L'emploi intérimaire a bondi en avril, une bonne nouvelle pour l'emploi ?

 |   |  422  mots
La hausse de l'emploi intérimaire s'est accélérée en avril. elle a surtout concernée les ouvriers qualifiés et les professions intermédiaires.
La hausse de l'emploi intérimaire s'est accélérée en avril. elle a surtout concernée les ouvriers qualifiés et les professions intermédiaires. (Crédits : © Arnd Wiegmann / Reuters)
Le nombre des intérimaires à bondi de 9,1% en avril, selon le dernier baromètre Prism'emploi. Tous les secteurs d'activité sont concernés. Reste à savoir si cela aura à terme un impact sur l'emploi durable.

Feu de paille ou embellie durable ? Il est encore un peu trop tôt pour le dire mais il n'en reste pas moins que sur le front du chômage et de l'emploi les indicateurs deviennent - enfin - encourageants. En avril, pour le second mois consécutif, le nombre des demandeurs d'emploi inscrits en catégorie "A" a diminué de 0,6%, soit 19.900 inscrits de moins. Et, toujours pour le mois d'avril, l'emploi intérimaire a bondi de 9,1% en un an selon les dernières données fournies par le baromètre mensuel Prim'emploi réalisé par les professionnels du secteur. Des résultats qui viennent confirmer et amplifier une tendance observée depuis le début de l'année. Au total, sur les quatre premiers mois de l'année, l'emploi intérimaire a progressé de 6,3%.

Tous les secteurs emploient davantage d'intérimaires

Tous les secteurs sont concernés par cette progression de l'emploi intérimaire, à commencer par les transports (14,8% de hausse), les services (11,6%), le BTP (8,9%) l'industrie (8,1%) et le commerce (4,1%).

C'est particulièrement chez les ouvriers qualifiés que se développe l'intérim (13,2%) mais les cadres et professions intermédiaires (10,7%) ainsi que les employés (9,8%) sont également concernés. Et c'est particulièrement en Ile-de-France (16,2% de progression) que le bond se fait particulièrement sentir.

Alors que penser de ces données? Si l'on veut être optimiste, on rappellera que, traditionnellement, l'intérim constitue un indicateur avancé de l'emploi. Ce qui signifie que les infléchissements observés sur le seul secteur du travail temporaire se produisent en général de six à douze mois plus tard sur l'ensemble du marché du travail. Par ailleurs, il est aussi traditionnellement acquis qu'un niveau de croissance annuel compris entre 0,6% et 0,8% permet de créer des emplois intérimaires.

Des conséquences sur l'emploi durable?

En revanche, le seuil permettant aux entreprises de développer de l'emploi durable se situe davantage vers 1,2% de croissance. Or, l'Insee a revu à la hausse la croissance française au premier trimestre qui aurait progressé de 0,6% (au lieu de 0,5% prévu initialement). Et, sur l'ensemble de l'année 2016, le gouvernement table sur un progression du PIB de 1,5%. Il devrait donc y avoir des créations d'emploi. D'ailleurs, pour le seul premier semestre, l'Insee estime que 37.000 emplois devraient être créés dans le seul secteur marchand.

Reste maintenant à connaître l'attitude réelle des entreprises. Vont-elles enfin renouer avec des recrutements à long terme ou, prudente, vont-elle continuer de se limiter à  des contrats courts (dont les emplois intérimaires) faute visibilité suffisante?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2016 à 12:40 :
Pour que la croissance se traduise par de l'emploi DURABLE, il suffit de faire baisser les coûts immobiliers délirants qui se retrouvent embarqués dans les salaires et les locaux des entreprises.
C'est pas compliqué à comprendre: Logement à prix coûtant + facilités aux entreprises de fournir/financer le logement des salariés ÉGALE augmentation du pouvoir d'achat réel des salariés, des bénéfice des entreprises (sur le Travail) et emploi simplement DURABLE car rentable. Puis assainissement des Comptes publics (santé, retraites, sécurité, logement gratuit des fonctionnaires).

Arrêtons de subventionner les prix de logement (parasitage de l'économie) et forçons la réduction des coûts de logement embarqués dans les salaires et les entreprises !
a écrit le 31/05/2016 à 7:12 :
Tant mieux
Même si ça risque de permettre à hollande de se présenter

Le risque est que Hollande permette à mme lepen d arriver à L élysée

Pour moi Hollande et Sarko plus jamais débrouillez vous
a écrit le 30/05/2016 à 20:12 :
A Rire(s) jaune(s)
Il y a des cloches qui "raisonnent "!!
a écrit le 30/05/2016 à 20:00 :
On nous prend vraiment pour des billes...
Il est évident que les CDI sont en train de disparaîtres à vitesse grand V, au profit des CDD et autres missions d'intérim ...
D'ailleurs, la loi El connerie va clairement dans ce sens. Cette loi là, c'est tout bonnement le gros coup de pouce de Valls et Hollande en faveur du patronat pour supplanter définitivement l'emploi stable au profit de l'emploi précaire.
Pourquoi donc ce choix ? Parce qu'aller, coûte que coûte, vers plus de précarité, c'est pouvoir aller vers toujours plus de flexibilité ... Profit oblige pour les (grandes) entreprises qui veulent gagner encore et toujours plus sur le dos des salariés ...
Non, tout ça n'est pas, mais alors pas du tout de bonne augure, tant pour la grande majorité des salariés de ce pays que pour l'état de santé de l'économie elle-même.
C'est mon point de vue, celui d'un demandeur d'emploi qui ne demande qu'à travailler, dans un emploi stable et pérenne, avec un salaire humainement décent, afin de pouvoir aussi se projeter dans l'avenir ...
a écrit le 30/05/2016 à 19:31 :
On a 5 millions de précaires ou chômeurs , alors pas de quoi être époustouflé par
60 000 chômeurs de moins. Pour l'intérim, comme son non l'indique, c'est du travail ponctuel à durée limitée. La croissance est portée par les taux bas, l'euro et le pétrole.
Cette situation ne va pas durer, les USA vont remonter les taux et le pétrole dépasse 50
dollars le baril. Les gréves actuelles et le climat social ne vont pas arranger la situation.
Réponse de le 30/05/2016 à 21:31 :
Répétez après moi: "voir le verre à moitié vide", "être pessimiste", "être défaitiste", "quand ça va mal c'est le gouvernement, quand ça va mieux c'est le pétrole et l'euro", "ne surtout pas lui donner de crédit, de peur que ça entrave Marine"...et on recommence ad nauseam pour être sûr d'être bien compris.
a écrit le 30/05/2016 à 19:12 :
Encore une estimation au doigt mouillé bien loin d'une réelle croissance
a écrit le 30/05/2016 à 18:52 :
C'est vrai que de l'intérim c'est souvent au départ tout un tas de CDD. Mais beaucoup d'entre nous ont commencé par des CDD avec ou sans interim avant d'avoir un CDI ou de monter leur boîte. Et quand on a un bon métier et de la pratique, les boîtes interim vous reprennent toujours d'un contrat sur l'autre. Ça permet de changer de patron quand on en a marre et de compléter sa pratique. J'ai commencé comme cela, j'accumulais aussi les primes, dont une prime de précarité, c'était pas si mal. Il est rare de trouver un boss qui engage direct en CDI les yeux fermés... Courage à tous les travailleurs qui rament avec ce type de contrat, ça peut déboucher sur un boulot régulier si vous êtes motivé et que le patron a un carnet de commandes qui lui permet de vous engager.
Réponse de le 31/05/2016 à 10:37 :
La moyenne actuelle de rester en CDD est de 6 ans et seulement ,3,5% des CDD obtiennent un crédit.
a écrit le 30/05/2016 à 18:49 :
Il faut que ça continue, il faut encore plus d'emploi, courage Hollande il faut continuer a réformer !
Réponse de le 31/05/2016 à 10:39 :
Généralement ceux qui souhaitent plus de réformes ne sont pas concerné par elles.
a écrit le 30/05/2016 à 18:02 :
Encore et toujours des emplois précaires. Malheureusement il en faut peu au gouvernement pour être content...
Réponse de le 30/05/2016 à 20:19 :
L'interim est la seule voie raisonnable pour faire de la flexisécurité avec le CDI interimaire...
a écrit le 30/05/2016 à 17:31 :
Le recours à l intérim ne fait il pas partie de la flexibilité tant demandée par le medef? Il vous faut quoi de plus? Des contrats 0 heure?
Réponse de le 30/05/2016 à 18:01 :
J'en ai en ce moment et ça coûte un bras !!
Vous devez être dans la planète fonctionnaires pour résonner de la sorte
Réponse de le 30/05/2016 à 20:23 :
@Réponse de Rires jaune
En effet la flexibilité ça doit coûter plus cher que le CDI. C'est pourquoi il faut baisser le coût du CDI mais ne pas le flexibiliser. Ce faisant, l'interim avec le CDI interimaire finira par coûter moins cher que le CDD...et c'est sans doute ça la cible pour une majorité de gens qui souhaitent être sécurisés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :