Élections régionales : la relance pour faire oublier les résultats des urnes

"Du résultat !": c'est le mot d'ordre d'Emmanuel Macron à ses ministres, après un scrutin calamiteux pour ses troupes, dont il s'est tenu soigneusement à l'écart.
Autre satisfaction à la veille du second tour des élections régionales, la hausse du chômage a été limitée. Il y a eu +9% quand c'était +25% après la crise de 2009, souligne un membre du gouvernement.
Autre satisfaction à la veille du second tour des élections régionales, la hausse du chômage a été limitée. "Il y a eu +9% quand c'était +25% après la crise de 2009", souligne un membre du gouvernement. (Crédits : POOL New)

Pour reprendre au plus vite la main après les déboires et couacs des régionales, Emmanuel Macron et son gouvernement comptent s'appuyer sur le plan de relance, tout en préparant d'ici la mi-juillet un cap redéfini de la fin du quinquennat aux allures de programme pour 2022.

La semaine prochaine, dès le lendemain du 2e tour, priorité à l'économie: le chef de l'Etat ira sur le site de la future usine de batteries électriques d'un grand groupe chinois à Douai - Xavier Bertrand, candidat déclaré à la présidentielle, est invité - puis recevra 150 grands patrons français et internationaux à Versailles, avant d'inaugurer mardi les nouveau locaux parisiens de la banque américaine JP Morgan.

"Du résultat !": c'est le mot d'ordre d'Emmanuel Macron à ses ministres, après un scrutin calamiteux pour ses troupes, dont il s'est tenu soigneusement à l'écart, refusant d'en dire un seul mot lors de ses récents déplacements.

La hausse limitée du chômage

Tout comme des couacs ou de la passe d'armes entre ses ministres de l'Intérieur et de la Justice Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti qui a accusé le premier de "trahison".

Comme Emmanuel Macron l'a encore répété mercredi en Conseil des ministres, il s'agit pour lui d'un scrutin local dont il ne veut tirer aucune leçon au plan national, sauf sur le niveau inquiétant de l'abstention.

La feuille de route fixée au gouvernement reste donc d'accompagner les réouvertures, déployer la vaccination, soutenir la relance économique et sociale et de déployer les actions en matière d'écologie, de sécurité et d'égalité des chances.

Il s'appuie sur le plan de relance de 100 milliards d'euros, dont 40 milliards donnés par l'Europe, qui vient d'être validé par Bruxelles. Un feu vert mis en scène mercredi dans les jardins de l'Elysée, avec une Ursula von der Leyen tout sourire.

Autre satisfaction, la hausse du chômage a été limitée. "Il y a eu +9% quand c'était +25% après la crise de 2009", souligne un membre du gouvernement. Mais le front de l'emploi, bataille essentielle pour 2022, reste tendu, avec environ 300.000 chômeurs de longue durée de plus, des emplois non pourvus dans la restauration ou le bâtiment et l'afflux de jeunes qui ont retardé leur entrée sur le marché du travail.

Lire aussi 4 mnRetraites: camouflet du patron du Medef à Macron qu'il n'estime plus légitime pour mener la réforme

Le risque de rebloquer le pays

S'il compte continuer à arpenter la France jusqu'à mi-juillet, personne autour de lui ne s'avance à prévoir ses décisions.

Faut-il relancer les réformes et si oui lesquelles ? Celles de l'assurance-chômage, la seule clairement remise sur les rails ces derniers mois et qui devait s'appliquer en juillet, vient d'être coupée en plein élan par le Conseil d'Etat.

La réforme des retraites, à laquelle le chef de l'Etat tient toujours - "la question n'est pas de savoir si, mais quand", a-t-il lancé en Conseil des ministres, selon un proche - est combattue non seulement par les syndicats mais par une partie de la Macronie.

"La priorité c'est de faire repartir le pays, et pas de risquer de le bloquer" avec des mouvements sociaux de contestation, fait valoir une ministre.

La réforme pourrait, prône une partie de la majorité, se limiter à une simple "mesure d'âge", autrement dit augmenter l'âge du départ en retraite.

Le chef de l'Etat est aussi attendu sur une "garantie jeune", dont le nombre de bénéficiaires fait débat entre ministres sociaux et économes, et qui ciblerait plutôt des jeunes qui s'engagent à suivre une formation.

Objectif 2022

L'idée reste de proposer aux Français avant la mi-juillet un nouveau projet et de commencer à l'appliquer, pour en faire le socle d'un programme avant la présidentielle de 2022, selon son entourage.

L'argument de "la compétence" est aux yeux du chef de l'Etat le plus efficace pour contrer la candidate du RN Marine Le Pen, dans un scénario de duel au 2e tour toujours privilégié.

Et la "prime au sortant" dont a bénéficié Xavier Bertrand comme les autres présidents de région pourrait profiter à son tour à Emmanuel Macron en 2022.

"Il existe un sentiment de dépossession, économique, social et culturel, qui pousse les Français à choisir des figures connues", analyse un proche.

Pour le reste du quinquennat, un remaniement est-il à prévoir ?

"Il n'y aura pas de changement de Premier ministre. Il fait le job", avance une ministre.

"On ne va pas vers un grand soir ministériel", dit un proche du président, qui s'attend cependant à de grandes manoeuvres. "Son silence est lourd de possibilités", glisse-t-il.

Lire aussi 10 mnClimat, retraites, successions : les propositions choc du rapport Blanchard-Tirole

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 28/06/2021 à 13:37
Signaler
LA RELANCE!!!!!!!!!!!! je dirais plutot de nouveaux gaspillageS en 2022 la FRANCE SERA HS COMME LA GRECE

à écrit le 27/06/2021 à 8:00
Signaler
Pour de multiples raisons, que tout le monde connaît, Macron et la classe politique sont grillés, inaudibles, hors de la préoccupation des gens. Tout le système politico-bureaucratique de la france est à changer totalement. Les grandes phrases ne ser...

à écrit le 27/06/2021 à 3:28
Signaler
Il serait temps que les francais lui en demandent, des resultats.

à écrit le 26/06/2021 à 13:46
Signaler
Le duel de droite contre le FN ou RN ( éternelle stratégie en France ) Pour que nous sommes tous obligés de voter «  contre » Quelle hypocrisie à la Française depuis 50 ans , alors que le racisme et la discrimination sont des DÉLITS ! Un partie rac...

à écrit le 26/06/2021 à 11:41
Signaler
le chantage macronien deja promis avec la crise gilet jaune et plus rien avec la crise covid rien ne sera comme avant et voila la 3eime version qui sera oublier dans huit jours la les paroles de l'illusioniste du en meme temps c'est cela qui...

à écrit le 26/06/2021 à 11:08
Signaler
Il est ...comme les autres, sur le principe qu'il suffit de "couper" la tête des concurrents ou prendre un escabeau, pour paraître plus grand !

à écrit le 26/06/2021 à 10:13
Signaler
Et de ce fait ces sondages qui lui donnent 150% d'intentions de vote pour 2022 (humour) restent bien peu en adéquation avec la raclée qu'ont pris les LREM sur ces régionales.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.