matraqué par la CSG augmentation de cette taxe de 23 % et oui; mais surtout par l'absence d'indexation depuis quatre ans (nous avons donc perdu environ 8 000 euros) par rapport aux salariés...et nous continuons tous les deux a travailler..nous avons non pas fréiné mais chercher a réduire nos dépenses achats sur internet, achat groupé avec des copains, retard dans le changement de voitures (on a fini par acheter une Mercedes A AMG avec 23 % de réduction) neuve bien sur...nos charges et nos impots locaux ont augmenté, l'essence galope..perso je n'ai pas acheté d'objets de collection depuis 6 mois....nous partons en croisières en solde... nous sommes envahi de pub de prix cassés, vins, voyages, montres, voitures... donc aussi moins de TVA pour l'état....on achete sur internet sans TVA ni droits de douanes... et j'ai augmenté mes factures d'honoraires...qui sont payées à l'étranger////nous n'avons pas confiance a ces gens prétentieux qui ne savent rien tient je viens de recevoir 15 jours au Maroc pour 260 euros par personne (je sais on nous attend la bas...) il n'y a plus de prix .... on commence a demander 10 ou 15 % de réduction ou on va ailleurs//
a écrit le 27/04/2018 à 9:33 :
On a jamais autant produit de richesse de nos jours mais les salaires du secteur marchand n'augmentent pas en proportions sauf pour les 10% les plus riches de la planète. Si la richesse produite n'est pas mieux répartie on finira pas assécher la source... Un problème mondial.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :