Le harcèlement sexuel au travail reste un tabou pour les chefs d'entreprise

 |   |  787  mots
Dans sept cas sur dix de harcèlement sexuel, la situation n'a pas été portée à la connaissance de l'employeur ou de la direction.
Dans sept cas sur dix de harcèlement sexuel, la situation n'a pas été portée à la connaissance de l'employeur ou de la direction. (Crédits : REUTERS/Christian Hartmann)
Les chefs d'entreprise déclarent presque unanimement qu'ils n'ont pas eu connaissance de faits de harcèlement sexuel dans leur entreprise. Et pourtant, une femme active sur cinq y a déjà été confrontée.

L'onde de choc de l'affaire Weinstein - ce réalisateur hollywoodien accusé d'avoir harcelé et agressé des actrices et des mannequins - a conduit à une libération de la parole des victimes de harcèlement sexuel, rendu viral par le hashtag #balancetonporcParmi les "lieux des crimes", on retrouve la rue, mais aussi l'entreprise. Une femme active sur cinq déclare avoir été confrontée à une situation de harcèlement sexuel durant sa vie professionnelle, selon une enquête de 2014 du Défenseur des droits.

Pourtant, lorsqu'on interroge les chefs d'entreprise, le résultat est contradictoire. A la question : "Au sein de votre entreprise, avez-vous eu connaissance de faits de harcèlement sexuel ?", la réponse est "Non" à 100%, selon "La Grande Consultation" réalisée par Opinion Way pour CCI France/La Tribune/Europe 1 et publiée ce mardi. Sur les 604 dirigeants interrogés, un seul a déclaré "Oui". Loin de nier le phénomène, ces données mettent surtout en évidence un tabou chez les chefs d'entreprise.

| Lire aussi : Harcèlement sexuel au travail : la nécessité d'agir

Dans sept cas sur dix la situation n'est pas remontée jusqu'à l'employeur

Le fait que, d'un côté, des femmes déclarent avoir été confrontées à des cas de harcèlement sur leur lieu de travail et que, de l'autre, les chefs d'entreprise n'en ont pas eu connaissance "n'est pas forcément contradictoire", analyse pour La Tribune Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d'Opinion Way.

"Il existe des cas de harcèlement où les victimes n'en font pas forcément part à leur entreprise. Cela reflète une difficulté des femmes à en parler. Dans l'actualité, on voit que la parole se libère aujourd'hui mais pendant longtemps, beaucoup se sont tues", observe-t-il.

D'après l'étude du Défenseur des droits, citée plus haut, près de trois victimes sur dix n'en parlent à personne. Dans sept cas sur dix la situation n'a pas été portée à la connaissance de l'employeur ou de la direction. Celles qui parviennent à se confier le font d'abord auprès de leur famille et de leurs proches (55%), certaines à leurs collègues (43%) et dans une moindre mesure aux instances de représentation du personnel (7%).

Il faut dire que se confier à sa direction peut effrayer, car l'issue n'est pas forcément heureuse :

"Dans 40% des cas rapportés la résolution s'est effectuée au détriment de la plaignante, avec des conséquences directes sur son emploi (non renouvellement de contrat, blocage dans la carrière)", pointe le Défenseur des droits. "À l'inverse, seules 40% des victimes indiquent qu'une mesure a été prise contre l'auteur présumé (sanction, licenciement, mutation)."

Un manque d'information ?

Autre explication possible à ces déclarations des chefs d'entreprise est le manque d'information à ce sujet. Toujours selon le Défenseur des droits, trois Français sur quatre ne parviennet pas à faire la distinction entre harcèlement sexuel, drague, agression sexuelle ou blague salace. Il ne paraît pas impossible que des faits soient remontés aux chefs d'entreprise, sans qu'il ne les considère comme relevant du harcèlement sexuel.

"On est ici sur une question de perception", relève Bruno Jeanbart d'Opinion Way. "Après, il y a évidemment des cas qui ne laissent pas de place au doute."

"Il y a un certain tabou à dire que cela s'est passé"

Ces interprétations, seules, ne peuvent justifier cette forte proportion de chefs d'entreprise déclarant ne pas avoir eu connaissance de faits de harcèlement sexuel. L'autre explication est tout simplement qu'ils ne veulent pas le dire.

"C'est quelque chose qui est susceptible de poursuites, de problèmes. Il y a un certain tabou à dire que cela s'est passé, même si le questionnaire du sondage est anonyme", souligne Bruno Jeanbart. "On rencontre ce genre de chose pour toutes les questions extrêmement sensibles, comme le racisme."

Pour mémoire, l'employeur est légalement responsable de la santé et de la sécurité des travailleurs. Il a l'obligation de prévenir les agissements de harcèlement sexuel et de mener des campagnes de sensibilisation au sein de son entreprise. Les dispositions légales relatives au harcèlement sexuel doivent être affichées dans les locaux de la société. Toujours selon l'enquête du Défenseur des droits, moins de deux employeurs sur dix ont mis en place des actions de prévention contre le harcèlement sexuel.

L'actualité faisant, Burno Jeanbart s'attend à ce que les études sur la question deviennent plus systématiques. "Il y aura des sujets sur les cas de harcèlement à l'université par exemple. Je ne dirais pas que le phénomène n'est pas étudié aujourd'hui, mais cela risque de se développer davantage."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2017 à 7:29 :
et alors !.......la tartufferie n'est pas l'apanage des politiques !
a écrit le 28/11/2017 à 19:10 :
C'est principalement à la victime de porter plainte ... si un salarié / voir autre, c'est pour le moins délicat... comment le savoir ?
a écrit le 28/11/2017 à 15:08 :
Pourquoi ne parle-t-on que du harcèlement des femmes ? Les hommes le sont tout autant, mais n'en parlent pas car chacun-e sont tout autant capables de le gérer. Veux-t-on nous faire croire que les femmes sont moins aptes que les hommes à faire face à ces situations ? Veut-on infantiliser les femmes, les considérer comme plus fragiles psychologiquement que les hommes ? Tout ce battage médiatique est en fait très discriminatoire tant à l'égard des femmes que des hommes, qui sont considérés comme des victimes impuissantes, et les autres comme des pervers en puissance...
a écrit le 28/11/2017 à 12:29 :
Déni total puisque je peux vous citer 5 femmes qui ont eu à faire, plus ou violemment, aux propositions de leurs supérieurs. Le plus classique étant "ben si tu couches avec moi ça ira bien pour toi" plus que le harcèlement en soi on est dans l'achat direct de prestations sexuelles.

Politiciens et hommes d'affaires se côtoyant sans arrêt les uns sont devenus aussi avides que les autres qui sont devenus aussi menteurs; s'attendre donc à de la franchise c'est particulièrement naïf.

Les gars qui ont une autorité hiérarchique sont tous susceptibles d'utiliser abusivement ce maudit lien dominant dominé, ou du moins de se poser seulement la question pour les plus solides, s'ils tombent sur des nanas fragiles socialement ou autres ils auront plus de chances de parvenir à leurs fins ou d'être inciter à nuire. Le prédateur varie selon sa proie.

J'adore d'ailleurs à la fin de votre article la dérive du sujet sur les universités ou: "Heu parlons d'autres choses svp ! Regardez ailleurs ! "
a écrit le 28/11/2017 à 12:26 :
Robert, tu as vu la secrétaire ce matin ? Non, mais va voir sous le bureau du patron. Bien sur c'est de l'humour, parce que c'est ce qui nous reste sans taxe !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :