E-commerce en France : plus de 100 milliards d'euros de ventes en 2019, un record historique

 |   |  433  mots
(Crédits : Charles Platiau)
Le commerce en ligne en France a franchi en 2019 le "cap historique" des 100 milliards d'euros, grâce à une forte hausse de plus de 11%, un montant qui comprend à la fois les ventes de services et celles de produits, annonce mercredi la fédération du secteur.

C'est un chiffre colossal et historique. Les ventes générées par les sites d'e-commerce en ligne, en France, ont dépassé le cap des 100 milliards d'euros en 2019. "Le total des ventes sur internet en France s'élève en 2019 à 103,4 milliards d'euros (...)", précise dans un communiqué la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) qui note qu'en dépit d'un fléchissement de la croissance observé au dernier trimestre, "la hausse du chiffre d'affaires a atteint 11,6% par rapport à 2018". La plupart des indicateurs sont positifs et ne cessent de croître. En 10 ans, souligne la Fevad, les ventes de produits et de services sur internet ont été multipliées par quatre.

Toutefois, précise-t-elle, "les ventes de produits ne représentent aujourd'hui encore que 10% en moyenne de l'ensemble du commerce de détail, contre 90% des ventes qui se font toujours en magasin". Au cours des 12 derniers mois, plus de 1,7 milliard de transactions ont été enregistrées par les sites de e-commerce, ce qui correspond à une hausse annuelle de 15,7%, ajoute la Fédération. Cette augmentation s'accompagne, comme c'est le cas depuis plusieurs trimestres, d'une baisse du panier moyen, qui passe sous la barre des 60 euros, "ce qui constitue le niveau le plus bas jamais observé" selon la Fevad.

Une offre qui ne cesse de prendre de l'ampleur

En outre, "les cyberacheteurs sont en pleine transition écologique", souligne le délégué général de la Fevad, Marc Lolivier: selon un sondage réalisé par Médiamétrie, 53% d'entre eux déclarent prendre en considération l'environnement lors de leurs achats en ligne et 45% d'entre eux ont déjà acheté sur internet un produit issu de l'économie circulaire.

Lire aussi : Black Friday : contestation inédite mais profits records en vue pour Amazon et le e-commerce

L'offre en ligne continue de son côté de s'étoffer avec plus de 190.000 sites marchands recensés, soit une hausse de 15% sur un an. Par ailleurs, on estime que plus de la moitié des ventes de produits sur internet sont réalisées par des sites d'enseignes qui possèdent aussi des magasins.

"En moyenne, un site e-commerce permet une augmentation de 14% du chiffre d'affaires du magasin pour un marchand qui utilise les deux canaux simultanément", souligne une étude de la société Oxatis, réalisée avec le centre de recherche de la Kedge Business School. Enfin, pour 2020, la Fevad anticipe un niveau de croissance comparable à celui de 2019 : "les sites de e-commerce devraient réaliser un chiffre d'affaires de 115 milliards d'euros et près de 2 milliards de transactions", estime-t-elle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2020 à 9:06 :
Les gens n'ont plus les moyens d'acheter en supermarché qui au lieu d'essayer de profiter de leurs outils de production n'ont fait qu'augmenter leurs prix pour compenser leurs baisses de ventes ne faisant qu'accentuer de ce fait leurs baisses de vente car repus aux seuls exercices comptables, au secours.

S'ils ne savent pas quoi foutre de leurs outils de production qu'ils les donnent à ceux qui ont des idées !!!

Des capitaines d'industrie ça !? Vous rigolez il vaudrait mieux l'orteil de MZ...
a écrit le 05/02/2020 à 11:18 :
Maintenant que le volume des ventes est conséquent, il faut savoir quel est le montant des taxes récupérées par l'état ( IS, TVA, Taxes diverses etc....) , et avoir les mêmes chiffres pour le commerce traditionnel.
Idem pour les charges salariales et le nombre d'employés...
Quels analystes/économistes travaillent dessus ?

C'est le seul moyen de connaitre l'importance de la distorsion de concurrence avec le petit commerce.
a écrit le 05/02/2020 à 10:33 :
Les rues et les transports bloqués, et les commerces vandalisés incitent évidement plus à recourir aux commerces, distractions et médias à distance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :