Des sanctions plus dures sur le contrôle des chômeurs en 2019

 |   |  864  mots
(Crédits : Charles Platiau)
La porte-parole des députés LREM Aurore Bergé a assumé mercredi des sanctions plus dures pour les chômeurs en cas de manquement à leurs obligations au nom d'une "logique de justice".

>> ARTICLE DU 02/01/2019 09:02 | MISE A JOUR LE 03/01/2019 09:40

Certaines sanctions prévues sont plus dures que ce qu'avait initialement annoncé le gouvernement, d'après un décret publié dimanche au Journal officiel, dans le prolongement du volet "contrôle des chômeurs" de la réforme "avenir professionnel" adopté dans son principe cet été par le Parlement.

"C'est fait tout simplement dans une logique qui est une logique de justice", a plaidé la députée des Yvelines sur CNews, en défendant un "équilibre entre des droits supplémentaires", par exemple en matière de formation, et des "devoirs supplémentaires, recherche d'emploi notamment".

"A partir du moment où vous ne venez pas à votre rendez-vous avec Pôle emploi et donc que vous n'êtes pas dans une recherche active d'emploi et que vous ne respectez pas quelque part le contrat que vous passez avec la société, avec les Français, c'est logique qu'il puisse y avoir des sanctions", a-t-elle estimé.

Suppression de l'allocation dès le premier manquement

En mars dernier, le ministère du Travail avait annoncé de nouvelles sanctions, certaines allégées, d'autres alourdies, pour les chômeurs.

Le fait de ne pas se rendre à un rendez-vous avec un conseiller, par exemple, devait être sanctionné de 15 jours de radiation des listes au lieu des deux mois actuellement en vigueur. Finalement, ce sera un mois de radiation selon le texte du décret, deux mois au bout de deux manquements et quatre mois au "troisième manquement" constaté.

S'agissant des sanctions concernant l'insuffisance de recherche d'emploi (refus à deux reprises de deux offres raisonnables d'emploi par exemple), le gouvernement avait évoqué des sanctions graduelles: suspension de l'allocation d'un mois la première fois, de deux mois la deuxième fois et quatre mois la troisième fois. Il avait alors précisé que l'allocation serait amputée à partir de la deuxième fois.

D'après le décret, l'allocation est "supprimée" dès le premier manquement et non "suspendue", ce qui permettait de conserver ses droits.

Aurore Bergé a fait valoir que sur la formation professionnelle, le gouvernement "a mis le paquet", avec "un million de chômeurs de longue durée qui vont bénéficier d'une formation".

"Les sanctions beaucoup plus dures, ça doit s'accompagner de propositions d'emplois plus importantes et d'accompagnement plus importantes", a plaidé pour sa part le député LREM Aurélien Taché, corapporteur de la loi "avenir professionnel", sur France Inter.

"J'ai toujours dit quand j'étais rapporteur de cette loi que je n'étais pas du tout pour qu'on traque les chômeurs" car "quand ils n'ont pas de travail, c'est la plupart du temps tout simplement parce qu'ils n'en trouvent pas", a-t-il souligné.

Un "durcissement inutile", selon FO

Le secrétaire général de Force ouvrière, Yves Veyrier, a fustigé jeudi le "durcissement inutile" selon lui des sanctions prévues contre les chômeurs manquant à leurs obligations, dénonçant un "danger" et un risque de précarisation des demandeurs d'emploi.

"J'y vois d'abord un durcissement de sanctions inutile parce que cela touche une très faible catégorie de personnes", a déclaré sur RTL le numéro un de FO, interrogé sur un décret controversé publié le 30 décembre.

"Le nombre de chômeurs indemnisés qui ne se rend pas régulièrement à un rendez-vous, c'est moins de 4%", a fait valoir M. Veyrier, ajoutant que "60% des chômeurs indemnisés ne vont pas au terme de leur indemnisation parce qu'ils ont retrouvé un emploi".

"On est en train de transformer Pôle emploi en agence de contrôle de l'attitude des chômeurs plutôt qu'en agence d'accompagnement pour la recherche d'un emploi", s'est-il indigné.

Il s'est inquiété du "danger" d'"une politique du chiffre", dénonçant la suppression pure et simple de l'allocation prévue dès le premier manquement à une obligation (excepté pour le cas d'un rendez-vous manqué) au lieu de sa suspension.

Autre "danger", la redéfinition de ce qu'est une "offre raisonnable d'emploi", laissée à l'appréciation des conseillers de Pôle emploi.

"Le risque là-dedans c'est qu'on précarise finalement un certain nombre de salariés au chômage en leur imposant, au risque de perdre leur indemnisation, de devoir reprendre un emploi à des conditions salariales bien moindres" que dans leur précédent travail, a expliqué le leader de FO.

Le volet "contrôle des chômeurs" de la réforme "avenir professionnel" avait été adopté dans son principe cet été par le Parlement. Mais le durcissement des sanctions détaillé dans le décret est plus important qu'annoncé par le gouvernement.

Par exemple, le fait de ne pas se rendre à un rendez-vous avec un conseiller devait être sanctionné de 15 jours de radiation des listes au lieu des deux mois actuellement en vigueur. Finalement, ce sera un mois de radiation, deux mois au bout de deux manquements et quatre mois au "troisième manquement" constaté.

"La moindre des choses aurait été au minimum de réunir les interlocuteurs sociaux" qui auraient "peut-être pu apporter des correctifs" au décret, a estimé Yves Veyrier.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2019 à 11:27 :
Pour le sérieux, le contenu et l'intérêt des formations proposées ou imposées aux chômeurs ?
Pour la réalité du travail effectué par les agents de Pole Emploi ?
Sur la transparence financière des formations financées pour les chômeurs ?
Sur les compétences des formateurs, des consultant(e)s, des coachs et autres accompagnateurs/trices du privé ?
Réponse de le 08/01/2019 à 20:24 :
Mais non il n'y a pas "de contrôle" juste moins de personnel a pôle emploi et moins d’indemnités données aux chômeurs. D'ailleurs il y a de fortes chances que dans les prochaines années ils ne puissent plus pointer car il n'y aura plus personne aux guichets de pôle emploi ou ils devront faire plus de 200km pour aller à l'agence la plus proche et comme ils ne pourront pas y aller...
a écrit le 04/01/2019 à 13:10 :
le résultat est prévisible, plus de rsa sur le budget des communes, plus de dettes. Plus de SDF, de suicides bref remake de la Grèce voir une purge ? Collatérale possible : la monté de la violence, l'anarchie ? Vu que en face il n'y a aucune grande mesure de réindustrialisation de la France et que la destruction net d'emplois continue... on ne peut pas forcer une entreprise a embaucher contre son gré.
Réponse de le 08/01/2019 à 20:28 :
Comment voulez vous que ça aille mieux? Le gouvernement demande aux entreprises d'embaucher plus avec moins de commande alors que ce même état vire un max d'employés pas cher et utiles pour conserver un max de hauts fonctionnaires payés à rien faire ou très peu... En gros faites ce que je dit et surtout pas ce que je fait...
a écrit le 04/01/2019 à 13:10 :
Cette PARLEMENTEUSE, gagnerait en se taisant une bonne fois pour toute. Elle est d'une extrémité effroyable. Ils ont vraiment fait le choix de personnes excécrables et sans personnalité.
a écrit le 04/01/2019 à 13:01 :
Il faut remplir les caisses pour maintenir leurs rentes donc prenons nous le chemin d'une dictature ?
a écrit le 04/01/2019 à 10:28 :
"Des sanctions plus dures sur le contrôle des chômeurs en 2019"

C'est donc cela le nouveau monde.En tout cas ,il n'a pas attendu ce fameux grand débat le Macron pour mettre en place ce durcissement sur les chômeurs,il fera surement la même chose sur les réformes suivantes.Mais,bon ,faut pas s'étonner de l'attitude des LREM composé en majorité de CSP+ qui ne connaissent pas vraiment le chômage ni leur gosses d'ailleurs.Ils aiment s'attaquer aux classes inferieures qui ne votent pas pour eux.
.
a écrit le 04/01/2019 à 9:30 :
Personne ne parle des clauses abusives des contrats de travail. La mobilité géographique nationale est devenu presque obligatoire pour avoir un CDI, et bientôt la mobilité européenne. On recrute un salarié dans une région low-cost, puis on le fait travailler dans des capitales. C'est du dumping qui affaibli les provinces qui se vident de leurs compétences dont ils ont pourtant financé la formation. Pourquoi les régions laissent-elles faire ?
a écrit le 03/01/2019 à 21:04 :
Pour rappel, voici votre commentaire :

Oui il y a des jobs par dizaines de milliers et que le secrétaire général de FO interrogé par BFM TV arrête de se f... du monde en déclarant hier que les chômeurs qui ne cherchent pas de travail représentent 0, 80% des demandeurs d'emploi et que les chômeurs ont raison de refuser un emploi à Pôle Emploi après une formation si le salaire est insuffisant ! Arrêtons de mettre en péril notre économie par manque de main d'oeuvre c'est faux ! Appliquons le même système que partout en Europe dans les pays "évolués " et démocratiques : 2ème refus allocation divisée par 2 et ainsi de suite Quant aux grandes et moyennes entreprises qu'elles prennent aussi l'engagement d'accueillir la main d'oeuvre déplacée en aidant à un trouver un logement en construisant elles mêmes des logements ou en participant aux frais de reconversion (déménagement, scolarité etc. ) moyennant quoi les chômeurs ne pourraient refuser une offre sous prétexte qu'il faut partir en province ! C'est trop facile d'attendre que ça tombe du ciel ( indemnitées de chomage + aides diverses + un peu de travail au noir ) .et de buller.. c'est à dire de la poche des contribuables qui sont toujours les mêmes. ... 50% de la population. . Drole de pays. ...
a écrit le 03/01/2019 à 20:07 :
pour ceux qui ne connaissent pas le chomage il est facille de deblaterez sur les reseaux sociaux: moi j ai connue des l age de 45ans ce genre de combat pour pouvoir a nouveaux vivre dignement; heureusment j avais un metier saisonnier qui me permettais d attendre avec le peut de chomage d attendre le retour du beau temptqui me permettais de retrouve du travail dans mon metier, DONC JE PEUT ME PERMETTRE DE DIRE QUE SANS PRENDRE A DES CHOMEURS C EST TOUS SIMPLEMENT INNIOBLE ?surtout a une periode ou toute les grosses entreprisses de mains d oeuvres on disparue ,?L INTELLIGENCE SERAIS DE FAIRE REVENIR LES ENTRPRISSES FRANCAISE EN FRANCE AUX LIEUX DE LES AIDE A SINSTALLER A L ETRANGE COMME CELA SE PASSE DEPUIS 40ANS ? EST DE FAIRE LA CHASSE AUX VRAIS FRAUDEURS D IMPOTS BEAUCOUP TROP DE PATRONS ET DE GRANDE VEDETTES FRANCAISE UTILISSE L EVASION FICALE.? ALORS MACRON REDECEND SUR TERRE ET MAIS TOI AUX TRAVAIL LA FRANCE A BESOIN DE TOI LE PREMIER DE CORDE???
a écrit le 03/01/2019 à 14:53 :
Justice sociale : Rigueur pour les chômeurs, amical avec l'évasion fiscale
13 sept. 2018 - Le nombre de contrôles fiscaux a considérablement baissé depuis 2013, ... plus de chances de gagner au Loto que de subir un contrôle fiscal. ( https://lexpansion.lexpress.fr › Actualité économique )
a écrit le 03/01/2019 à 11:25 :
Une connaissance est restée 2 ans a rénover sa maison aux frais de la collectivité. Elle a trouvé du travail rapidement comme par hasard en fin de droits...
C'est normal de contrôler de l'argent qui vient de la collectivité. Le système est bien trop généreux ! Comparez avec les pays voisins, il n'y a pas photo (montant, durée d'allocation..).
Il ne suffit pas de dire 'j'y ai droit', ce n'est pas un permis de buller. Les abus pénalisent tout le monde.
Réponse de le 03/01/2019 à 13:27 :
Une connaissance... blablabla
Réponse de le 03/01/2019 à 19:21 :
Une de mes connaissance au chômage depuis plus de 5 ans m'a dit que certains agents de Pole Emploi envoient systématique les chomeurs dans des formations bidons, à l'APFA, dans des associations créées pour la cause pour faire des bilans de compétences qui finissent au panier car les consultants sont n'ont jamais fait ce job avant ou bien ils viennent d' associations d'amis, ou des membres du parti qu'il faut aider en leur versant un salaire sympa.

Y 'en a même qui disent aux chomeurs de ne pas venir à Pole Emploi car C pas leur job d'aider les chomeurs et que s'ils insistent ils seront radiés.

Il ne suffit pas de dire 'j'ai le droit', ce n'est pas un permis de buller. Les abus pénalisent tout le monde.
a écrit le 03/01/2019 à 8:39 :
Rien pour deminuer le maximum d'indemnisation chomage mensuelle actuellement a euro 6500,00 net/mois, un record absolue dans le monde (des chomeurs).
Réponse de le 03/01/2019 à 16:13 :
c'est du brut et c'est 4200 € nets par mois avant impôts sur le revenu.

C'est pour des gens qui ont cotisé sur une base de 150 000 € de salaire net annuel donc qui toucheront en proportion beaucoup moins que ce qu'ils ont cotisé que la plupart des chomeurs indemnisés.

Au demeurant çelà ne concerne que quelques centaines de personnes chaque année., aucune économie à attendre d'une baisse du plafond.
a écrit le 03/01/2019 à 8:19 :
En voilà une idée qu'elle est bonne! Avec son sens habituel de la psychologie Macron voudrait remotiver les gilets jaunes qu'il ne ferait pas autrement! Quant aux emplois "raisonnables" s'ils se trouvent de l'autre côté de la rue dans l'hôtellerie restauration pas sûr que cela dure longtemps les emplois chez les bons employeurs sont toujours pourvus ceux qui ne sont pas pourvus sont ceux chez les "mauvais employeurs" qui ne pensent qu'à exploiter plus ou moins le personnel. Tout le monde le sait mais chut ce secteur est créateur d'emploi. il en est de même pour le secteur du service à la personne!
a écrit le 02/01/2019 à 23:11 :
Dans la Sarthe, pays de bocage, le fonctionnement de pôle emploi n'est pas cohérent, ce n'est pas au chômeur de faire 30 ou 40 km, pour aller au centre du Mans payer une place de parking, il doit pouvoir se rendre à une convocation uniquement au siège de sa communauté de communes, ce qui fera d'une pierre deux coups ou il pourra trouver quelques idées de reconversion dans son coin les mairies étant bien plus au courant de projets et de besoins non exprimés d'employeurs éventuels.
a écrit le 02/01/2019 à 18:21 :
Réponse du chômeur à la ministre : t'es belle, je te kiffe grave, j'ai le bâton de Bergé !
a écrit le 02/01/2019 à 18:15 :
Octobre 2018

Le dispositif ressemble à s’y méprendre au célèbre télé-crochet de TF1. “Assis sur des fauteuils rouges, trois recruteurs tournent le dos à une candidate. La demandeuse d’emploi est debout au milieu de la salle. Elle répond aux questions”, rapporte le magazine en ligne StreetPress ce mercredi 17 octobre. Sauf que la scène se passe dans une agence Pôle emploi, à l’occasion d’entretiens d’embauche bien réels. C’est un salarié, choqué par un post en faisant mention sur l’intranet de Pôle emploi, qui a alerté StreetPress. D’après ses recherches Au moins 8 agences, réparties dans plusieurs départements, auraient bien mis en place des entretiens de ce type.
Les différents agents de Pôle emploi interrogés par le magazine en ligne n’en reviennent toujours pas. “Les candidats de The Voice font le choix de participer à l’émission. Là, on parle de personnes qui sont au chômage, parfois depuis longtemps. Trouver un travail c’est une nécessité. Pas un jeu”, s’indigne l’un. “On n’est pas sur un poste de commercial, où, à la limite, cela se justifierait de tester la capacité de conviction. Mais sur des métiers manuels et, pour certains, il n’y a même pas d’embauche à la clé”, juge un autre. Un document interne précise en effet les jobs à la clef : ouvrier abattoir, électronicien, soudeur, agent de fabrication, préparateur de commande, ou encore cariste.Côté chômeurs, on est aussi très remonté. “C’est les jeux du cirque, c’est totalement avilissant de mettre un demandeur d’emploi dans cette situation”, s’emporte par exemple Pierre-Edouard Magnan du Mouvement national des chômeurs et précaires.Et qu’en pense la direction de Pôle emploi ? Même si certains fonctionnaires se sont plaints, la direction de l’institution n’a pas remis en cause le bien-fondé de la démarche. Tout juste a-t-il conseillé de ne pas reprendre les codes graphiques de “The Voice”... pour éviter un recours juridique de la production du jeu.
Réponse de le 03/01/2019 à 5:05 :
Avec un "ouelbec" consacre par le presidium supreme comme entree.
Que tout les francais commencent a serrer les fesses.
Une revolution certes larvee pour le moment (Les GV) est en train de phagocyter les strates de la societe.
Les GV , les chomeurs, retraites, les laisses pour compte vont se grouper tous ensemble et cela finira en un gigantesque foutoir.
Comme les francais aiment en avoir.
On attend la suite avec gourmandise.
a écrit le 02/01/2019 à 17:54 :
Qui controle les agents de Pole Emploi ?

Que valent les réponses , lorsqu'on en obtient une:

- "pour vos recherches d'emploi, de formation, d'aide à la mobilité, d'indemnisation: ceçi n'entre pas dans le cadre de mes attributions. Je ne peux y répondre"

- "je n'ai pas la compétence pour répondre à votre question sur votre recherche d'emploi, la formation, les aides à la mobilité, d'indemnisation. Je ne peux y répondre"

- "on ne fera rien pour vous"
Réponse de le 03/01/2019 à 18:13 :
Faites ce que l'on dit mais ne dites pas ce que l'on fait ;-)

rien de nouveau chez bulle Emploi
a écrit le 02/01/2019 à 17:38 :
Plus facile de pénaliser de pauvres chômeurs que de s’en prendre à des patrons voyous qui profitent des subventions de l'État pour garder des emplois en France mais qui ensuite licencie pour les délocalisées ailleurs en Europe ou la main-d'œuvre est encore moins cher qu'en France et les Français qui eux n’ont rien fait de mal, juste de travailler en étant un peu plus cher qu'ailleurs dû aux cotisations sociales et impôts en tout genre qu'ils paient pour l'État Français sur leur modeste salaire.
Mais hélas quand il faut s'attaquer à l'évasion fiscal, les niches, les pots de vinyles nantis, le train de vie du monde politique...bref c'est toujours sur les mêmes qu'ont tapent.
Réponse de le 03/01/2019 à 10:20 :
Pourquoi pensez vous qu'il a signé le pacte de Marakech? Pour pouvoir remplacer les "fénéants" français par des émigrés qui accepteront de devenir de nouveaux esclaves pour échapper à la mort dans leurs pays et travailleront pour rien sans rien demander sinon retour à la case départ! Oui, les français qui refusent de se laisser exploiter sont donc des fénéants aux yeux du président des riches. Ce que ne savent pas les émigrés c'est que s'ils quittent leurs pays pour échapper à une mort certaine, ici ils mourront à petit feu comme nous et sans qu'ils aient le droit de se défendre!
a écrit le 02/01/2019 à 16:58 :
Un peu avant les gilets jaunes

Aout 2018 :

Pour Aurore Bergé, députée LREM des Yvelines, il n’y a pas débat : « On peut légitimement demander un effort générationnel aux retraités et ils sont en capacité de le faire ».
Réponse de le 03/01/2019 à 12:08 :
Et alors quoi d'anormal. Je suis moi même retraité et je devrais continuer à vivre bon train en laissant des dettes aux enfants et petits enfants à venir ? Les dettes accumulées à ce jour sont bien celles des retraités d'aujourd'hui qui par chantage à l'élection ont forcés les politiques à emprunter pour garder "leurs avantages acquis". Rappelons quand même que nous vivons à crédit tous les ans avec un déficit chronique de 70 Milliards d'Euros qui s'additionnent aux stock de dettes de 2000 Milliards.La gabegie doit bien s'arrêter un jour !
Réponse de le 03/01/2019 à 17:06 :
"Je suis moi même retraité et je devrais continuer à vivre bon train"

C'est bien de l'avouer.
a écrit le 02/01/2019 à 16:53 :
Macron ne fait que suivre l'exemple de l'Angleterre ou l’Allemagne et autres des jobs à 1 euros précaire pour faire baiser le chômage ou plus simplement mettre la sale poussière sous le tapis pour obtenir des résultats sur l'emploi. On le voit très bien dans ces pays la pauvreté est en augmentation constante.
Réponse de le 03/01/2019 à 5:43 :
Et pourtant, il y a bien plus de précaires et SDF en France. Le système d'Etat providence à outrance ne fonctionne pas et produit l'effet inverse. Au lieu de proteger, il nivelle par le bas. Si vous etes juste au dessus des minima sociaux, vous payez plein pot et n'avez droit a rien. Il faut arreter toutes ces redistributions.
a écrit le 02/01/2019 à 16:36 :
J'ai l'impression que l'Etat veut voir les 6 millions de chômeurs aux ronds-points. Ce ne serait plus un ralentissement de l'économie pour les nantis qui ont du travail, mais un retour à l'age de pierre...
a écrit le 02/01/2019 à 16:03 :
Le contrôle plus régulier des chômeurs permettra de clouer le bec à ceux qui s'insurgent contre un système supposé très laxiste, ou de réduire le nombre des abus si effectivement le système est vraiment trop permissif.
Bref le résultat de cette mesure devrait être positif dans tous les cas ....à condition que cela se fasse sans dépense supplémentaire.
a écrit le 02/01/2019 à 16:00 :
La porte-parole des députés LREM Aurore Bergé a assumé mercredi des sanctions plus dures pour le gouvernement Macron en cas de manquement à leurs obligations au nom d'une "logique de résultat". Malheureusement les industries ferment les une après les autres, une économie chancelante, le numérique détruit des emplois... La classe moyenne disparaît... L'avenir de la France pour une petite minorité des postes à haute-qualification bien rémunérés et pour la majorité ce sont les mini-jobs mal payés et la précarité. Les grands gagnants sont les pays émergeant... . Ne soyons pas surpris de la montée du populisme en France et dans l'U.E.. Avec un Macron dépassé par les évènements et un ministre de l'économie Bruno Le maire plus efficace dans le blabla du vide... La France n'a toujours pas trouvé un vrai leader un capitaine pour redresser le paquebot France triste constat...
Réponse de le 02/01/2019 à 16:29 :
Ce sont les petits, les plus faibles de l'économie qui vont subir et toujours aux premières loges : cette parlementeuse Aurore B qui il y a quelques mois s'en prenait aux retraités (très dure car plus de 45 ans de travail et subi et entendu cette péronelle qui ne mérite pas sa place) . Quant aux chômeurs, avant de tirer sur eux, ils seraient p lus intelligent de prendre des mesures d'accompagnement et de conseils pour les aider à se reconstituer: On ne parle en ce moment que d'injustice et de répression
a écrit le 02/01/2019 à 15:16 :
C'est une honte... En tapant sur les demandeurs d'emploi, ils font comme l'extrème droite qui tape sur les immigrés: ils accusent plus petit qu'eux. Ça me révolte!
Réponse de le 03/01/2019 à 5:45 :
Il y a des abus qui se comptent en centaines de millions chaque annee. C'est les prelevement sociaux sur les salaires qui payent tout ca. Bien sur qu'il faut controller. Si on n'a rien a se reprocher, alors pas de souci a se faire. Marre du laisser faire permanent! Tu fraudes, tu payes!
a écrit le 02/01/2019 à 14:46 :
Lorsqu’un politique donne des leçons je regarde toujours son parcours. Pour cette dame qui représente assez bien l’arrogance et le mépris de LREM, elle baigne dans la politique depuis l’âge de 16 ans mais aussi son parcours de la malédiction française S.po, qui par cette formation a une carrière toute tracée sans forcement en rapport avec le mot compétence. Elle ne prouve aucune expérience en terme de job dans le temps et dans un job qui demande de la compétence en terme de compétitivité de se « frotter » à la concurrence au minium nationale au mieux internationale. Son job dans la pub politique n’est pas un job mais un placard doré . Il est intéressant de voir que chez LREM mais pas que on trouve des portes paroles qui ont peu ou pas de crédibilité. Un parti politique qui se dit nouveau monde pour lequel le mot travail a un sens ne prend pas comme porte parole une personne de l’ancien monde par sa formation et son parcours très politique. Je conseille à Mme Bergé de faire ses preuves dans le monde du travail à la différence du monde de la kermesse LA POLITIQUE y compris ses passages la encore plus bling bling que professionnels dans les médias, alors nous pourrons comprendre de quoi elle parle et non de quoi lui a dicté le parti. Le mouvement des GJ sont aussi un avertissement pour ces peoples politiques, stop la France mérite mieux et surtout plus compétent.
Réponse de le 02/01/2019 à 16:53 :
Elle considère que l'ancienne Première ministre britannique Margaret Thatcher est une « source d'inspiration », c'est pour dire.
a écrit le 02/01/2019 à 14:27 :
Un serrage de boulons qui devenait nécessaire au niveau de la recherche d’emploi doit tout le monde devrait se réjouir .
Mais le gouvernement doit s’attaquer à la mise à plat des dépenses. Publiques et des collectivités territoriales
Réponse de le 02/01/2019 à 19:07 :
Mais que racontez vous?
Dépenses publiques, dettes publiques, 100% du PNB et toutes ces sornettes.
Mais en quoi est-ce si important quand on ramène une dette à un PNB ou salaire annuelle?
Ah, que j'aimerai avoir un niveau de dette représentant simplement 100% de mon salaire annuelle!
Mais au fait, la dette mondiale n' est elle pas d'environ 250% du PNB mondial????
Et puis à force de limiter la part de la valeur ajoutée distribuée aux salariés en la transformant en dividendes aux actionnaires, on fini par vider les caisses des états.
De toute façon, vous pouvez regarder tous les pays, TOUS sont archi endettés selon vos propres remarques.
Réponse de le 03/01/2019 à 5:49 :
"Dépenses publiques, dettes publiques, 100% du PNB et toutes ces sornettes." Quand ce ne sera pas remboursé, vous pourrez dire adieu à vos assurances vies fonds en euros qui sont majoritairement investis en dette publique française et zone euro.Quand cela vous touchera, vous verrez que ce n'est pas des sornettes...
Réponse de le 03/01/2019 à 12:19 :
Avec un taux d'intérêt très bas aujourd'hui, l'intégralité de l'impôt sur le revenu sert à payer les intérêts de la dette (sans remboursement du capital). Avec un déficit annuel chronique de 70 Milliards, notre stock de dette se gonfle inexorablement. Quand les taux d'intérêt se normaliseront, il faudra encore plus d'impôts pour satisfaire les créanciers, c.à.d. les porteurs des obligations qui sont les gens possédant une assurance vie.
a écrit le 02/01/2019 à 14:10 :
le peuple va être aussi beaucoup plus dure avec le gouvernement.
a écrit le 02/01/2019 à 14:08 :
On le sens tout de suite mieux le virage social de Macron !
a écrit le 02/01/2019 à 13:22 :
Le gouvernement attend quoi pour diviser par deux les salaires du Président, Ministres, Députés, Sénateurs, Voitures de fonctions ect... ?
Le gouvernement attend quoi pour s'attaquer a la fraude fiscale qui est estimé entre 60 a 80 Milliards d'Euros ?
Le gouvernement attend quoi pour sanctionner les entreprises qui licencie des salariés malgré un bénéfice en Millions d'euros ?
Le gouvernement attend quoi de sanctionner les Actionnaires qui ne réinvestissent pas l'argent dans l'entreprise et qui ne veulent pas augmenter les salaires des salariés ?
Réponse de le 02/01/2019 à 14:16 :
Maurice, nous ne sommes pas en Corée du Nord. L'état ne peut pas obliger les entreprises a investir ou a embaucher.
a écrit le 02/01/2019 à 13:03 :
Et des sanctions plus dures envers les parlementaires trop régulièrement absents à l'assemblée? Ah non, c'est vrai, "on" a profité de l'affaire Benalla pour remettre sine die la réforme des parlements.
a écrit le 02/01/2019 à 13:02 :
S'il y a 300 000 offres pas comblées, en recoupant les fichiers PoleEmploi avec les qualifications demandées, y a quelle coïncidence ? 0, 50%, 100% ? Toutes les demandes ont une personne qualifiée au bout du tuyau en France où que ce soit ou on ne cherche que des moutons à 5 pattes (en vain, ou pour faire "bien", recherche personnel = entreprise dynamique, artificiellement) ?
Occuper un poste peu qualifié quand qualifié ça nuit aux gens peu qualifiés qui pourraient l'occuper, ce poste.
Comment se gère le couple ? Qq a un poste éventuel à occuper à 300km via PoleEmploi, si le conjoint(e) suit, ça libèrera un poste mais créera un(e) demandeur d'emploi sur le site de déménagement. Le cas quand on a été mutés ici, certains conjoints avaient des métiers dont il n'y pas besoin, à eux de se convertir (ai pas suivi les détails une fois sur site & ai pas de conjoint(e)).
a écrit le 02/01/2019 à 12:33 :
Normal de sanctionner les abus, non?....ou sinon, on monte encore les impôts et au diable toute justice ....mais c'est bien ce contre quoi les gilets jaunes se battent, non? Ce dont on a besoin? desserrer l'étau administratif et fiscal pour que de nouvelles PME se créent, que celles qui existent survivent et se sentent en confiance d'engager plus de salariés, que les impôts baissent pour augmenter le pouvoir d'achat des ménages.....mais certainement pas d'entretenir ceux qui abusent d'un système, finalement au détriment des chômeurs (dont j'ai parti pendant 18 mois) qui font tout leur possible pour trouver un nouvel emploi....
a écrit le 02/01/2019 à 11:51 :
C'est sûr, avec cette réforme les statistiques vont évoluer rapidement : le nombre de chômeurs recensés va baisser, mais le nombre de SDF augmentera fortement. Quel progrès !
a écrit le 02/01/2019 à 11:50 :
On voit bien les gilets jaunes aux rond points La plupart des assistés et retraités pauvre France il faut changer le système oui
Réponse de le 02/01/2019 à 17:20 :
Monsieur Fripon,
Sachez que bien des personnes travaillent dans la journée et vont au rond-point le soir après le travail pour montrer leur détresse ou soutenir un des leurs et donc ces personnes méritent le respect et non pas le mépris. Ce n'est pas donné à tout le monde de trouver un emploi bien rémunéré même avec des diplômes et beaucoup de jeunes et moins jeunes autour de moi sont dans cette situation et je peux vous assurer que ce ne sont pas des "fénéants" ni des assistés! Tout le monde n'a pas la chance d'être né(e) dans une famille qui a les moyens de financer des hautes études, un logement, des frais de déplacement. Dans beaucoup de régions il n'y a pas de grandes écoles, presque plus d'usine, pas d'industrie et .... surtout il n'y a plus d'entreprises qui embauchent. Avant de juger, on va sur le terrain et on regarde plus loin que son nombril!
a écrit le 02/01/2019 à 11:47 :
Durcissement de sanctions contre l’évasion fiscale pour une justice et une égalité devant l’impôt ?
Ha non pardon. Je déconne
Réponse de le 02/01/2019 à 12:57 :
Qu'appellez vous égalité devant l'impôt? Un même montant pour tous les individus sans niches fiscales (ex : foyers fiscaux, crédits d'impôts, enfants, ...)? Un pourcentage des revenus identiques pour tous (mais dans ce cas pas d'égalité devant l'impôt puisque des montants différents)? Ou le système actuel (bourré de niches qui visent à pousser les hauts revenus à consommer)? Le concept de justice et d'égalité est à géométrie variable et la majorité des individus de notre pays estiment qu'ils paient trop d'impôts et taxes et qu'ils méritent un juste rééquilibrage.
Réponse de le 02/01/2019 à 13:40 :
J’entends, comme vous me semble-t-il, un traitement équitable. Que chacun paie ses impôts en fonction de ses revenus, que tout ne repose pas sur les classes moyennes, les commerçants et les petits entrepreneurs, que les plus riches et les multinationales n’aient plus la possibilité de faire appel à des cabinets de fiscalistes pour échapper à l’impôt. Utopique peut-être.
a écrit le 02/01/2019 à 11:32 :
peut on continuer comme depuis 40 ans a dépenser plus que nous produisons???
pour; 50 millions d'adultes, 16 millions de retraites versées , 28,5 millions d'actifs dont 26.5 millions de salariés. la FRANCE dépense 630 milliards d'aides sociales, prés de 230 milliards d'abattement de cotisations sociales aux employeurs, malgré un PIB de 2.500 milliards . Nous allons laisser une dette de 36 000 euros par habitant à nos enfants. Pour une population de 10% des pays industrialisés nous dépensons en social 30% de cette aide ???
Réponse de le 02/01/2019 à 12:49 :
Seulement 630 Milliards? C'est une misère. Nous voulons pour commencer au moins 1000 Milliards.
Réponse de le 02/01/2019 à 13:00 :
Et encore, dans les dettes laissées, vous ne prenez pas en compte la destruction de notre écosystème qu'un montant numéraire ne saurait évaluer correctement.
Réponse de le 03/01/2019 à 10:37 :
Des chiffres!!! toujours des chiffres!!! l'Etre Humain existe-t-il vraiment???? Mr VERCORS si des personnes touchent des aides c'est parce qu'elles n'ont pas de salaires suffisants ce me semble? Croyez-vous qu'elles sont toutes volontaires pour se trouver dans cette situation? Dans quelle région habitez vous? Il y a des entreprises qui embauchent chez vous? Vous avez de la chance alors ! Les personnes sont toutes rémunérées à la hauteur de leur travail? Vous avez de la chance alors! EGALITE, FRATERNITE vous connaissez ces valeurs ou priez vous simplement saint MACRON ? En tout cas oui on va laisser des dettes à nos enfants mais vous je pense que ce ne sera pas votre cas car si vous n'avez pas lieu de vous plaindre c'est que le coussin sur lequel vous êtes assis doit être bien douillet car personnellement je connais plus de personnes assises sur du béton ou couchés sur de la boue!
a écrit le 02/01/2019 à 11:00 :
Le modèle, c'est l'Allemagne et les travailleurs pauvres, précarisés, humiliés (Harz IV).
Réponse de le 03/01/2019 à 6:00 :
Toujours à expliquer le monde en regardant quelques cas minoritaires (les milliardaires ou les plus precaires). Le salarié allemand est mieux lotis que le français; moins de prelevement, vie un peu moins chere, meilleure valorisation du travail notamment manuel, etc. Les travailleurs pauvres Hartz IV en sont une infime minorité et beaucoup ont ainsi pu acceder a l'emploi alors qu'ils etaient en marge de la societe. Ce n'est pas la panacee mais c'est mieux que rien.
En France, vous avez plutot des gens sans emplois et en marge de la societe avec tres peu d'espoir de reinsertion, et les autres travailleurs qui doivent cotiser pour payer tout l'ecosysteme d'associations et de revenus minimum et aides sociales.
a écrit le 02/01/2019 à 10:56 :
COMME dab les bons sont sanctionnes mais je connais un couple ayant droit qui actuellement fait le tour du monde il faut quand meme de vrais sanctions !!!!!
a écrit le 02/01/2019 à 10:41 :
De toute facon, LREM sera bientôt balayée et renvoyée dans l'histoire comme un fiasco retentissant.A bientôt aux prochaines élections, les amis ! Donc oui, il faudra renforcer les devoirs des chomeurs car quelques uns vont bientôt les rejoindre mdr
a écrit le 02/01/2019 à 10:21 :
Sans oublier que selon la notice du décret, ce dernier «abroge la définition du salaire antérieurement perçu qui était pris en compte pour déterminer l’offre raisonnable d’emploi». Autrement dit, il sera plus difficile de refuser un emploi mal rémunéré. Ce contrôle doit se faire via un «journal de bord» numérique, où les demandeurs d’emploi renseigneront tous les mois leurs actes de recherche d’emploi. A partir de mi-2019, ce dispositif sera expérimenté pendant un an dans deux ou trois régions.
a écrit le 02/01/2019 à 9:56 :
"Le fait de ne pas se rendre à un rendez-vous avec un conseiller,"

Déconnexion totale, mais bon ils nous le démontrent tous les jours, de nos serviteurs des riches avec le monde du travail puisqu'il faut voir ce que c'est qu'un rendez-vous avec un "conseiller".

Le gars vient déjà d'une boite privée appartenant au copain quelconque d'un politicien seulement pour détourner l'argent public, souvent en retard et en plus pour dire la même chose et ne rien faire mais par contre il fait vraiment que l'on confirme sa présence !

C'est pas avec ça qu'on a la moindre chance de concurrencer la puissance américaine.
Réponse de le 03/01/2019 à 10:50 :
Retraitée, ancienne chômeuse, ancienne salariée + de45 ans de cotisations j'ai connu plusieurs de ces situations et donc je sais de quoi je parle!
Quand un conseiller vous donne rendez-vous à 14h , vous avez 30 minutes de route quand tout va bien, pas de transport en commun donc uniquement la voiture, vous partez à 13h 15 de chez vous, vous êtes bloquée par un accident sur la route et vous n'avez pas de portable, vous arrivez près de pôle emploi à 13h54 et il n'y a pas de place pour vous garer (vous le faites exprès décidément) vous tournez pendant 5min et vous trouvez enfin une place et arrivez à Pôle emploi à 14h05, on vous refuse votre entretien en vous disant faites un courrier pour expliquez votre retard, on ne peut plus vous recevoir, si tout le monde faisait comme vous, ce serait de l'abus.
Vous prenez un autre rendez-vous pour la semaine suivante pour 16h30, vous arrivez 1/2 heure avant cette fois et là bien entendu vous attendez votre tour, à 16h45 on ne vous a toujours pas appelée vous vous renseignez, on vous répond :"désolée, mais votre conseiller ne pourra pas vous prendre, il a eu un décalage dans ses rendez-vous et comme nous fermons à 17h il n'a plus le temps et vous fixe un autre rendez-vous"
Où est l'erreur? et je ne suis pas la seule à qui cela est arrivé!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :