Fonction publique : le gouvernement annonce la suppression de 1.600 postes en 2018

 |   |  420  mots
Le ministre a affirmé que les fonctionnaires connaîtront cette année une augmentation de leur rémunération proche de 4%.
Le ministre a affirmé que les fonctionnaires "connaîtront cette année une augmentation de leur rémunération proche de 4%". (Crédits : Reuters)
Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin et le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire se sont exprimés dans Le Monde pour revenir sur le budget 2018. Rémunération des agents publics et suppressions de postes, le gouvernement évoque les mesures à venir pour la fonction publique.

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé lundi sur le site du journal Le Monde qu'il n'y aurait "que 1.600 suppressions de postes dans la fonction publique d'Etat" en 2018, tandis qu'il prévoit une baisse de 0,7 point de PIB de la dépense publique.

Dans un entretien conjoint avec le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, le ministre des Comptes publics a déclaré, sans préciser la répartition de ces suppressions :

"Dans le budget 2018, il n'y aura que 1.600 suppressions de postes dans la fonction publique d'Etat, alors que l'objectif fixé par le président de la République est de l'ordre de 120.000 sur le quinquennat pour l'ensemble des fonctions publiques."

Gérald Darmanin a assuré que le gouvernement entendait d'abord réfléchir "aux missions du service public avant de le transformer et de faire des économies".

Par ailleurs, le ministre a affirmé que les fonctionnaires "n'ont pas de raison d'être inquiets" et qu'ils "connaîtront cette année une augmentation de leur rémunération proche de 4%", conformément à l'accord sur la revalorisation des rémunérations et carrières décidé par le gouvernement précédent mais "pas totalement financé" et d'un coût de "4 milliards, à trouver d'ici à 2020".

Baisse de dépense publique, croissance du PIB, rémunération des agents publics

Gérald Darmanin a indiqué que le rythme de cette hausse serait précisé le 10 octobre, lors du rendez-vous salarial avec les syndicats de la fonction publique.

Ces derniers ont unanimement appelé le jour même à la grève et à manifester contre les mesures annoncées par le gouvernement concernant les agents publics.

S'agissant de la rémunération des agents publics, le ministre des Comptes publics dit vouloir prendre "davantage en compte, objectivement, le mérite". Et d'ajouter :

"La formule d'aujourd'hui, qui est l'augmentation du point d'indice, ça fait 2 milliards d'euros de dépense publique mais très peu d'augmentation de pouvoir d'achat pour chaque agent public."

Le ministre a par ailleurs assuré que le gouvernement prévoyait de baisser "la dépense publique de 0,7 point du PIB en 2018, sur un objectif de trois points d'ici à 2022", un objectif qui passe par une "réflexion sur les missions et l'efficacité du service public".

Bruno Le Maire a confirmé pour sa part que l'hypothèse de croissance du PIB retenue dans le budget 2018 était de 1,7%. "La reprise est solide et nous permet de faire des choix de réduction de la dépense publique", a-t-il dit.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2017 à 10:30 :
J’ai eu à faire ça un jour, annoncer à mon directeur que je n’avais atteint que la moitié des objectifs de vente sur l’année.
Logiquement j’ai perdu mon emploi, puisque je n’arrivais même pas à l’autofinancer et que cela pouvait mettre en difficulté la PME.

120000/5 =24000, ce sera moins de 10 % des objectifs ?
Heureusement que l’État n'est pas une entreprise et que l'on peut dépenser autant d’argent que l'on veut.
a écrit le 19/09/2017 à 10:27 :
Fonction publique : le gouvernement annonce la suppression de 1.600 postes en 2018 - sur 5,4 millions d'agents publics nos fainéants pourront continués à faire de la chaise longue. Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin et le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire une bande d'énarques continuent à privilégier leurs copains au détriment de l'intérêt général alors que le FMI et l'OCDE dénoncent des avantages et des privilèges injustifiés et très inégalitaires avec le secteur marchand. Comme ses prédécesseurs Macron et son gouvernement de guignols reculent devant les réformes nécessaires et urgentes de la fonction publique et territoriale. Le déficit de la France dépasse à ce jour les... 100% et continue sa course folle. Dramatique !!!
a écrit le 19/09/2017 à 8:40 :
Je trouve indécent que des salariés du privé attaquent leurs collègues fonctionnaires; qu'on conteste quelques avantages, soit! Mais ils ne sont - pas tous! - responsables de la mauvaise gestion de la communauté.
a écrit le 18/09/2017 à 20:47 :
Clairement insuffisant dans un pays qui a 57 pour cent de son PIB qu'il consacre à la fonction publique. Record mondial devant le Danemark et la Finlande mais sans la qualité de service public Nordique (services publics nickels là bas, chômage très bien indemnisé, bourse conséquente etc...)
a écrit le 18/09/2017 à 18:07 :
"davantage en compte, objectivement, le mérite"

Le privé connait cela depuis pas mal d'année avec toute les magouilles qui va avec surtout avec un système d'évaluation qui détermine une soi-disante augmentation individuelle.Généralement ce système ne convient qu'à ceux qui l'ont pondu ,les hautes sphères de la boite qui s’auto-congratulent à longueur de temps.Avant que le budget rallonge arrive en bas , beaucoup ce seront servi avant ,les mêmes qui vont décider de votre mérite.
a écrit le 18/09/2017 à 17:55 :
La droite prise au piège de ses propres mensonges!

Il n'y a pas de gisements d'économies dans les missions de service public, sauf à les dégrader ou à les rendre payants!

Oui la France à beaucoup de fonctionnaires, mais les remplacer par des CDI ou faire appel à des prestataires ne fera pas faire d'économies! AU contraire le recours aux fonctionnaires permet d'avoir un cout des missions de service public relativement faible!

"Il n'y a pas de repas gratuit", règle de base ignorée par l'électeur de droite aux connaissances souvent pauvres en économie!
Réponse de le 19/09/2017 à 6:25 :
AU contraire le recours aux fonctionnaires permet d'avoir un cout des missions de service public relativement faible!

Vous me rappelez un de mes dirigeants.
Il faut choisir les sous traitants qui ont un taux horaire le plus bas car les moins chers !
Erreur ; il font le travail en 3 fois plus de temps ... Donc beaucoup plus cher!

4 personnes a l'année pour s'occuper des 2 ronds points du village quand il ne pleut pas et couper l'herbe au bord de certaines routes 2 fois par an je trouve la prestation hors de prix ...
Un prof agrégé qui travaille 12 heure par semaine avec 4 mois de vacances aussi ...
Le médical , avec un chirurgien d'hopital public qui travaille 60 heures par semaine pour un coût dérisoire , la ça me dérange !
a écrit le 18/09/2017 à 17:25 :
1600 suppressions de postes mais c'est énorme. Comment va t'on faire ?
C'est la fin de nos services publiques.
a écrit le 18/09/2017 à 17:20 :
Ben oui faut déjà faire passer la Loi travail qui déjà ne passe pas, alors il vaut mieux diffuser la saignée.
a écrit le 18/09/2017 à 17:06 :
hollande a cree 400.000 fonctionnaires nouveaux en 4 ans, c'est a la cour des comptes.............
1600 postes en moins, c'est assez minable!!!!!!!!!
Réponse de le 18/09/2017 à 17:35 :
Chiffre faux ou alors énorme confusion
Réponse de le 18/09/2017 à 18:12 :
Au préalable, il convient de rappeler que par ‘’fonctionnaires’’ on entend les fonctionnaires d’état qui représentent 2,5 millions d’employés.

Sur le nombre d’emplois de la fonction publique d’état en moins sous l’ère Sarkozy, on approche de 85 000 de 2007 à 2012.Concernant les 400 000 postes créés sous François Hollande, c’est faux car seulement 25 000 postes ont été créés.
Réponse de le 19/09/2017 à 6:14 :
Au préalable, il convient de rappeler que par ‘’fonctionnaires’’ on entend les fonctionnaires d’état qui représentent 2,5 millions d’employés.

Non !
Fonctionnaires payés par l'état .
Vous en oubliez pas mal .
Si on avait 2,5 millions de fonctionnaires , nous n'aurions aucun problème pour les rémunérer .

Et on en compte combien de fonctionnaires payés par l'état en France ?
a écrit le 18/09/2017 à 16:07 :
1800 suppressions sur les 24000 annuelles que nécessiteraient la (bien modeste) feuille de route de Macron en la matière. On n'est pas près d'en finir avec les déficits publics et la spirale mortelle de l'endettement. Il n'y a plus qu'à espérer que les taux ne remontent pas...
Réponse de le 18/09/2017 à 17:09 :
a nuancer ! il y a haut ! et bas ! fonctionnaires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :