Pour simplifier les démarches en ligne, La Poste mise sur l'identité numérique

 |   |  693  mots
(Crédits : Charles Platiau)
La Poste cherche a déployer son "Identité Numérique". Lancé en 2015, ce processus d'authentification est censé sécuriser les échanges en ligne. Le but : simplifier les démarches sur Internet et lutter contre l'usurpation d'identité. Ce procédé est actuellement utilisé par 260.000 français seulement.

Mot de passé oublié, identifiant incorrect... Réaliser des démarches en ligne peut vite s'avérer pénible. Pour y remédier, le concept d'identité numérique - vieux serpent de mer en France depuis les années 1970 - fait son bout de chemin. Ce procédé vise à instaurer une plus grande confiance dans les échanges en ligne pour simplifier les démarches des citoyens et lutter contre l'usurpation d'identité. Comment ? En les dotant d'un identifiant et d'un mot de passe uniques, pouvant être complétés par divers facteurs d'authentification, afin d'accéder aux services publics et privés en ligne : réaliser des démarches administratives, se connecter à son compte bancaire, acheter un billet de train...

La Poste propose une identité numérique depuis 2015, pour accéder notamment aux services publics en ligne via le portail FranceConnect. Elle est actuellement utilisée par 260.000 français. Le groupe a annoncé mercredi vouloir déployer "massivement" son procédé, selon Olivier Vallet, Pdg de Docaposte, filiale numérique de La Poste, sans avancer d'objectifs chiffrés.

"Dans un monde dématérialisé, où tout est amené à se faire en ligne, nous voulons faciliter les échanges pour les utilisateurs", affirme Olivier Vallet. "Notre infrastructure a été pensée pour pouvoir gérer des millions d'identités numériques en France. À titre de comparaison, notre service Digiposte [sorte de boîte aux lettres numérique, ndlr] est utilisé par 4 millions de Français."

| Lire aussi : Pourquoi l'identité numérique cristallise les craintes en France

Un service gratuit, réservé aux majeurs

L'identité numérique de La Poste est pour l'instant réservée aux majeurs. Concrètement, il suffit de s'inscrire gratuitement sur le site dédié et scanner sa pièce d'identité. Une vérification de la pièce d'identité sera ensuite effectuée en face à face, à domicile grâce à un facteur ou en bureau de poste. Enfin, l'utilisateur doit télécharger l'application dédiée et déterminer un code secret. L'identité numérique est valable 5 ans, renouvelable.

Concernant uniquement les services de La Poste, l'identité numérique permet par exemple l'envoi et la réception de lettres recommandées via internet ou encore d'effectuer, toujours en ligne, les démarches nécessaires pour un retrait de colis. La Poste dit actuellement être en négociations auprès de groupes privés, comme des banques et des assurances, afin de pouvoir développer de nouveaux usages. Pour sensibiliser au sujet, les "postiers ont été formés pour expliquer aux citoyens l'utilité du projet et les accompagner pour la création de leur identité numérique. Un service client dédié a également été instauré", explique Olivier Vallet.

"La Poste est un acteur de confiance, c'est pour cela que nous pouvons jouer un rôle fédérateur autour de l'identité numérique", estime Olivier Vallet.

Si le concept d'identité numérique est encore émergent en France, il est voué à prendre de l'ampleur puisque le gouvernement vise une dématérialisation complète des services publics à horizon 2022. C'est d'ailleurs dans cette optique-là que le ministère de l'Intérieur et l'Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) développe leur propre identité numérique, via l'application controversée Alicem.

La Poste a engagé il y a près de deux ans des démarches auprès de l'ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information) pour obtenir, lundi, une attestation de "niveau de sécurité substantiel". Une première en France. Selon le règlement européen eIDAS adopté en juillet 2014, l'identification électronique peut couvrir trois niveaux de sécurité : faible (un simple identifiant et un mot de passe), substantiel (identifiant et mot de passe, assorti de critères supplémentaires de vérification) et élevé (ce dernier niveau, en France, relève nécessairement de l'État).

"Les services numériques prennent de l'ampleur, et cela va dans le sens de l'Histoire. Si la France ne développe pas dès maintenant ses propres identités numériques, alors celles-ci seront rapidement à la merci d'acteurs commerciaux non-européens", estime Guillaume Poupard, directeur général de l'ANSSI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2020 à 11:04 :
C'est un service efficace, qui fonctionne très bien.
La procédure est simple, la vérification de l'identité est réalisée par le facteur.
Ensuite cela permet de se connecter à la sécurité sociale, au service des impôts, service des retraites, avec un seul mot de passe, c'est l'identité numérique qui ouvre l'accès au service.
Vos noms , prénoms et date et lieu de naissance sont pré-enregistrés.
Je recommande
a écrit le 24/01/2020 à 9:22 :
Ils sont comme tous actuellement, plus de virtualisation et moins d'humains.
Et du fait d'avoir le pouvoir dans tout les cas, cela apportera sans doute des avantages pour les jeunes générations.

Mais du fait de faire payer les visites dans les coins reculés, disons que le virtuel a l'avantage comme dans un restaurant fast food de faire faire les choses par le client...
a écrit le 24/01/2020 à 8:59 :
Pendant ce temps :

Décidément, la réorganisation de La Poste s'apparente davantage à un retour en arrière et une source de problème qu'à une modernisation des services. Après les liasses de courriers retrouvés dans des poubelles, des chèques perdus, des retards de distribution, voilà que les facteurs eux-mêmes semblent ne plus disposer de locaux aménagés pour leur permettre de bien effectuer leur travail. En Seine-et-Marne, dans la commune de Cesson, depuis plusieurs mois, ils sont obligés de trier le courrier à distribuer dans un garage.La situation a été signalée à plusieurs reprises, rapporte La République de Seine-et-Marne, relayée par Actu.fr. Quatre facteurs partagent ce garage, situé sur le parking de la mairie de la ville, et prêté d'ailleurs par celle-ci. Le local devait initialement servir aux employés à garer leurs vélos, mais à la suite d'une réorganisation du centre de tri de La Poste à Savigny-le-Temple, les facteurs doivent désormais trier le courrier et pointer les recommandés dans ce garage, qui ne dispose pourtant pas d'équipement adapté.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :