Face à la fronde des professionnels, Castex annonce de nouvelles aides pour compenser les fermetures

 |  | 418 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : GONZALO FUENTES)
La décision de fermer totalement dès samedi les bars et restaurants dans les Bouches-du-Rhône et en Guadeloupe, passés en alerte maximale Covid-19, avait suscité un tollé auprès des professionnels déjà affaiblis par les trois mois de confinement au printemps. Le gouvernement tente de rassurer en prolongeant ses dispositifs d'aides.

Jean Castex a annoncé jeudi soir de nouvelles aides pour les entreprises soumises à des fermetures obligatoires ou des restrictions d'ouverture en raison de l'épidémie de coronavirus, dont des exonérations de charges sociales ou une prise en charge totale du chômage partiel.

"Il n'est pas question que vous subissiez les conséquences de ces mesures sanitaires", a assuré le Premier ministre à une restauratrice marseillaise qui l'interpellait sur France 2, alors que bars, restaurants et certains établissements recevant du public de la métropole Aix-Marseille et de Guadeloupe sont promis à une fermeture à partir de samedi.

"Nous avons décidé d'exonérer vos charges sociales correspondant à la période où vous allez être fermée", a-t-il poursuivi.

Ces exonérations seront possibles pour toutes les entreprises obligées de fermer mais aussi pour celles subissant des restrictions d'horaires si leur chiffre d'affaires est amputé d'au moins 50%, a précisé Matignon.

Lire aussi : "Coup de massue", "inadmissible et injuste", les professionnels s'insurgent contre la fermeture des restaurants

Les entreprises pénalisées indirectement par ces fermetures pourront elles bénéficier d'un remise de cotisations au cas par cas.

De nouvelles discussions avec les professionnels

Effectivement, 11 autres métropoles - Paris, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier, Bordeaux, Lyon et Nice - ont été placées en "zone d'alerte renforcée", avec fermeture des bars à 22H et limitation des ventes d'alcool.

"Vous pouvez faire appel au chômage partiel, ce qui ne vous coûtera rien", a-t-il ajouté. Un salarié verra ainsi sa rémunération assurée à hauteur de 84% de son salaire net, a précisé Matignon.

M. Castex a également annoncé un renforcement du fonds de solidarité mis en place depuis le printemps à destination des TPE et indépendants. Les entreprises fermées administrativement et celles à l'activité restreinte (bars, évènementiel, etc.) pourront  toucher jusqu'à 10.000 euros par mois pour compenser la perte de leur chiffre d'affaires.

"J'ai demandé au ministre chargé des PME, TPE, Alain Griset, de se rendre à Marseille pour discuter avec les professionnels de ces conditions", a précisé le Premier ministre.

Selon l'Umih, principal syndicat du secteur des hôtels, cafés, bars, restaurants et discothèques, 15% des professionnels pourraient mettre la clé sous la porte en raison de la crise.

Tous demandaient de nouvelles aides publiques pour leurs établissements et la prise en charge complète, par l'Etat, de leurs pertes d'exploitation. "C'est urgent car c'est une question de survie", a tweeté le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2020 à 9:34 :
Bon si je comprends bien le seul moyen en France de lutter contre une épidémie c'est le confinement.
On se e retrouve une politique de Philippe le Bel.
Pas terrible pour un gouvernement start innovation.
a écrit le 25/09/2020 à 18:31 :
Et fermer les salles de sport privées quand on laisse ouvertes les salles de sport publiques : c'est un facteur de crédibilité ?
a écrit le 25/09/2020 à 10:20 :
Invité du grand oral de France 2, Jean Castex a confié ne pas l’avoir téléchargée. « Je ne l'ai pas fait. Oui, je pousse les Français à le faire, mais je ne l'ai pas fait parce que... Voilà... Je ne l'ai pas fait. Je suis très honnête avec vous », a-t-il lancé tout simplement. Un brin moralisateur, le Premier ministre a justifié tant bien que mal cet écueil. Sa fonction lui empêcherait en quelque sorte de l’utiliser à bon escient. « StopCovid, c'est intéressant quand vous allez dans le métro, quand vous croisez du monde. Malheureusement, l'exercice de mes fonctions fait que je ne prends plus le métro », détaille-t-il. Et d'ajouter : « Je le regrette...»
a écrit le 25/09/2020 à 9:53 :
Ce sont aujourd'hui les services de Réa qui pilotent la France.. 1 000 lits occupés et la France est mise à l'arrêt, à grands coups de millards d'aides publiques (comprenez l'argent des français). Même à l'hôpital, les médecins de services de Réa commencent à prendre la grosse tête et leurs collègues se plaignent: une petite enquête des journalistes dans nos hôpitaux serait instructive.. Ne croyez pas que dans un hôpital, tous partagent les mêmes vues. On se rappellera aussi que les cliniques privées avaient suspendu leurs opérations pour dégager des lits de réa lors de la première vague, et que ceux-ci n'ont pas été utilisés.
a écrit le 25/09/2020 à 9:36 :
on croit rever!
on te casse les jambes mais on toffres socialement les petites bequilles sociales tolerantes
evidemment qu'il va y avoir des morts et evidemment qu'il ne faut pas mettre de ressources alors que ca tape; faut garder les munitions pour se relever
il me rappelle hollande qui voulait aller faire une petite guerre de rien du tout contre bachar el assad ( pour soutenir les petits barbus democratiques a leur facon, entre amis qui ont les memes valeurs faut s'entraider) en croyant qu'une petite guerre de rien tout tout c'etait comme dans les jeux videos, sans mort
a écrit le 25/09/2020 à 9:18 :
Ils pensent et disent que les français sont des grosses feignasses réfractaires, des gaulois arriérés qui ne veulent pas de la 5G et les payent à ne rien faire.

Le travail c'est vital, ce qui a tué le dynamisme sociétal c'est la retraite coupant de la vie active les gens par millions qui se sentant perdus sont pieds et poings liés à l’État validant systématiquement par leurs votes les politiques les pires pour qu'ils puissent mourir tranquillement de leurs cancers.

Stratégie pourrie venant d'une oligarchie dégénérée par sa cupidité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :