Loi mobilité : les particuliers, chauffeurs occasionnels en zones rurales ?

 |   |  312  mots
L'idée serait de permettre à une collectivité territoriale d'autoriser ces courses sur un périmètre donné, moyennant rémunération, sous forme de petite subvention au chauffeur occasionnel
L'idée serait de permettre à une collectivité territoriale d'autoriser ces courses sur un périmètre donné, moyennant rémunération, sous "forme de petite subvention" au chauffeur occasionnel (Crédits : Charles Platiau)
La prochaine loi sur les mobilités pourrait permettre à certains collectivités de rémunérer des particuliers comme chauffeurs occasionnels dans des zones rurales isolées, a appris l'AFP, ce samedi 12 mai, auprès du ministère des Transports, confirmant une information des Echos.

"On est en train de réfléchir à l'idée de donner la possibilité aux collectivités (...) d'autoriser des particuliers à transporter d'autres particuliers de façon très occasionnelle, évidemment très encadrée", a indiqué à l'AFP le ministère des Transports ce 12 mai 2018.

"On est sur une piste de travail", souligne toutefois l'administration, se voulant très prudente sur le sujet, alors que le projet de loi d'orientation des mobilités, encore en cours d'élaboration, doit être présenté "d'ici à cet été".

"L'objectif est de ne pas créer de concurrence" aux sociétés de taxis, "mais d'apporter des réponses là où il n'y en a pas", insiste le ministère des Transports, qui ajoute que cette piste fait actuellement l'objet d'une concertation avec les professionnels.

"Dans beaucoup de territoires ruraux, il y a aujourd'hui peu, voire pas de solutions de transports autres que la dépendance à la voiture individuelle, or, tout le monde n'a pas de voiture, tout le monde n'a pas le permis", explique l'administration.

Une "petite subvention" au chauffeur occasionnel

L'idée serait de permettre à une collectivité territoriale d'autoriser ces courses sur un périmètre donné, moyennant rémunération, sous "forme de petite subvention" au chauffeur occasionnel, avec la mise en place d'une plateforme pour faciliter la mise en relation entre ce dernier et la personne sans solution de transport.

Cette nouvelle possibilité vise à "organiser des choses qui sont souvent du Système D", précise le ministère. Elle vise à réduire l'isolement des fameuses "zones blanches de transports". En ce qui concerne les tarifs pratiqués, ils seraient du ressort des collectivités elles-mêmes.

"On n'est pas du tout sur des choses qui seraient en concurrence avec du taxi, d'autant qu'en milieu rural, le taxi fait beaucoup de transport sanitaire, une activité totalement différente", fait valoir le ministère.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2018 à 12:49 :
Tout le monde n'a pas le permis, beaucoup ne l'ont plus et deviennent les parias de la société.
Trop facile pour les gens de la ville d'inventer des lois pour punir les gens de la campagne des lois liberticides sans impact sur la sécurité routière.
a écrit le 14/05/2018 à 14:40 :
Pourquoi faire payer officiellement ce qui se pratique déjà régulièrement entre voisins ? Il est courant en effet dans les campagnes que ceux qui ont une voiture transportent occasionnellement, ceux qui n'en ont pas (ou plus) et les personnes transportées de temps en temps font un petit geste de remerciement (un joli cadeau, un billet "pour l'essence", un bon gâteau, etc.).
Si le moindre service devient une affaire d'argent, l'amitié et la recherche de relation de bon voisinage risquent de disparaître...
a écrit le 14/05/2018 à 11:58 :
Une sorte de plate forme de partage de services de transport de personnes, flexible, pas chère, de gré à gré...

Mais c'est bien sur ! Borne UBER alles !

C'est bizarre que son son truc manifestement bricolé en catastrophe sorte maintenant... serait ce pour faire oublier qu'elle s'est fait éjecter des négociations de la SNCF et qu'elle risque de ne pas être là après le remaniement ministériel qui se profile?
a écrit le 14/05/2018 à 8:38 :
Encore une drôle de façon de palier les conséquences de la désertification des petits bourgs ou si on préfère l'abandon des politiques d'aménagement du territoire au profit du rentable et du bien juteux. Il est suggéré aux particuliers de boucher la dent creuse des transports, puis celles du médecin, de l'épicier, du bistrot...Bref, remettons l'économie au service de l'humain et tout rentrera naturellement dans l'ordre des choses.
a écrit le 14/05/2018 à 5:19 :
Encore une brillante idée de la macronie....mon voisin boucher à la retraite pourrait également assurer dans mon village quelques opérations pour soulager l'hôpital local..😁😎
a écrit le 13/05/2018 à 16:07 :
C'est vrai que les retraités ne sont pas des dangers sur la route, du moins jusqu'à 75 ans. Au delà, leur implication dans les accidents mortels est statistiquement élevée avec un risque 60% plus élevé que le moyenne. Ils faut donc des solutions en zone rurale pour pallier au manque de transport et permettre aux personnes concernées de garder leur mobilité.
a écrit le 13/05/2018 à 16:04 :
QUE FAIS HULOT L ECOLO ?ENTRE LE TRAIN PAR RAIL ET UN TRANSPORT ROUTIER IL N Y A PAS PHOTOS POUR LE CARBONNE? DANS MA REGION ON AVAIS DES TRAMS AUTREFOIS QUI ALLEZ DANS LES VILLAGES LES PLUS RECULE ON LES A DETRUIS POUR LE TOUS VOITURE ?ET AUJOURDHUI ON LES REINSTALLE? IL Y A DEUX CHOSES D INFINI AU MONDE L UNIVERS ET LA BETISE HUMAINE MAIS POUR L UNIVERS JE N EN SUIS PAS TRES SUR ///ALBERT EINSTEIN///
a écrit le 13/05/2018 à 14:51 :
Artisan Taxi en milieu rural, je n'ai pas de convention avec la CPAM, je ne fais donc aucun transport médical, seulement du service Taxi : cette éventualité de particuliers "taxi" subventionné me ferai une concurrence directe et absolument inéquitable.
a écrit le 13/05/2018 à 14:04 :
Il y a des Taxis professionnels qui sont obligés de payer des charges exorbitantes et une patente. L'état devrait mieux accorder de nouvelles licences et de moderniser la profession.
Première étape, des charges moins lourdes, et une convention collective pour tous les chauffeurs. Il manque des taxis partout, ils doivent aussi être moins cher avec une législation plus souple , il faut surtout éviter l'Ubérisation des métiers , une jungle ou au final, les chauffeurs se retrouvent exploités.
Réponse de le 13/05/2018 à 18:07 :
Mais on ne parle pas ici de chauffeurs professionnels qui doivent vivre de leur activité, mais de personnes qui feraient du dépannage ponctuel quelques jours par mois et seraient incapable d'assumer toutes les charges fixes d'une entreprise artisanale de taxi.

Le plus simple serait d'ouvrir l'activité de transport de personnes aux auto-entrepreneurs moyennant certaines garanties basiques vérifiées par l'Etat : assurance du véhicule et des personnes transportées et leurs bagages, permis valide, contrôle technique à jour.
Réponse de le 14/05/2018 à 10:03 :
l Etat donne la license de taxi gratuitement. c est pas parce que le lobby des taxi a reussit a limiter le nombre de plaque et a autoriser la revente qu on doit perpetuer un Systeme debile. de plus les taxi a la campagne, c est rare et cher. donc les gens les prennet qu en cas d absolue necessite -> autrement dit jamais
a écrit le 13/05/2018 à 11:19 :
Tiens c'est certainement en prévision du retrait du permis de conduite des personnes âges dans les zones rurales pourtant les statistiques sont claires et non équivoques les résultats des auteurs d'accidents de la route ne sont pas les personnes âgées mais enfin c'est l'Europe et les LREM sont obéissants
Réponse de le 14/05/2018 à 10:04 :
faut pas exagerer. un exament medical et d aptitude pares un certain age serait pas du luxe. quand je vois mon pere conduire, il faut bien reconnaitre qu il est vraiment limite et qu il va falloir le convaincre d arreter dans quelques annees
a écrit le 12/05/2018 à 23:20 :
Quand on veut être sûr que quelque chose soit très compliqué, très long, très coûteux et globalement inefficace, il suffit de confier le projet à une collectivité territoriale.
a écrit le 12/05/2018 à 22:26 :
Nous revenons a un travail de petit boulot digne d'un pays en voie de sous-développement! Merci à l'UE, qui fait tout pour supprimer nos services publics!
a écrit le 12/05/2018 à 21:01 :
Et pour les trains, non ? C'est pourtant moins compliqué d'être sur des rails...
Réponse de le 14/05/2018 à 10:06 :
vous en connaissez beaucoup de trains ou de bus qui s arretent dans les villages ? ou j ai grandi la gare est a 10 km .. 1 bus toutes les heures a l epoque (je suppose qu il y en a pas plus maintenant). alors evidement tout le monde prend sa voiture
a écrit le 12/05/2018 à 19:14 :
les démolisseurs des transports se font remarquer ! que cherchent ils ? faire diversion !
a écrit le 12/05/2018 à 18:37 :
"il y a aujourd'hui peu, voire pas de solutions de transports"

Ben c'est cela qu'il faut améliorer.Elle ne sait plus quoi inventer notre carotte sur patte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :