François Hollande ou l'art de retomber sur ses pieds

 |   |  1140  mots
A travers son entretien au quotidien Les Echos, François Hollande a clairement dessiné les axes de sa future campagne et indiqué son positionnement. Celui d'un homme qui veut faire barrage à une droite jugée « revancharde » et dotée d'un programme totalement inadapté aux inquiétudes des Français.
A travers son entretien au quotidien Les Echos, François Hollande a clairement dessiné les axes de sa future campagne et indiqué son positionnement. Celui d'un homme qui veut faire barrage à une droite jugée « revancharde » et dotée d'un programme totalement inadapté aux inquiétudes des Français. (Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
Dans un entretien accordé aux Echos, François Hollande a clairement indiqué ses intentions pour la présidentielle. Avec un art consommé de la rhétorique, le président en place transforme ses difficultés en avantages !

Ne dites pas à François Hollande qu'il est en campagne électorale, il fait semblant de ne pas le savoir ! Pourtant, son entretien au quotidien Les Echos, daté du jeudi 30 juin, ne laisse plus planer le moindre doute. Le président de la République dresse un bilan globalement positif de son quinquennat et esquisse quelques pistes de futures réformes... pour l'après 2017. Le message est donc très clair quant à ses intentions.

Mais c'est à propos de ses potentiels futurs concurrents de droite dans la course à la présidentielle que l'actuel locataire de l'Elysée est le plus explicite. Sur les questions économiques et sociales, il met tous les candidats à la primaire de la droite dans le même sac, évoquant, non sans un certain humour, un « fonds commun de mauvais placement ».

Haro sur le programme de la droite

Une façon pour François Hollande d'alerter les électeurs de gauche déçus par le quinquennat et tentés par l'abstention. Lui, continuera de protéger le modèle social français, alors que les programmes de la droite lui « paraissent surtout inadaptés à la situation de notre pays et éminemment dangereux pour notre modèle social ». Et d'accuser les projets portés par la droite de remettre en cause les 35 heures alors que lui favorise la négociation ; de casser le contrat de travail alors que, selon lui, la loi El Khomri va clarifier les règles du licenciement ce qui devrait inciter les entreprises à recruter en CDI plutôt qu'en CDD ; de vouloir retarder l'âge légal de départ à la retraite, « alors que le régime général est équilibré », ce qui est d'ailleurs exact, si l'on ne tient pas compte du Fonds de solidarité vieillesse dont le déficit se creuse.

François Hollande veut aussi séduire l'électorat de gauche quand il accuse la droite de « promettre aux ménages les plus favorisés des avantages fiscaux »... allusion aux propositions de certains candidats à la primaire, tel Jean-François Copé, de remonter les plafonds du quotient familial.

L'art de transformer des difficultés en avantages...

Quant aux dossiers qui pourraient le mettre en difficulté, François Hollande, avec un art consommé de la rhétorique, parvient à les tourner à son avantage. En vieux matou de la politique qu'il est, il retombe toujours sur ses pattes... qu'il s'agisse de la polémique sur la déchéance de la nationalité, de sa politique européenne ou de la "guerre" à la "mauvaise finance". A chaque fois, il se justifie, assume.

Ainsi sur la Loi travail, le Président explique qu'elle va permettre de renforcer la présence syndicale en entreprise... et qu'elle « va donner des moyens au syndicalisme ». Il va même jusqu'à dire que la loi El Khomri « est en réalité dans la prolongation des lois Auroux et de la première loi Aubry » [sur les 35 heures, ndlr]... Il faut oser, car les lois Auroux et Aubry n'ont pas donné lieu à onze journées de contestation dans la rue. Idem pour l'extension du travail du dimanche que le président qualifie de progrès social... car cela permet « à des salariés d'être payés jusqu'à deux ou trois fois plus ce jour là »...

Plus généralement, interrogé sur ce qu'il répond « aux électeurs de gauche qui se sentent trahis », le président explique que dans « aucun domaine depuis 2012 des droits ont été amputés ou des prestations réduites »... C'est juste oublier qu'il a diminué les allocations familiales pour une partie de la population, certes pas la plus modeste, ou qu'il a décalé au mois d'avril, voire au mois d'octobre, certaines revalorisations de prestations qui, auparavant, intervenaient le 1er janvier.

En revanche, le président est plus convaincant quand il assume « l'impératif de rétablir la compétitivité et les comptes publics (...). La trahison, c'eut été de laisser le pays dans l'état où je l'ai trouvé. Je m'en expliquerait devant les Français autant que nécessaire ».

Alors, certes, la dette publique s'était creusée de 600 milliards d'euros lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy, certes également François Hollande a décidé de mobiliser 41 milliards d'euros à destination des entreprises, via le pacte de responsabilité. Mais, le problème, c'est qu'il n'avait pas annoncé cette politique de l'offre lors de la campagne de 2012. Or, c'est ça qui « perturbe » les Français. Mais on voit bien que François Hollande, là aussi, compte bien faire de ce reproche un avantage. Il ne va pas manquer dans les mois à venir d'expliquer à quel point il a été contraint de changer ses plans politiques tant la situation économique de la France était encore plus dégradée qu'il ne le pensait en 2012. Sous-entendu, à qui la faute ? Manifestement, François Hollande attend ses adversaires sur ce terrain...

Poursuite de la politique de l'offre

Mais, nourri de l'expérience de Lionel Jospin en 2002 , le président en place sait qu'une campagne ne se gagne pas que sur un bilan. Il faut aussi un projet. Alors, il persiste et signe sur sa volonté d'encore améliorer la compétitivité des entreprises via une montée en puissance du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) ou la prolongation de la prime à l'embauche pour les PME. Sur le terrain institutionnel, il esquisse des pistes, souhaitant mieux associer les français aux décisions publiques. Il vante, à cet égard, le referendum organisé pour la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. De même, il souhaite que le calendrier législatif puisse être accéléré pour les projets de loi touchant à l'économie et au social. Il regrette que cinq à sept mois soient nécessaires entre l'adoption d'un texte en Conseil des ministres et son vote définitif au Parlement. Pas certains que cela fasse rêver les Français...

A travers cet entretien, donc, François Hollande a clairement dessiné les axes de sa future campagne et indiqué son positionnement. Celui d'un homme qui veut faire barrage à une droite jugée « revancharde » et dotée d'un programme totalement inadapté aux inquiétudes des Français. Il espère ainsi, en bon tacticien formé à l'école de François Mitterrand, rassembler d'abord son propre camp et couper l'herbe sous le pied de toute candidature alternative. Au fond de lui-même, il prie aussi pour que toute la droite se déchire lors de sa primaire de l'automne. Et Il sait que la course au « programme le plus libéral » que se livrent les candidats à cette primaire le sert car elle pourrait effrayer plus d'un électeur. François Hollande, qui a toujours cru en sa bonne étoile, doit sourire en se rappelant que début 2011, il ne récoltait encore que... 3% des intentions de vote pour la présidentielle. On connaît la suite. Alors bis repetita ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2016 à 20:10 :
FRANCOIS 'SORRY MAIS L'ELYSEE N 'EST PAS FAIT POUR VOUS?? VOUS DEVEZ RENONCER EN 2017???CAR JE NE CROIS PAS QUE LES ENARQUES OU POLYTECHICIENS NE FERONT PAS PLUS POUR NOTRE FRANCE EN CRISE???IL FAUT UNE FEMME OU UN HOMME CAPABLE DE COMBATTRE CETTE INERTIE ???LES FRANCAIS SONT DES DURS ??ILS N'AIMENT PAS LES PAROLES??CE SONT DES ACTES ???FRANCOIS I AM SORRY ???MAIS AUCUN ACTE DE CE GOUVERNEMENT A PROUVER QUE LA FRANCE ETAIT DETERMINE DANS LA SECURITE, LA POLICE,LA JUSTICE AND SO ON ???ILFAUT COMMENCER PAR VIRER CETTE PEUPLADE QUI CASSE ET COUTE TRES CHER AUX FRANCAIS????FANCOIS EN 60 J'ETAIS EN ALGERIE ET VOUS ??????
a écrit le 01/07/2016 à 10:04 :
On va lui réserver une campagne de cauchemar, en lui rappelant tous les jours son lamentable échec, il ne pourra pas échapper à son bilan désastreux dans tous les domaines, et il ne lui suffira pas de déguiser la réalité en mentant comme d'habitude, et en truandant tous les chiffres.
Réponse de le 01/07/2016 à 12:46 :
Sarkozy et Fillon, ont du affronter aussitôt après les élections Sept 2007, puis chaque année de quinquennat, jusqu'à l'automne 2011, une crise financière mondiale et européenne chaque année de quinquennat. Chirac roi-fainéant avait interdit à ses ministres de réformer, sinon renvoi immédiat, car peur de la rue depuis " le meilleur d'entre nous " : Juppé 1995-Le Retour, lèguant un engrenage infernal à déficit et dettes qui s'auto-alimentaient faute de 27 ans de non réformes. Ainsi la France était la plus mal disposée pour affronter des crises. Le déficit l'endettement n'ont pas baissé contrairement aux chiffres. De graves crises ressurgissent et le déficit global remontera alors mécaniquement à 7 voir 10%. Le déficit conjoncturel a baissé, passé la récession. LE DEFICIT STRUCTUREL est là, et aussi grave, faute d'aucune réforme STRUCTURELLE toutes accomplies par nos partenaires de 1980 à 1999. " Moi Président Je " (17 fois ) " nous déguise la réalité en mentant comme d'habitude, et en truendant tous les chiffres" comme vous le dites.
a écrit le 01/07/2016 à 9:51 :
70 % des français contre la loi El Khomri, qu'en sera t il des programmes et réformes sociales et économiques des Les Républicains, c'est pas gagné, parce que qu'avec Hollande une parie des réformes "acceptables" seront déja faites ?
Réponse de le 02/07/2016 à 10:19 :
Les "réformes" du PS comme des LR sont des retours au XIXème siècle; ils ont même réussi à rétablir l'esclavage avec la journée de "solidarité" (!!!) dont le fric sert essentiellement à payer les pseudo-fonctionnaires chargés de la gérer et à financer la construction de résidences de luxe pour les plus riches.
Leurs réformes, ça a consisté à matraqué fiscalement les classes moyennes (55 nouvelles taxes en vingt ans !) pour leur permettre de conserver leurs avantages scandaleux et "rembourser" les "dons" effectués par leurs amis banquiers à leurs partis.
a écrit le 01/07/2016 à 8:30 :
tout le monde oublie un détail:il a la baraka!il sera réelu face aux bobos néo libéraux atlantistes
Réponse de le 01/07/2016 à 12:32 :
cher élu changez de métier et revenez sur terre. en 2012 les français en avait marre de Sarkozy et ils en ont plus que marre de Hollande. les socialistes ont déjà pris des raclees lors des scrutins depuis 2012 et l'année prochaine ils seront mis au tapis pour avoir trompé leurs électeurs. ils seront punis par les urnes et ils l'auront bien mérité à force de prendre les français pour des c......!!!!!!!
Réponse de le 01/07/2016 à 13:35 :
@élu ps: c'est vrai qu'avec la panoplie de guignols qui vont se présenter, la France est bien mal en point :-) Mais je répète: quand on est d'accord ni avec l'un, ni avec l'autre, on vote blanc. Le jour où on aura 80% de votes blancs, le monde s'apercevra que la France n'est pas un pays démocratique et il faudra que ça change ou que ça casse :-)
Réponse de le 01/07/2016 à 20:02 :
Patrick, si les 80% de votes blancs aident Hollande a passer,ils sont bienvenus,cela permettra de lutter contre le néo libéralisme
a écrit le 01/07/2016 à 0:03 :
On comprend qu'il ne veuille insister sur son bilan ! plouf ! plouf .Mais il promet qu'un jour arrivera où il fera toutes ces choses attendues par le peuple qui s'impatiente un peu trop.D'abord votez pour lui avant de savoir s' il y arrivera . L'espoir fait vivre .
a écrit le 30/06/2016 à 23:10 :
Il est encore plus mauvais que ses prédécesseur . Une vraie CATA
a écrit le 30/06/2016 à 22:55 :
DSK ne va plus se prendre les pieds dans le tapis...
a écrit le 30/06/2016 à 22:52 :
Le bilan de Hollande est déja bien plus positif que celui de Sarkozy, que ce soit au niveau déficit budgétaire ( 3,5% contre 7% en 2011) , déficit commercial ( 35 milliards au lieu de 70 en 2012 ) et surtout les embauches dans le secteur commercial et le redémarrage des investissements qu'on attendait depuis 10 ans.
Réponse de le 01/07/2016 à 7:14 :
Croire que l'un est meilleur gestionnaire que l'autre est une affaire de parti pris pas une vérité des chiffres. Sous le quinquennat actuel la dette a cru comme sous celle de l'ancien Président, le ligne lourde du déficit commercial est l'énergie le Président actuel profite d'un cours du pétrole bas Le déficit budgétaire 77 à 74 milliards est il en compte sincère???? a été immédiatement redistribué. Se rappeler qu'en 2015 la Cour des Comptes avait épinglé le gouvernement pour ses "astuces" de ligne comptable en fait le déficit est toujours dans la même fourchette. Pour ce qui de l'emploi toujours les mêmes astuces dont l'emploi aidé, les emplois très temporaires et les formations des ficelles un peu grosses qui ne font plus recette sur l'appréciation des français sur al réalité du chômage. Les deux Présidents peuvent se targuer de deux chiffres qui montrent leur incapacité à changer la France le chômage et la dette. Le Président actuel et son jumeau l'ancien ont la même ligne de gouvernance droite ou gauche le moule hors discours pompeux ne change pas, la mauvaise gestion de la France est dans l'ADN de nos politiciens. Un mal qui ronge la France qui malgré des atouts incontestables est minée par une caste qui s'accroche à la fonction d'élu souvent du plus petit au premier car nous avons ce défaut français de vouloir paraître et plus encore en politique ou la fonction est celle du coq de la basse cour. Alors M. Hollande ou M. Sarkozy la France va t elle demander un remake si oui quelle tristesse et dans ce cas notre pays mérite ce qu'il est un pays sans grand avenir hors de al compétition économique. J'avoue que voir les autres jumeaux le FN ou le Front de Gauche arriver à la gouvernance me poserait un problème de conscience.
Réponse de le 01/07/2016 à 13:00 :
Oui, tout est au vert. On se demande même pourquoi il y a encore 5,6 millions de chômeurs toutes catégories. Ce sont sûrement des tire-au-flanc !!
a écrit le 30/06/2016 à 20:06 :
Pour l'instant il est en l'air, pas certain qu'il retombe bien sur ses pieds !
a écrit le 30/06/2016 à 20:02 :
En avant première de l'édition du Petit Larousse 2017, définition pour méthode Coué :
Art de croire et faire croire par simple suggestion aux mensonges les plus éhontés. Méthode mise en exergue par F. Hollande afin de briguer un mandat supplémentaire (on sais jamais, sur un malentendu..).
a écrit le 30/06/2016 à 19:43 :
Il sait, le bougre, que malgré ses 15% d'opinions favorables et sa gestion catastrophique, il conserve toutes ses chances d'être réélu. C'est dire à quel point le système électoral français est vérolé :-)
Réponse de le 01/07/2016 à 9:06 :
En 2017 il lui faut un 49.3 ???
a écrit le 30/06/2016 à 19:17 :
Sacré Hollande, il est repartit à vendre du vent et de la fumée et les journalistes en mal de piges foncent dans le brouillard. Je n'attends que mai 2017 et je n'écoute plus rien ............mais je lis !!
a écrit le 30/06/2016 à 18:36 :
Du haut de son fauteuil élyséen, cet homme n'a aucune, mais alors, aucune idée du quotidien des Français qui se traduit par une perte de pouvoir d'achat constante (le salaire médian a encore baissé) et par l'accroissement de la grande pauvreté. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est l'INSEE dans son dernier rapport.

Non seulement son bilan est désastreux mais qui plus est, il ose affirmer qu'il protège notre modèle social. Avec la loi travail, il offre sur un plateau d'argent à la droite (qui s'empressera une fois au pouvoir de s'engouffrer dans la brèche de la casse du code du travail) l'occasion inespérée de mettre à bas les derniers remparts de notre protection sociale.

Si cet homme s'imagine être réélu, c'est qu'il a définitivement perdu tout sens des réalités. En mai 17, "dont RIP" normal 1er !
a écrit le 30/06/2016 à 18:28 :
Et dans la foulée glissée au milieu du tumulte médiatique une nouvelle taxe sur le foncier se rajoutera à la taxe foncière pour aider les régions...à vous dégoutter d'être propriétaire en France!
a écrit le 30/06/2016 à 18:24 :
Pour tous ceux qui souffrent 365/365 j transformer leur pauvreté en or est impossible! Son attitude ne fait qu'attiser la haine et la rancune. Peut être sera t il le président par qui la guerre civile arrivera? C'est un fou !
a écrit le 30/06/2016 à 17:49 :
prends ta moto avec tes viennoiseries et laisse nous tranquille. Hé oh dégage si t'es encore un homme quoique
a écrit le 30/06/2016 à 17:45 :
Preuve que le langage peut transformer la misère en richesse mais ya les mots et ya les actes et je pense que l'électorat de gauche a bien compris les actes. Du coup cela va donner du regain à un Mélenchon qui n'a rien fait pour le mériter alors qu'il faudrait que les électeurs, du moins ceux qui votent, expriment leur colère en allant voter pour le NPA, qui ferait vraiment peur à l'oligarchie, pas comme le front national qui vote à l'unanimité le secret des affaires au parlement européen, à savoir le droit pour les politiciens de magouiller tranquillement avec les hommes d'affaires. Et bien entendu qui est le chouchou des médias, le fn...
a écrit le 30/06/2016 à 17:33 :
Décidemment cet homme est un cas. Tout va bien dans le meilleur des mondes. Comme on dit chez nous il est « brave ».C’est un exemple au plus haut niveau de la déconnexion complète des élites avec la réalité de terrain. Ce n’est pas nouveau, Depuis le milieu des années 90, la plupart des décisions économiques et sociales sont prises, sans études approfondies, ou souvent après des études sans valeur réalisées par des cabinets soit disant spécialisés, ou des conseillers, qui ne travaillent que sur dossiers, sans jamais consulter les intéressés AUTREMENT QUE PAR SONDAGES, et cela dans la plupart des domaines de l’activité économiques. Je ne parle même pas du problème des cumuls de fonctions….A ce propos lire l’excellent livre « Pilleurs d’état »de Philippe Pascot ; édifiant !!!!Et ces gens-là s’étonnent de la désaffection des élus par les citoyens !
a écrit le 30/06/2016 à 16:20 :
Ben, pour faire un bras d'honneur aux français.... avant l'ardoise finale ...ne faut 'il pas mieux, se mettre en équilibre sur ses pieds ...?
a écrit le 30/06/2016 à 16:20 :
Il serait étonnant que les Francais se laissent prendre au grand art politicien de ce President. Pour preuve son niveau de popularité et son inaudibilité sur quelque sujet que ce soit..
a écrit le 30/06/2016 à 16:18 :
Avec un art consommé de la rhétorique, je dirai plutôt de la démagogie pure ou à la limite de l'escroquerie intellectuelle. Un parfait exemple des "qualités" qu'il faut avoir pour être un petit politique.
a écrit le 30/06/2016 à 16:09 :
François Hollande a clairement dessiné
a écrit le 30/06/2016 à 16:09 :
Il a surtout l'art de prendre les gens pour des débiles et les gens de médias (à qui il a consenti de sacrés avantages fiscaux) sont totalement à sa botte et se font un devoir de l'aider dans sa déchéance ...Jamais la France n'a eu quelqu'un d'aussi incompétent, même ses proches le savent et beaucoup dans son camp l'avouent "tout ce qu'il touche ça ne marche pas, et ça a toujours été comme ça..."
a écrit le 30/06/2016 à 16:06 :
En fait la dette c'est pas lui, faut pas se tromper, il suffit de regarder les chiffres 2003-2012 + 900 milliards !
Réponse de le 30/06/2016 à 17:21 :
Effectivement.... C'est pas lui, mais +400Mds de 2012 a 2016, c'est bien lui, et cela sans crise comme en 2008, en assassinant les français d'impots, et en ayant des interets de la dettes ridicules a cause des taux bas...
Allez revotons pour lui si tout va bien, moi je m'en moque j'arrete de bosser pour profiter du système. A+
a écrit le 30/06/2016 à 15:57 :
Il est comme le Phénix, il renaît de ses cendres.
a écrit le 30/06/2016 à 15:52 :
La droite va certainement aider Hollande en 2017. Réformer le pays n'est pas simple , s'attaquer aux fonctionnaires, a la protection sociale, à l'age de départ à la retraite, aux régimes spéciaux , au droit du travail etc... Qui à droite va pouvoir réaliser ces réformes?
Il va falloir beaucoup de doigté aux responsables de droite surtout si la contrepartie de ces
réformes est financée par la suppression de l'ISF et la baisse des impôts.
a écrit le 30/06/2016 à 15:40 :
John Chambers tresse encore des lauriers à la France, son gouvernement et ses entreprises. les mauvaises langues vont dire que Hollande l'a soudoyé. :-)
ou que c'est une blague de la part des ricains.
a écrit le 30/06/2016 à 15:21 :
François Hollande ou l'art de retomber sur ses pieds.

Oui comme les chats maigres, seulement...........lui il n'est pas maigre.
a écrit le 30/06/2016 à 14:59 :
Je trouve la presse française bien indulgente à l'égard de François Hollande dont le quinquennat est une catastrophe majeure pour notre pays.
Quant au "Frexit" il juge nécessaire de faire un référendum pour un aéroport mais pas pour demander aux Français leur avis sur leur destin allez comprendre tant de cynisme.
Vivement 2017 que les urnes parlent et nous verrons.
Réponse de le 30/06/2016 à 17:29 :
Bien sur que la presse francaise est indulgente. Alors qu'ils assassinent les francais d'impots depuis 2012 ( abattement de 7650€ ), il a fait un super cadeau au journaliste. On ne mord Jmais la main qui vous nourrit !!!!
Réponse de le 30/06/2016 à 23:30 :
oui mais la presse est pratiquement toute de gauche,donc ( moi je ) peut faire tout ce qu il veut !! la gauche parfaite comme au temps Mitterrand ou tout le monde était a ses genoux,c est pour cela qu il a fait des mauvaises choses mais non dévoilées donc une gauche ( parfaite) la hontes ces socialistes de menteurs,haineux,profiteurs ,critiques,qui ont fait pire que la droite ils ont voulu mettre dehors Sarkozy pour s en mettent pleins les poches et casez toutes leurs cliques

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :