Glyphosate, suppression de la taxe d'habitation... Macron promet des "décisions très fortes"

 |   |  933  mots
Le président de la République Emmanuel Macron.
Le président de la République Emmanuel Macron. (Crédits : Emmanuel Foudrot)
Emmanuel Macron s'est invité, jeudi soir, dans un débat citoyen organisé dans la Drôme. Le président de la République y a fait plusieurs annonces dont, notamment, la suppression de la taxe d'habitation.

Ce n'était pas marqué dans son agenda. Après une journée marathon dans la Drôme, avec un déjeuner d'au moins 2h30 avec une soixantaine d'élus à Valence (Drôme) et la visite d'un Ehpad, Emmanuel Macron est s'est rendu, jeudi 24 janvier, à Bourg-de-Péage (Drôme) où s'est longuement invité à un débat citoyen à Bourg-de-Péage (Drôme). "Pardon de m'inviter au dernier moment", a-t-il d'ailleurs lancé avant d'évoquer plusieurs sujets, pendant 3h15, micro en main.

Le président s'est, notamment, prononcé sur la suppression de la taxe d'habitation : "Plus personne ne la paiera [...] on la supprimera en trois bouts". Pour justifier cette décision, Emmanuel Macron a expliqué qu'il s'agissait d'un "impôt assez injuste socialement" car il n'est pas indexé aux revenus mais à la taille du logement. Plus tôt dans le mois, Bruno Le Maire le ministre de l'Economie avait déclaré avoir "engagé cette suppression de la taxe d'habitation, il est essentiel qu'elle soit aboutie, que nous allions au bout de cette suppression de la taxe d'habitation." De même, il a confirmé que la réduction à 80 km/h de la vitesse sur les routes allait être réévaluée : il faut "donner de la souplesse au plus près du terrain", a-t-il plaidé, moyen d'ouvrir la porte à un recul au cas par cas.

Sortir du glyphosate en trois ans n'est plus d'actualité

Alors que l'enquête de l'émission Envoyé Spécial consacrée aux glyphosate a eu un certain retentissement au sein de l'opinion publique, Emmanuel Macron, moins consensuel sur ce thème, a déclaré que la France ne parviendrait pas à s'en passer "à 100%" comme il s'y est engagé. "Je sais qu'il y en a qui voudraient qu'on interdise tout du jour au lendemain. Je vous dis : un, pas faisable et ça tuerait notre agriculture. Et même en trois ans on ne fera pas 100%, on n'y arrivera, je pense, pas", a-t-il déclaré, encourageant les "productions alternatives" pour ne plus utiliser cet herbicide. "Et de l'autre côté, il y en a qui ne voulaient pas bouger du tout. On a réussi à faire bouger beaucoup de gens", a-t-il ajouté. Il a rappelé qu'un "contrat de confiance" allait être signé. "On va évaluer et on va aider ceux qui bougent", a-t-il assuré.

Lire aussi : RoundUp : nouvelles plaintes contre l'utilisation du glyphosate

Le débat sur la potentielle dangerosité du glyphosate a été relancé récemment par l'annulation en justice d'une autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360, herbicide à base de glyphosate. "Il a été montré qu'il y a des doutes. Il n'y aucun rapport indépendant ou pas indépendant qui a montré que c'était mortel", a affirmé Emmanuel Macron. Mais "à partir du moment ou je pense que c'est pas bon, j'ai envie qu'on s'en sépare". "Il y a des secteurs où il y a des alternatives. Il faut au maximum avoir des alternatives non chimiques et en s'organisant autrement", a-t-il plaidé.

Un bonus-malus sur les CDD ?

En novembre 2017, l'Union européenne avait renouvelé son homologation pour cinq ans, mais Emmanuel Macron s'est engagé à le bannir en France d'ici à 2021. "L'Europe voulait nous remettre 15 ans d'autorisation. C'est parce que la France s'est battue qu'on a obtenu cinq ans", pour sortir du glyphosate dans l'UE, a-t-il souligné. Les défenseurs de l'environnement ont critiqué le gouvernement pour avoir refusé d'inscrire dans la loi l'interdiction de ce pesticide alors que quelque 8.800 tonnes de glyphosate ont été vendues en France en 2017.

Par ailleurs, Emmanuel Macron a réaffirmé sa détermination à mettre en place un bonus-malus pour limiter le recours aux contrats courts qui se sont multipliés depuis 20 ans. "Aujourd'hui il y a une  négociation sur toute la réforme du chômage.On a mis la proposition bonus-malus et, moi, je souhaite qu'on aille au bout, branche par branche, parce que c'est vertueux", a-t-il déclaré, cité par Reuters. Le chef de l'Etat a enfoncé le clou, ciblant les secteurs à fort recours aux CDD courts - BTP, hôtellerie, cafés, restaurants - "où il y a parfois besoin des intérims quand il y a un coup de chaud, l'été, l'hiver", à l'inverse d'autres "comme l'automobile ou l'activité est plus lisse".  Pour le président, il faut définir une "norme", "branche par branche" , pour que "ceux qui emploient très peu d'intérimaires prennent tous les gens en CDI", par rapport à la moyenne du secteur aient un bonus. A l'opposé, "ceux qui multiplient les intérimaires" auront un malus, "parce que ce sont des gens qui, quelque part, utilisent le système", a conclut le président.

Macron désarme Wauquiez

En s'affichant au contact des Français, ce qu'il avait rechigné à faire jusqu'à présent, préférant laisser ses ministres monter au front, le chef de l'Etat sait qu'il met ses opposants en difficulté. Quelques heures plus tôt avant cette visite impromptue, M. Macron participait à un déjeuner organisé à Valence, avec une cinquantaine de maires et de parlementaires. Laurent Wauquiez, invité en tant que président (Les Républicains, LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a stigmatisé la « bulle »dans laquelle vivrait Emmanuel Macron.

"Je mets en garde le président de la République : un débat, c'est aller échanger directement avec les Français", avait déclaré le président de LR, enjoignant le chef de l'Etat à dialoguer  "sans filtre" . Une critique devenue caduc avec cette visite impromptue à Bourg-de-Péage.

 (Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2019 à 13:02 :
Il a fallu 24h pour supprimer l’ISF des Ghosn, Richard d’Orange et confrères, et il faut des années pour supprimer la taxe d’habitation, il se moque des français
a écrit le 28/01/2019 à 7:54 :
Il va surement concocter encore quelques mesures bien DISCRIMINATOIRES ; certains pas d'autres (retraités , taxe d'habitation entre autre .... ) , mettant a mal la signification de la devise républicaine EGALITE !
a écrit le 26/01/2019 à 10:50 :
Les Français tentent d'élever le débat et Macron fait tout pour le maintenir à raz des pâquerettes. Les Français exigent l'établissement d'une société démocratique et Macron, leur parle de glyphosate. Ils ne veulent plus qu'un seul homme décide de signer des traités ou accumulent des dettes qui les engagent pour une génération, il répond suppression de la taxe d'habitation, c'est à dire augmentation de la dette.
Macron n'est pas à la hauteur des Français. Elu par défaut avec 25% des votes exprimés, il ne représente que ses sponsors. Il est là pour briser la résistance du peuple face aux exigences des riches actionnaires et propriétaires.
a écrit le 26/01/2019 à 9:28 :
Ce qu'il manque c'est une autorité de sureté indépendante, compétente dans les domaines de la chimie, de l'environnement et de l'alimentaire, quelque soit l'idée que l'on se fait sur l'ASN (nucléaire), cette autorité est capable de stopper des réacteurs sans en référer. Ensuite, j'observe que les fautifs sont rarement condamnés ou avec des peines "légères" qui se limite parfois à une simple information du public.
a écrit le 26/01/2019 à 7:09 :
La suppression de la taxe d'habitation est déjà reportée au moins en partie sur la taxe foncière, comme cela, seul les propriétaires sont impactés et je sais de quoi je parle.
a écrit le 26/01/2019 à 7:03 :
Macron,du blabla et peu d'actes!C'est de la pipe!
a écrit le 25/01/2019 à 21:02 :
cela fait plusieurs projets qu il reporte a 2021, il sait bien qu apres avoir reforme le pays pour le grand capital il ne seras plus elues apres2021,? mais il auras fais sont metier de jeunes banquier lui ne seras jamais chomeur ?HULOT A RECONNUE QU ILS DETRUIT TOUS CE QU IL TOUCHE ? IL A CASSE LES DROITS DU TRAVAIL MI AUX PAS LES PARTIES ET SYNDICATet les maires a la diette de suventions, BLOQUE LE POUVOIR D ACHAT DE TOUS? SUTTOUS DES RETRAITES ,?APRES SONT PASSAGE LES FRANCAIS SERONT PLUS PAUVRES QU AVANT SA VENUE? ET CE N EST PAS LA CANDIDATURE DES GILET JAUNES, A L EUROPES QUI VAS CHANGE LES CHOSES ,?QUI CHANGERAS LA POLITIQUE FRANCAISE CAR L EUROPE EST LE REPERE DES BANQUIERS ET MACRON APPLIQUE LEURS DIRECTIVES ? CHERCHE QUI L A SOUTENUE VOUS SAUREZ POUR QUI IL TRAVAIL? ? ?
a écrit le 25/01/2019 à 19:30 :
Les promesses n'engagent que ceux qui y croient.
a écrit le 25/01/2019 à 17:59 :
Moi en tant que lapin ça me derangerait grave que l'on bloque ma photosynthese
Je me sentirais comme frustré quelque part dans le vécu.
Mais ce n'est que mon avis
a écrit le 25/01/2019 à 17:32 :
Sur le dossier du glyphosate, la France est sortie du rationnel: les fautifs sont connus: le Circ en premier avec sa classification suivie par aucune des agences de santé mondiales (y compris les françaises), et même pas par sa maison mère l'OMS.. Et bien sûr les associations et politiques écolos, qui s'agrippent à tous les dossiers polémiques, non avérés: les pseudo études de Séralini, honteuses, la classification du Circ, et cette nouvelle décision du justice, où des juges s'estiment capables de donner leurs avis sur des sujets scientifiques.. On ne peut accepter que les fake news deviennent une technique pour faire passer ses croyances.. Ce n'est pas le seul domaine où le rationnel a été perdu, en économie le mouvement des Gilets Jaunes est déconnecté des réalités aussi..
a écrit le 25/01/2019 à 17:20 :
Il sait qu'il peut faire des promesses puisque Bruxelles aura le dernier mot pour dire stop! Les excuses sont déjà prête!
a écrit le 25/01/2019 à 15:35 :
L’UE a renouvelé pour 5 ans la licence d’exploitation du Glyphosate.

