RoundUp : nouvelles plaintes contre l'utilisation du glyphosate

 |   |  503  mots
(Crédits : Mike Blake)
Quarante-quatre nouvelles plaintes ont été déposées lundi devant le tribunal de Foix (Ariège) contre des fabricants et décideurs qui autorisent le glyphosate, principale substance du Roundup de Monsanto, a annoncé l'association Campagne glyphosate.

Quarante-quatre plaintes pour "mise en danger de la vie d'autrui" ont été déposées lundi au tribunal de Foix dans le cadre d'une vaste campagne anti-glyphosate, au vu d'analyses d'urines contaminées par l'herbicide le plus commun.

Ces plaintes nominatives pour "mise en danger de la vie d'autrui", "tromperie aggravée" et "atteinte à l'environnement" s'ajoutent aux huit déjà enregistrées, les premières en France, le 15 juin dernier, devant la même juridiction. Une cinquantaine d'autres devraient être déposées d'ici fin octobre. La procureure de la République de Foix s'est dessaisie du dossier au profit du pôle Santé publique du tribunal de grande instance de Paris, en charge des investigations.

Objectif : une interdiction immédiate

L'objectif est de "parvenir à une interdiction immédiate de ce produit, quitte à gérer une transition avec des moyens financiers pour que les agriculteurs puissent passer à autre chose", explique Dominique Masset, co-président de l'association anti-glyphosate (il a lui-même déposé une plainte au printemps, ndlr).

"C'est le début d'une série qui va concerner toute la France. Nous avons des demandes tous les jours pour agrandir le cercle à travers tout le pays", a assuré le porte-parole, entouré de militants anti-glyphosate sur le parvis du palais de justice.

Lancée au printemps 2018 par le collectif des Faucheurs volontaires, la Campagne Glyphosate vise à rechercher le taux de glyphosate dans les urines des citoyens et à l'issue, à porter plainte contre les fabricants et décideurs qui autorisent ce produit de Monsanto, filiale de Bayer.

Selon l'association ariégeoise, les résultats des quelque 150 premières analyses sont "inquiétants" et révèlent que "la moyenne des taux de glyphosate dans les urines des plaignants est environ 15 fois supérieure au taux maximum autorisé dans l'eau potable".

"Les plaintes visent des individus, Pdg et membres des conseils d'administration des groupes qui fabriquent des pesticides à base de glyphosate comme Bayer-Monsanto, Barclay Chemicals, Adama France, Agrifar. Elles ciblent aussi les décideurs et organismes qui l'ont autorisé, comme le président et les membres de la Commission européenne ou du comité d'appel de la commission", réafirme Dominique Masset.

Limitées sur une période portant sur les deux derniers trimestres de 2017 et sur le premier trimestre 2018, elles visent également la gouvernance de l'Anses, Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail et l'Afsa, son homologue européen.

Les États membres de l'Union européenne ont voté en novembre 2017 en faveur d'une nouvelle autorisation pour cinq ans de cet herbicide, le plus utilisé au monde. En France, alors qu'Emmanuel Macron s'était engagé à une sortie du glyphosate en 2021, les députés ont refusé en mai dernier de l'inscrire dans la loi agriculture et alimentation.

Un jury américain a considéré en août dernier que le Roundup était à l'origine du cancer développé par un agent d'entretien et avait condamné Monsanto à verser 289 millions de dollars de dédommagements.

Lire aussi : Le Roundup face à ses juges

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2018 à 21:22 :
0 plaintes au seul tribunal de Foix. Il y a la-bas un "avocat" qui sent le bon filon où au delà de ses honoraires normaux il table sur entre 10 et 20% des gains obtenus par ses clients. Il y a quelques années il était interdit de se rémunérer au pourcentage. La contagion de la "justice" américaine rend notre justice malade à son tour.
a écrit le 18/10/2018 à 13:05 :
Bon on va devoir faire le travail de contre information:
1/ Le glyphosate est dans la même catégroie de toxicité que la charcuterie. Teste t'on aussi les nitrates dans les urines pour faire interdire la charcuterie?
2/ Tester les résidus dans les urines c'est bien cela démontre t'il un dommage dans le corp? Je n'ai rien vu dans l'article. Mon urinie contient par définition de l'urée, qui me cauiserais des dommages considérable si elle restait dans mon corps, c'est pour celq aue je bois et evacue ensuite mon urine.
3/ On parle d'alternative. Lesquelles? Sont-elles moins dangereuses ou va t'on nous mettre encore un bouillie bordelaise? Soit on interdit tous les fongicides soit je veux voir la preuve que les alternatives sont moins dangereuses.
4/* Lorsque l'on écrit: "révèlent que "la moyenne des taux de glyphosate dans les urines des plaignants est environ 15 fois supérieure au taux maximum autorisé dans l'eau potable". Le Commentateur s'est-il demandé si l'urine sans Glyphosate était buvable comme de l'eau potable. C'est le principe de l'urine de concentrer tous les produits dont le corps ne veux pas pour les évacuer. Jusqu'ici ca prouve que ces gens sont en bonne santé. Aucun scinetifique n'attends que l'urine soit conforme à la réglementation sur l'eau potable. Sinon, ma voiture ne respecte pas la réglementation de sécurité aérienne, puis je porter plainte en disant que ma voiture est dangereuse?
La vérité est encore et toujours que les écologiste veulent faire interdire les technologien permettant l'amélioration agricole et qu'ils sont pres à toutes les manipulation pour y parvenir car leur but est de réduire le nombre de personne vivant sur Gaia.
Réponse de le 18/10/2018 à 13:31 :
Si vous considérez le glyphosate aussi dangereux que la charcuterie, je vous conseille d'accompagner votre saucisson d'un bon verre de Roundup tous les jours et de faire un bilan dans disons... Un mois.
Je pense que votre bilan de santé comportera quelques anomalies...
Je pense également aux agriculteurs malades et en procès contre le fabricant, ils doivent apprécier...
L'agriculture que je respecte est l'agriculture raisonnée, et nous serons probablement de plus en plus nombreux à refuser d'acheter des produits pesticides. Comme pour les œufs en batterie, la demande évolue et le producteur doit s'adapter.
Je respecte le producteur qui respecte Gaia au lieu de lui balancer ses merxxes chimiques qui abîment nos sols, nos abeilles, nos vers de terre, etc. .et nos rivières.
Et nos paysans produisaient bien avant l'arrivée du glyphosate et des autres produits pétroliers arséniques qui l'accompagnent dans le bidon (non déclarés) , alors pourquoi s'entêter à produire d'une manière que la plupart des consommateurs réprouve ?
Quoi que vous pensiez, la demande des consommateurs va se tourner de plus en plus vers des produits sans glyphosate, des légumes, des fruits ou des céréales de qualité. Le nier c'est se voiler la face. Je pense qu'à part vous, Rémi, peu de gens vous accompagnera à votre apéro glypho-saucisson.
a écrit le 16/10/2018 à 16:12 :
Le Pr Gilles Eric Seralini de l'Université de Caen/Normandie indique dans son étude "Toxicity of formulants and heavy metals in glyphosate-based herbicides and other pesticides", Toxicology Reports, volume5, 2018, pages 156-163 (article visible également sur le site Générations Futures) :
" Les herbicides à base de glyphosate contiennent des métaux lourds tels que l'arsenic. Ceux-ci ne sont pas déclarés publiquement.
Testés sur des cellules humaines, les formulants composés de résidus pétroliers ont un effet perturbateur endocrinien très élevé et sont même plus toxiques que le glyphosate.
Ces résultats montrent que les déclarations du glyphosate comme principe actif sont scientifiquement erronées et que l'évaluation de là toxicité est également erronée. Cette molécule est restée seule pour des effets à long terme sur la santé MAIS les produits de formulation /* composés de résidus de pétrole toxique et d'arsenic */ ne sont pas testes à long terme...
Les niveaux acceptables de résidus de glyphosate dans les aliments et les boissons devraient être immédiatement divisés par un facteur d'au moins 1 000 en raison de ces poisons cachés. Les herbicides à base de glyphosate devraient être interdits"
Donc, en conclusion, dans notre désherbant, on trouve du glyphosate, mais aussi de l'arsenic et des dérives de produits pétroliers dont l'effet létal est encore pire que le glyphosate, et ceci non déclaré sur l'étiquette si j'ai bien compris. Donc non teste. Bref, voici une poudre de succession idéale en vente libre...
Réponse de le 20/10/2018 à 21:33 :
Il est même certain que dans le RoundUp il y a de l'uranium. Si on n'en a pas trouvé c'est que les analyses ne sont pas encore assez précises. L'uranium étant un élément naturel, il y en a dans toutes les matières naturelles, certes en extrêmement petite quantité.
Quant au sieur Séralini, sa précédente étude (ou plutôt ses interprétations) sur des cohortes de 10 rats a été absolument contredite par une étude l'INRA sur des cohortes de 100 rats. Gardez en mémoire qu'il est financé par le lobby de la grande distribution (3 millions d'euros pour sa précédente études) , lobby qui cherche à vendre des produits "sans" OGM, glyphosate, gluten etc. type de produits sur lesquels les marges sont doubles.
a écrit le 16/10/2018 à 9:12 :
On croit rever !Du glyphosate retrouvé dans les urines !Le glyphosate est bio degradable on peut semer 8 jours aprés.De plus le glyphosate n'est pas seulement un herbicide ,mais tue tous les végétaux qu'il touche ,céréales comme légumes .Donc si il y a du glyphosates dans les végétaux que nous mangeons ,ceux çi ne peuvent etre que morts totalement déssechés .Seules les OGM resistent car conçues pour ça ,mais des OGM ON N EN CULTIVE PAS EN FRANCE .Par contre on en importe des USA ,du Bresil ,du Canada ext .....que l'on trouve dans l'alimentation industrielle .Faut donc interdire ces importations en France et là on a pas fini de rigoler surtout avec les USA de Trump ........
Réponse de le 16/10/2018 à 12:43 :
J'ai constaté auprès de certains céréaliers notamment US qu'ils avaient l'habitude de passer du "Roundup" sur leurs céréales seulement quelques jours avant la récolte. Quand j'ai demandé pourquoi, ils m'ont dit pour nettoyer le terrain des mauvaises herbes et favoriser la coupe, puisque plus propre. Comme l'épandage ne se fait que qq jours avant la récolte, le Roundup peut être encore présent sur le plan de blé, d'orge ou de mais... Et ensuite ingéré par l'homme. Peu importe le reste, car les sous produits sont éventuellement broyés, transformés en paille, bref peu valorisés... Voilà pourquoi on trouve du Roundup dans nos urines. Je ne sais pas si cette pratique se fait en France.
Réponse de le 16/10/2018 à 16:38 :
il se dégraderait quand le sol est vivant, pas mort auquel il faut apporter les nutriments (sinon ça ne pousse pas), et en 8 jours faut voir, si sol très vivant.
Les gens ont dû en respirer en s'en servant, sinon comment atteindre des taux élevés dans les urines ? Les insecticides ça doit être pulvérisés fenêtre ouverte car toxique pour l'opérateur mais ne fait plus d'effet... Là c'est à l'air libre.
a écrit le 16/10/2018 à 8:35 :
LEs américains toujours aussi malins et voyant les procès s'entasser aux états unis ont fini par vendre MONSANTO, oui il fallait que des andouilles l'achètent c'est sûr mais on peut toujours compter sur l'actionnaire milliardaire européen décadent pour avoir une très mauvaise idée voir catastrophique c'est le déclin européen que savent parfaitement exploiter les américains.

CE même déclin qui a conduit l'union européen à copier la politique chinoise à savoir une copulation permanente entre politiciens et hommes d'affaires sauf que le PC chinois lui permet de tenir l'ensemble mais le consortium financier européen lui en est totalement incapable car dépourvu par principe de tout pouvoir politique, et à qui nous devons le fléau néolibéral.

Voilà maintenant nos propriétaires de capitaux et d'outils de production aliénés se retrouvant endettés de 65 milliards d'euros (!!!) avec un outil de production de poison généralisé qui n'est plus protégé par la puissance politique américaine. A votre avis il va se passer quoi ?

Vite un frexit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :