Loi Travail : grève reconduite à la raffinerie de Donges

 |   |  435  mots
Donges est la deuxième plus grande raffinerie française de Total derrière celle de Normandie, avec une production de 219.000 barils de produits pétroliers par jour.
Donges est la deuxième plus grande raffinerie française de Total derrière celle de Normandie, avec une production de 219.000 barils de produits pétroliers par jour. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Jeudi, Total avait indiqué vouloir redémarrer la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique) "sans délai" après un vote dans ce sens des salariés du site. Mais, les salariés présents à l'assemblée générale ce vendredi ont massivement voté pour la reconduction de la grève.

La grève a été reconduite vendredi en assemblée générale à la raffinerie Total de Donges (Loire-Atlantique) par 200 salariés (sur les 650 que compte la raffinerie), soit 95% des votants, ont affirmé les représentants de la CGT à une correspondante de l'AFP sur place, l'assemblée générale n'étant pas ouverte au public.

La direction du groupe Total avait déclaré jeudi vouloir "redémarrer sans délai" cette raffinerie complètement arrêtée dans le cadre de la fronde contre la loi travail, s'appuyant sur une consultation de 358 membres du personnel, qui s'étaient majoritairement, à 94%, prononcés en faveur de la reprise du travail. Et les consignes ont été données vendredi matin pour procéder au redémarrage (qui peut prendre plusieurs jours, ndlr) de la raffinerie, a ajouté la direction vendredi.

"On constate que la décision de la CGT est en contradiction totale avec le vote démocratique qui a eu lieu hier. On n'est pas loin d'un déni de démocratie puisque 94% des salariés se sont prononcés pour une reprise du travail", a en outre déclaré la direction nationale de Total vendredi.

La CGT se défend d'exercer toute pression sur les salariés

Bien que les partisans de la grève ne représentent pas la majorité du personnel, ils sont majoritairement issus du secteur de production, a de son côté souligné la CGT sur place, affirmant qu'il est donc impossible de redémarrer la production.

"Nous n'avons jamais interdit l'accès du site à ceux qui souhaitent travailler, soit il y a suffisamment de salariés non grévistes pour démarrer les installations, auquel cas nous les laisserons faire, soit, comme nous le pensons, il y a une majorité de salariés grévistes qui sont déterminés à lutter contre cette loi travail", avait déclaré dès jeudi Fabien Privé Saint-Lanne, représentant CGT de la raffinerie de Donges.

Donges est la deuxième plus grande raffinerie française de Total derrière celle de Normandie, avec une production de 219.000 barils de produits pétroliers par jour. En interne, Total estime que la grève lui coûte "plusieurs dizaines de millions de dollars par semaine".

Le 24 mai, le Pdg de Total, Patrick Pouyanné, avait menacé de "réviser sérieusement" les investissements du groupe dans son activité de raffinage en France, en pleine restructuration pour la rendre bénéficiaire, en cas de poursuite des blocages. Dans sa ligne de mire notamment, les 400 millions d'euros d"investissements prévus à Donges pour moderniser le site.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2016 à 16:20 :
Y'a de l'essence partout, preuve de votre inutilité. Retournez au boulot avant qu'il n'y ait plus aucun site industriel en France. La cgt le cancer de la France.
a écrit le 05/06/2016 à 23:27 :
Ahah d'accord, je sais pourquoi il y a tant de commentaires anti cgt, le journal fait le tri et garde bien sûr majoritairement ce qui les arrange..
Mdr voila une des raisons pour laquelle la CGT et les vrais gauchistes se battent^^ flippez, tot ou tard vous allez avoir de nos nouvelles ;)
a écrit le 05/06/2016 à 23:23 :
Les commentaires font peines à voir.
La CGT a raison de se battre, bravo à elle.
a écrit le 04/06/2016 à 15:13 :
CGT=Bolcheviques
a écrit le 04/06/2016 à 12:50 :
La cgt meurt mais ne se rend pas!! Son baroud d'honneur est pathétique tant elle ne représente plus personne! Malheureusement ses derniers combats vont encore détruire des emplois et entraîner la fermeture de nombreux sites. Pourquoi se compliquer la vie à produire de l'essence en France alors qu'on peut importer des produits raffinés directement de l'étranger? Il ne reste que 8 raffineries en France et après ce énième bloquage Total va annuler ses investissements dans la production en France. Les salariés de Donges peuvent dire merci aux fossoyeurs de la cgt.
a écrit le 03/06/2016 à 19:35 :
La grève ce n'est pas l'occupation des locaux pour empêcher de travailler ceux qui le veulent. Il y a 3 500 000 chômeurs en France. Les cégétistes sont une espèce en grand danger d'extinction. Mais on n'est pas forcé de conserver leur ADN pour les cloner. Sauf à envisager une arme de destruction massive non conventionnelle et pas encore interdites par les conventions de Genève...
a écrit le 03/06/2016 à 18:32 :
En dignes successeurs du Camarade Staline, les membres de la CGT peuvent reprendre en choeur son axiome préféré : " Dans une élection, ce qui importe, ce n'est pas ceux qui votent mais ceux qui comptent" !!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :