Les défaillances d'entreprises poursuivent leur recul

 |   |  316  mots
L'industrie manufacturière est dans le vert avec 522 redressements ou liquidations judiciaires, un chiffre en très fort recul (-17%) par rapport au 3e trimestre 2014.
L'industrie manufacturière est dans le vert avec 522 redressements ou liquidations judiciaires, un chiffre en très fort recul (-17%) par rapport au 3e trimestre 2014. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les défaillances d'entreprises ont chuté de 4,8% au troisième trimestre, sur un an. Le bâtiment, l'industrie manufacturière et les transports routiers sont les principaux secteurs bénéficiaires de cette amélioration.

Le signe d'une éclaircie pour les boîtes françaises ? Le nombre de défaillances d'entreprises en France était au plus haut en début d'année. Mais il a connu un fort recul à 6,8% sur un an d'avril à juin. Une tendance qui s'est confirmée au troisième trimestre. La diminution du nombre de redressements ou liquidations judiciaires a continué à baisser d'août à septembre (-4,8%), selon une étude du cabinet Altares publiée mardi 13 octobre. Les tribunaux ont au total prononcé 12.501 ouvertures de procédures collectives de juillet à septembre. Plus des deux tiers (69%) de ces décisions concernent des liquidations judiciaires directes, le reste étant des redressements judiciaires et des sauvegardes.

"La détente est tout à fait dynamique pour les PME-ETI, dont le nombre de cessations de paiement tombe sous le seuil des 800, au plus bas depuis 2008", est-il ajouté.

"Dans ces conditions, le nombre d'emplois menacés par l'ensemble des défaillances d'entreprises retombe sous les 45.000, une performance qui n'avait plus été accomplie depuis l'été 2008", souligne Thierry Millon, directeur des études d'Altares cité dans le document.

L'agriculture en difficulté

La plupart des métiers sont concernés par l'embellie. Dans le bâtiment, qui concentre un quart des défaillances d'entreprises, ces dernières reculent de 8%. Dans le commerce, le nombre de cessations de paiement a reculé de 3%. L'industrie manufacturière est aussi dans le vert avec 522 redressements ou liquidations judiciaires, un chiffre en très fort recul (-17%) par rapport au 3e trimestre 2014. Les défaillances d'entreprise reculent par ailleurs de 6% dans le transport routier de marchandises mais augmentent dans les taxis et transports routiers de voyageurs. Elles baissent aussi de 6%, pour s'établir au plus bas depuis cinq ans, dans les services aux entreprises.

Néanmoins, elles continuent d'augmenter dans les services aux particuliers (+2%), notamment pour la coiffure. L'agriculture reste un secteur en grande difficulté, avec une hausse de 9% des défaillances d'entreprises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2015 à 11:54 :
Il est assez incroyable de faire le décompte des défaillances d'entreprises sans jamais tenter d'y apporter non pas remède mais une solution. Par exemple dans l'agriculture dont on a programmé la disparition pour concentrer le tout sur 50 "industras", il est possible d'en permettre la réalisation dans de meilleures conditions, voire de l'accélérer si cette option est expliquée, comprise, validée. Il n'est pas pertinent qu'elle se fasse par un mécanisme de prédation pour enrichir sans dépense quelques gros acteurs au détriment de système général qui éponge la casse aussi bien financièrement que humainement. Il est préférable de soulager ce dernier en accordant au besoin un crédit aux premiers pour que ce soit cette croissance produite qui organise le transfert de ce secteur. Les agriculteurs seraient heureux d'avoir une vie meilleure, des loisirs, des vacances, un revenu stable, moins de soucis, etc. Il est temps de penser que les faillites et "défaillances" (qui comptent les défauts), en liaison d'ailleurs avec l'augmentation sans mesure de l'imposition, sont le fait du hasard ou de l'incompétence. Nous avons bien à faire à un système organisé de prédation après une fausse carotte d'évolution et de liberté.
a écrit le 13/10/2015 à 14:42 :
Oui, il y a moins d'entreprises au total. Ne parlons pas des auto-entrepreneurs qui sont surtout des travailleurs individuels. Les élections approchent, l'INSEE et autres organismes subventionnés sortent les chiffres providentiels... La croissance est là :-)
a écrit le 13/10/2015 à 11:31 :
C'est certains une fois mort on ne le recomptera plus dans les morts du jour

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :