Covid-19 : un plan de déconfinement complexe et strict pour les entreprises

 |   |  956  mots
(Crédits : Pascal Rossignol)
Les entreprises souhaitant reprendre leur activité le 11 mai devront respecter des règles, allant de la distanciation à la désinfection en passant dans certains cas par la fourniture de masques. Le protocole sanitaire de déconfinement pour les entreprises du secteur privé préparé par le ministère du Travail prévoit des mesures strictes visant à assurer la protection des salariés. Ce document dévoilé dimanche précise la doctrine générale de protection collective que les employeurs du secteur privé doivent mettre en place.

Mesures de distanciation sociale, équipements, horaires décalés, transports....à quelques jours du déconfinement, les règles se précisent pour les entreprises. Le ministère du Travail a rendu public son protocole de déconfinement ce dimanche soir pour "assurer la sécurité et la santé des salariés". Malgré cet objectif affiché, la tâche pourrait s'avérer bien complexe pour un bon nombre d'entreprises confrontées au coronavirus depuis plusieurs semaines déjà. Toutes ces règles pourraient ainsi dissuader les employeurs de faire revenir les salariés sur leur lieu de travail au plus vite.

Des règles de base

Les services du ministère du Travail ont énoncé quelques règles de base s'appuyant sur un socle commun à appliquer dans le secteur privé.

  • Se laver régulièrement les mains à l'eau et au savon ou avec une solution hydro-alcoolique (SHA), ne pas se sécher les mains avec un dispositif de papier/tissu à usage non unique;
  • Eviter de se toucher le visage en particulier le nez et la bouche;
  • Utiliser un mouchoir jetable pour se moucher, tousser, éternuer ou cracher, et le jeter aussitôt

Des mesures de distanciation sociale complexes à appliquer

Le respect des règles de distanciation sociale pourrait s'avérer complexe à mettre en oeuvre. Pour définir ses recommandations, le ministère du Travail s'est appuyé sur un avis du haut conseil de la santé publique pour mettre en place "un critère universel". L'espace minimum pour faire respecter les règles de distanciation sociale a été fixé à 4 m2  minimum par personne, "ce qui doit permettre de garantir une distance minimale de 1 mètre autour d'une personne (dans toutes les directions)". Si cette distance minimale est impossible à mettre en place, le ministère de la rue de Grenelle explique que le port du masque grand public doit être mis en oeuvre.

Une jauge difficile à calculer

Beaucoup d'employeurs pourraient se retrouver au pied du mur avec ce mode d'emploi. En effet, les entreprises vont devoir calculer une jauge de personnes pouvant être présentes sur le lieu de travail. Et la configuration de certains locaux pourrait bien plonger les entreprises dans le flou le plus total.

"La surface de l'établissement à prendre compte par l'employeur ou l'exploitant est la surface résiduelle de l'espace considéré, c'est-à-dire la surface effectivement disponible pour les occupants, déduction faite des parties occupées. Pour un bâtiment de bureaux par exemple, cette surface est d'environ 80% de la surface totale pour tenir compte des espaces de circulation notamment. Pour un magasin, il convient de retrancher à la surface totale celle qui est occupée par les rayonnages et les réserves (entre autres) pour déterminer in fine la surface résiduelle pour l'accueil des clients. Ainsi, un établissement disposant d'une surface résiduelle de 160 m² pourrait accueillir simultanément 160/4 = 40 personnes ou salariés. La « jauge » de 4m² par personne peut toutefois être corrigée, à l'initiative de l'exploitant et au vu du résultat de l'évaluation des risques, d'une marge de sécurité en fonction de l'activité.

Pour les très grandes surfaces résiduelles de plus de 40.000 m2, "l'ouverture est conditionnée à l'autorisation du préfet" explique le document.

Les équipements de protection individuelle en dernier recours

Les préconisations du ministère se concentrent avant tout sur la limitation des contacts physiques avec une priorité accordée au télétravail, un aménagement des horaires et des tâches, une réorganisation des espaces ou du travail, l'installation de barrières de séparation physique, la régulation des flux de circulation, le marquage au sol. L'objectif de la doctrine avancée par le gouvernement est que les équipements de protection individuelle (masques,visières) doivent être utilisés en dernier recours.

En outre, l'administration signale que si "les lieux n'ont pas été fréquentés dans les 5 derniers jours, le protocole habituel de nettoyage suffit. Aucune mesure spécifique de désinfection n'est nécessaire." Il est uniquement recommandé de :

  • Bien aérer les locaux ;
  • Laisser couler l'eau afin d'évacuer le volume qui a stagné dans les canalisations intérieures pendant la durée de fermeture.

En revanche, si les lieux ont été fréquentés dans les cinq derniers jours, "un nettoyage habituel avec un produit actif sur ce virus doit avoir lieu".

Des dépistages prohibés

Les tests de dépistages élaborés par les entreprises sont formellement interdits. Le document officiel explique que au regard de la complexité des procédures à mettre en oeuvre, "la réalisation des prélèvements [...]  doit être faite par des professionnels formés". En revanche, le gouvernement d'Edouard Philippe recommande aux entreprises de relayer les messages des autorités sanitaires, évaluer précisément les risques de contamination et en incitant les salariés "symptomatiques à ne pas se rendre sur leur lieu de travail ou à le quitter immédiatement si les symptômes se révèlent sur leur lieu de travail et à consulter".

Risques juridiques

La publication de ce protocole risque d'alimenter le sentiment d'insécurité juridique chez beaucoup d'employeurs.  Dans un courrier commun adressé ce week-end à la ministre du Travail Muriel Pénicaud, le Medef, la CPME, l'U2P et la FNSEA se sont ainsi dits prêts "à assumer l'obligation de moyens qui est la leur" tout en mettant en garde contre d'"éventuelles dérives". "Il est impératif de limiter et clarifier le périmètre de cette obligation pour éviter d'éventuelles mises en cause de la responsabilité civile et pénale de l'employeur qui a fait diligence", ont insisté les syndicats patronaux.

Cliquez sur le document ci-dessous pour accéder au protocole national de déconfinement annoncé par le gouvernement.

protocole confinement

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2020 à 8:58 :
Il y a du mauvais dans ces plans, -ils sont compliqués-, mais il y a du bon, -ils sont compliqués et donc définissent les moyens à mettre en oeuvre de façon exhaustive-. Nos entreprises vont faire le job, surtout les grandes qui sont structurées pour le faire, dont Amazon qui avait mis un système probablement très efficace, très injustement -mon avis- punie. Notons que ces plans sont stricts pour les entreprises, mais également pour les salariés, qui vont les appliquer, voire les subir. On se demande aujourd'hui ce qu'en pensent les entreprises, mais on verra ce qu'en penseront les employés.. Le déconfinement sera réussi si tous montrent une très grande rigueur, une discipline; cette discipline lors du confinement a été la règle de la part de la majorité des français. Notons que les réfractaires aujourd'hui sont à la fois les fonctionnaires et les Maires, inquiets d'avoir à subir les mêmes règles que les privés: il va falloir qu'ils se reprennent!
Réponse de le 08/05/2020 à 10:41 :
Sauf que dans la plupart des entreprises seul compte le prix de l’action et l'argent qui rentre. Donc les travailleurs vont manger grave !
a écrit le 05/05/2020 à 8:33 :
Il mnaque juste l'équation permettant de tenir compte de la vitesse du vent qui disperse poussieres pollens et virus sans oublier l'age du capitaine!!
a écrit le 05/05/2020 à 7:53 :
Hé les ramier(ères), il faudrait peut être que sonne la fin des vacances " forcées " dont bon nombre d'entre vousb se sont amplement réjoui grâce au fric du chômage partiel, et retourner au boulot !!!
Perso, dans ma boite, pas d'arrêt d'activité, port du masque obligatoire fourni ou maison, et continuité de l'activité !!!
La santé a bon dos !!!!

PS: pas de cas grave de covid dans ma boite, protection oblige...

Allez, y'a plus qu'à !!!
a écrit le 05/05/2020 à 7:50 :
Hé les ramier(ères), il faudrait peut être que sonne la fin des vacances " forcées " dont bon nombre d'entre vous se sont amplement réjoui grâce au fric du chômage partiel, et retourner au boulot !!!
Perso, dans ma boite, pas d'arrêt d'activité, port du masque obligatoire fourni ou maison, et continuité de l'activité !!!
La santé a bon dos !!!!
Réponse de le 08/05/2020 à 10:44 :
C'est marrant car moi aussi j'ai continué a bosser comme avant, mais j'ai pas la même approche. La reprise m'inquiète plus que vous car rien n'est prêt... Les patrons vont continuer le télétravail ou resteront confiné dans leur bureaux pendant que les vrais travailleur eux ce contamineront par obligation... Et pourquoi juste pour que le prix des actions montent et que ceux qui sont tranquillement gagnent plus en fin d’année?.. C'est beau la France...
a écrit le 05/05/2020 à 0:47 :
Franchement, un employeur avisé a tout intérêt à rester au chômage technique plutôt que de supporter les fantaisies technocratiques ou risquer l'Inspection du Travail ou des procès interminables ; et puis sinon, licencier car ce sera de toutes façons inévitable.
a écrit le 04/05/2020 à 20:23 :
Je suis rassuré nos élites et technocrates nous ont pondu un de ces plans que eux seuls au monde ont le secret. La France est sauvée. Peut être vaudrait il mieux de continuer le confinement que d'appliquer ce plan.
a écrit le 04/05/2020 à 19:00 :
Pour eux le seul espoir de retrouver une vie normale c'est de respecter un mode de vie complètement aseptisé et d'ici quelques mois quand nous serons à bout la seconde vague arrivera et ils improviseront: la stratégie du stop and go dans toute sa splendeur inventée par technocrates déconnectés de tout.
Le seul espoir de retrouver une vie normale c'est de dire non à cette usine à gaz.
a écrit le 04/05/2020 à 18:00 :
Un truc me fait marrer, on parlant de la fameuse " IA", matin, midi et soir... c'est silence radio maintenant, elle ne serait pas si intelligente que ça ? ;o)))) Le virus était plus "malin" qu'elle, du bio pour souche analogique . L'ordi quantique est en sommeil, comme la connerie de Musk, avec ses "capsules, pseudo métro sous vide " .
a écrit le 04/05/2020 à 17:50 :
Malgré les efforts du gouvernement pour éviter les écueils juridiques, il doit bien se douter que les recours vont pleuvoir. On aboutit à un système complexe à la hauteur de la défiance de la population envers ses gouvernants, bien loin d'autre pays européens qui ne font pourtant pas mieux.
Etre français cela a un prix!
Réponse de le 05/05/2020 à 9:29 :
"Etre francais a un prix" , sans doute du 2nd degre ?. l'ideal c'est d'en etre parti, definitivement.
Pays de dingues, pas de doute.
a écrit le 04/05/2020 à 15:59 :
Ah! La belle usine à gaz comme savent si bien en produire nos énarques. Tout doit être pensé, réglé pour tout le monde, sans distinction. Et ça marche ? Non, ça ne peut pas marcher. Chaque entreprise est un microcosme, un cas particulier. Il suffirait de rappeler quelques généralités sur les moyens de protection et ensuite faire confiance aux entreprises pour s'adapter.
Mais non, tout doit venir d'en haut jusque dans le moindre détail.
En matière d'infantilisation, ce gouvernement tient le pompon...pour masquer son incompétence ?
Réponse de le 04/05/2020 à 17:00 :
Si ce n'était que son incompétence...
a écrit le 04/05/2020 à 15:16 :
"avec un produit actif sur ce virus "

Quel est le principe actif de ce produit ? Son impact environnemental ou sur la santé humaine svp ?

Les multinationales qui ne sont plus que force de vente et juridique ne risquent rien, les PME bien plus mais les premiers touchés par une possible vague de plaintes déposées par des gens terrifiés par les médias de masse seront comme d'habitude les petits commerçants et les indépendants qui en font déjà beaucoup trop et que risque de finir par totalement découragé si on les traite comme des pestiférés.

Notons que nos politiciens font sans cesse appel aux citoyens que nous sommes pour combler leur incapacité à gérer alors que passant leur temps à éradiquer la puissance politique de notre nation et donc la citoyenneté de chacun des français. Mais bon il est vrai que si c'était la seule aberration du néolibéralisme cela serait plutôt tranquille.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :