En 2020, le moral des patrons a plongé à un niveau record

 |  | 766 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Thomas Peter)
Après une année tourmentée, le moral des patrons finit l'année 2020 au plus bas dans les plus petites entreprises. L'indicateur qui mesure l'optimisme s'établit à 54, soit une chute de trente points par rapport à septembre, selon la « Grande consultation des entrepreneurs » réalisée par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI. La recrudescence du virus et le durcissement des mesures d'endiguement ont sapé tous les espoirs d'une reprise rapide.

La tempête Covid-19 continue de secouer l'économie française. D'après une récente synthèse de l'année 2020 réalisée par le réseau des chambres de commerce et d'industrie en France (CCI), la défiance et le pessimisme des dirigeants français ont atteint des niveaux record. La propagation du virus sur l'ensemble de la planète a provoqué un véritable électrochoc dans les milieux économiques et financiers. La plupart des États ont dû mettre en oeuvre des mesures drastiques de limitation de circulation pour endiguer les contaminations. En dépit de ces importants dispositifs, cette maladie infectieuse continue de circuler sur l'ensemble des continents. Les campagnes de vaccination qui ont débuté depuis plusieurs semaines laissent entrevoir le bout du tunnel mais le chemin de la reprise économique promet d'être long et périlleux. La multiplication des variants augure une période sanitaire encore complexe à gérer.

Un plongeon...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2021 à 18:25 :
Le problème avec de trop nombreux élus, c'est qu'ils n'ont jamais été confronté à la réalité journalière d'une entreprise.
En ces moments de pandémie, ils cèdent trop facilement aux sirènes sanitaires, hygiénistes. Bref, ils sauvent "leurs fesses"face aux éventuelles futures procédures.
Gouverner, ce n'est pas "sauver ses fesses" c'est prendre ses responsabilités en sachant devoir les assumer. La responsabilité actuelle n'est pas de restreindre le droit de travailler, le droit de se déplacer, le droit de se divertir, le droit d'apprendre, c'est d'assumer défendre le droit et la liberté. C'est donner les moyens à l'hôpital en ouvrant des milliers de lits et embaucher du personnel pour accueillir et soigner dans les meilleures conditions les malades
du Covid. Limiter les souffrances des malades condamnés par une approche thérapeutique adaptée.
Gouverner, c'est protéger les vivants dans toutes les composantes de leur vie, c'est accepter la mort et respecter les morts.Amen.
a écrit le 21/01/2021 à 16:34 :
Il n'y a pas que les patrons qui ont le moral en baisse. Quand on voit le niveau de compétence de ceux qui dirigent on craint le pire.
a écrit le 21/01/2021 à 14:50 :
Et pourtant la politique d'offre fait que sur 100 milliards ils ont 95!
Donc nous finançons par l'impôt pendant qu'ils licencient !!! trop fort le macronisme si l'on sait qu'a la fait ses enfants n'ont pas confiance en l'avenir.....

Il est vrai que papa étant encore un enfant, difficile de devenir des adultes, non?
Réponse de le 26/01/2021 à 17:33 :
Le plus dingue c'est que Macron a fixé dans la loi des primes de licenciement plafonné pour éviter aux patrons de donner trop a un bon vieux employés dévoué qu'on licencie... Et là ils pleurent? Manquerait plus que Macron se réunisse avec les grands patrons étrangés pour leur promettre des aides, ah zut il l'a déjà fait...
a écrit le 21/01/2021 à 12:32 :
S'ils avaient l'espoir d'une reprise rapide c'est qu'il leur manque de nombreux éléments de réflexion.
Réponse de le 26/01/2021 à 17:35 :
Non juste un cerveau, apparemment "élite" donne le droit de décider sans réfléchir...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :