"Le diagnostic de François Hollande sur l'emploi est juste mais son plan n'est pas à la hauteur des enjeux"

 |   |  334  mots
Selon Thibault Lanxade, le vice-président du Medef, la primle à l'embauche de 2.000 euros ne pourra qu'accélérer le rythme des embauches. En aucun cas, elle ne pourra résorber le chômage de masse.
Selon Thibault Lanxade, le vice-président du Medef, la primle à l'embauche de 2.000 euros ne pourra qu'accélérer le rythme des embauches. En aucun cas, elle ne pourra résorber le chômage de masse. (Crédits : DR)
Dans un entretien accordé à La Tribune, Thibault Lanxade, le vice-Président du Medef en charge des TPE PME décrypte les annonces de François Hollande, le président de la République pour relancer l'emploi.

La Tribune - Que vous inspire le plan de relance de l'emploi présenté ce lundi par François Hollande ?

Thibault Lanxade - François Hollande a fait du François Hollande ! Le discours préliminaire est plutôt bon, le diagnostic est juste. Mais les mesures proposées ne sont pas du tout à la hauteur des enjeux.

Accorder une prime de 2.000 euros pour les recrutements en CDD de plus de six mois ou pour les CDI n'est pas une incitation suffisante ?

Cette mesure est intéressante mais elle n'est pas assez puissante pour résorber le chômage de masse. S'il suffisait d'une prime pour créer de l'emploi.... En revanche, elle pourrait permettre d'accélérer les créations d'emplois.

Des options ont-elles été ignorées par le président de la République ?

Dans son introduction, il indique qu'il faut plus de liberté et de sécurité pour les salariés et pour les entreprises. Très bien. Ensuite, lorsqu'il présente ses intentions, le sujet n'est plus évoqué. Pourtant, nombreux sont les chefs d'entreprises qui réclament la création de contrats de travail agiles qui les inciteraient réellement à parier sur des embauches.

Ces mesures vont néanmoins dans le bon sens, non ?

Oui, à condition que les intentions se concrétisent réellement dans les prochains textes de loi dont on ne connait pas encore le détail.

Avec les mesures en faveur de l'entrepreneuriat, l'Elysée peut-il dynamiser les créations d'entreprises ?

La simplification va dans le bon sens. Mais si l'on veut par exemple favoriser l'auto-entreprise et son développement, sa transformation en entreprise à part entière, il aurait fallu supprimer le risque de requalification de la contrat de mission de l'auto-entrepreneur en CDI. Ce serait une façon de donner envie aux TPE-PME de recourir aux auto-entrepreneurs. Tant que les entreprises courront le risque d'être soupçonnés de recourir à du salariat déguisé, elles rechigneront. Et les auto-entreprises ne pourront pas se développer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2016 à 18:01 :
Une fois encore le MEDEF trompe l'opinion publique. Le million d'emplois promis par le Président du MEDEF n'engagera que ceux qui les attendent ! Le MEDEF tend encore sa sébille en mendiant quelques subsides supplémentaires à celui là même que cette organisation vitupère à longueur de colonnes en demandant toujours plus. Triste spectacle pour la principale organisation représentative du patronat français. Triste patronat français dont on se demande bien ce qu'il a de français eu égard à l'attitude du patronat allemand face aux difficutés économiques de l'Allemagne autrement plus respecteuse des Allemands! Le MEDEF est devenu un parti politique.
a écrit le 19/01/2016 à 13:39 :
Son diagnostic est juste ?? Pas besoin de sortir de la cuisine à Jupiter (Coluche dans le texte) pour dire que la situation de l'emploi est déplorable !!!
a écrit le 19/01/2016 à 13:35 :
"Pourtant, nombreux sont les chefs d'entreprises qui réclament la création de contrats de travail agile"

Pour les membres de leur famille ?
a écrit le 18/01/2016 à 22:31 :
A son retour du désert, De Gaulle fit un diagnostic exposé dans ses Mémoires d’Espoir. Où est celui de Hollande ?
Dès son retour en 1958, De Gaulle adopta le plan de la commission présidée par Jacques Rueff. Où est celui de Hollande ?
Six mois après sa mise en place, on constate « une nette reprise ». Où est celle de Hollande ?
La différence, c’est que De Gaulle avait repris les commandes de la maison France en remettant la communauté européenne à sa place. Où Hollande prend-il ses ordres ? A la commission européenne comme l’y oblige les traités européens. Comment peut-il croire faire baisser le chômage quand il applique naïvement l’article 63 du TFUE qui oblige littéralement les entreprises françaises à délocaliser.
La seule solution au problème a été démontrée par l’UPR : il faut sortir d’urgence de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN par l’article 50 du TUE.
a écrit le 18/01/2016 à 18:51 :
Quelle langue de bois !!

Le medef aurait dû refuser cette prime de 2000 euros Ca ne servira à rien on en a déjà fait plusieurs fois
La réforme des prudhommes hollande n a rien dit et Ca ne choque pas le medef ??
Réformer le bazar d opca ?!?
Réformer le code du travail c'est renvoyé aux calanques grecs

a écrit le 18/01/2016 à 16:15 :
Ainsi donc La Tribune, journal qui se dit de gauche, n'a rien trouvé de mieux que le MEDEF comme première réaction à la casse annoncée du code du travail ?
Réponse de le 19/01/2016 à 8:51 :
Pourriez-vous développer car La Tribune Journal de gauche, j'ai du mal à vous suivre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :