«Gilets jaunes» : «un impact sévère sur l'économie» selon Bruno Le Maire

 |   |  329  mots
De nombreux magasins de l'avenue des Champs-Elysées, à Paris, ont été pris pour cible ou contraints de fermer en raison de la manifestation organisée par les gilets jaunes.
De nombreux magasins de l'avenue des Champs-Elysées, à Paris, ont été pris pour cible ou contraints de fermer en raison de la manifestation organisée par les "gilets jaunes". (Crédits : Benoit Tessier)
Bruno Le Maire a reçu ce lundi les représentants des organisations professionnelles afin de réaliser une première évaluation des conséquences des manifestations des «gilets jaunes» du week-end dernier. Selon le ministre, les actions des manifestants ont eu un impact significatif sur l'activité économique.

Barricades sur la chaussée, voitures brûlées, pavés arrachés, magasins fermés. L'avenue des Champs-Elysées (Paris) est sortie meurtrie de la manifestation organisée samedi dernier par les "gilets jaunes" dans la capitale. De nombreux heurts, blocages et fermetures de commerces ont ainsi émaillé les rassemblements à travers la France, ce qui n'a pas été sans conséquences.

Lire aussi : Gilets jaunes : violences sur les Champs-Elysées

Pour cause, les actions perpétrées par le mouvement le week-end dernier ont eu «un impact sévère» sur l'activité économique, a déclaré, ce lundi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'issue d'une rencontre avec les représentants des organisations professionnelles affectées.

«Dans la grande distribution, la perte de chiffre d'affaires a été de 35% le samedi 17 novembre et de 18% le samedi 24 novembre. Dans la semaine, elle s'est échelonnée entre 8% et 15%», a ajouté le ministre.

Garantir la liberté de commerce et de circulation

Cependant, il est «trop tôt» pour évaluer l'impact de ces actions sur la croissance, a-t-il ajouté. Par ailleurs, le gouvernement va «faire en sorte» que la liberté de commerce et de circulation, touchée par les actions des «gilets jaunes», soit garantie en France, a déclaré  Bruno Le Maire.

«La première demande de l'ensemble des artisans, commerçants, PME, distributeurs, présents à cette réunion c'est la garantie de la liberté de commerce et de circulation dans tout le pays. Et nous allons, faire en sorte, avec Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, que cette liberté soit garantie sur le pays pour permettre à l'activité économique de poursuivre son cours», a détaillé le ministre.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2018 à 12:40 :
visiblement nos dirigeants ne comprenne rien puiqu'il refuse le dialogue
c'e n'est cela la democratie
comme dans certains pays vas t'on etre oblige de mettre sa photo partout

je refuse mon père a été en prison pour avoir dechire celle de petain
a écrit le 29/11/2018 à 10:41 :
Ailleurs :

Des salariés d'Amazon en Espagne, Allemagne et Grande-Bretagne se sont mis en grève vendredi 23 novembre, jour des super soldes du "Black Friday", pour exiger de meilleures conditions de travail, le géant mondial de la vente en ligne minimisant l'ampleur du mouvement. Les employés, dont beaucoup suivent le hashtag #Amazonwearenotrobots (Amazon nous ne sommes pas des robots), avaient déjà mené une action d'envergure en juillet pendant une opération promotionnelle d'Amazon, baptisée "Prime day".En Espagne, le syndicat Comisiones Obreras (CCOO, Commissions ouvrières) a affirmé que le plus grand centre logistique d'Amazon en Espagne, qui emploie quelque 1.500 personnes à San Fernando de Henares (à 15 km à l'est de Madrid), était paralysé par la grève, les camions n'y entrant et n'en sortant plus. Mais la multinationale soutient, dans un communiqué, que "la majorité des employés de la vacation du matin travaillaient et traitaient les commandes".
En Allemagne, le premier syndicat des services, Verdi, a annoncé que la grève touchait en milieu de journée deux sites, Bad Hersfeld (en Hesse, dans le centre du pays) et Rheinberg (en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, à l'ouest). Les employés réclament une convention collective. De Black Friday à Noël, "il y a beaucoup d'heures supplémentaires, qui sont bien moins bien rémunérées qu'au sein des entreprises bénéficiant de conventions collectives", a déclaré Silke Zimmer, responsable de Verdi pour la Rhénanie-du-Nord-Westphalie.Le syndicat britannique GMB prévoit des manifestations de centaines d'employés d'Amazon dans cinq entrepôts de Grande-Bretagne. Le syndicat veut dénoncer les conditions de travail "inhumaines", citant des employés qui n'ont pas le temps d'aller aux toilettes ou une femme enceinte contrainte de travailler debout.En Espagne, Commissions ouvrières accuse le groupe d'imposer ses conditions de travail aux employés et réclame des négociations.
Selon Ana Berceruelo, membre de CCOO, les travailleurs qui tombent malade doivent désormais attendre trois jours avant de toucher l'intégralité de leur salaire et les pauses sont maintenant à la charge de l'employé, ce qui l'oblige à travailler huit heures et demie au lieu de huit heures.Comme au Royaume-Uni, le géant américain invite tout un chacun à se rendre compte des conditions de travail en visitant ses centres de logistique. De nouveaux arrêts de travail sont prévus en Espagne samedi ainsi que les 7, 9, 15 et 30 décembre et les 3 et 4 janvier.
a écrit le 27/11/2018 à 14:03 :
Gouverner c'est prévoir! Accuser les conséquences sans regarder les causes, ce n'est pas être responsable!
a écrit le 27/11/2018 à 9:09 :
meme si la manif etait interdite sur les champs elysees il faut pas etre sorti de l'Ecole des
Anes pour se rendre compte que les manifestants iraient perturber l'avenue des riches !!!!
messieurs les politiques modifier les charges des salaires et les entreprises recreeront des emplois en France donc reduiront le chomage a titre d'exemple sur nos brevets trouvez vous normal qu'une cafetiere Francaise soit vendue 30€ et soit importée de chine "bonjour l'emploi et la taxe!!! carbone
a écrit le 27/11/2018 à 7:36 :
A comparer a une phrase qui etait dans un article de la tribune

Les mesures socio-fiscales du gouvernement d'Édouard Philippe font clairement partie des facteurs de ralentissement de la croissance mis en exergue dans le rapport

https://www.latribune.fr/economie/international/croissance-mondiale-l-ocde-alerte-sur-les-risques-798118.html

Et toc, dans les dents le le maire
a écrit le 27/11/2018 à 3:05 :
Si je paye plus cher mon carburant pour faire mes courses j'ai moins d'argent pour acheter chez un commerçant. Messieurs Macron et le Maire banquier et énarques ne comprennent pas ce concept simple. Pire le contribuable aide les entreprises de cette perte de pouvoir d'achat en accusant les gilets jaunes.
a écrit le 26/11/2018 à 20:37 :
Qui en est le Seul et Exclusif arrogant responsable et dynamiteur ? Macron ( Taxo-Man )
a écrit le 26/11/2018 à 19:52 :
Impact sur le Pib et autres, certes, mais pas sur SON revenu; Carlos GHOSN, lui, l'aurait ressenti et aurait donné le coup de barre salvateur; comme le général PETAIN, celui des "mutineries".
a écrit le 26/11/2018 à 19:11 :
Le problème de nos lrem c'est qu'ils ont la mémoire qui ne dépasse pas une journée sinon ils se rendraient compte qu'au moindre évènement d'actualité cela a de graves conséquences sur l'économie du pays.

Mais pas leur gestion par contre... Pratique mais grossier.
a écrit le 26/11/2018 à 19:06 :
A t'il seulement anticipé ce qu'il va se passer quand 30 % du pays sera sévèrement restreint dans ses déplacements et dans son budget, quand le diesel, l'essence et le fioul domestique seront à près de 2€/l , le gaz inabordable et l’électricité très chère grâce aux taxes? Et ça c'est pas dans 20 ans, c'est dans 3 ans s'il continue sa politique confiscatoire.

Ben, il n'y aura plus personne dans les magasins. les gens achèteront sur amazon et alibaba.
Réponse de le 26/11/2018 à 20:31 :
Exactement vous avez tout compris ça sera beaucoup plus bénéfique pour les consommateurs et ça l'ai déjà maintenant alors dans plusieurs années...
Réponse de le 26/11/2018 à 20:31 :
Exactement vous avez tout compris ça sera beaucoup plus bénéfique pour les consommateurs et ça l'ai déjà maintenant alors dans plusieurs années...
a écrit le 26/11/2018 à 18:45 :
les seuls responsables sont les arrogants, suffisants, méprisants, dédaigneux, condescendants griveaux (le pire de tous, vivement 1792), castaner ( bête et méchant) et macron (élu par défaut) qui roulent des mécaniques devant le petit peuple.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :