Le moral des chefs d'entreprise se redresse

 |  | 427 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters//Gonzalo Fuentes)
L'indicateur qui mesure l'optimisme chez les chefs d'entreprise a gagné cinq points entre le mois de juin et le mois de juillet passant de 73 à 78, selon le dernier baromètre réalisé par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI.

La confiance chez les chefs d'entreprise revient progressivement. Après que l'indicateur de l'optimisme a atteint son plus bas historique au mois de mai (49), il a regagné 24 points entre mi-mai et mi-juin (73). L'augmentation se poursuit aujourd'hui (+5 points en un mois) mais avec moins d'intensité et ne rattrape pas les scores d'avant crise (78, soit 14 points de moins qu'en février dernier). L'indice baisse légèrement chez les dirigeants d'entreprises de dix salariés et plus (-7 points). L'inquiétude, reste le sentiment majoritaire (35%, +2 points), sans pour autant atteindre des pics comme en mai dernier (44% alors), et continue de faire jeu égal avec la confiance (35%, +4 points). Alors que l'appréhension d'une seconde vague se renforce, l'attentisme poursuit sa progression avec une augmentation de 7 points (26%).

Une diminution de l'activité

L'enregistrement d'une baisse du niveau d'activité depuis le début de l'été par une majorité d'entre eux (59%, dont 26% très fortement) peut expliquer les craintes que les dirigeants expriment mais également l'attentisme dont ils font preuve. Plus d'un tiers juge que l'activité stagne (35%), et seuls 6% qu'elle a augmenté. La situation économique difficile vécue par les entreprises se répercute sur les intentions de recrutement (6%, -3 points).

Le secteur du commerce, qui regroupe notamment les cafés hôtels et restaurants, est particulièrement touché par la baisse d'activité (67%), suivi par le secteur des services, qui inclue notamment les arts et spectacles (59%). A titre de comparaison, moins de la moitié des dirigeants d'entreprises industrielles déclare la même chose (44%).

Attentistes sur les perspectives

Et de fait, s'agissant des perspectives à l'égard de leur entreprise dans les 12 prochains mois, les dirigeants se montrent pour le moins attentistes avec une part d'entre eux se montrant confiants certes majoritaire (59%), mais relativement inchangée par rapport au mois dernier (-2 points). La confiance quant à l'évolution de l'économie française et de l'économie mondiale se stabilise (35% chacune), avec une tendance à la hausse observée ce mois-ci (+5 et +4 points) qui devra être confirmée ou non dans les mois à venir. Les dirigeants du secteur du commerce, en première ligne face à la propagation du virus, demeurent moins optimistes quant aux perspectives d'évolution de leur entreprise (53% contre 59% en moyenne, et 70% dans l'industrie).

Méthode : Étude réalisée auprès d'un échantillon de 606 dirigeants d'entreprise. La représentativité de l'échantillon a été assurée par un redressement selon le secteur d'activité et la taille, après stratification par région d'implantation. L'échantillon a été interrogé par téléphone. Les interviews ont eu lieu du mercredi 15 au mardi 21 juillet 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2020 à 13:36 :
Ce n'est que l'effet de l'ouverture des vannes du crédit . Ces milliards qui ne seront jamais rembourses par la horde des entreprises zombis finiront de ravaler la France en pays subalterne . Macron porte la responsabilité de cette fuite en avant . Il n'y a aucune chance de voir une industrie renaître en aidant les canards boiteux et sans baisser drastiquement la masse salariale de la fonction publique . Bon vent ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :