Rentrée scolaire trop chère, dénonce Familles de France

 |   |  722  mots
Le coût de la rentrée scolaire 2015 est estimée 190.42 euros.
Le coût de la rentrée scolaire 2015 est estimée 190.42 euros. (Crédits : AFP)
Le recul du prix des matières premières aurait dû se répercuter sur les fournitures scolaires, estime l'association Familles de France dont le rapport annuel constate une hausse de 0,7% du coût de la rentrée scolaire 2015, à 190,42 euros.

Alors même que le prix des matières premières chute, le prix du chariot de supermarché, pour cette rentrée scolaire, va encore augmenter en 2015, même si la hausse est minime, observe Familles de France, deux semaines avant la rentrée scolaire.

L'association accuse directement les enseignes de distribution et les fabricants d'être les facteurs de cette hausse :

« Sauf explications contraires fournis par les fabricants ou les distributeurs, ils ont profité d'un effet d'aubaine pour faire des marges supérieures », lâche Thierry Vidor, directeur général de l'association Familles de France, qui présentait ce mardi 18 août son enquête annuelle sur les prix de la rentrée scolaire.

Les chiffres, établis à travers 12.000 points de mesures sur 45 produits issus de la liste de référence de l'éducation nationale, donnent une hausse du coût de la rentrée scolaire de 0,70%, à 190.42 euros, pour un élève entrant en 6e.

Familles de France en désaccord avec l'estimation du gouvernement

Ce résultat est porté par une augmentation des fournitures non-papetières (effaceurs, stylos, etc.) de l'ordre de 3,7% à 100.82 euros, et des fournitures papetières qui enregistrent une hausse de +2,46% à 46.66 euros. Cette progression du panier moyen est fortement tempérée par la baisse du coût lié aux vêtements de sport, en réduction de 7,32% à 42.94 euros.

Des chiffres qui laissent perplexes les bénévoles de l'association, dans un contexte où la conjoncture devrait être favorable à la baisse des prix, en dépit d'une inflation de 0,3% sur l'année :

« Sur la papeterie, le cours de la matière première, la pâte à papier a chuté de 8% depuis janvier. Quant à l'élément de base pour fabriquer les fournitures non-papetières, le pétrole, celui-ci a vu sa valeur chuter d'un tiers ces derniers mois.

C'est très paradoxale car pendant de nombreuses années, cette hausse au caddie nous était expliqué par l'augmentation du prix du pétrole », s'interroge Patrick Chrétien, président de l'association.

L'association est également en désaccord avec l'estimation du gouvernement, qui chiffre à 0,1% la hausse du coût de la rentrée scolaire, selon un communiqué publié sur le site du ministère lundi 17 juin.

Des coûts variables selon le type de magasins

L'étude de Familles de France note que le coût de la rentrée varie selon le type de magasins où s'effectuent les achats. Ainsi, les prix dans les magasins spécialisés restent stables à 206,3 euros le caddie. Patrick Chrétien précise, au passage, que « la qualité est supérieure et l'ensemble des produits disponibles toute l'année ».

De leur côté, les supermarchés affichent une hausse de 1,25% du prix à 202,01 euros tandis que les prix dans les hypermarchés s'établissent à 176,09 euros, soit une hausse de 0,74%.

Quant aux achats sur internet, si les auteurs notent une « réelle progression dans ce domaine, notamment grâce à une amélioration de l'arborescence des sites », le coût total de la facture n'a pas pu être établi par l'organisme. Cela s'explique par le fait que, sur les 13 sites audités, aucun d'entre eux ne possédaient l'ensemble des produits de la liste.

Signaux inquiétants

Cette nouvelle progression du coût de la rentrée inquiète Familles de France :

« Dans un contexte où le pouvoir d'achat est en baisse, ces signaux sont inquiétants car ils touchent davantage les familles très modestes et celles monoparentales », constate Thierry Vidor.

Il rappelle également que le coût réel des rentrées scolaires dépasse le cadre des fournitures : « il faut également prendre en compte les activités périscolaires ».

Ainsi, le jour même du versement de l'allocation de rentrée scolaire (ARS), dont le montant est resté inchangé cette année (395,90 euros pour un enfant entre 15 et 18 ans), Familles de France dénonce la "non-revalorisation des prestations familiales". Cette ressource avait été augmentée en 2012 de 25 %, selon le gouvernement.

L'association rappelle également que les conditions d'attributions de cette allocation, qui est versée à 3 millions de familles pour un montant de 1,9 milliard d'euros, sont très précaires. « 24.306 euros pour une famille avec un enfant, cela équivaut à deux parents travaillant avec un salaire légèrement au-dessus du smic ». « Cette ressource est encore loin d'être universelle », conclu le directeur général.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2015 à 13:52 :
ESSAI
a écrit le 19/08/2015 à 17:45 :
rentrée scolaire ! au lieu de balancer tout ce pognon qui va servir à changer la TV par exemple , ou tout autre objet dont les gosses ne profiteront pas , le gouvernement ferait mieux de distribuer des bons d'achats de fournitures scolaires , chez un ou plusieurs fournisseurs nationaux mis en concurrence ! ce qui ferait certainement baisser les prix! et à qui on imposerait des fournitures exclusivement françaises ! on le fait bien pour la viande des cantines pourquoi pas pour les crayons et les stylos des gamins et ça donnerait un sacré coup de pouce aux fournisseurs de l'hexagone
a écrit le 19/08/2015 à 13:29 :
"... C'est très paradoxale car pendant de nombreuses années, cette hausse au caddie nous était expliqué par l'augmentation du prix du pétrole » : ça me rappelle exactement la forte hausse du prix du pain il y a quelques années, où nous avait expliqué que la cause en était la hausse du prix des céréales, jusqu'au moment où le prix des céréales a baissé, mais pas celui du pain. Et c'est seulement là qu'on s'est aperçu que le prix des céréales n'entrait que pour 5% dans le prix du pain (qui n'a toujours pas baissé depuis !).
A part ça on nous prend pas pour des c.... !!
a écrit le 19/08/2015 à 12:47 :
En France, on dit que l'école est gratuite. Que les prestations familiales (dites prestations d'entretien) ou sociales (le RSA ou l'aide au logement sont calculés selon la taille et les revenus des foyers) sont versées notamment pour "compenser" les charges occasionnées par les enfants (on peut supposer que les frais de scolarité entrent logiquement dans ces charges). Si l'école est donc gratuite et que les prestations sont versées pour aider les familles par rapport à leur charge d'enfant, pourquoi verser en plus une ARS ?
Peut être parce que le niveau de vie dégringole de plus en plus bas pour les familles de "sans dent".
Mais quand je constate, de plus en plus souvent, que les frais de garderie périscolaire ou de cantine sont de moins en moins assumés par les familles (qui ont pourtant reçu l'ARS) et recouvrés directement par huissier, je pense qu'il serait sûrement plus judicieux pour ces enfants d'assurer une sécurité "alimentaire" (voire élémentaire) en versant directement l'ARS au titre de provision annuelle pour ces cantines et garderies. Car même avec des tarifs calculés en fonction des revenus, la cantine coûte toujours un peu par repas. Les repas seraient au moins assurés aux bambins. Et autrement, les primes seraient versées au prorata à la famille si l'enfant ne va ni à la garderie, ni à la cantine.
a écrit le 19/08/2015 à 10:21 :
C'est un marronnier, les associations sont dans l'obligations de se plaindre afin de montrer qu'elles existent.Aucune association va dire que tout va bien sinon il n'y aurait plus rien à défendre et donc sa survie serait menacée .C'est le cas pour les associations de parents d'élèves, les associations de défense des étudiants, bientôt les associations de contribuables, les associations des transports en commun ,des automobilistes....... et j'en oublie a chaque rentrée c'est pareil ..
a écrit le 18/08/2015 à 17:59 :
Durant toute ma scolarité de primaire à terminale, tout était fabriqué en France : ce n'est pas très ancien. Personne ne se plaignait. Y a de l'espoir ! la chute de 11% du Yuan va diminuer d'autant le prix des produits tous chinois. Idem pour Noel. C'est vrai que la prime de rentrée couvre à peine le renouvellement des smartphones. Et la T.V est démodée depuis un an. Et les Chaines servies par la parabole du balcon du H.L.M coutent 1200eur par an. Les Rayons Champagne et Spiritueux fonctionnent bien dans les supermarchés des banlieues H.L.M : faut rester quelque un quart d'heure le Samedi dans le rayon, pour voir qui les achète surtout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :