Viols et agressions sexuelles : les plaintes en forte hausse en 2017

Par rapport à 2016, le nombre de viols enregistrés a augmenté de 12% et les agressions sexuelles, dont les cas de harcèlement, de 10%. Pour le ministre de l'Intérieur, "l'envolée des plaintes déposées" est à mettre en relation avec l'affaire Weinstein.
Les violences à l'intérieur des familles représentent environ 4 victimes sur 10.
Les violences à l'intérieur des familles représentent environ 4 victimes sur 10. (Crédits : iStock)

La police et la gendarmerie ont enregistré un nombre croissant de viols et agressions sexuelles l'an dernier en France, montre le bilan annuel des crimes et délits publié mercredi par le ministère de l'Intérieur.

En 2017, il y a eu 825 victimes d'homicides, dont trois victimes d'attentats terroristes, un chiffre en baisse après des années 2016 et 2015 marquées par des attentats meurtriers (892 homicides en 2016 et 872 en 2015).

Le nombre de victimes de plus de quinze ans de coups et blessures volontaires a connu une quatrième année de hausse, de 4 %, avec 223.000 victimes déclarées, pour un total estimé à un million. Les violences à l'intérieur des familles représentent environ 4 victimes sur 10.

"L'effet Weinstein"

Les viols ont augmenté de 12% par rapport à 2016, avec 16.400 viols enregistrés tandis que les agressions sexuelles signalées, au nombre de 24.000 (incluant les cas de harcèlement), ont connu une hausse de 10%.

"Bien évidemment il y a eu l'effet Weinstein qui se montre" avec une "envolée des plaintes déposées", a déclaré sur Europe 1 le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb en référence aux révélations sur les violences sexuelles subies par les femmes à Hollywood, qui ont conduit à un mouvement plus large de reconnaissance et de dénonciation.

Lire aussi : #Balancetonporc : des femmes racontent leur harcèlement au travail

Les vols avec violence sont en baisse, avec 95.000 infractions enregistrées par les forces de l'ordre en 2017, contre 100.000 en 2016.

Des amendes forfaitaires pour les consommateurs de cannabis

Le ministre de l'Intérieur a confirmé en outre le projet de mise en place d'amendes forfaitaires de 150 à 200 euros pour les consommateurs de cannabis, proposée dans un rapport parlementaire présenté mercredi.

"Ce que nous faisons avec la forfaitisation n'éteint pas l'action pénale", a-t-il précisé. "Il n'y a donc pas de dépénalisation du cannabis."

(avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 25/01/2018 à 22:21
Signaler
And justice for all...

à écrit le 25/01/2018 à 15:09
Signaler
Scandaleux en ce qui concerne le cannabis, en pleine grève des gardiens de prison qui n'arrêtent pas de dire qu'entre les fumeurs de joints, les voleurs de poules et les cas sociaux il y a plein de gens qui n'ont pas leur place en prison, on va en re...

à écrit le 25/01/2018 à 11:55
Signaler
Ce qui est choquant c'était le silence assourdissant des journalistes , des politiques , des victimes , qui se réveillent maintenant grâce aux victimes américaines d' Harvey Weinsten,

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.