Loi Travail : le gouvernement tend la main aux jeunes

 |  | 404 mots
Lecture 2 min.
Les manifestations d'hier témoignent sans doute d'une inquiétude sur l'évolution de notre modèle social, qui n'est pas toujours en faveur des jeunes, a reconnu le chef du gouvernement.
"Les manifestations d'hier témoignent sans doute d'une inquiétude sur l'évolution de notre modèle social, qui n'est pas toujours en faveur des jeunes", a reconnu le chef du gouvernement. (Crédits : BENOIT TESSIER)
Manuel Valls a annoncé vendredi que le gouvernement recevra prochainement les organisations de jeunesse, afin de discuter notamment de la question de l'accès des jeunes au marché du travail. L'objectif, améliorer le texte de la loi El Khomri contre laquelle salariés, étudiants et lycéens ont encore manifesté jeudi.

Au lendemain des manifestations suivies contre le projet de loi travail à l'appel -entre autres- de l'Unef, le gouvernement fait un pas vers les organisations de jeunesse. Les ministres Myriam El Khomri (Travail), Najat Vallaud-Belkacem (Education) et Patrick Kanner (Jeunesse) vont les recevoir "dans les prochains jours" , a annoncé vendredi 1er avril Manuel Valls.

L'exécutif s'est dit "prêt à regarder" certaines propositions de l'Unef, la principale organisation étudiante, pour "améliorer l'ensemble des politiques publiques vers la jeunesse", a déclaré le Premier ministre lors d'une conférence de presse à Orléans. en marge de ce déplacement consacré à l'emploi et à la formation, il a déclaré:

"Demander le retrait du texte n'a pas de sens, l'améliorer, (...) ça, ça a du sens".

"Le gouvernement est toujours ouvert"

Les concessions du gouvernement sur le projet de loi travail n'ont pas calmé la colère: salariés, étudiants et lycéens ont défilé jeudi beaucoup plus nombreux que le 9 mars dans toute la France pour réclamer le retrait d'un texte jugé trop libéral.

"Les manifestations d'hier témoignent sans doute d'une inquiétude sur l'évolution de notre modèle social, qui n'est pas toujours en faveur des jeunes", a commenté le chef du gouvernement, en soulignant:"J'entends et je respecte le point de vue de ceux qui manifestent et le gouvernement est toujours ouvert".

Une nouvelle réunion des ministres à la mi-avril

"Certaines organisations, même si elles sont opposées au projet de loi, ont formulé des propositions, je pense en particulier au syndicat étudiant l'Unef, sur le sujet essentiel de l'accès aux jeunes au marché du travail. Nous sommes prêts, décidés, à les regarder comme nous avions saisi déjà une proposition faite par une autre organisation étudiante, la Fage, sur la garantie jeunes", a-t-il expliqué, avant de conclure.

"Nous avons la chance d'avoir un pays jeune, nous devons nous adresser également à la jeunesse. C'est la raison pour laquelle Je demande aux ministres El Khomri, Najat Vallaud-Belkacem et Patrick Kanner d'organiser dans les tous prochains jours un cycle de rencontres avec les organisations de jeunesse pour avancer avec elles sur les questions de précarité et d'insertion professionnelle, pour ne prendre que ces exemples".

Le Premier ministre a précisé qu'il conclurait lui-même ce cycle "lors d'une réunion collective à Matignon avec les acteurs et les ministres concernés", qui "aura lieu avant la mi-avril".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2016 à 15:16 :
Si on observe la série de données sur la croissance Banque Mondiale, pour la période 81-00 puis 01-07 et 10-14 en retirant les des deux années de crise, la croissance française passerait de 2,3 à 1,87 puis 1,04. Celle de l’Allemagne ferait 2,16 puis 1,41 puis 2,02. Entre 1980 et 2007 la croissance française serait un peu supérieure à celle de l’Allemagne, suite à la crise de 2008 elle serait inférieure d’un point. On dit que le Japon a une croissance faible, entre 01-07 et 10-14 on a 1,43 et 1,5. Pour les USA on obtient 3,4 puis 2,46 puis 2,2. Pour 17 pays d’Europe en moyenne, on a 2,74 puis 2,07 et 0,63. Sur cette série, la croissance décrocherait du niveau proche des américains, l’Europe a-t-elle un problème de FBCF ou de sortie de crise ? Par ailleurs, la croissance n’a-t-elle pas faiblie en Europe en 2012 et 2013 alors qu’aux USA on aurait une reprise stable et forte ? Alors qu’on parlait d’un rattrapage des USA, Eurostat publie une série sur ce qui s’appelle un PIB par habitant en valeur constante, sans avoir défini le PIB. Dans de nombreux pays d’Europe le niveau de 2014 serait sous celui de 2007. Fait-on en Europe des dettes qui font baisser le produit par habitant, les citoyens des différents pays ont-ils analysé la situation ? Sur cette série, si on examine l’augmentation, un rapport France sur une moyenne de 18 pays d’Europe donne l’évolution suivante par décennie entre 70-79 :107% puis entre 80-89 : 82% puis 90-99 : 65% puis 00-09 : 47% jusqu’à la crise. On trouve aussi pour la France par rapport à l’Allemagne, par décennies : 3,67 contre 3,39 soit une valeur supérieure pour la France, puis 2,03 contre 2,11, puis 1,56 contre 1,68 soit une valeur un peu inférieure pour la France dans les 90, puis entre 00-09 : 0,46 contre 0,71 la croissance française a-t-elle faibli après la crise de 2000 ? Sur la période d’après crise qui a duré 2 ans depuis 1970, soit 2010-2014, on trouve 0,31 pour la France et 1,29 pour l’Allemagne, avons-nous en Europe un problème d’efficacité économique et peut-on incriminer les diplômés sans réseau du chômage élevé ? L’Europe des rentiers exploite-t-elle la société avec un taux d’emploi faible ? On parle d’un revenu citoyen, y aura-t-il une modification si on publie que 19 millions de français souhaiteraient un emploi indépendant et nombre de diplômés ne sont-ils pas victimes des crises de 2000 et 2008 ou d’une discrimination à l’expérience, ne pourrait-on envisager un suivi juridique aux salariés précaires sans statut, sans rente ou sans défiscalisation pour aider la mobilité imposée, éviter les conditions excessives, les traitements inéquitables ou arbitraires, pour améliorer la sous-qualification, la sécurisation des parcours avec une considération décente, il n’y aurait pas toujours d’augmentation ou retraite garantie, on parle d’emplois qualifiés d’alimentaires, existe-t-il des professions ou des actifs moins bien considérées, au minimum pour 60h est-ce des conditions équitables, des professions seraient diffamées par des pipolettes promues ? Si le plein-emploi n’est pas rétabli en Europe et qu’il existe ailleurs, y aura-t-il une protestation. On parle d’emplois cachés ou sur critères de réseaux, est-ce des égoûts, existe-t-il une veille protestataire ?
a écrit le 02/04/2016 à 22:52 :
Ces gamins ont un pois chiche à la place du cerveau, ils ne comprennent rien à l'économie -pas plus que leurs profs-, ils sont violents pour le fun, mais ils rêvent d'une chose: faire un nouveau mai 68 bien à eux. Peu importe ce que dit la loi, ce qui compte c'est d'en en faire un prétexte à émeute.

C'est dur d'être homme politique dans ce pays...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :