Macron "frappé" par la ressemblance avec les années 30 en Europe

Emmanuel Macron, dont les projets européens sont contrariés par la montée des populismes qui déstabilise aussi son indispensable partenaire allemand, dramatise les enjeux en se disant frappé par la ressemblance avec la période de l'entre-deux-guerres.

3 mn

(Crédits : RADOVAN STOKLASA)

Dans une interview publiée jeudi par Ouest-France, le président français, qui s'apprête à passer une semaine d'"itinérance mémorielle" dans l'est de France avant les célébrations de l'armistice de la Première Guerre mondiale, effectue un parallèle entre la situation actuelle et celle qui prévalait après la fin des hostilités en 1918.

Une Europe divisée par les peurs

"Je suis frappé par la ressemblance entre le moment que nous vivons et celui de l'entre-deux-guerres", dit-il. "Dans une Europe qui est divisée par les peurs, le repli nationaliste, les conséquences de la crise économique, on voit presque méthodiquement se réarticuler tout ce qui a rythmé la vie de l'Europe de l'après-Première Guerre mondiale à la crise de 1929." "Si nous avons gagné la guerre, nous avons perdu la paix. Parce que cette victoire s'est construite sur l'humiliation du partenaire allemand. Le traité de Versailles a préparé les frustrations à venir", estime-t-il.

Au contraire de la situation qui a prévalu après 1918, "la grande force des dirigeants de l'après-Deuxième Guerre mondiale, qui a conduit à l'Europe, ce sont les leçons de Versailles". "Ils ont décidé, non pas de mettre à genoux celui qui a perdu, mais de mettre ensemble ce avec quoi on se faisait la guerre : le charbon et l'acier. La CECA (Communauté européenne du charbon et de l'acier) naît de cela", explique-t-il.

 Instabilité en Allemagne

Depuis des mois, Emmanuel Macron évoque le combat que les "progressistes" doivent selon lui mener contre les "nationalistes" au pouvoir dans des pays comme la Hongrie, l'Italie ou la Pologne, notamment en vue des élections de mai 2019 pour le Parlement européen. La vague populiste, qui risque de torpiller ses projets pour un renforcement de la construction européenne, a également gagné l'Allemagne, provoquant le recul des partis traditionnels.

Après un nouveau revers électoral de son parti dans le Land de Hesse, Angela Merkel, au pouvoir depuis 2005, a ainsi annoncé lundi qu'elle ne briguerait pas une nouvelle fois la chancellerie à l'issue son mandat en 2021. Emmanuel Macron, qui éprouvait déjà des difficultés à convaincre la coalition allemande de s'associer à ses idées, notamment pour renforcer l'euro, est désormais confronté à un pouvoir instable en Allemagne.

Il estime toutefois que les Européens n'ont pas le choix parce que "notre destin se construira à l'échelle de l'Europe". "L'Europe est face à un risque : celui de se démembrer par la lèpre nationaliste et d'être bousculée par des puissances extérieures. Et donc de perdre sa souveraineté. C'est-à-dire d'avoir sa sécurité qui dépende des choix américains et de ses changements, d'avoir une Chine de plus en plus présente sur les infrastructures essentielles, une Russie qui parfois est tentée par la manipulation, des grands intérêts financiers et des marchés qui dépassent parfois la place que les États peuvent prendre", dit-il dans Ouest-France.

Le chef de l'Etat, qui se rendra le 18 novembre à Berlin pour prononcer un discours au Bundestag, entend à cette occasion conforter la relation franco-allemande, à laquelle il "souhaite donner un nouveau tour". "Nous aurons l'occasion, en janvier, de pouvoir consacrer un nouveau traité de l'Élysée", explique-t-il.

(avec Reuters)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 81
à écrit le 05/11/2018 à 9:14
Signaler
Je pense plutôt que le problème ne vient pas des autres, mais que le ver est dans la pomme, chez nous! exemple EDF 83% État et sa filiale ENEDIS 100% EDF, veulent nous imposer le smart meter dit compteur communiquant Linky. AUCUNE LOI ne permet d'imp...

à écrit le 04/11/2018 à 9:26
Signaler
Macron frappé ? Effectivement.

à écrit le 04/11/2018 à 0:18
Signaler
En Europe, la gauche quand elle a cessé d'être distributive, a été éliminée par le néo-libéralime, qui est un mirroir aux alouettes. (Ça vient de Eulen Spiegel). Le peuple n'est pas stupide, quand il a vu ses revenus être de plus en plus réduits. SS ...

à écrit le 03/11/2018 à 15:00
Signaler
Les années 30, c'est les congés payés, la semaine de 40h, les accords d'entreprise, bref du progrés social... Et ca ne lui plaît pas à Macron? Le reste n'était pas inscrit dans les astres versaillais. Le traité n'a pas crée le communisme, il n'...

à écrit le 03/11/2018 à 14:21
Signaler
comme la dernière vidéo controversée du parti EM (les despotes posent leurs initiales partout), Macron en est réduit à essayer de faire peur (les autres c'est le chaos et la guerre). C'est cousu de fil blanc et ne fera qu'irriter un peu plus les fran...

le 04/11/2018 à 0:26
Signaler
T'as totalement raison. Les néo libéraux se sont emparé du pouvoir et leur politique économique a crée la misère, ce qui pousse les extrénistes vers le pouvoir. Exemple Bresil. L' Europe va disparaitre dans la concurrence entre ses divers membres a...

à écrit le 03/11/2018 à 9:31
Signaler
Il n'y a évidemment, et heureusement, grâce à l'UE, aucune comparaison possible entre aujourd'hui et les années 30. Le discours de Macron ne vise qu'à accréditer l'idée que le choix est entre les populistes (LFI et RN) et lui, et donc de tenter, pour...

à écrit le 03/11/2018 à 8:17
Signaler
Le progrès selon Macron c'est le retour au second empire (et l'on sait comment cela s'est terminé pour la France!) Quant à cette Europe ce n'est que cacophonie sauf quand il faut défendre les intérêts de l'industrie automobile allemande et il faudra...

à écrit le 02/11/2018 à 22:24
Signaler
"Le traité de Versailles a préparé les frustrations à venir". .Quand l'obsession mémorielle permet de justifier toute situation du présent . Si Versailles m'était conté ...justement le 4 février 2008 à Versailles, une majorité parlementaire a trahit...

à écrit le 02/11/2018 à 18:06
Signaler
Encore un changement climatique ? Bien perçu. Ce n’est pas exactement la même situation, mais peut être que les historiens pourraient dire cela en analysant chaque conflit ou période mouvementée. Mieux vaut prévenir, vu ce qui c’est passé par la sui...

à écrit le 02/11/2018 à 16:48
Signaler
S'il est "frappé", c'est tout simplement parce qu'il ne connait rien à l'histoire! Il est grand temps qu'il se documente dans cette matière pourtant importante ou qu'à défaut il se passe de comparaisons ineptes!

le 02/11/2018 à 17:58
Signaler
Macron est totalement egocentré, cela a été avéré à de multiples reprises. Il y a toujours dans ses propos un projet qui consiste à parler de lui-même. Par exemple, quand il rend hommage à Simone Veil, c'est pour dire qu'elle fut "cette éclaireur...

à écrit le 02/11/2018 à 15:18
Signaler
IL est vraiment trop ridicule, on pourra jamais tenir encore 3 ans hein... Si déjà il se taisait ne serait ce qu'une semaine plutôt que de nous inonder de banalités affligeantes du niveau des médias de masse il gagnerait trois point en se reposan...

à écrit le 02/11/2018 à 12:16
Signaler
N oublier pas que l Europe était le berceau des guerres mondiales et a industrialiser l extermination des humains,a bon entendeur!

à écrit le 02/11/2018 à 11:48
Signaler
C'est lui qui ressemble aux années 30.

à écrit le 02/11/2018 à 10:32
Signaler
Macron, exemple parfait du pompier pyromane et bipolaire. Macron ,chantre assumé du libéralisme qui juste pour les élections devient opportunément un défenseur de la veuve et de l'orphelin.

à écrit le 02/11/2018 à 10:18
Signaler
Macron, exemple parfait du pompier pyromane et bipolaire. Macron ,chantre assumé du libéralisme qui juste pour les élections devient opportunément un défenseur de la veuve et de l'orphelin.

à écrit le 02/11/2018 à 9:57
Signaler
jeu de massacre annoncé chez les fonctionnaires n est pas rassurant ! ..recourir a surfer sur la peur jette un discrédit

à écrit le 02/11/2018 à 9:28
Signaler
Pendant ce temps : Un amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), adopté mardi 30 octobre, prévoit de soumettre aux cotisations sociales les "avantages et cadeaux versés aux salariés" par les comités d’entreprises, i...

le 02/11/2018 à 17:50
Signaler
Vous avez probablement la même réaction que les milliardaires quand on parle de taxer les revenus que les salariés lambda n'ont pas. Je vous prie de réaliser que pour limiter le changement climatique et les dégats environnementaux que l'Humanité caus...

à écrit le 02/11/2018 à 9:19
Signaler
progressistes contre populistes......un peu court comme argument pour voter..... surtout que nombre de spécialistes comm'ce't a douter des effets bénéfiques du progrès qu on nous vend actuellement..... le discours de Macron est technocratique.....mai...

à écrit le 02/11/2018 à 9:09
Signaler
Les personnes qui ont un souvenir précis des années 30 doivent se compter sur les doigts d’une main. Cette référence historique a peut-être une résonance chez un petit nombre de citoyens mais certainement pas pour la majorité. Autre point il n’y a au...

à écrit le 02/11/2018 à 9:06
Signaler
Commençons par tous (je parle des gens pas des élites...) parler la même langue, l argent n est pas une langue...

à écrit le 02/11/2018 à 8:15
Signaler
M. MACRON fait souvent référence au Général DE GAULLE. Il pourrait s'en inspirer en parlant la "liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes". Cela mettrait fin à la tentation de certains qui ne sentent pas écoutés,(et les exemples sont nombreux), de ...

à écrit le 02/11/2018 à 8:03
Signaler
Mr MACRON a probablement raison. La cause est une mondialisation trop rapide pour que les peuples et leurs structures puissent s'adapter. Pour barrer la route aux populistes, il faudrait augmenter un peu les droits de douane à l'entrée de l'UE pour r...

à écrit le 02/11/2018 à 7:40
Signaler
"Macron frappé par..." frappé tour court suffira.

à écrit le 02/11/2018 à 1:14
Signaler
Je suis toujours stupéfait que tous ces énarques et autres brillants hauts fonctionnaires ne comprennent pas que le populisme comme ils disent, n'est que la résultante de leur incompétence et de leur lâcheté ....

à écrit le 01/11/2018 à 23:54
Signaler
Une taxe pour lutter contre le retour aux années 30 et créer une fondation sur la recherche et la lutte contre cette affreuse décennie avec une personnalité à sa tête. La taxe devra avoir une assiette large et être indexée sur l’evolution en pourcen...

le 02/11/2018 à 9:44
Signaler
Il faudrait créer aussi une commission avec des sous-commissions sur la "montée des populismes". Elle serait composée des plusieurs ministres, de hauts fonctionnaires, de 3 députés et 3 sénateurs, des synidcalistes et des représentants du patrona...

à écrit le 01/11/2018 à 22:52
Signaler
Et pendant ce temps, Macron met en garde contre un retour aux années 1930, le Net évoque lui le pompier pyromane.. Réalise t-il que son alter européisme eurobéat est précisément la cause de ce qu’il dit vouloir combattre ? Il crée lui même les co...

à écrit le 01/11/2018 à 22:36
Signaler
Et les 30 glorieuses : Années de prospérité pour la France, apprend, jeune homme qui aime caresser les repris de justice

à écrit le 01/11/2018 à 22:11
Signaler
Et pourtant sa grande loi travail n'a rien a voir avec celle des congés payés de Leon Blum.

à écrit le 01/11/2018 à 21:35
Signaler
Le pyromane qui se plaint qu il y ait le feu, taux de pauvreté en France 14% !!!! Valeur qui monte d une façon exponentiel, dernier coup de génie de notre génie, la trêve hivernal qui ne s appliquera plus pour les "Squatteurs", nouvel élément de lang...

à écrit le 01/11/2018 à 20:02
Signaler
Nos institutions ont perdu tout prestige et notamment celui d'élever les citoyens vers la vérité, la connaissance et la prospérité. Le populisme n'est que raz le bol de l'orgueil de l'élite et dégoût de l'égalité qui généralise la médiocrité, le chô...

à écrit le 01/11/2018 à 19:13
Signaler
Macron voudrait nous faire le coup de la menace de guerre, mais cela ne fonctionnera plus cette fois, aucun européen ne veut la guerre, on veut la REGULATION économique et la fin du pillage de nos économies ,on veut un FATCA français puis européen, ...

le 02/11/2018 à 12:49
Signaler
Si je peux ajouter à votre liste une PS4 avec red dead redemption 2 + un PS VR. Aussi un nouveau siège auto pour petit chérubin. Merci Manu

à écrit le 01/11/2018 à 19:12
Signaler
C’est un peu court jeune homme Qui a institué une Europe dans laquelle la mise en concurrence des salariés et la mise en concurrence fiscale des états provoque du chômage et la hausse de la dette des états? Qui a accepté que la Chine entre à l’omc...

le 01/11/2018 à 19:33
Signaler
Il n'y aura pas de révolte. Tsipras en Grèce Colau à la mairie de Barcelone n'ont pas fait la révolution. Beaucoup de bla bla puis quand faut y aller plus rien ....

à écrit le 01/11/2018 à 19:03
Signaler
Effectivement, les portes s'ouvrent pour les grands dérapages qui nous amèneront des dictatures plus ou moins violentes, des événements chaque jour s'accumulent, violence envers les enseignants, violence envers les policiers, violence envers le corps...

à écrit le 01/11/2018 à 19:02
Signaler
Il est toujours surprenant de constater que les dirigeants responsables de la situation critiquent les effets et non les causes des peurs. N'est ce pas la classe dirigeante donc M Macron fait partie qui a géré la crise économique et les flux migratoi...

à écrit le 01/11/2018 à 19:01
Signaler
Macron ils est frappé part la politique mondiale ? LeS retraitees sont frappés part macron tout as augmente plus le gel des retraite 2018 /19/20 ? Qui rende l argent des retraitees âpre si ils a le temps ils peut etres frappe ?👎

à écrit le 01/11/2018 à 18:54
Signaler
L'Union Européenne n'a aucune souveraineté à perdre, que ce soit le fait des nationalistes ou de tout autre : elle n'est qu'une impuissance bureaucratique et n'a même pas de politique de défense commune sauf à additionner en théorie les déficits nati...

le 02/11/2018 à 9:46
Signaler
"qui veut imposer à l'Irlande du Nord un régime différent de celui réservé au reste du Royaume-Uni" Mais les nationalistes britanniques, en voulant le beurre et l'argent du beurre.

le 02/11/2018 à 15:59
Signaler
@Tom : les Irlandais du Nord ont voté librement. Il leur faut accepter le résultat des élections de leur pays. Vous imaginez si, en France, certaines villes avaient demandé à ce qu'on décide que pour elles ce devait être François Hollande le Préside...

à écrit le 01/11/2018 à 18:42
Signaler
Je dirait que c'est la lèpre fédéraliste qui gangrène l'europe. Les citoyens Européens on accepté l'europe économique et cette volonté n'est pas respecté par les élus. C'est la volonté de construire une europe fédélale depuis des siècles, depuis l'em...

le 02/11/2018 à 9:44
Signaler
"lèpre fédéraliste" Manière drôlement agressive de parler d'une opinion politique parfaitement entendable d'autres êtres humains... La comparaison entre la situation d'aujourd'hui et les tribus européenne ne tient pas la route une seule second...

à écrit le 01/11/2018 à 18:37
Signaler
Cette personne se prend réellement pour de Gaulle C est inquiétant

le 03/11/2018 à 16:23
Signaler
Marine Le Pen se prend pour Jeanne d'Arc; elle entend des voix qui la pressent de bouter l'Europe hors de la France, ou l'inverse. Je sais, on a des second tours d'élection présidentielles assez flippants. Consolez vous en pensant à Trump Bolso...

à écrit le 01/11/2018 à 18:01
Signaler
J'attends du Président de la République moins de banalité dans son discours qui fait café du commerce .

à écrit le 01/11/2018 à 17:59
Signaler
Qui a financé le réarmement allemand entre les deux guerres ? Qui a armé les soviétiques pour contrer les allemands sur le front de l'est ? Qui s'est déclaré bien tardivement, ou plutôt suffisamment tardivement, pour entrer dans la guerre ? Qui a imp...

à écrit le 01/11/2018 à 17:56
Signaler
Et bien-sur, Mr Macron fait les mêmes erreurs, mais ne se sent nullement responsable!

à écrit le 01/11/2018 à 17:36
Signaler
Pendant ce temps, l'ex-président Valéry Giscard d'Estaing a un regret tardif à nous annoncer dans son livre: Il s'agirait du regroupement familial. Il a été décidé en 1976 par Jacques Chirac par un simple décret.À ce moment-là, l'idée de réunir ...

le 02/11/2018 à 9:31
Signaler
https://fr.sputniknews.com/france/201811011038728025-gerard-collomb-securite-france/

à écrit le 01/11/2018 à 17:28
Signaler
" Emmanuel Macron évoque le combat que les "progressistes" doivent selon lui mener contre les "nationalistes" C'est plutôt son électorat de CSP¨+ et retraités aisés qui profitent bien de l'Europe contre les autres ,en gros les 25 à 32% dans chaqu...

à écrit le 01/11/2018 à 17:26
Signaler
N"importe quoi ! Comme si le populisme des années 30 était venu des problèmes migratoires, écologiques, de mondialisation et religieux ! La seule réalité c'est qu'en effet il y a une énorme crise de confiance à cause d'eux, ils confondent "populis...

à écrit le 01/11/2018 à 17:17
Signaler
Depuis 40 ans nos hommes politiques l'on bien cherché.

à écrit le 01/11/2018 à 17:14
Signaler
Les LFI, FN, etc.. se déchaînent encore (manipulés par qui ?). Ceci étant écrit et à mon humble avis, notre Président a tort: les situations économique et sociale d'aujourd'hui sont complètement différentes de celles de 1930. Cordialement

à écrit le 01/11/2018 à 17:05
Signaler
Il a raison. Et ignorant toutes les leçons de l’histoire, nos amis nationalistes vont juste terriblement affaiblir l’Europe. Puis ce qu’ils proposent va donner les résultats destructifs auxquels on peut s’attendre, et par rapport auxquels la situ...

à écrit le 01/11/2018 à 16:39
Signaler
Ce sont des propos qui font froid dans le dos et je pense qu'il a raison.Meme si ce n'était pas mon intention,je crois que je vais voter LREM aux européenes pour préserver la démocratie.

le 01/11/2018 à 17:28
Signaler
C'est la réaction classique des femmes d'être apeurées par le changement profond. Il n'empêche qu'elles parviennent toujours à s'en accommoder en peu de temps une fois qu'il a lieu finalement.

le 01/11/2018 à 18:31
Signaler
Avons-nous tous la même notion de ce qu'est la démocratie?

à écrit le 01/11/2018 à 16:08
Signaler
Possible, mais il en est un des responsables actuels avec son idéologie mondialiste style new SDN totalement hors sol et néfaste pour les Peuples. Pompier pyromane.

à écrit le 01/11/2018 à 15:14
Signaler
Oui mais qui est aux commandes pour que les populistes aient le vent en poupe ? le Si les "Européistes" étaient plus compétant, il n'y aurait pas de populisme qui vaille !

à écrit le 01/11/2018 à 15:02
Signaler
Les propos de ce monsieur sont abjectes ! Il déshonore tous les jours un peu plus la France et les citoyens français !

le 01/11/2018 à 16:50
Signaler
Macron est un jacobin de plus qui envoie la France dans le mur. C'est le jacobinisme , Le marxisme et l'ultra centralisme qui paupérisent ce pays. La richesse se concentre sur Paris et une dizaine de villes. La misère plane sur toute la France. Et ce...

le 01/11/2018 à 18:42
Signaler
"Le marxisme et l'ultra centralisme " Non, c'est tout simplement le libéralisme appliqué par Macron qui suit à la lettre les directives de Bruxelles elle même libérale comme la privatisation de nos barrages en février dernier passée totalement ina...

à écrit le 01/11/2018 à 15:01
Signaler
Gerard Collomb a fait parti de votre gouvernement semble t il , lorsque celui-ci explique qu'il est trop tard avec les banlieues et que nous allons nulle doute passer du vivre cote a cote à .......face a face , que vous faites les poches des français...

à écrit le 01/11/2018 à 14:44
Signaler
N'en deplaise a MR MACRON mais les populistes sont REALISTES,ils perçoivent que nous Retournons à grands pas vers une GUERRE de religion quand notre immigration non maitrisee nous impose l'islamisation deja presente dans les quartiers ou la police n...

à écrit le 01/11/2018 à 14:32
Signaler
Le monde à l'envers, les inégalités à la une. Quand on est jeune on se de se projetter dans l'avenir, le devoir de l'ambition pour son pays, de simuler pour améliorer, on ne s'arrête pas sur le passé, on se doit d'être optimiste; on fait des pas d...

à écrit le 01/11/2018 à 14:31
Signaler
Moi aussi je suis frappé par la ressemblance avec les années 30 en Europe mais pas dans le même sens que lui : Destruction de la classe moyenne, des pauvres toujours plus pauvre et des riches toujours plus riche, plus de 80% de la richesse mondiale ...

à écrit le 01/11/2018 à 14:15
Signaler
On a pas vraiment eu les années folles, on aura peut être le front populaire

à écrit le 01/11/2018 à 14:14
Signaler
point aggravant, il ne fait rien pour changer la situation, voire il l'empire... en oubliant que si fillon n'avait pas fait n'importe quoi, Marine ou Jean Luc serait au pouvoir...

à écrit le 01/11/2018 à 13:55
Signaler
Qu' est devenu le pouvoir d' achat d' un Européen lambda depuis 2008... Tandis que les banques qui elles ont joué au casino ce sont refait la cerise , pas étonnant que la vague de dégagisme va s'amplifier et que dire de Merkel qui a soporifié l' Euro...

à écrit le 01/11/2018 à 13:46
Signaler
Normal, la population se paupérise, les riches sont de plus en plus riches et la plupart des français n'ont plus les moyens de vivre correctement.

à écrit le 01/11/2018 à 13:42
Signaler
Peut être à cause de l’incurie de nos dirigeants qui se succèdent depuis 30 ans.

à écrit le 01/11/2018 à 13:19
Signaler
il peut dire ce qu'il veut il n'est plus audible il aura des surprises aux européennes

à écrit le 01/11/2018 à 13:11
Signaler
Il ne fallait pas laisser pourrir la situation en entreprenant une construction néolibérale "unionienne" depuis Mitterrand et laisser mourir le peuple puisque cette aventure fait invariablement naitre les extrémismes .. Il est bien tard mais encore ...

à écrit le 01/11/2018 à 13:11
Signaler
Bonne analyse de sa part. D'autant plus que la prochaine crise va probablement survenir dans les 3-5 ans. C'est toujours le même scénario quand on fait fonctionner la planche a billet a fond avant de freiner. Il faudrait aller rapidement vers une Eur...

à écrit le 01/11/2018 à 12:57
Signaler
wow.. Ca va loin là. C'est du totalitarisme européen en fait. Aucune autre pensée n'est tolérée, au contraire faut taper dessus parce que c'est le "Mal". Le Bien étant une institution qui crache à la figure des peuples, soumise totalement aux lob...

le 02/11/2018 à 17:57
Signaler
Et faire primer une nation avant le bien de sa population c'est quoi? L'Humanité a une série de défits devant elle : changement climatique, 6e extinction, pollutions, épuisement des ressources facilement accessibles, ... La réponse du nationalisme à ...

à écrit le 01/11/2018 à 12:52
Signaler
La faute à qui ? Aux politiques hors sol qui se moquent des gens et des populations depuis des décennies, et ne sont capables que d'inventer réglementations et taxes. Alors, ras le bol

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.