La France qui était opposée à ce renouvellement n’a même pas été capable de réunir une majorité de pays autour d’elle. Comment alors croire ceux qui prétendent pouvoir changer l’Europe ? Comme l’UPR l’explique depuis 10 ans, il faut l’unanimité des pays membres pour modifier les traités (voir l’article 48 du TUE).
Source : Le Monde (27 novembre)

Comment Monsanto a financé des scientifiques en Europe pour défendre le glyphosate

Dans le cadre d’un procès aux États-Unis contre Monsanto, l’étendue tentaculaire des manœuvres du géant des pesticides pour manipuler l’opinion sur le glyphosate, a été dévoilée.

Source : Libération (27 novembre)

La France seule ne peut pas interdire le glyphosate..

Macron, qui a échoué à porter l’interdiction du glyphosate au niveau européen, promet de l’interdire au niveau national. Mais en faisant cela, la France s’exposerait à des poursuites judiciaires et des amendes, au motif d’entrave à la libre circulation des marchandises ou de distorsion de concurrence selon les règles européennes.

Source : Le Monde (28 novembre)

https://www.upr.fr/actualite/france/revue-de-presse-de-semaine-selection-27-novembre-3-decembre/

Il transpire que que Macron comptant pour 1 sur 27 veut nous vendre une place qu' il n' a pas dans l' UE, qu' il se trouve d' un casse-tête insoluble sur ce sujet et dans ce contexte, à fortiori depuis que Monsanto est racheté par l' allemand Bayer, qu' il mésestime complètement la pondération intéressée des allemands sur le glyphosate mais se sert in fine de cette tribune pour tenter de se fortifier dans les sondages ...
a écrit le 25/01/2019 à 14:52 :
Bon, d'accord, faut vraiment se forcer, tellement il est creux et abscons. Mais si l'on écoute macron (c'est facile, avec son vocabulaire tellement réduit qu'il est même compréhensible par son électorat de base, les piliers du café du commerce), on se rend immédiatement compte que, au-delà de son incompétence et de sa totale méconnaissance des dossiers de base, macron est complètement dépassé et - pire encore - c'est un homme du passé. Ce type est pour le moins désuet. Complètement largué. Il essaie encore de faire vivre la france comme il y a des décennies. Certes, les français sont les champions de l'immobilisme et ce sont aussi des assistés chroniques qui adorent vivre aux crochets des autres, mais macron est un triste champion du genre. Toutes les promesses creuses qu'il avait faites sont mises au rebut. Toutes ses initiatives et ses grands chantiers ont été et sont toujours des échecs absolus. Macron, c'est non seulement un manque criant de la moindre étincelle d'intelligence, c'est aussi un manque d'envergure et de vision d'avenir. Macron, roi de la phrase creuse, c'est du passéisme, du populisme. pas étonnant qu'il plaise à un frange des français moyens et qu'il fasse autant rigoler sur la scène internationale. A force de se prendre au sérieux tout en débitant son bla-bla sans fond, cet arriviste se ridiculise et donne une image triste mais bien réelle de sa personnalité et de celle des français : du vent, rien que du vent. En attendant, il poursuit sa campagne électorale aux frais de tous les contribuables et se place auprès de ses petits copains financiers et industriels pour se recaser vite fait dans la privé dès qu'il aura été éjecté de l'élysée.
a écrit le 25/01/2019 à 11:52 :
macron en meeting pré-electoral, c'est le café du commerce qui réunit le populo de base. Discours creux, inepties, populisme et enfumage sont au programme des interventions macroniennes - toutes réalisées aux frais des contribuables ! - qui restent cependant dans la droite ligne des compétences de manu : rien que du bla-bla, mais qui fait beaucoup de bruit. Comme tous les tonneaux vides. mais l'essentiel est sauf : macron adore s'écouter pérorer. Il est d'ailleurs le seul que cela intéresse et continue à faire bien rigoler sur la scène internationale.
Réponse de le 25/01/2019 à 12:04 :
A force de raconter n'importe quoi, on tourne en rond dans son incohérence. On reprochait à Macron de rester enfermé dans son chateau. Maintenant qu'il en sort, on voudrait qu'il y retourne. Faudrait savoir ce qu'on veux .
Réponse de le 25/01/2019 à 13:45 :
Ce que l'on veut ? Ce n'est pourtant pas compliqué à comprendre... sauf peut-être pour macron et sa petite poignée de partisans. Serait-ce trop demander à ce fonctionnaire élyséen qui - même s'il ne s'en rend plus compte - est au service des français, d'avoir un minimum d'honnêteté, de stratégie et de compétences. manifestement, oui. c'est beaucoup trop demander à celui qui a tellement dépassé ses compétences lorsqu'il était employé de banque, qu'il a été obligé de se recaser dans la politique. là où on n'exige ni diplôme, ni soupçon d'intelligence, ni la moindre compétences. C'est bien : macron est donc à sa place.
Réponse de le 25/01/2019 à 13:45 :
Ce que l'on veut ? Ce n'est pourtant pas compliqué à comprendre... sauf peut-être pour macron et sa petite poignée de partisans. Serait-ce trop demander à ce fonctionnaire élyséen qui - même s'il ne s'en rend plus compte - est au service des français, d'avoir un minimum d'honnêteté, de stratégie et de compétences. manifestement, oui. c'est beaucoup trop demander à celui qui a tellement dépassé ses compétences lorsqu'il était employé de banque, qu'il a été obligé de se recaser dans la politique. là où on n'exige ni diplôme, ni soupçon d'intelligence, ni la moindre compétences. C'est bien : macron est donc à sa place.
Réponse de le 25/01/2019 à 19:06 :
Vous qui vous croyez si compétent, présentez vous à la prochaine élection présidentielle. Nous avons hâte de contempler votre génie.
Réponse de le 27/01/2019 à 14:21 :
Me présenter une élection ? ce n'est pas une mauvaise idée ! Il suffit pour cela de savoir quels petits copains financiers et industriels privilégier et, surtout, bourrer le mou aux franchouillards moyens avec des inepties les plus grosses possibles. Après, faut juste aller d'échecs et reculades. Et parsemer le tout de quelques "petites phrases" aussi creuses etd ébiles que celui qui les profère. Ah mais non : je n'apporterais rien de nouveau. C'est de l'actualité. C'est du vécu? Vous avez voulu un "fake président" qui amène consciencieusement et avec une belle détermination "la france en marche.".. arrière. Ben, vous l'avez. Moi, au moins, j'ai le privilège de ne pas être contraint de vivre dans un pays en voie de sous-développement, peuplé d'assistés chroniques
a écrit le 25/01/2019 à 11:52 :
macron en meeting pré-electoral, c'est le café du commerce qui réunit le populo de base. Discours creux, inepties, populisme et enfumage sont au programme des interventions macroniennes - toutes réalisées aux frais des contribuables ! - qui restent cependant dans la droite ligne des compétences de manu : rien que du bla-bla, mais qui fait beaucoup de bruit. Comme tous les tonneaux vides. mais l'essentiel est sauf : macron adore s'écouter pérorer. Il est d'ailleurs le seul que cela intéresse et continue à faire bien rigoler sur la scène internationale.
a écrit le 25/01/2019 à 11:42 :
Rappelons l'engagement : "L'agriculture a déjà connu de grandes transitions dans son histoire. Sortir du glyphosate en trois ans en fera partie et personne ne sera laissé sans solution"...

Comme on peut le voir sur glyphosate.gouv.fr, le volontariat fonctionne très bien...

Un renoncement qui est une honte, la FNSEA continuera librement de détruire l'environnement librement...
a écrit le 25/01/2019 à 11:38 :
Wauquiez devrait garder la tête froide et ravaler sa haine de Macron car dans la surenchère des haines, c'est la dissolution de l'état que réclament les gilets jaunes pour faire leur loi aux Français. Wauquiez sombrera alors avec tout le personnel politique. Se souvenir de 1793!
a écrit le 25/01/2019 à 11:24 :
Ben voyons ! Macron n'a jamais été autant en vadrouille que maintenant. Et que fait-il ? IL s'offre une campagne électorale aux frais de tous les contribuables, sous prétexte d'un pseudo débat national qui n'est qu'enfumage et fumisterie. Et que propose-t-il lors de tous ces coûteux et inutieles (sauf pour lui, bien sûr !) déplacements ? Ben... rien ! Comme il l'a toujours fait, le petit manu se lance dans de grandes envolées, lâche ses "petites phrases" aussi vides de sens que de bon sens et ne propose rien du tout de concret. Rien d'étonnant à ça : s'il avait eu un minimum de compétences en matière sociale ou économique, il serait bien tranquillement resté un petit employé de banque et n'aurait pas fait la preuve de sa totale incompétence en tant que sinistre de l'économie lors du mandat de hollande. Vu ses performances (enfin : contre-performances) de l'époque, il était évident que cet arriviste ne pouvait être qu'une nullité de plus dans un pays qui en compte déjà plus de 66 millions. Mais bon : ça marche. La stratégie du petit macron qui n'intéresse que lui-même et une frange de la population peu connue pour ses capacités intellectuelles et son courage à penser par elle-même, c'est simplement ce qu'il se plaît à décrier chez les autres : du populisme de bas étage qui ne propose strictement rien de concret, ni de positif. Mais il s'en fiche, le macron et il a raison : son électorat ne demande que du vent et se contente que du pain et des jeux. Tant qu'il y azura du foot truqué à la télé et des émissions de télé-irréalité (et je parle pas des débats politiques qui sont un must du genre), macron a toutes ses chances. Les français ont bel et bien le psdt qu'ils méritent et qui leur ressemble : une nullité incompétente qui a sa place au comptoir du café du commerce.
a écrit le 25/01/2019 à 11:08 :
En fait ce que Macron aime par dessus tout c'est faire l'acteur..se mettre en scène (depuis la soirée de son élection jusqu'à ces séances de stand-up "pas dans son agenda"). Et il nous récite toujours le même texte un peu creux et basé sur des veilles idées.
a écrit le 25/01/2019 à 11:06 :
Quand le "sommet" s'invite chez la "base". Toujours la même histoire du mépris de la classe dirigeante pour les exécutants. Ça va pas être facile par contre d'aller convaincre 65 millions chez eux hein et je vous dis pas le bilan carbone en plus !

N'importe quoi...

Au lieu de parler, sans arrêt, toujours et encore cela devient insupportable cette pratique permanente du bla bla, agit intelligemment, bref change totalement de politique l'hurluberlu et on jugera sur pièce.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :