La Poste s'engage à renforcer sa présence dans les territoires

 |   |  261  mots
Ce contrat fixe notamment les conditions qui permettent à La Poste de contribuer à la mission d'aménagement et au développement du territoire et d'adapter son réseau de points de contact pour répondre aux besoins des habitants.
Ce contrat fixe notamment les conditions qui permettent à La Poste "de contribuer à la mission d'aménagement et au développement du territoire" et "d'adapter son réseau de points de contact" pour répondre aux besoins des habitants. (Crédits : Mal Langsdon)
Avec la signature du contrat de présence postale sur les territoires 2020-2022, le groupe promet, notamment, de réaliser une étude chaque année pour mesurer la satisfaction des élus, des clients et des partenaires concernant la présence postale.

L'État, l'Association des maires de France (AMF) et La Poste ont signé, mercredi, le contrat de présence postale territoriale 2020-2022, qui fixe les règles de présence et d'adaptation de La Poste sur le territoire.

Ce 5e contrat "traduit un engagement pérenne : 2 milliards ont été investis depuis 2008 pour adapter et moderniser la présence de La Poste dans les territoires", écrivent l'AMF et La Poste dans un communiqué commun.

Il fixe notamment les conditions qui permettent à La Poste "de contribuer à la mission d'aménagement et au développement du territoire" et "d'adapter son réseau de points de contact" pour répondre aux besoins des habitants.

Plusieurs priorités

Le contrat définit plusieurs priorités pour la période. Il réaffirme "la place centrale du maire dans le dialogue territorial", notamment sur les horaires de fermeture estivale des points d'accès postaux.

Autre priorité : la poursuite de l'adaptation du réseau "à travers de nouvelles formes de présence postale mutualisée" et le développement du dispositif France Services, qui rassemble divers opérateurs, dont La Poste, pour faciliter les démarches des usagers.

Les signataires s'engagent par ailleurs à veiller à "un juste équilibre entre le financement des territoires ruraux et des quartiers défavorisés des zones urbaines" dans le cadre de la mission d'aménagement du territoire. L'action sera également renforcée dans le domaine du numérique.

Une étude de la présence postale sera enfin réalisée tous les ans pour évaluer la satisfaction des élus, des clients et des partenaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2020 à 11:21 :
Bah peine perdue la poste s'effrondera, l'Etat quelque soit le gouvernement n'a jamais fait d'action conjointe avec la politique postale avec les sujets conjoint, y'a qu'à voir l'obligation de démat de la factu et des règlements, qui pesait encore le gros du flux postale, maintenant ça fond de manière exponentiel, l'email à tuer chez les particuliers la lettre, qui utilise encore les lettres ? C'est terminer, le réseau et les machines sont devenus trop gros pour le volume. Perso je peux passer 2/3 semaines sans rien recevoir en dehors des pubs.
Il y'aurait bien encore le flux des colis, mais les commerçants préfèrent passer par la filiale dpd plutot que colissimo et dpd bien le bonjour le service indigne, relais uniquement dans les coins les plus paumés de votre ville et dans des sté en quasi faillite dégouté de vous voir car vous ne venez que pour le colis, du coup perso je préfère payer plus cher pour du dhl, leur centre est à côté de chez moi et j'ai pas l'impression de devoir être obliger d'offrir la charité.
a écrit le 06/02/2020 à 22:24 :
C'est du foutage de gueule car la poste ferme des bureaux de poste à tour de bras et font faire le boulot par des commerçants et des buralistes et de plus certains centres d'appels sont delocalisés à l'étranger. Donc la poste une belle fumisterie....
a écrit le 06/02/2020 à 14:59 :
"2 milliards ont été investis depuis 2008 pour adapter et moderniser la présence de La Poste dans les territoires", écrivent l'AMF et La Poste"

Oh ,le pipeau :

C’est un mouvement discret qui se produit un peu partout en France : des bureaux de poste ferment leurs portes, ou vont le faire, provoquant la grogne des usagers et des élus locaux. Les médias locaux s’en font l’écho, que ce soit à Angoulême, à Rennes, à Saint-Étienne ou à Paris. La Poste remplace ces bureaux par des points relais installés dans des supérettes, chez des fleuristes ou dans des bureaux de tabac.
Selon nos recoupements à partir de chiffres publiés par le groupe La Poste en différentes occasions, ce sont 404 bureaux qui ont fermé entre début 2016 et début 2017. En 2005, quelque 14 000 d’entre eux étaient de « vrais » bureaux de poste. Aujourd’hui, il en reste moins de 9 000, soit 51,4 % du total .Si le transfert chez un commerçant permet un accès à des horaires élargis, il n’offre pas la totalité des services postaux : les services de la Banque postale (retraits, mandats, conseils…) ne sont généralement pas accessibles.
a écrit le 06/02/2020 à 13:24 :
Dans les régions vous voulez dire donc ? Au alors seulement le Territoire de Belfort ?

Il ne faut plus dire région afin d'oublier aussi le mot nation non ?

Au secours.
a écrit le 06/02/2020 à 12:06 :
il me semble que la Poste n'a pas encore rompu avec son modèle économique fonctionnarisé . cette"entreprise " finira par se faire bouffer par Amazon ou un autre géant des services pour la plus grande satisfaction des populations .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :