HLM : les bailleurs prêts à vendre 11.000 logements

 |   |  302  mots
(Crédits : Gonzalo Fuentes)
Plus de 70 bailleurs HLM, soit un dixième de l'ensemble des organismes, sont prêts à vendre quelque 11.000 logements via l'organisme Action Logement, a annoncé lundi celui-ci, alors que le gouvernement encourage le secteur à accélérer les ventes pour se financer.

Pour le gouvernement, qui impose depuis cette année quelque 1,5 milliard d'euros annuels d'économies au monde HLM d'ici à 2020, l'accélération de ventes de logements sociaux constitue l'une des pistes qui permettra aux bailleurs de reconstituer leurs financements. L'exécutif évoque l'objectif de 40.000 ventes annuelles, contre moins de 10.000 actuellement, mais il ne l'a pas inscrit dans la loi logement, adoptée en octobre par les parlementaires. Celle-ci simplifie toutefois les procédures avec notamment la création d'intermédiaires dédiés à la vente, les organismes nationaux de vente (ONV).

Alors que la création effective de ces organismes doit attendre la promulgation de la loi d'ici la fin de l'année, Action Logement, organisme paritaire entre les organisations patronales et les syndicats, prévoit déjà de lancer le sien début 2019 et a lancé cet été un appel aux intéressés.

A sa clôture fin octobre, "71 bailleurs volontaires ont répondu à l'appel à manifestation d'intérêt", annonce lundi dans un communiqué Action Logement, dont la mission consiste d'abord à faciliter l'accès au logement des salariés.

"Il a permis de recenser 11.000 logements susceptibles d'être acquis", précise l'organisme.

Une accession sociale à la propriété

Cette procédure vise à vendre des logements aux particuliers, en premier lieu les locataires, afin de leur permettre, selon les termes d'Action Logement, "de bénéficier d'une opportunité d'accession sociale à la propriété, dans des conditions sécurisées".

La version finale de la loi n'a pas introduit la possibilité de céder des logements à de grands acteurs privés sur le principe du démembrement: ils les auraient récupérés après le départ du locataire. Introduite par un amendement lors des débats à l'Assemblée, cette ouverture a été supprimée au Sénat.

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2018 à 13:48 :
Cela demande confirmation, mais lorsqu'un logement social est vendu, il perd le "label" logement social. Si cette information est exacte, les communes de plus de 3500 habitants devront alors construire pour tenir les 25%de logements sociaux sous peine de sanctions.
a écrit le 13/11/2018 à 14:54 :
Et hop,dès que les naifs ont acheté dans des lieux de reve(Trappes,Creil,Montfermeil)flambée des charges des copropriété et bien invendable
a écrit le 13/11/2018 à 9:14 :
Qui va payer la rénovation des logements ? Cela sera-t-il fait avant la vente ? Une mise aux normes sera-t-elle imposée aux vendeurs ?
a écrit le 12/11/2018 à 23:19 :
Les HLM vendent car le prix de la rénovation du bien est supérieur à la valeur vénale du bien( les prix de l’immobilier ont chuté de 30% dans les quartiers populaires)
a écrit le 12/11/2018 à 22:45 :
bonne idee ,? la solution de VENDRE les quartiers a risque c est d Yreintroduire du prive, mais la question ESQUI vas prendre le risque dallez habitez dans une des zones abandonnes par l etat et la bonne societe? j ai moi meme apres 40ans et chasse deux fois PARS DES JEUNES DROGUES quitte une zone pour allez dans du prive plus cher mais plus confortable et plus calme? PLATON disait les jeunes ne reconnaissent plus l autorite C EST LE DEBUT DE LA TYRANNIE en France la justice penale des enfant est a revoir ,? DES L AGE DE RAISON UN ENFANT EST CAPABLE DE TOUS DONC DEVREZ ETRE COUPABLE POUR TOUTE INFRACTION AUX REGLE DE NOTRE CIVILISATION QIUI EST LE RESPECT DE CES VOISINS DE CES PARENTS DE SES PROFESSEURS LA JUSTICE ENVERS LES MINEURS DOIT ETRE REFORME SI ONT VEUT RTROUVE LE CALME DANS LES CITES A RISQUES???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :