Politique économique : la popularité de Macron plonge

 |   |  1247  mots
L’indicateur de qualité perçue de la politique économique du gouvernement atteint son plus bas niveau dans l’opinion souligne BVA.
"L’indicateur de qualité perçue de la politique économique du gouvernement atteint son plus bas niveau dans l’opinion" souligne BVA. (Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)
La politique économique menée par Emmanuel Macron est jugée insatisfaisante par 69% des Français selon la dernière enquête mensuelle BVA/La Tribune. Les capacités du gouvernement à obtenir des résultats en matière de pouvoir d'achat ou de réduction du déficit public sont fortement remises en question.

La fin d'année s'annonce compliquée pour le chef de l'État. Selon la dernière enquête mensuelle d'opinion BVA/La Tribune sur "les questions de l'économie", les réformes engagées par le gouvernement sur le plan économique sont jugées défavorablement par une large majorité de Français. Et malgré la nomination de nouveaux ministres lors du récent remaniement, le mécontentement est loin de s'apaiser.

Sur le front économique, deux tiers des répondants (65%) considèrent que la composition du ministère de l'Économie et des Finances est insatisfaisante. Au plus bas dans les sondages, l'exécutif compte encore mener des réformes au pas de charge dans les mois à venir mais les résultats économiques décevants du premier semestre 2018 pourraient encore compliquer la tâche du couple Macron-Philippe.

Lire aussi : Pourquoi l'économie française s'essouffle

Macron au plus bas

Selon les résultats de l'institut de sondages, 69% des Français estiment que la politique économique du gouvernement est mauvaise. Au regard des enquêtes précédentes, c'est un record depuis octobre 2017. À l'opposé, la part des Français qui expriment un jugement favorable est au plus bas à 30%. Les Français les plus critiques à l'égard du gouvernement sont les moins de 35 ans avec 75% de répondants à émettre un jugement d'insatisfaction. Ils sont 73% chez les 50-64 ans. Les plus de 65 ans sont à l'inverse les moins critiques (57%).

Par catégorie professionnelle, ce sont les ouvriers et les employés qui se déclarent en forte majorité mécontents (81%). Chez les cadres, ils ne sont (que) 53% et chez les retraités, ce taux s'élève 62%. Mais cette déception pourrait encore s'amplifier dans les mois à venir. Après avoir encore manifesté leur colère ce jeudi 18 octobre, les retraités pourraient recommencer dans un avenir proche. En effet, l'exécutif a déjà suscité de vifs débats en présentant les contours de sa future réforme des retraites il y a quelques jours et les mesures socio-fiscales présentées dans le budget 2019 pourraient venir pénaliser le pouvoir d'achat des plus de 65 ans, selon les économistes de l'institut des politiques publiques.

Lire aussi : Budget 2019 : les retraités grands perdants

Du côté des forces politiques, les sympathisants de la France insoumise et ceux du Rassemblement national (ex-FN) sont ceux qui expriment le plus de réprobation à l'égard du gouvernement. À l'inverse, ils sont 92% chez la République en marche à se déclarer favorables.

Peu de confiance pour la baisse du chômage

La réduction du chômage demeure un immense défi pour les gouvernements successifs. Malgré une croissance très favorable en 2017 (2,3%) et des créations d'emplois au plus haut (340.000), le taux de chômage au sens du bureau international du travail (BIT) reste bien supérieur à la moyenne européenne. Pour tenter de combler ce retard, le gouvernement a multiplié les réformes en assouplissant le code du travail et s'apprête à transformer le CICE en baisse de cotisations pour favoriser les embauches. Mais ces mesures semblent peu convaincantes aux yeux des Français interrogés. En effet, 69% indiquent que la stratégie économique menée par Emmanuel Macron et le gouvernement ne permettra pas d'obtenir de résultats.

Ils sont encore plus sévères en ce qui concerne la question du pouvoir d'achat (75%). Les mesures intervenues en fin d'année 2017 comme la baisse des APL et celles mises en place en 2018 comme la fiscalité indirecte sur le tabac ou sur les carburants ont sans doute contribué à alimenter ce sentiment. Et les choses ne devraient pas s'arranger, même si plusieurs minimas sociaux vont être revalorisés à partir du premier novembre (allocation aux adultes handicapés, par exemple), la désindexation des pensions de retraites, des prestations familiales, et des allocations logement prévues dans le budget 2019 pourrait amplifier cette colère.

En matière de dépense publique et de réduction du déficit, la crédibilité du gouvernement est remise en cause. Parmi l'ensemble des interrogés, 36% seulement pensent que la politique menée par le gouvernement permettrait de réduire le déficit. Ils sont 81% chez la République en marche à accorder leur confiance, 54% chez les sympathisants du Parti socialiste mais seulement 28% chez les proches des Républicains et 10% au Rassemblement national.

Les Français peu satisfaits de Le Maire et Darmanin

Après le départ de l'ancien ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, le gouvernement a suscité de vives interrogations dans l'opinion publique et sur la scène médiatique. Le délai pour annoncer la nouvelle composition du gouvernement a réveillé des crispations chez l'opposition et dans les rangs de la majorité. Plus de deux semaines après le départ du locataire de la place Beauvau, l'Élysée a annoncé l'arrivée de plusieurs ministres le 16 octobre dernier. Si certains ministères ont connu de véritables changements, d'autres comme celui du ministère de l'Economie n'ont pas subi de transformation majeure.

En effet, Bruno Le Maire est resté à la tête de Bercy tandis que Gérald Darmanin est toujours responsable des comptes publics. Le changement notable est l'arrivée de la nouvelle secrétaire d'État Agnès Pannier Runacher qui est venue remplacer Delphine Gény-Stephann. Par ailleurs, le secrétaire d'État Mounir Mahjoubi a changé de ministère de tutelle en s'installant à Bercy.

Lire aussi : Remaniement : Castaner nommé ministre de l'Intérieur

Sur les deux principaux ministres testés par l'organisme de sondages, à savoir Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, les Français sont en légère majorité (52%) à avoir déclarer une mauvaise opinion. En revanche, les autres secrétaires d'État bénéficient plutôt d'une opinion favorable d'après les résultats de l'enquête. L'institut rappelle néanmoins pour le cas de Mounir Mahjoubi que seuls 50% des interrogés connaissent suffisamment le secrétaire d'État.

"Les deux autres secrétaires d'État pâtissent d'une notoriété plus réduite, 62% des Français déclarent ne pas connaître suffisamment Olivier Dussopt pour donner leur avis et qu'ils sont, logiquement, 67% à mal connaître Agnès Pannier-Runacher entrée au gouvernement le 16 octobre." Ce qui tend à relativiser les derniers résultats.

Dans le détail, 33% des Français ont une bonne opinion de Bruno Le Maire. La popularité du ministre de l'Économie et des Finances est extrêmement élevée auprès des sympathisants LREM (89%) et supérieure à la moyenne nationale auprès des sympathisants LR (41%) alors qu'elle est plus limitée chez les sympathisants PS (29%), RN (13%) et LFI (11%). Du côté du ministère des comptes publics, 28% des interrogés ont une bonne opinion de Gérald Darmanin. Si Édouard Philippe et Emmanuel Macron ont renouvelé leur confiance aux deux principaux ministres en charge de l'économie, les Français sont très loin d'être du même avis.

___

Méthode : enquête réalisée auprès d'un échantillon de Français interrogés par Internet du 16 au 17 octobre 2018. L'échantillon est composé de 1.004 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée grâce à la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, CSP du chef de famille et de la personne interrogée, après stratification par région et catégorie d'agglomération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2018 à 14:10 :
Préoccupations de pays riches et démocratiques, ou épidémie mondiale ?
La période est complexe, les attentes multiples et contradictoires et aucun politique ou aucune economie au monde ne pourraient répondre à toutes les aspirations. Un mélange d'incompréhensions, d’égoïsmes et de contradictions. Parfois on n'est pas loin de la schizophrénie, ce qu'aucun politique seul ne saurait résoudre.
Cela va au delà du programme économique et touche à la politique.
Difficile d'y prétendre œuvrer pour le bien commun et déployer des idées innovantes ou consensuelles, cela ne suffit pas. Les populations demandent des preuves et ne pardonnent aucun écart, ce qui laisse la place à tous les démagogues et manipulateurs de faits divers. Tout le monde sait que le monde idéal, peuplé d’humains idéaux n'existe pas, mais on ne sait pourquoi, dans certains cas on exige l'impossible, alors que le simple consensus suffirait. C’était d'ailleurs le sens initial de "la voie du milieu", pensant que tous allaient adhérer a un consensus politique et économique.
En attendant de retrouver le bon sens de la raison, ou la raison du bons sens, il faudra probablement s'accommoder de cette maladie déstructurante que certains qualifient de populisme.
Beaucoup en parlent ou essayent de l'analyser, certains la qualifiant de « démocratie dégradée ». Des extraits sur le thème, au hasard du web : "Populisme, les demeurés de l'histoire" de Chantal Delsol. Et à l’écoute de la TSF, sur France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-idees/populisme-ou-republique
Certains se réclament du peuple à tort et à travers, jouant aux usurpateurs multi-opportunistes. D'autres veulent le combattre par un régime autoritaire, tout aussi anti-démocratique, voire pire, anti libertés. Comme si on pouvait attendre quoi que ce soit d'un régime totalitaire, à part du totalitarisme.
Le problème n'est pas non plus dans le libéral, mais dans ses excès.
Parmi les solutions, le respect des équilibres et de la régulation.
Surtout si l'on veut à la fois maintenir une croissance sans fin, alors qu'il faut maintenant compenser les décalages entre écologie et économie.
Une approche positive intéressante, celle Bertrand Piccard médecin psychiatre, qui met avant sa motivation "qui pendant longtemps soignait les gens et il s'est rendu compte qu'il faut soigner le monde" (https://acteursdeleconomie.latribune.fr/debats/grands-entretiens/2017-11-07/bertrand-piccard-il-faut-soigner-le-monde-756689.html).
a écrit le 22/10/2018 à 13:26 :
ON VEUT DU CHANGEMENT !!! MAIS PERSONNE NE VEUT CHANGER !! ...??? telle est l'énigme à résoudre de la part d'un Président de la République Française !!! bref c'est la quadrature du cercle !!
a écrit le 22/10/2018 à 11:31 :
Faudra m'expliquer pourquoi les français sont si malheureux:300000 disques de johnny vendus en un jour,de grosses voitures neuves,des smartphones a 900 euros pour les ados de 15 ans,des vacances a n'en plus finir.Je crois surtout que les français s'ennuient parce qu'ils sont trop gatés
Réponse de le 22/10/2018 à 12:04 :
Tout monde n es pas retraitees ils non pas de telephon a900€ au des voitures ?
Réponse de le 22/10/2018 à 13:37 :
plus 10% des maisons secundaires.
Réponse de le 22/10/2018 à 17:12 :
En fin de compte c'est l’électorat CSP+ d'LREM que tu décris sauf peut-être sur Jauni , la, c'est pas certain.
Réponse de le 25/10/2018 à 20:41 :
Il y a ceux dont vous parlez mais surtout ceux qui ne peuvent plus manger le 10 du mois qui sont tous les mois plus nombreux !!!
a écrit le 22/10/2018 à 11:13 :
Que dois je faire ?
Me mettre torse nu et qui sait, en traversant la rue, laisser tomber le reste.
a écrit le 22/10/2018 à 9:45 :
De Villiers qui a parfois mais pas toujours raison cerne assez bien la situation de Macron.
«Je pense aujourd'hui qu'il est peut-être le phénomène ultime de l'accomplissement de cette hybridation, unique dans l'Histoire, de l'extrême-centre, caractérisé par le rejet de la politique, et du marketing, qui est son effacement au profit de l'image», relate-t-il, en soulignant que «de ce point de vue, Macron s'est "sarkoïzé" à vitesse grand V».
J' écrivais avant sa survenance de l' entre-deux Macron, qu' il était le produit de toutes les démissions de la politique française, de Villiers me confirme une reconnaissance.
a écrit le 22/10/2018 à 9:00 :
Ne pas perdre de vue que Macron et sa secte sont les meilleurs VRP du "populisme" et des votes extrèmes a venir !
Mais ne changez rien messieurs-dames et appelez ça "continuité de projet" : ça rassure a défaut de résultats ........
Réponse de le 23/10/2018 à 21:13 :
La prise en étau des oppositions capables de gouverner (grosso modo à gauche le PS et à droite LR) entre, à gauche, LREM et LFI et, à droite, entre LREM et le RN est la seule possibilité de survie de l'actuel exécutif, d'où la nécessité de faire tout pour gonfler les 2 votes populistes d'extrême-gauche et d'extrême-droite. En somme c'est la même stratégie que Mitterrand qui a créé le FN pour affaiblir la droite républicaine, mais avec aussi son pendant côté gauche.
a écrit le 22/10/2018 à 8:52 :
...entendre une LREM dire qu'elle "entendait " le ras le bol fiscal des citoyens incite a devenir ........terroriste !
a écrit le 22/10/2018 à 8:48 :
les chomeurs traversent la rue ( ....ca c'est du parler vrai comme il dit ! ) mais lui va commencer a nager dans le bouillon !!!
a écrit le 22/10/2018 à 6:12 :
Macron en chute libres LeS retraitees vont Lui offrir un parachute pour leS arnaque 👎
a écrit le 21/10/2018 à 22:28 :
Et pourquoi pas une grande campagne d’info avec de jeunes garçons torses nus pour expliquer aux français les réussites de ce quinquennat ?
a écrit le 21/10/2018 à 19:36 :
Il n'y a actuellement pas de politique économique, juste des obsessions de voyous ivres de leur pouvoir et de leurs transgressions qu'ils prennent pour des stratégies
a écrit le 21/10/2018 à 19:08 :
C' est de l' humour ? Macron est au service de l'union qui a été créée pour que des politiciens et lobbyistes s'en mettent plein les poches (et elle ne fonctionne pas).
Quant à la paix, la seule chose qui l'a garantie de 1945 à 1990, c'est la guerre froide et la dissuasion. Après la chute du mur de Berlin il ne s'est même pas passé 10 ans avant la guerre de Yougoslavie, avec la bénédiction de votre soi-disant pacifique Europe.
Aucun argument à présent ne valide tout à la fois le maintien de l' UE et de la politique macronienne qui éreinte le pays.
Il faudrait à un moment donné arrêter de prendre les français pour des lapins de six semaines ..
a écrit le 21/10/2018 à 19:08 :
Jadis la Norvège avait l'essence la plus chère de l EEA. A Oslo j'ai vu le sans plomb à 14.98 kronor le litre is a soit 1.55€ environ et le diesel à 14.55kr, soit 1.50 à chez nous ces prix sont dépassés depuis longtemps. Merci macron.
a écrit le 21/10/2018 à 17:16 :
pour info, la France s'est classée 3e des Euroskills 2018 en septembre. l'Hexagone fait preuve de constance sur les 3 derniers Euroskills/Worldskills. avec Suisse et Autriche, 2 pays réputés pour leurs savoir-faire. avec la réforme de la formation/apprentissage, on va faire aussi bien ou mieux qu'eux...

franchement, on se demande comment les Français peuvent être aussi grincheux. ils ont tout. alors que l'on voit que c'est le bazar partout ailleurs.
Réponse de le 21/10/2018 à 19:00 :
2020:nouvelle strate,les communautés de métropoles
carburants a 2,25 euros le litre,aide pour les plus modestes
droit de préemption des mairies a 25% du prix de votre bien immobilier
suppression de la police nationale,chacun aura le droit de se payer les services d'un vigile privatif
2021 fermeture des dernières prisons,aides psychologiques d'intéret général
bouclier fiscal:au dela de 150% d'impots sur le revenu,le reste est exempté
Réponse de le 23/10/2018 à 5:58 :
A GFX. Partout le bazar ? D'ou sortez-vous cette info ? Regardez le nombre d'affaires en tous genres qui font les "unes" de vos canards.
Hier encore un gamin qui menace sa prof a l'aide d'un flingue factice, certes, mais sans aucune hesitation.
La France est devenu un gigantesque foutoir. Mieux vaut vivre a Zurich ou Vienne , qu'a Paris. Gardez la tete dans le sable.
a écrit le 21/10/2018 à 15:55 :
Il faut être raisonnable son élection est due aux riches de Bercy .
Ayant exclu la classe des possédants du champ de son action , il gouverne pour rétablir
l égalité républicaine entre les Francais .
Il est donc a la fois pour les riches et pour l égalité républicaine ,qui peut le lui reprocher .
Réponse de le 21/10/2018 à 18:19 :
???? pas compris.
a écrit le 21/10/2018 à 14:06 :
69% , même en voulant être sympa avec votre mentor vous ne pouviez masquer la vérité.
La réalité est bien plus cruelle pour celui qui n'aime pas les français (enfin une certaine catégorie de français) et ils vont bien lui rendre....
a écrit le 21/10/2018 à 13:58 :
Pour corriger certains commentaires : le libéralisme est contre l'humain, contre la redistribution des richesses et vise à contrôler toutes les ressources de la planète pour contrôler les populations. Les politiciens déroule le tapis rouge en passant la corde au cou des peuples, c'est ça le libéralisme aujourd'hui : pour les grandes entreprises : des cadeaux fiscaux à gogo, pour les ultra-riches, même tonneau, plein de cadeaux fiscaux, et pour le reste, de la ponction jusqu'à la mort (au sens propre). Ce n'est pas moi qui le dit, c'est l'OCDE : jamais les inégalités ont été aussi marquées...
Réponse de le 21/10/2018 à 16:19 :
Education gratuite, santé gratuite, seulement 52% des francais payent l'impot sur le revenu, Aides aux logement, RSA, Chomage, aide au solaire, a l'electrique, un des ages de retraite le plus bas par rapport aux autres pays européens,Retraités qui ont 70% du parc immobilier en France,la France championne de la pression fiscale....Mais bon c'est la faute au libéralisme et ultra-riches. Alors les entrepreneurs, ils ont marre de payer pour des gens peu reconnaissant. Alors, on se barre en Suisse ou Singapour avec nos sociétés et vous laisse vos yeux pour pleurer. De toute façon, les pauvres achèteront toujours sur Amazon et Ali express.
Réponse de le 22/10/2018 à 12:56 :
@Gina G : une fois pour toute affirmer que les retraités sont plus riches que les jeunes ( immobilier) ce n est pas avoir inventé l eau tiede ..de tout temps c est comme ça et partout dans le monde . Vouloir plus taxer les retraités sur cette affirmation.est une anerie sans nom
a écrit le 21/10/2018 à 11:11 :
Macron c' est du sur mesure pour l' ultralibéralisme et pour trois raisons..
1) Nous sommes dans une lutte de classe, contre les milliardaires (Bernard Arnault, les Wertheimer, Pinault, les Mulliez, Dassault, Drahi, Bolloré..... ). Pour être plus précis ils nous sont en guerre contre nous.

2) les traités européens (de la dictature européenne ultra libérale écrite par 28 commissaires non élus)) ont été taillés sur mesure pour eux.

3) Ils détiennent les médias, et manipulent les élections et la démocratie dans leurs intérêts.
https://www.contrepoints.org/2017/08/31/297780-bruno-roger-petit-presse-subventionnee-jusqua-lecoeurement
a écrit le 21/10/2018 à 9:30 :
Droite ou gauche ... toujours plus de taxes.
a écrit le 21/10/2018 à 9:00 :
le precedent de hollande a été vire par son incompétences et surtout
par ses nouvelles taxes
que celui de m macron bat les records tous les jours
et personne ne dit rien
il avais promis le contraire et surtout le retour du pleine emploi
mais voila les dorures du palais fait oublier les promesses
a écrit le 21/10/2018 à 7:51 :
Ce qui est inquiétant, c'est que la légitimité du Président de la République ne tient pas à l'élection mais à son soutien par "nos" députés: on en revient aux désordres de la quatrième république et de ses coteries politiques où l'on oublie l'intérêt général. Comment se débarrasser d'un Président à qui l'on reproche ses réformes inquiétantes, ses résultats et ses écarts de langage? N'avons-nous à notre disposition que la mise à feu et à sang devant la trahison de nos députés?
Réponse de le 21/10/2018 à 15:15 :
La légitimité du président ne tient que de l'élection. Il est inamovible jusqu'à la prochaine élection, il le sait et il en joue (trop).

Par contre sa capacité d'action (ou de nuisance dans ce cas) ne tient que du soutien par l'assemblée du gouvernement qu'il a nommé, .

Sans le soutien de assemblée le gouvernement tombe, c'est ce qu'on a en régime de cohabitation et le président ne peut plus agir qu'à la marge (on se souvient de Miterrand refusant de signer les ordonnances).

Le problème avec Macron (mais on avait déjà connu ça avant à un degré moindre) c'est qu'il considère que l'élection présidentielle l’autorise à imposer sa politique au pays, même si elle est totalement impopulaire et quitte à violer les principes de gestion sociale paritaire (chômage, retraites, sécurité sociale,...).

De facto, c'est constitutionnellement exact, mais c'est ravageur pour la bonne santé politique du pays et mortel pour la démocratie.

Le parlement dont la trop jeune majorité est soumise à LREM ne joue pas son rôle de contre-pouvoir, il faut le renforcer et assurer une vraie indépendance du pouvoir législatif sur l’exécutif.

Que faire?... les virer dans les urnes. faire du dégagisme.
a écrit le 20/10/2018 à 21:31 :
Il n'y a pas que l'argent et le pouvoir d'achat qui compte ! Il y a aussi le projet de société porté par le gouvernement Macron, un projet où les riches sont choyés à tous les niveaux, une société où on fait porter la dynamique de l'économie sur les premiers de cordée qui rafle ainsi toute la mise ... Une société sans envergure pour l'écologie, la défense animale ou la protection de la flore ... Bref, Macron porte un projet de société triste et complètement rétrograde et c'est ça le pire !
a écrit le 20/10/2018 à 13:29 :
Les communes, les communautés de communes, les conseils départementaux, les conseils régionaux et les ministères. Il y a dans notre pays trop de strates administratives et trop de politiciens pour les faire fonctionner. Le fonctionnement de ces structures a forcement un coût exorbitant par rapport aux prestations fournies. Les mutualisations à elles seules ne suffisent pas à rendre le système efficient. La pression fiscale élevée reste un frein à l’augmentation du pouvoir d’achat des français (Impôts divers, TVA, TIPP, CSG, etc....).
Réponse de le 20/10/2018 à 13:54 :
C’est vrai sans oublier le prix du gasoil supérieur à la crise de 2007

C’est pour combler «  la chute du vente du tabac en France »

Nous sommes tous d’accord pour dire : il y a trop de taxes en France.

A quand la dé-taxes ?
Réponse de le 20/10/2018 à 19:37 :
En 2008 le prix du gazole a dépassé les 1,50€ à cause d'un baril qui avait dépassé les 150$. Cette fois-ci c'est uniquement à cause de la hausse faramineuse des taxes.J'attends une offre politique qui annonce clairement qu'il veut baisser ces taxes. Il serait temps qu'une association telle que 40 millions d'automobilistes descende enfin dans l'arène politique.
Réponse de le 20/10/2018 à 20:22 :
Et les délocalisations des emplois à l' est à 400 euros mensuels ? Vous auriez pu commencer par là cher ami, puisque tout est de la responsabilité de cette expropriation des emplois par la grâce de l' article 63 du TFUE et donc de la stricte responsabilité de cette UE mortifère et volonté de ses planificateurs.
Quand vous n' avez plus d' emplois parce que tout est parti ailleurs, tout est désormais prétexte à raboter au seul bénéfice du 1 % et c' est alors la Grèce et le Portugal que vous voyez se profiler en arrière plan.
Réponse de le 21/10/2018 à 9:28 :
@Bergson : la relocalisation d'emplois industriels en Europe de l'Est est une bénédiction pour l'économie allemande car elle lui permet de disposer d'une sous-traitance de qualité (car main d'oeuvre bien formée)à ses portes. Idem pour la France, c'est sur les Dacia que le groupe Renault dégage son meilleur taux de marge. C'est parce que Dacia existe que Renault peut perdre un pognon de dingue sur les voitures électriques (produites en France à Flins). Sans Dacia produites en Roumanie, il n'y aurait pas cette offre de voitures abordables (ou peut être produites ailleurs : Maroc, Brésil...) et il n'y aurait pas de Zoé non plus.
Réponse de le 21/10/2018 à 11:49 :
Dans une monarchie republicaine, les dirigeants se servent d'abord.
Vos prefets , et autres pistonnes des institutions se gavent sur votre dos depuis tres longtemps.
Et vous voudriez que cela cesse ? Allons un peu de bon sens.
la revolution ?, mais vos concitoyens sont lobotomises, ne reste que la priere.
Réponse de le 21/10/2018 à 13:26 :
@bru no-bd Vous renversez l' équation, la France a perdu par la grâce de l' Ue et de l' article 63 du TFUE 32 % de son tissu industriel en 15 ans car l' ouverture asymétrique de l' UE ne protégeait plus les marchés et à cet
instant, elle a par ailleurs commencé à se faire une concurrence intestine en déplaçant les acteurs.
Dans votre exemple, si RENAULT n' avait pas délocalisé et acheté DACIA, il aurait tout simplement disparu ...
http://www.politologue.com/videos/video.CHARLES-HENRI-GALLOIS-A-NANTES-LES-ILLUSIONS-ECONOMIQUES-DE-L-UE.znAF
Voyez comment était l' économie française avant l' UE à 28 et comment elle a observé impuissante la destruction de son tissu industriel.
Réponse de le 23/10/2018 à 21:37 :
@Bergson : prendre l'UE comme bouc émissaire des malheurs économiques français c'est se rassurer à bon compte. La vérité c'est un profond déficit de compétitivité de la France. On a quasiment (notamment à cause des 35 heures) le coût salarial horaire le plus élevé d'Europe mais on produit souvent au mieux du milieu de gamme. Encore un exemple vu aujourd'hui, je me suis intéressé pour raison professionnelle au marché des imprimantes 3D professionnelles. Absence quasi totale d'offre française mais par contre il existe une offre... polonaise très haut de gamme et très bien placée en prix. Autre exemple, le nucléaire civil où on était effectivement très forts, mas où l'arrêt de la construction de nouveaux réacteurs pendant presque une décennie a entraîné une perte quasi totale des savoir-faire, si bien qu'on n'arrive pas à achever la construction des 2 EPR... En fait la seule chose qu'on produit encore en France c'est le luxe, c'est à dire ce dont l'image est assez forte pour être vendu à un prix tel que le prix de revient, donc la compétitivité, n'a que peu d'importance. Ajoutons les performances toujours plus médiocres du système de formation malgré une dépense très élevée en la matière et on comprend aisément les raisons du décrochage économique français... qui n'ont pas grand chose à voir avec l'UE.
a écrit le 20/10/2018 à 11:32 :
Bonjour,

M Macron n’est pas pire que les précédents car il «  essaye » de mettre en place des «  plans méthodologiques «  même si ça ne plait pas à tous.

Mon témoignage :
j’étais au chômage depuis 2015 après une validation d’un bac , j’ai cherché du travail pendant plus de quatre ans , la j’ai eu une proposition et c’est un plan mis en place par l’actuel gouvernement, je reçois moins que la moyenne en salaire , mais pour moi
Ça me permet de sortir du «  néant « 

J’aime pas «  critiquer «  les anciennes périodes car critiquer le passé n’apporte rien à personne et c’est une perte de temps

Je suis désolé de ne pas écrire ce que vous ne souhaitez pas entendre mais le «  système actuel propose au niveau de l’emploi en France » actuellement apporté des fruits donc avec vérification sur le terrain de système Macron : marche.

Désolé de dire la vérité.

Après la fiscalité au niveau des taxes foncières c’est vrai sont excessives mais c’est à cause des mairies qui ont augmenter pour combler le manque à gagner sur les taxes d’habitation et sur les enveloppes que l’état ne veut plus payer pour contrer je pense les dépassements abusives de certaines communes ( exemple : voyage en Asie payé pour 50 personnes...au frais de l’état ...)

Si la précarité augmente c’est aussi à cause des pressions internationales

La priorité en France : est un emploi pour tous et toutes

Et ce que je vois avec mes yeux :
Le gouvernement Macron essaye de faire de son mieux et ça c’est rare pour des politiciens : je l’admets.
Réponse de le 20/10/2018 à 12:42 :
Non, citoyen, la priorité n'est pas un emploi pour toutes et tous ! Ca, c'est le discours mensonger, esclavagiste et totalement abscons des "dirigeants" que vous encensez béatement, sans même y réfléchir ou sans rien comprendre à rien. Le travail n'a jamais été une valeur, n'en est pas une et n'en sera (peut-on espérer) jamais une. Ce n'est pas l'emploi qui fait l'homme (sauf l'esclave, peut-être, fût-il consentant). La priorité, dans un pays démocratique, civilisé, est un niveau de vie décent pour tous (et ce n'est en tout cas pas l'emploi qui le garantit !) et un épanouissement personnel pour chacun (ce que l'emploi ne garantit d'ailleurs pas plui)s. Vous aimez être un esclave corvéable à merci, sans aucune sécurité, ni avenir ? Grand bien vous fasse. C'est votre choix et, dans la société telle que nous la subissons actuellement, il faut des petites mains laborieuses. Cela permet aux autres, qui réfléchissent un tant soit peu à leur vie, de pouvoir s'épanouir autrement. Et à certains - notamment les trop proches petits copains de manu - de se faire de la thune sur votre dos. Mais peut-être que le vrai problème, pour reprendre votre pseudo, réside dans le fait que vous soyez... ordinaire, tout simplement...
Réponse de le 20/10/2018 à 13:21 :
Siu vous preniez la peine de réfléchir deux minutes et surtout si vous aviez le courage de penser par vous-même, cher ordinaire citoyen, vous pourriez vous apercevoir que vous avez un choix à faire. Première option : vous ne réfléchissez pas, vous ne tenez aucun compte de vos besoins et aspirations et vous entrez bien sagement dans le rang et dans le système. Vous y serez largement exploité et méprisé. Cela ne vous assurera aucune garantie pour rien, mais au moins vous pourrez dire que vous obéissez bien sagement aux diktats qui vous sont imposés. Mais vous serez toujours frustré, vous serez toujours un gagne-petit et un sous-fifre sans avenir. Il semble que cela soit votre choix et c'est une excellente chose : il faut toujours des petites mains et de la piétaille pour que d'autres puissent se faire des fortunes sur votre dos. Merci pour eux ! Deuxième option : vous vivez totalement en-dehors du système, ce qui est tout à fait réaliste - avec un peu de bon sens, de volonté et de courage - sans pour autant sacrifier vie sociale, vie familiale ou confort. Troisième option : au lieu d'être utilisé comme une sorte de pantin sans personnalité ni valeur par le système, vous utilisez à fond le système. Au lieu de se contenter d'être un sans grade, un anonyme sans espoir et, en un mot, un citoyen ordinaire dans le sens péjoratif du terme (y en a-t-il un autre ?), vous utilisez à fond le système pour vous faire de l'argent et vivre au-dessus de la moyenne du populo. Voire très largement au-dessus de la moyenne. Les moyens existent, même si pour cela il faut bien entendu regarder hors des frontières étriquées de l'hexagone. Mais il y a alors moyen de vivre très, très bien. De pleinement se réaliser et de s'épanouir. Et c'est ça le plus important. Ce n'est pas l'emploi (qui n'est qu'une carotte pour populo décérébré) ou l'économie nationale (qui sera toujours sous la coupe de quelques financiers dont les désideratas sont relayés par les fonctionnaires et politiciens de tous niveaux). Vous avez fait votre choix, semble-t-il, merci pour les autres qui se font du pognon sur votre dos. Et merci pour ceux qui, comme moi, ont le courage de risquer leur argent pour en faire plus grâce à cette masse de petites mains anonymes et... ordinaires.
Réponse de le 20/10/2018 à 17:29 :
@Citoyen ordinaire: sans vouloir être négatif, je constate cependant que la validation de votre bac ne vous a appris ni l'orthographe, ni à écrire en bon français, ce qui est peut-être pénalisant quand on recherche un emploi.
Réponse de le 20/10/2018 à 23:01 :
salut citoyen ordinaire qui n'est pas très ordinaire car tu oublie quelque chose dans ton analyse, c'est que si les maires de France ont augmentés les taxes foncières pour combler le manque à gagner de la suppression des taxes d'habitations, Hé !!! qui a supprimé ces dites taxes d'habitations ????
Réponse de le 21/10/2018 à 12:02 :
Il semblerait Citoyen Ordinaire que votre jeunesse soit mal percue.
Rassurez-vous, a vingt piges j'avais le meme souci que vous aujourd'hui.
La # entre vous et moi? J'ai fichu le camp de ce foutu pays. Definitivement, pour aller faire de l'argent ailleurs. Ca a ete dur, tres dur, mais j'y suis parvenu.
Je vous souhaite d'y arriver.
Ne vous occupez pas des censeurs. Foncez.
a écrit le 20/10/2018 à 11:31 :
Cela prouve que la politique de baisse des charges ne sert a rien.Les libéraux vous mentent depuis des années,la baisse de la protection sociale se traduit par la hausse des dividendes servis par le cac 40.CQFD
Réponse de le 20/10/2018 à 11:50 :
Le cac40 c’est le rempart contre les pressions internationales ( dollars, pétrole ...)

Et en ce moment ça va mal , le gouvernement devrait mettre en place « un plan pour pas toucher aux dividendes pendant 8 ans « comme c’était en place un moment pour les entreprises .
C’est le bon «  moment » pour faire ça .
Réponse de le 20/10/2018 à 19:41 :
"Cela prouve que la politique de baisse des charges ne sert a rien." Mois je crois au contraire qu'elle est beaucoup trop timide. Le niveau de prélèvement sur les entreprises reste supérieur à ce qu'il est en Allemagne d'une bonne centaine de milliards.
a écrit le 20/10/2018 à 10:28 :
Monseigneur le king des impots est créateur de pauvretés ils est dans le mur leS pauvres ont leS mais propre macron a leS mais salle ?
a écrit le 20/10/2018 à 10:12 :
Problème n°1 : ce n'est pas avec l'éducation économique qu'ils ont reçu à l'école que les Français peuvent juger la politique du gouvernement en la matière.
Problème n°2 : les médias travaillent à fonds pour les lobbys conservateurs de gauche comme de droite, et les sondages bidons qui sortent deux fois par semaine en moyenne sont bien pratiques pour ça.
Problème n°3 (réservé aux mécontents) : on est en démocratie, et le gouvernement est encore là pour 4 ans, que ça plaise ou non.
Réponse de le 20/10/2018 à 10:33 :
Problème n°3: en démocrature plus exactement !
Réponse de le 20/10/2018 à 10:40 :
Il n'est pas besoin d'une grande éducation économique pour se rendre compte de la véritable boulimie de taxes sur les carburants et l'énergie, sans aucun équivalent en Europe, et mal masquée par des prétextes environnementaux. Que l'échange baisse de charge contre CSG a été une arnaque. Que la suppression de l'ISF sauf pour l'immobilier a plus avantagé les très riches que les petits riches (cyniquement on n'a laissé l'ISF que sur ce qui n'est pas délocalisable. La justice aurait imposé de supprimer cet impôt illégitime en totalité). Que ces mesures inconsidérées prises en ce début de mandat ont étouffé le petit retour de croissance observé en 2017 (observé bien plus tardivement d'ailleurs que dans les autres pays européens). Et que même la bien modeste réduction des effectifs de fonctionnaires (-120000) qui figurait au programme de Macron semble être hors d'atteinte puisque sur 2 ans il n'en aura même pas été supprimé 5000. Résultat : les déficits ne diminuent pas, la dette ne se stabilisent pas et recommenceront à exploser dès que la conjoncture mondiale sera moins porteuse ou dès que les taux remonteront.
Réponse de le 20/10/2018 à 12:45 :
Ce n'est pas non plus avec l'"éducation économique" que les incompétents gouvernementaux peuvent développer une - vraie, durable et équitable - politique économique. On a vue de quoi était capable le provisoire locataire de l'élysée lorsqu'il était ministre de l'économie; Y en avait jamais eu un d'aussi mauvais; Fallait pas s'attendre à des miracles dès lors que ses petits copains de la finance et de l'industrie l'ont fait élire. Quant à savoir si le gvt est encore là pour 4 ans... A condition de ne pas le déboulonner fissa. Il existe de spays et des populations qui chassent manu militari leurs mauvais dirigeants pour moins que ça. Encore faut-il en avoir l'intelligence et le courage. Macron et ses sbires n'ont rien à craindre, donc, en france...
a écrit le 20/10/2018 à 10:05 :
31% de personne qui ne sont pas insatisfaites? Pour un président élu avec moins de 12% des personnes en âge de voter c'est plutôt bien...
Réponse de le 20/10/2018 à 10:49 :
Fake new. Je n'ai aucune sympathie pour la personne ni pour la politique menée par Macron qui est grosso modo dans la continuité de son prédécesseur (j'avoue ne pas comprendre comment des gens venus de la droite peuvent s'en rendre complices). Mais si on ne considère que le premier tour où Macron a obtenu 24% des exprimés avec une participation de 78%, il a recueilli les suffrages de 18% (et non de 12%) des inscrits (donc grosso modo des gens en âge de voter). C'est à dire pas plus mal que nombre de ses prédécesseurs, notamment Chirac qui n'a jamais même atteint ce niveau.
Réponse de le 20/10/2018 à 16:26 :
LT comme la plupart des media a une sale habitude, c'est de ne sortir des sondages que quelques chiffres à qui ils font dire ce qu'ils veulent. Le minimum serait de mettre un lien vers l'étude complète.

69% d'insatisfaits veut dire au plus 31% de satisfaits mais il est possible qu'il y ait 5 ou 15% de sondés qui n'ont pas d'opinion et il faudrait le dire.
a écrit le 20/10/2018 à 9:41 :
....nombrilisme et obstination n'ont jamais dissimulé l'absence de résultats !
Il est inconcevable que dans un système qu'on se plait a nommer à loisir "démocratie" , il n'y ait aucun contre-feu a l'incompétence d'un président (élu par défaut plus que par plébicite ! ) qui peut paupériser le pays pendant cinq interminables années !
a écrit le 20/10/2018 à 8:26 :
Sondage logique mais il faut comprendre qu’il faudra un décennie pour redresser le pays en amplifiant les réformes pour ramener le déficit et commencer à payer la dette, tout le reste n’est que littérature
Réponse de le 20/10/2018 à 10:52 :
Comment pouvez vous croire que les choix économiques de Macron (absence de réelle volonté de juguler la dette et les déficits par une baisse résolue de la dépense publique) ait la moindre chance de redresser le pays ? En fait en matière de déficit Macron est dans la stricte continuité de son prédécesseur, temporiser.
a écrit le 20/10/2018 à 1:07 :
Je ne comprends pas...les français ont voté pour un européiste, ils ont la politique que dicte l'UE. C'est cohérent. Le problème, après Sarkosy et Hollande qui appliquaient déjà la même politique, c'est que Macron était leur dernière cartouche...avant le grand feu d'artifice !!! Chers compatriotes, vous n'avez que ce que vous méritez. Moi j'ai quitté le bateau il y a déjà longtemps...Bonne chance !
Réponse de le 20/10/2018 à 6:19 :
Dac dac, c'est ok pour moi !

Disposer de données statistiques et économiques pointues et détaillées aident sans doute à comprendre la situation d'une personnalité, d'une entité ou d'un pays. Mais donner le pouvoir de décision ou ne serait ce que d'inflexion des décisions à des analystes ou des économistes est l'une des plus hautes aberrations qui soit.

C'est pourtant bien ce qu'une minorité des français a fait en mettant à la tête du pays un trader, un économiste et un financier partisan du mondialisme et du fédéralisme ultra-libéral de l'UE et en installant une équipe qui tous ensembles préfèrent ouvrir la porte et donner à des pays étrangers ou des migrants réguliers et irréguliers plutôt qu'à des français naturels.

Résultats : déséquilibre de plus en plus prononcé de la balance commerciale, liberté extraordinaire des multinationales et lobbys européens et extra-européens sur les structures intérieures et leurs équilibres.
Autres résultats : augmentation des taxes directes et indirectes, augmentation du coût de la vie, diminution des revenus des plus faibles, diminution des protections des nationaux les plus exposés, accroissement des revenus des plus puissants, de leurs droits et pouvoirs par le biais d'un lobbyisme au plus haut sommet de l'Etat ... et allocations multipliées en nombre et en volume à tous « faux investisseurs » et « visiteurs » étrangers alléchés par la soupe servie si généreusement.

Des observateurs et lecteurs de statistiques s'étonnent de pertes de croissance économique et de confiance de la part de citoyens des couches majoritaires de la France d'en bas.

Non, il n'y a pas lieu de s'étonner.

Avec Macron et son équipe, nous marchons à reculons sur tous les fronts en nous faisant assassiner par des taxes, surtaxes démentielles, contraintes environnementales nouvelles par la culpabilisation outrancière des nationaux quand des multinationales perpétuent à l'extérieur les interdits intérieurs et augmentations continuelles des charges fixes incontournables.

Même en supprimant totalement la taxe d'habitation dans l'année l'opération ne sera pas blanche et beaucoup y perdront.

Un seul constat à tout cela : il n'y a plus aucune caractéristique gaulliste dans ce qui se pratique en France. Même la constitution de 1958 n'est plus respectée et ne constitue plus qu'un souvenir. Le roi est redevenu roi de droit divin.
Réponse de le 20/10/2018 à 9:42 :
........" feu d'artifice" ?!?
Au vu de la passivité des citoyens , c'est pas pour demain !
Réponse de le 20/10/2018 à 9:44 :
.... vous avez raison ! : ça se résume en UN mot : PAU-PE-RI-SA-TION tous azimuts !
a écrit le 19/10/2018 à 21:51 :
Comment peut on se satisfaire de la misère? Je vous pose la question car lorsque je regarde "A voir sur le web" qu'il y a 1 million de pauvres supplémentaire je me dis que j'ai eu la clairvoyance de partir de France, pour vivre décemment, et ne pas m'avoir comme boulet supplémentaire. Ha c'est vrai que je n'ai pas de piscine ni de belle vaisselle mais je vis très bien, sans aucune aide. Pour la popularité de Macron, ce n'est que le revers de la médaille ou l'élastique qu'on prend en pleine figure, ca fait mal.
a écrit le 19/10/2018 à 20:45 :
sur le massacre du journaliste dans le consulat d'A.S. on n'entends rien de l'Europe et surtout pas de la France..... Y compris pour le Yemen...... ¨Pourtant les marches avec L Arabie Saoudite ils étaient déjà très faibles avant ce crime, mais les pétros dollars restent des pétros dollars . Aucun courage de Macron. Son été fantastique à fait rire une partie du monde, et son dernier message sur TF1 valait le détour.... Il est plus à l'aise avec les malfrats qu'avec les français du continent. Bref rien a espérer de lui et de son gouvernement. Il est peut être temps de quitter ce pays, car les taxes eux sont au rendez vous et plus personne n'est crédible, ni son premier ministre ni son équipe. Je ne parle même pas des députés LREM qui sont nuls.
Réponse de le 19/10/2018 à 23:37 :
Justine je suis entièrement d'accord avec vous nous sommes mal parti avec ce gouvernement
a écrit le 19/10/2018 à 19:29 :
Ben voyons.... Croissance au ras des pâquerettes, hausse des taxes sur les carburants jamais vue Avec plus de 25cents cumulés sur deux ans... Malus auto qui va sûrement transformer la France en pays du tiers monde auto sous peu. Payer des malus à ce niveau là détruira l'industrie auto en France. Les autres sont bien moins kon.
Réponse de le 20/10/2018 à 11:04 :
Non, en taxes on n'en sera qu'à environ +17ct en 2 ans sur le gazole, le reste de la hausse c'est le prix du baril sur lequel on ne peut pas grand chose surtout qu'on s'est privés de la possibilité d'exploiter d'éventuels pétroles de schistes présents dans notre sous-sol. Les taxes sur le gaz naturel sont aussi en forte hausse. La chasse au gazole sous prétexte environnemental est un non-sens car un diesel moderne équipé d'un FAP et d'un catalyseur SCR émet moins de particules, de NOx et de CO2 que n'importe quel moteur essence même hybridé. Quant au choix du tout électrique à batterie, il est aberrant aussi car il revient à offrir sur un plateau à la Chine, qui a un quasi monopole de fabrication des batteries, la moitié de la valeur de chaque véhicule, inutile de dire qu'aucun constructeur automobile non chinois n'y survivra. La seule voie possible est d'enjamber cette technologie de la voiture à batterie et de passer directement à l'hydrogène (Pile à combustible ou combustion interne), et encore, à condition de produire l'hydrogène par électrolyse de l'eau (bonne solution aussi pour gérer l'intermittence des énergies renouvelables) et pas par craquage d'hydrocarbures...
a écrit le 19/10/2018 à 17:15 :
Un enfant qui pêche son programme à Bruxelles via les GOPE, c' est juste énorme et ..inutile comme cette UE là .. Et Benalla qui surenchérit « Avec moi, la photo n'aurait jamais pu être prise. Les mecs n'auraient pas pu toucher le président et le selfie, je l'aurais évité ; Il s'est fait avoir comme un lapin de six semaines.»
Pauvre France, que ne commet t-on en ton nom ..
a écrit le 19/10/2018 à 17:13 :
Je ne comprend pas qu'on puisse avoir une bonne opinion de LE MAIRE: un ministre qui prétend NOUS faire payer des TGV ne semble guère se soucier des finances de la France, puisqu'on ne pourra le faire qu'en faisant appel à la dette; et pour FORD, ça ne brille pas non plus: quel industriel voudra investir s'il ne peut fermer non pas quand ça lui plait mais quand la raison l'impose? Pour la côte de Notre-Président-Coûteux-Et-Inefficace, quelqu'un l'a-t-il trouvée car elle doit être bien en-dessous du Radeau de la Méduse dont il fait la France. Il serait temps que ses soutiens du premier jour s'en rendent compte et le prient de se retirer, par la force si nécessaire.
Réponse de le 19/10/2018 à 17:55 :
L’usine Ford a été largement subventionnée en contre partie d’un maintien de l’activité.
Les € empochés, Ford relocalise aux US
Réponse de le 20/10/2018 à 9:38 :
@Niko: Dès que l'on subventionne, on fausse le fonctionnement normal du marché; en clair, on rend rentable ce qui ne l'est pas; Ford était unee "danseuse" électorale de la France.
a écrit le 19/10/2018 à 16:33 :
Les français n’ont aucune notion d’economie et ce n’est pas les médias qui les aident !! Pour eux, la bonne politique économique, se résume à : «  est-ce que j’y gagne, et tout de suite ? » Évidemment, dans ce cas, seul le populisme fonctionne !!!
Réponse de le 19/10/2018 à 17:39 :
heureusement les populistes comme vous dites sont meilleurs gestionnaires que ceux qui nous gouvernent depuis 40 ans en croyant de l'on peut toujours vivre à credit surtout du credit qui va au trop grand train de vie de l'etat mais pas à un investissement productif
Réponse de le 19/10/2018 à 18:07 :
Depuis Maastricht et l' UE à 28, ils ont tout perdu avec les liquidateurs de la scène économique, dommage.
Ca n' est pas un problème de français, c' est un problème de casse politique initiée par cette pseudo élite suiveuse européiste qui ravage tous les pays en les mettant en concurrence avec le moins disant salarial et social à l' est.
Y' a t-il un seul boutiquier dans ce pays pour ouvrir une crèmerie ?
La réponse est non, et donc vous avez votre réponse.
Et je sais de quoi je parle, je viens d' un groupe français qui a divisé ses effectifs par plus de deux en 15 ans en France.
Réponse de le 20/10/2018 à 9:54 :
@Maduf bonjour,
Toujours cette rengaine des français ignares sur tout. Pour ce qui est de la connaissance économique je ne crois que nos politiques aux manettes depuis des décennies ont prouvé une quelconque compétence. Les chiffres sont teigneux d’abord dans le chômage de masse et dans cette dette qui n’en finie pas de monter, la mauvaise cordée de notre économie. Pour ce qui est de M. Macron qui voudrait nous laisser croire qu’il est un jupiter de l’économie les résultats au minimum, après un an et demi, ne sont pas au rdv même pas un soupçon du mieux pérenne. Il est bon de vous rappeler et de lui susurrer à l’oreille que tous les pays qui ont réussi à se redresser ont commencé par se pencher avec sérieux et actions sur la dépense publique et non sur des ordonnances dont même le Medef n’était demandeur en priorité. Pour notre pays M. Macron n’a pas choisi cette voie au contraire puisque la dette continue sa progression même si l’exécutif nous rejoue la scène de M. Sarkozy la fameuse et fumeuse sortie sur la « baisse tendancielle » Aujourd’hui M. Macron qui n’ a aucune marge de manœuvre car toujours son refus de prendre à bras le corps la charge publique nous fait le système des vases communicants. Exemple, je prendre 1,7 point de CSG que je reverse sous forme de baisse de charges aux salariés ce qui revient à dire que la masse monétaire ne bouge pas en espérant que cette baisse de charges se retrouve dans la consommation car à la différence de nombreux pays seule la consommation des ménages crée la croissance dans notre pays hors déshabiller un consommateur pour en rhabiller un autre est un pari pas une vision économique saine. Augmentation!!! salariale par la baisse des charges, qui incombe dans un pays à économie dite libérale et non dirigée et mal dirigée comme en France, à l’Entreprise, qui reçoit depuis deux ans le CICE et pour 2019 ce même CICE versement décalé, plus le changement du CICE en baisse pérenne de charges en 2019, au lieu de baisser fortement l’IS l’exécutif précédent plus l’exécutif actuel en fait sur bien des points le même dont le matraque fiscal/taxes ont mis en place une usine à gaz due à cette difficulté à penser simple pour un énarque Autre point suppression sur 3 ans la TH non financée alors augmentation du carburant en faisant croire à un défenseur de l’écologie avec cette « pub » fallacieuse de la taxe carbone défendant l’environnement. Un point d’une mauvaise analyse criant la fin de l’ISF en espérant que la masse monétaire serait remise en circulation dans l’économie est un flop plus ou moins avoué par le Président lors d’une de ses interventions dont la dernière était pathétique. Aujourd’hui la question se pose, la baisse des charges sur les salaires, la baisse progressive de la TH vont-elles se traduire non pas par une croissance de la consommation mais par un équilibrage entre nlles entrées et hausses des taxes, pour les ménages, le bilan: au cours du premier trimestre 2019. Si la croissance, la baisse du chômage ne sont pas a rdv fin juin 19 le quinquennat sera « plié » car il n’ y pas de roue de secours sauf prendre le chemin d’une politique grecque. M. Macron a ce malheur pour la France il est énarque avec ce mot ADMINISTRATION cette branche de notre économie oui branche car sans administration pas d’économie le problème c’est que l’administration est toujours l’alpha et l’oméga de note modèle économique et non un outil facilitateur de développement, au contraire. Pour conclure non le français n’est pas un ignare par contre pour le politique la question se pose. Pour être complet j’ai voté pour le Président dès le premier tour et sa majorité en juin et oui je me suis complètement planté , mon erreur sera dans les urnes en mai 2019 car pour l’Europe pas mieux que la politique intérieure et la aussi cette « maladie » de l’insulte dont nos voisins ont été la cible du progressiste?????
Réponse de le 20/10/2018 à 13:46 :
Maduf, vous avez parfaitement raison ! Les français n'ont aucune notion d'économie; Même pas celui qui squatte l'élysée et qui avait déjà fait ses "preuves" lamentables en tant que ministre... de l'économie, ô ironie. Et vous avez encore raison : la seule question que manu se pose est bien : "est-ce que j'y gagne, et tout de suite ?". Bravo pour votre excellente analyse !
Réponse de le 20/10/2018 à 13:46 :
Maduf, vous avez parfaitement raison ! Les français n'ont aucune notion d'économie; Même pas celui qui squatte l'élysée et qui avait déjà fait ses "preuves" lamentables en tant que ministre... de l'économie, ô ironie. Et vous avez encore raison : la seule question que manu se pose est bien : "est-ce que j'y gagne, et tout de suite ?". Bravo pour votre excellente analyse !
a écrit le 19/10/2018 à 14:54 :
Faut-il vraiment s'étonner des désastres imputables directement à la "politique économique" (ah oui, vraiment) macronesque ? Le type avait déjà fait ses preuves en tant que ministre des finances et ces résultats étaient catastrophiques. Fallait pas attendre des miracles alors que, avec son provisoire poste de fonctionnaire présidentiel en cdd, il doit soigner les petits copains industriels et financiers qui l'on fait élire et qu'il doit songer à l'après-présidence. Faut se reconvertir dans le privé et choyer bien des pites bien placés. Alors, l'économie, vraiment... pffff
Réponse de le 19/10/2018 à 16:54 :
Il est où le désastre ? Que le déficit soit ramené à moins de 3%, que le chômage baisse un peu, que la croissance soit 3 fois plus élevée qu’auparavant, que l’attractivite de la France ait fait un bond en avant, que l’innovation se développe de manière spectaculaire, que l’industrie se redresse, que les investissements étrangers soient au plus haut... vous dites n’importe quoi par obscurantisme partisan....
Réponse de le 20/10/2018 à 14:01 :
Le chômage qui baisse , Non mais vous y croyez vraiment ??? Et puis pour quelles sortes d'emplois ? Comme aux USA ? Des sous-emplois précaires et sous-payés dignes du moyen-âge et de la période esclavagiste ? Quant à la croissance : elle est ridicule et faussée par des chiffres saisonniers qui n'apportent strictement rien. Il n'y a pas de croissance significative en france dont l'économie - enfin, ce qu'il en reste - part en lambeaux et serait totalement disparue si elle n'était pas soutenue par d'imposants capitaux chinois, saoudiens, emiratis... Et les investissements étrangers : ils sont au plus haut ? Mais par rapport à quoi ? Au zéro absolu ? Ridicule ! Au lieu d'évoquer, sans comprendre vraiment ce que cela signifie sans doute, un obscurantisme partisan dont vous restez le fer de lance, si vous tentiez plutôt de réfléchir et, soyons fous !, si vous aviez le courage de penser, même un peu, par vous-même ?
a écrit le 19/10/2018 à 14:46 :
Les Français sont trop impatients et trop impulsifs. Ils brûlent ce qu'ils admiraient quelques mois avant, et leur mémoire est courte et défaillante quand on se refait le film de la fin des quinquennats de N.Sarkozy et F.Hollande.
Si on ajoute le déroulement de l'élection présidentielle calamiteuse, on a évité le pire.
Si on refait l'élection aujourd'hui, je ne suis pas convaincu que l'on évitera le pire, à savoir une France paralysée au bord de la guerre civile.
Une fois tous les cinq ans cela suffit amplement.
Les élections européennes donneront une idée amplifiée de l'état d'esprit des Français, l'Europe n'en sortira pas mieux probablement, le risque étant d'un vote centré pour ou contre le pouvoir actuel, ce qui permettra à des partis de mettre sur pied des personnalités payées par l'Europe, qui se fichent ou vomissent l'Europe,pour mener le combat politique sur les élections nationales à venir.
Pour faire un bilan de l'efficacité des actions et réformes entreprises il faut du temps.
a écrit le 19/10/2018 à 14:40 :
Sa popularité plonge au même rythme le pouvoir d'achat des français. Ceux qui ne bénéficient pas de la baisse de la TH et ceux qui n'ont pas bénéficié des baisses de charges contrepartie de la hausse de la CSG (non compensée pour beaucoup de retraités, pour les revenus du capital comme les loyers, juste compensée mais sans gain pour les fonctionnaires) voient leur pouvoir d'achat entamé par la hausse de fiscalité faramineuse sur l'énergie (gaz, carburants). Un foyer qui consomme 100 litres de gazole par mois voit, du seul fait de la hausse des taxes (à quoi il faut ajouter la hausse du baril... mais au moins peut-on espérer comme l'expérience l'a montré que la hausse du baril n'est pas définitive contrairement à celle des taxes) son pouvoir d'achat amputé de 100 euros par an pour le carburant, autant voire plus pour le gaz... et on rajoutera encore une épaisse couche de taxes en janvier.
a écrit le 19/10/2018 à 14:08 :
Nous aurions des résultats si nous n'étions pas sous la tutelle de cet administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles qui impose l'uniformisation!
Réponse de le 19/10/2018 à 14:51 :
j'aimerais bien que Bruxelles uniformise la taxation de l'énergie notamment des carburants en Europe, ça ne pourrait que faire fortement baisser leur prix en France. Au 1er janvier nous aurons le triste privilège d'avoir le gazole le plus cher et le plus taxé d'Europe, et il est est déjà 15ct plus cher qu'en Allemagne. Ce qui ne manque pas de peser sur le pouvoir d'achat des ménages (d'autant que l'essence est aussi très chère en France), sur la compétitivité des entreprises de transport routier françaises, et le fait qu'aucun poids lourd en transit n'achète plus de gazole en France pour échapper à cette taxation démentielle.
Réponse de le 19/10/2018 à 14:52 :
Des résultats, certes. mais seraient-ils vraiment meilleurs avec une équipe de politiciens totalement (et forcément puisque ce ne sont jamais que des politicards, à tous niveaux de l'état, y compris au sommet) incompétents à la barre ?
Réponse de le 21/10/2018 à 20:41 :
Diatribe anti EU bien rodée et dont l'intérêt est nul. Les états sont seuls responsables. Si nous étions hors EU, mon dieu... Je n'ose imaginer l'état de notre économie.
a écrit le 19/10/2018 à 13:47 :
Les francais vivent au dessus de leurs moyens depuis le premier choc pétrolier'1973 . Àvec la dette cumulée tant public que privée l avenir n'est pas du tout au progrès du pouvoir d'achat que trop de gens confondent avec le net de la feuille de paye . La croissance de ce dernier peut dissimuler une fuite en avant désastreuse .
a écrit le 19/10/2018 à 12:58 :
Il parle de garder le CAP mais ne dit pas lequel pendant que le multiculturalisme débridé prospère. Même le très libéral Attali leur demande dans un bouquin de réguler la folle finance mondiale qui pourrait nous conduire à une crise du type 1929, la suite on la connait. Pour mémoire (il me semble que c'est Paul Jorion - voir son blog) qui dit que nos banques consacrent 40 à 50% de l'argent à des paris spéculatifs et que 50% de l'argent du sauvetage de la crise de 2008 fut consacré à de la spéculation...
a écrit le 19/10/2018 à 12:47 :
Il a sauvé la planète, flingué l’abominable Trump et il a enfin redonnèrent confiance dans la vitalité fiscale de notre pays.
Autour de moi, 1,5 français sur 2 sont satisfaits de son action et la population d’hamsters dorés dans leur cage est elle entièrement convaincue par la politique fiscale du gouvernement.
Réponse de le 19/10/2018 à 17:51 :
Autour de vous, 1.5 français sur 2 sont satisfaits de l'action de MAcron? Bien je vous conseille de sortir des locaux de la LREM car cela risque de sentir un peu trop le moisie.
a écrit le 19/10/2018 à 12:47 :
il n'a fait presque aucune reforme, c'est dommage
et c'est encore plus dommage qu'il n'ait pas touche a la depense publique, vu que personne n'est dupe, il faudra trouver des imbeciles pour remplir les caisses..........
pourtant ca ne serait pas complique et ca ne couterait rien a personne: il suffirait de voter un impot solidaire sur les fonctionnaires qui gagnent en moyenne 10% de plus que dans le prive!
ca donnerait de la marge, ca ne couterait rien a personne, et ca reduirait les inegalites
Réponse de le 19/10/2018 à 13:52 :
@churchill

il n' a fait aucune réforme , donc son impopularité c' est le climat? La dépense publique....Sera l' objet de son deuxième mandat ...Au tout début
ne voyant Mélanchon et Lepen lui poser problème en 2022 , la voie royale et je verrai bien son dauphin prendre la relève .....En 2027 .
Réponse de le 19/10/2018 à 13:58 :
Il ne fait des "reformes" que pour complaire son maître de Bruxelles, mais cela n'a "ni queue ni tête" si l'en était autrement!
a écrit le 19/10/2018 à 11:49 :
Chaque passage à la pompe rappelle aux français le principal effet de la politique économique de Macron, les carburants quasi les plus chers d'Europe (et les plus chers au 1er janvier, Italie, Royaume-Uni et Suède seront dépassés) avec un écart actuellement de près de 15ct/l de gazole avec l'Allemagne. Et y rajouter la perspective de péage urbain pour exclure les banlieusards des centre-villes ne va pas arranger cette popularité.
a écrit le 19/10/2018 à 11:45 :
La réussite de réformes profondes ne se décrète pas. Elle s'obtient par la confiance qu'on accorde à la personne qui les qui entend les mettre en oeuvre. De mon modeste point de vue, les déclarations douteuses sur l'absence d'une culture française, des photographies sur fond de doigt d'honneur et la condescendance méprisante qu'il affiche envers qui est d'un avis contraire à ses convictions donne de Monsieur le Président de la République une image brouillée peu conforme au comportement qu'on est en droit d'attendre à une personne dépositaire d'aussi hautes responsabilités. Un peu de modestie ne lui nuirait pas.
a écrit le 19/10/2018 à 11:38 :
Que risque Macron jusqu'en 2022? Rien, car les élections qui s'annoncent même si elles sont mauvaises pour lui ne l'empêcheront aucunement de modifier la ligne de conduite qu'il s'est forgé. Quel poids ont les députés européens sur la vie politique du pays? aucun, à part être mis en accusation pour utiliser leurs attachés parlementaires à d'autres tâches que celles pour lesquels ils sont payés. Les élections municipales: LReM n'a aucune ville aujourd'hui, il en vit très bien: de plus, certains d'autres partis viendront se rapprocher d'eux afin de continuer leur parcours politique. Il joue à quitte ou double et ne sera pas plus ridicule que ses prédécesseurs si les résultats escomptés ne sont pas au rendez vous Hélas pour les Français que nous sommes.
a écrit le 19/10/2018 à 11:32 :
Notre pouvoir d'achat plonge.
a écrit le 19/10/2018 à 11:11 :
Étant moi-même retraité, je suis étonné de la naïveté des "anciens" qui ont si longtemps cru "au Père Noël" et que certains y croient encore. L'expérience devrait quand même servir de "gare-fou". Même les politiques croient que les ayant écouté il les a compris, alors qu'il n'en tient aucun compte. La "caresse" sur la joue du Pape ou le selfie des Antilles montre son immaturité.
a écrit le 19/10/2018 à 11:11 :
Un exemple recent EN campagne nous aurons un gouvernement restreint pour etre efficace Il fait tout le contraire.
SUR le chomagne l'exoneration des heures sup un pied de nez à celui qui cherche un emploi et à ceux qui ne peuvent faire qu'un temps partiel.
LE JUSTICE INDEPENDANTE il a raye le nom de certain candidats procureur de Paris
change la nomination des recteurs .Nomme un ami ECRIVAIN ambassadeur etc etc
a écrit le 19/10/2018 à 10:40 :
Monsieur Macron s'attaque aux retraités alors qu'il y a tant à faire pour réformer l'état.
La dépense publique ne baisse pas, les impôts continuent à grimper ainsi que la dette.
Sa réforme de la TH n'est pas financée, il va manquer 26 milliards aux collectivités locales.Il faudra bien trouver l'argent.
Nous avons 550 niches fiscales qui représentent un manque à gagner pour l'état de 100 milliards d'euros par an( 100 milliards, la somme que va emprunter notre pays cette année). Il n'y a plus que 42 % de contribuables pour payer l'IR.
Un impôt de plus en plus concentré . La fraude fiscale bat des records, Bercy l'estime à 80 milliards d'euros par an. Le nouveau monde de Monsieur Macron est comme les autres, immobilisme ou réformettes permettant à la nomenclature de rester en place.
a écrit le 19/10/2018 à 10:00 :
Bah, en favorisant les 3% les plus riches et en ponctionnant les autres, il est certain que sa popularité ne peut que baisser. Enfin, jamais le ruissellement n'a autant fonctionner pour concentrer les richesses au lieu de les redistribuer...
Réponse de le 19/10/2018 à 11:18 :
"il est certain que sa popularité ne peut que baisse"

Pas si évident car en regardant bien les sondages ou ce type d'enquête ,le socle de CSP+ de Macron reste elevé entre 25 et 30%.Macron sait que l'opposition est diverse et variée et surtout divisée, il joue la dessus ,surtout pour les europeennes.
a écrit le 19/10/2018 à 9:54 :
Macron ira dans le mur et nous avec, car fondamentalement sa politique reste une politique étatiste, jacobine, collectiviste, antilibérale, pro immigration incontrôlée, globaliste (rallié à l’empire américain), communautariste, multi culturaliste prônant le métissage, keynésienne de dépenses publiques à tout va et de prélèvements obligatoires confiscatoires. Ça ne peut pas réussir ! L’échec est assuré. Macron, c'est le favoritisme des super riches et des fonctionnaires. Aucune réforme de l’État, de la fonction publique et on ne touche pas à la gabegie de la dépense publique tout en continuant à augmenter les impôts et taxes spoliatrices.
Réponse de le 19/10/2018 à 11:01 :
Bonjour, je suis fonctionnaire d'état, en quoi la politique de macron nous a favorisée ? Peut-être parlez vous de haut-fonctionnaires ? Tâchons de nous serez les coudes, l'heure n'est pas à la division, salutations.
a écrit le 19/10/2018 à 9:39 :
Je donne QUITUS à ce gouvernement pour inverser la courbe du chômage car malheureusement il faut donner du temps au temps pour aboutir à ,des résultats significatifs ! les mesures prises vont dans le bon sens, donc patience !!! sans oublier toutefois que ce sont surtout les entreprises qui créent l'emploi et non L'Etat !!! qui a du mal à faire passer ses réformes structurelles et "nettoyer" ce secteur public qui mérite d'être réorganisé plus efficacement : pas assez de responsabilité donné à ses acteurs, qui tous et en grande partie rentrés par concours sont en possession d'une certaine compétence intellectuelle , trop de "petits chefs" ... et surtout comprendre que ce n'est pas la quantité qui fait l'éfficacité !! d' un secteur ou service. De plus les Régions et Départements ce sont lancés depuis quelques années à recruter à TOUT VA ! faisant exploser la masse salariale (effectif pléthorique, avancement incompréhensible ! ...). Tout ceci se reporte sur le contribuable que nous sommes ! UN PEU PLUS DE RESPONSABILITE DE NOS GOUVERNANTS A TOUT NIVEAU PERMETTRAIENT DE MIEUX S'EN SORTIR !!! mais pour ceci il faut combattre son ego et le clivage politique qui empoisonne notre pays ! c'est une autre histoire !!!
Réponse de le 19/10/2018 à 14:45 :
Moi je ne lui donne pas quitus. Avec les hausses de taxes, il a réussi à étouffer la petite reprise de 2017, le niveau de croissance résiduel (je ne pense pas que la croissance 2018 atteigne les 1,5%) ne permettant pas cette inversion. La quasi totalité des pays européens, qui ont réduit ou supprimé leurs déficits publics et sociaux par réduction de la dépense publique, ont retrouvé le chemin de la croissance et de la réduction du chômage. Il serait peut-être temps de penser qu'en France aussi ça pourrait marcher.
a écrit le 19/10/2018 à 9:11 :
Macron doit s'adresser à d'autres économistes, comme les rédacteurs de la note n°6 du CAE, ou notre prix Nobel d'économie.
Réponse de le 19/10/2018 à 14:03 :
Tant que Bruxelles ne le décrétera pas, il ne jouera sur ce credo!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :