Le chômage, angle mort des débats sur "les gilets jaunes"

L'arsenal de mesures présenté récemment par Emmanuel Macron est destiné à soutenir le porte-monnaie des revenus modestes. Mais le chômage de longue durée est loin d'être un épiphénomène en France rappelle le cercle des économistes.
2,6 millions de personnes sont concernées par le chômage de longue durée.
2,6 millions de personnes sont concernées par le chômage de longue durée. (Crédits : Eric Gaillard)

Pouvoir d'achat, fiscalité, retraites. Depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", tous ces thèmes sont régulièrement mis en avant dans les débats et l'agenda politique. Pour répondre à quelques revendications de ce mouvement social inédit, Emmanuel Macron a annoncé en début de semaine une batterie de mesures pour doper le pouvoir d'achat des travailleurs aux revenus modestes et des personnes touchant des petites retraites notamment.

> Lire aussi : Smic, CSG, heures supp : une opération déminage à 10 milliards pour Macron

Pourtant, le chômage reste un sujet de préoccupation majeur pour des milliers de Français. Lors d'un débat organisé par le Cercle des économistes ce jeudi 13 décembre, Louis Gallois, venu avec sa casquette de président de la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale, a expliqué que "si le chômage de longue durée (*) concernait plusieurs millions de personnes. Il était absent des discussions sur les gilets jaunes." Par ailleurs, de nombreuses entreprises ont dû mettre une partie de leurs salariés au chômage partiel ces dernières semaines. Selon de récents chiffres communiqués par le ministère du Travail, 766 entreprises avaient fait une demande auprès du gouvernement, au 10 décembre pour mettre leurs employés au chômage partiel. Ce qui représente environ 20.185 salariés et 9 millions d'euros versés par l'Etat.

Le difficile retour à l'emploi des chômeurs de longue durée

Le calvaire du retour à l'emploi des chômeurs de longue durée est régulièrement pointé du doigt par les experts et les économistes. Louis Gallois a rappelé que "le chômage de longue durée est la gangrène du modèle social français." Et cela est loin d'être un épiphénomène. Selon les dernières données de Pôle emploi, cela concernerait 2,6 millions de personnes à la fin du troisième trimestre sur près de 6 millions d'inscrits en prenant en compte toutes les catégories. Ce qui représentait 42% du total des inscrits. Une part qui s'est accentuée après la crise malgré les bonnes performances économiques de 2017.

Plus inquiétant encore, le nombre de chômeurs de très longue durée (supérieure à deux ans) ne cesse de s'accroître depuis plus de 20 ans. Il est passé de 329.000 en 1996 à 872.000 en 2018 pour ceux inscrits depuis plus de trois ans. Pour ceux inscrits à l'opérateur public entre deux et trois ans, leur nombre est passé de 327.000 à  517.000. sur la même période. Au total, il y a d'ailleurs plus de chômeurs de longue durée si on fait la somme des deux dernières catégories.

Par ailleurs, ces chiffres ne prennent pas en compte tous ceux qui ne sont même plus inscrits à Pôle emploi, soit parce qu'ils ne recherchent pas d'emploi par découragement, soit parce qu'ils ne sont pas disponibles rapidement pour travailler ou n'y trouvent pas un intérêt financier. C'est ce que l'on appelle le "halo du chômage".

> Lire aussi : Retour à l'emploi : le calvaire des chômeurs de longue durée

Bilan des territoires "zéro chômeurs"

A l'occasion de la mise à jour d'un manifeste, le cercles des économistes a rappelé "qu'il n'y pas de fatalité au chômage de masse." Parmi les pistes évoquées pour lutter contre ce phénomène, figure la mise en place des territoires zéro chômeurs de longue durée portés par l'ONG ATD Quart Monde. Louis Gallois en a profité pour tirer un premier bilan de ces expérimentations. Il a d'abord rappelé "qu'un chômeur de longue durée coûte presque aussi cher que sa mise à l'emploi."

Partant de ce constat, l'ancien haut fonctionnaire a expliqué que ce dispositif avait permis de créer environ 600 emplois. Ce qui peut paraître peu mais il a souligné que cette mesure était encore à l'état d'expérimentation sur seulement 10 territoires. Dans une récente synthèse, l'association en charge de la mise en oeuvre des territoires zéro chômeur de longue durée indique que "après 18 mois d'expérimentation, l'ensemble des dix territoires ont permis à 936 des 1711 personnes privées durablement d'emploi identifiées (54 %) de sortir de la privation d'emploi." Outre la réinsertion professionnelle des personnes éloignées du marché du travail, le document souligne que ce dispositif peut représenter un gain pour le Trésor public.

"Nos premiers calculs, prudents et avec un abattement de 15 %, soulignent qu'au cours de l'année 2017, l'embauche d'une personne privée durablement d'emploi occasionnait un gain de plus de 18.000 euros pour les finances publiques, rendant quasiment nul le coût résiduel pour l'économie de notre pays. "

Malgré ces promesses de réinsertion, ces emplois souffrent encore d'un manque de financement. Les entreprises à but d'emploi qui encadrent ces travailleurs "montrent des besoins de fonds propres pour le démarrage et les investissements qui n'avaient pas été véritablement anticipés" ajoute  l'actuel président du conseil de surveillance de Peugeot. Le prochain enjeu est l'extension de ce dispositif à d'autres territoires. A ce propos, le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé, lors de la présentation de sa stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté, que cette expérimentation allait être élargi au début de l'automne :

Alors des initiatives [...] encore insuffisamment déployées, sont là, et qui disent tout le contraire, « Territoires zéro chômeur de longue durée », qui a permis de renouer avec l'esprit de 1988, en remettant l'insertion, l'accompagnement vers l'emploi au cœur de notre système de minima sociaux [..] les investissements suivront pour être à la hauteur de l'élargissement des expérimentations évoquées tout à l'heure, en particulier Territoires zéro chômeur et toutes les autres.

___

(*) Un chômeur de longue durée est un actif au chômage depuis plus d'un an. A partir de 24 mois, on parle de chômage de très longue durée.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 39
à écrit le 16/12/2018 à 10:12
Signaler
Il y a a pas mal de FI et de chemises brunes dans les ronds points qui crient au reversement de la republique et au son de "MACRON DEGAGE". La democratie se fait dans les urnes pas dans la rue.

à écrit le 15/12/2018 à 11:36
Signaler
perso, je pense qu'une partie des mesures va taper à coter de la cible : je suis dans un grand groupe, je suis informaticien (pas taper, svp…) et je vais avoir une prime de 1000€ en janvier au titre de la prime Macron. Est ce que je suis dans la ...

le 15/12/2018 à 16:45
Signaler
" Une prime exceptionnelle de 1000€”, c’est Noël pour les gueux ! Sauf que cette prime défiscalisée et sans cotisations sociales est facultative, ne la verseront que les employeurs qui le veulent. Super pour eux : s’ils avaient déjà prévu d’en verser...

à écrit le 14/12/2018 à 14:46
Signaler
on cherche des sous partout, mais si depuis plus de 40 ans on s'était penché sur ce que coûte nos hommes et femmes politiques les largesses qu'ils s'accordent (pas de CSG sur leur mandat,retraite après 6 mois, retraites importantes des présidents e...

à écrit le 14/12/2018 à 13:26
Signaler
Les gilets jaunes ne sont pas les pauvres( revenu médian 1540 euros )mais des zadistes anarchistes ... les vrais pauvres , en priorite les femmes seules avec enfants sans emplois , méritent toute notre attention . Il faut s'occuper des vrais problèm...

à écrit le 14/12/2018 à 12:37
Signaler
vue mon age j'ai connu les semaines à 45h mais il y avait du travail et tout c'est dégradé par la suite ,la mondialisation a tout détruit, industries petits commerces maintenant il n'y a pas du travail pour tous faut réduire le temps de travail ......

à écrit le 14/12/2018 à 11:34
Signaler
Il ne faut pas oublier les chômeurs seniors car après 50 ans il est difficile de retrouver un emploi surtout pour les femmes car on est trop vieux, trop d'expériences ce qui fait peur aux employeurs. C'est mon cas et dans le privé les retraites en su...

à écrit le 14/12/2018 à 11:18
Signaler
35H vaste connerie, qui a rendue les rapports sociaux détestables. La note se paye actuellement.

le 14/12/2018 à 12:28
Signaler
je vous informe qu'en Allemagne on est à 28 obtenu par ig metal

le 14/12/2018 à 14:29
Signaler
La connerie a été de sortir des 35 heures effectives. Actuellement la durée moyenne de travail pour un travailleur à plein temps est de 39 heures, ce qui n'empêche pas le travailleur français d'être le plus productif au monde. Même en ajoutant ...

à écrit le 14/12/2018 à 10:59
Signaler
Quand on délocalise à tour de bras et que plus d'un million et demi d'emplois industriels sont supprimés, le chômage massif est assuré, celui de longue durée aussi. Il faut prendre des mesures pour réindustrialiser la France, soutenir les TPE et PME ...

le 14/12/2018 à 14:37
Signaler
L'immigration a toujours fait le bonheur des patrons il y a 40 ans comme aujourd'hui. Bien des artisans ferment les yeux sur les papiers de leurs employés;, cela les arrange bien d'utiliser cette main d'oeuvre bon marché. Il serait nécessaire d'embau...

le 14/12/2018 à 17:51
Signaler
@trambdx Les restaurateurs et hôteliers aussi : Confrontés à une pénurie de main-d’œuvre, restaurateurs et hôteliers demandent aux pouvoirs publics de faciliter l’obtention des autorisations de travail pour les étrangers sans papiers. « 130 00...

à écrit le 14/12/2018 à 10:26
Signaler
Les Francais voulaient une semaine de travail de 35 heures, ils l'ont eue et encore mieux, une semaine de travail a zero (sous les mieux conditions dans l'UE).

à écrit le 14/12/2018 à 10:23
Signaler
Il est illusoire de promettre la prospérité et le plein emploi aux peuples européens et de laisser les frontières commerciales grandes ouvertes.

le 14/12/2018 à 11:06
Signaler
Pourtant la majorité des pays du niveau economique de la FRANÇE ont un niveau de chômage tres bas

à écrit le 14/12/2018 à 9:34
Signaler
Il y a deux catégories de gilets jaunes : a) les gens qui travaillent dur et qui n'arrivent plus à joindre les deux bouts : ceux-là, on les comprend et tout le monde veut que le gouvernement les aide, parce que c'est son boulot, et au nom de l'Egalit...

le 14/12/2018 à 11:38
Signaler
j'espère pour vous que lorsque vous aurez 50 ans ou + vous ne tomberez pas au chômage ! les retraités ont souvent des activités après 62 ans mais elles sont bénévoles ce qui n'améliore pas leur pouvoir d'achat. Ils ne meurent donc pas d'ennui mais n'...

le 14/12/2018 à 14:51
Signaler
Si ils travaillent, c'est leur patron qui doit les payer correctement, ce n'est pas à l'Etat de le faire (fonctionnaires excepté bien sûr)!!! Les retraités peuvent avoir des retraites faibles , mais comme la plupart ont eu une vie professionnelle nor...

à écrit le 14/12/2018 à 9:10
Signaler
Ce n'est pas en mettant des niches fiscales sur les heures sup et les primes que nous allons resoudre le probleme en plus on augmente les inegalites PAR contre on maintient les privileges elus,anciens presidents; ministres Le mille feuille administr...

à écrit le 14/12/2018 à 7:46
Signaler
Il y aura du chomage tant qu'on appliquera pas la note n°6 du CAE, page 12. Qui le comprendra?? Et en plus, on augmenterait le pouvoir d'achat.

le 14/12/2018 à 7:52
Signaler
"Et en plus, on augmenterait le pouvoir d'achat. " On a vu effectivement ce que donne l'application de cette note. La taxation de l'énergie a tout du mauvais impôt : assiette étroite, taux faramineux.

le 14/12/2018 à 16:33
Signaler
Votre taxation de l'énergie qui est zéro taxée, on a compris que le pouvoir d'achat y gagne et l'emploi aussi : carbur, électr, gaz, fuel…..

le 15/12/2018 à 9:02
Signaler
Attention, il y a deux mesures; augmenter le prix de l'énergie ET réduire le cout du travail, à niveau constant. Cela correspond à la notion de "double dividende" utilisée par Mireille Chiroleux Assouline. C'est effectivement difficile à comprendre e...

à écrit le 14/12/2018 à 5:53
Signaler
Le chômage de masse a commencé sous la Présidence de Giscard, suite aux chocs pétroliers où le taux a dépassé les 3% incompressibles. Le traitement a été d’une part de mettre à la retraite anticipée les plus « vieux », privant ainsi le pays de gens ...

le 14/12/2018 à 7:55
Signaler
Un début de solution serait d'exiger un travail d'intérêt public en contrepartie de l'indemnisation du chômage. Voire des minima sociaux.

le 14/12/2018 à 9:58
Signaler
"Le chômage de masse a commencé sous la Présidence de Giscard, suite aux chocs pétroliers où le taux a dépassé les 3% incompressibles" Choc petrolier en 1973 ,ce qui n'a pas empêché trois ans plus tard sous Giscard: Le gouvernement Chirac ( le...

le 14/12/2018 à 10:43
Signaler
Souvenirs! En 65 nous n'avions plus de dette et en 70 le secteur public pesait 19% des emplois et 25% de la richesse (Concorde, début du spatial, caravelle, nucléaire militaire, les grandes infrastructures..), les pouvoirs publics démarrèrent un auda...

le 14/12/2018 à 12:41
Signaler
"Un début de solution serait d'exiger un travail d'intérêt public en contrepartie de l'indemnisation du chômage. Voire des minima sociaux. .." Solution à quoi? Surement pas au chômage de masse et de longue durée qui ne sera résolu que par la créa...

à écrit le 13/12/2018 à 20:47
Signaler
On ne va quand même pas parler du chômage quand même! Si les gilets jaunes savent bloquer des rond-points c'est qu'ils savent traverser la rue.

à écrit le 13/12/2018 à 20:45
Signaler
quid du plan de formation de 15 milliards qui est en cours de négociation avec les régions, si je ne me trompe ? on pouvait par ailleurs lire, le 22 septembre, dans Ouest France, que les entreprises du bassin rennais peinent à recruter dans tous les...

à écrit le 13/12/2018 à 19:05
Signaler
va falloir arreter, la! les gilets jaunes c'etaient des gens ulceres par les 30 cents que devait prendre en 2019 pour sauver les ours blancs, en depits des torcheres en russie et en afrique et en depit du charbon chinois bref, ca aurait au moins sa...

à écrit le 13/12/2018 à 18:43
Signaler
Pression sur l'emploi = pression sur les salaires = baisse de la consommation et tout ceci dans un schéma classique de forme automatisée donc en effet nos millions de chômeurs sont peut-être même la cause principale mais à long terme, le truc que les...

le 14/12/2018 à 7:59
Signaler
je ne suis pas convaincu qu'une économie fondée à l'excès sur la seule consommation soit durable ni tenable.

le 14/12/2018 à 8:24
Signaler
"je ne suis pas convaincu qu'une économie fondée à l'excès sur la seule consommation soit durable ni tenable. " Oui vous êtes convaincu qu'il faut donner le maximum de fric aux banquiers afin que ceux-ci puissent s'évader fiscalement. Bref j...

le 14/12/2018 à 12:50
Signaler
Je ne vois pas sur quoi pourrait être basée une économie saine, si ce n'est sur le commerce et la consommation. Le dernier volet restant est la finance et la dette. C'est un modèle possible (cf USA et Chine), mais je ne pense pas, au vu de l'histo...

le 14/12/2018 à 13:07
Signaler
Je ne suis pas convaincu que Monsieur Blasé soit Lemieux placé pour parler sur les thèmes économistes. Je signale donc.

le 14/12/2018 à 13:43
Signaler
@ multipseudos: bien entendu je signale votre harcèlement.

le 18/12/2018 à 10:45
Signaler
Vu que je peux pas me débarrasser du boulet dois je commencer à vous harceler pour exiger le retrait de mon commentaire ? ON est chez les fous là oui, mais ça vient pas de moi les gars c'est juste votre mode de fonctionnement qui tombe sur un os ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.