F-35 en Belgique : Macron regrette "très profondément" le choix belge

 |   |  905  mots
Le F-35 a une forte dimension européenne, affirme le ministre de la Défense belge, Steven Vandeput.
"Le F-35 a une forte dimension européenne", affirme le ministre de la Défense belge, Steven Vandeput. (Crédits : Handout .)
Emmanuel Macron "regrette très profondément" la décision du gouvernement belge d'acheter des avions de chasse F-35 américains. Cette décision "va stratégiquement a contrario des intérêts européens", estime-t-il.

Emmanuel Macron "regrette très profondément" la décision du gouvernement belge d'acheter des avions de chasse F-35 américains "plutôt qu'une offre européenne", une décision qui "stratégiquement va a contrario des intérêts européens", a-t-il estimé vendredi devant la presse à Bratislava. Le gouvernement belge a annoncé jeudi avoir choisi le F-35 américain pour remplacer sa flotte vieillissante d'avions de chasse F-16, au détriment de l'avion de combat européen Typhoon (Airbus, BAE Systems et Leonardo) et du Rafale, qui était soutenu par la France en dehors de l'appel d'offres.

"L'offre française est arrivé après la clôture. Je regrette le choix fait. Il n'y avait pas que l'offre du Rafale, il y avait aussi l'Eurofighter, un vraie offre européenne. La décision est liée à une procédure belge, à des contraintes politiques du pays mais stratégiquement va a contrario des intérêt européens", a-t-il ajouté.

"Je ferai tout pour que dans les appels d'offres à venir, des offres européennes soient promues", a promis le Chef de l'Etat lors d'une visite Slovaquie consacrée à la promotion de ses projets pour l'Europe, dont l'Europe de la défense. "L'Europe doit développer une vraie capacité d'industrie de défense européenne, dans tous les pays qui croient à cette aventure. Ma détermination en sort renforcée", a-t-il assuré. "L'Europe ne sera forte que si elle est vraiment souveraine et si elle sait se protéger elle même. Nous héritons d'habitudes passées, les projets évoqués ont été lancés avant mon arrivée", a-t-il conclu.

Le F-35 a une forte dimension européenne!

Le ministre de la Défense Steven Vandeput, qui a poussé pour une décision en faveur du F-35, a "regretté que la France se soit volontairement soustraite à l'obligation de présenter une offre dans le cadre de la mise en concurrence transparente, initiée par le gouvernement". La France n'a pas été la seule à se retirer de cet appel d'offres qu'elle a jugé biaisé et écrit pour le F-35. Boeing avait le même constat au printemps 2017. "Nous regrettons qu'après avoir examiné la demande, nous ne voyions pas l'opportunité de concourir avec des règles du jeu véritablement équitables avec le Super Hornet F/A-18", avait expliqué le groupe américain, qualifiant à l'époque son appareil d'"extrêmement capable" pour son rapport coût-efficacité.

Steven Vandeput signera un accord entre Etats avec les États-Unis. Le montant du contrat s'élève à 3,8 milliards d'euros, les paiements seront effectués sur une période de plus de 12 ans. Pour compenser l'évolution des taux de change, une provision de 5% est également prévue. Ce qui porte le coût de l'investissement à 4,011 milliards, a précisé le ministère belge. Les premiers nouveaux avions de combat sont attendus d'ici à 2023. Le ministre belge a également estimé que le F-35 avait "une forte dimension européenne". Une provocation ? En tout cas, il a rappelé qu'un "certain nombre de pays européens ont rejoint le programme F-35 depuis le début. Plusieurs pays-membres de l'OTAN, dont plusieurs pays européens, comme les Pays-Bas, la Norvège, le Danemark et l'Italie, utiliseront l'avion et 30% des pièces de l'avion sont d'origine européenne. Il existe même un centre de production en Italie".

"Ce sera bientôt l'appareil qui offrira le plus de possibilités de coopération militaire en Europe, comme ce fut le cas pour le F-16. Ceci est d'une importance capitale pour un petit pays comme la Belgique", a estimé Steven Vandeput.

Europe de la défense : une occasion ratée pour Airbus et Dassault

Airbus et Dassault Aviation ont déclaré dans des communiqués séparés qu'ils n'étaient pas surpris par la décision belge en faveur du F-35. Le géant européen "connaît les liens étroits entre la Belgique et les États-Unis sur les questions industrielles de défense". "Dassault Aviation n'est pas surpris par cette décision du gouvernement belge dont la préférence de certains acteurs pour le F-35 est manifeste depuis longtemps", a-t-il affirmé.

Les deux constructeurs ont estimé que leur offre était un atout pour la Belgique. Dassault Aviation a proposé via l'offre globale de partenariat stratégique faite par la France "un retour économique et sociétal dans les domaines de la haute technologie, évalué à 20 milliards d'euros sur 20 ans. Ce partenariat unique proposé par la France à la Belgique, hors de l'appel d'offres, n'a pas donné suite à étude". Pour sa part, Airbus a rappelé que la proposition autour de l'Eurofighter "aurait donné lieu à plus de 19 milliards d'euros de contributions directes à l'économie belge".

Enfin, les deux industriels européens s'accordent pour estimer que la Belgique a tourné le dos à l'Europe de la défense. Pour Dassault Aviation, "le choix du F-35 est un mauvais signal pour la construction de l'Europe de la défense. Une fois encore, nous constatons une préférence américaine en Europe". Selon Airbus, son partenariat aurait "mis la Belgique sur le chemin" du programme portant du futur système de combat aérien franco-allemand (SCAF). Cet appel d'offres est donc "une occasion manquée de renforcer la coopération industrielle européenne au moment où l'UE est appelée à intensifier ses efforts en matière de défense". La Belgique s'est-elle fermée le programme SCAF ? Possible....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2018 à 21:50 :
Certains ici confondent gloriole nationale et sécurité militaire surtout face aux russes. La Belgique consciente de ses besoins a fait un excellent et a montré qu’elle n’était pas influençable par des discours populistes d’aviateurs en fauteuil de salon.

A l’évidence le F-35 est très largement supérieur au rafale, contrairement à ce que répètent en boucle les franchouillards et les antis américanistes primaires. Faut-il vraiment le répéter le rafale n’est qu’un avion de 4eme génération et donc non furtif, une antiquité en somme. La furtivité est une caractéristique essentielle des chasseurs modernes. Les russes et les chinois le savent très bien puisqu’ils essaient à tout prix de construire leurs propres avions furtifs.

A l’évidence la Belgique l’a échappé belle. Choisir un avion dépassé comme le rafale, non furtif et pas moins cher que le F-35. Le F-35 lui est un avion furtif, basé sur le principe système de systèmes, capables d’emporter un charge nucléaire et parfaitement adapté à l’OTAN.
a écrit le 28/10/2018 à 21:25 :
Après les beaux résultats des técentes constructions fiscales et sociales européennes, voilà une belle contribution à l'Europe de la défense.
Marine Le Pen n'a vraiment plus aucune chance aux européenne.
a écrit le 28/10/2018 à 20:43 :
C'est surtout que la Belgique a pris le modèle d'avion le moins adapté à ses besoins.

Ce qui lui faut, c'est surtout un chasseur-intercepteur pour faire la police dans son ciel. Or le F-35 est très médiocre dans ce domaine, il est très peu agile et plus fait pour le bombardement. Aux États-Unis, il n'est pas envisagé que le F-35 sert à la chasse, rôle confié aux F-22.
Il aurait donc mieux valu que la Belgique choisisse l'Eurofigther, conçu pour intercepter les avions russes. Voir à la rigueur le Rafale grâce à ses capacités omnirôle, même si ses capacités en interception sont un cran en-dessous par rapport à l'Eurofigther.

Pour finir, l'appel d'offre belge était tellement bidon, que l'américain Boeing n'a pas souhaité y concourir avec son pourtant excellent F-18 ...
a écrit le 28/10/2018 à 19:54 :
Choisir l'un des plus mauvais avions de sa génération...
C'est pas un projet de défense c'est une erreur flagrante.
Le F35 n'est pas un bon appareil, juste un outil de propagande US.
a écrit le 28/10/2018 à 19:31 :
L'Europe se liquéfie, et donc Macron a raison; il va falloir rentrer dans le dur, c'est à dire le pratique, car les citoyens européens, ne font pas l'Europe pour des ajustements sur la politique à tenir vis-à-vis de la Russie, ou le plastique des cotons tiges. Dès lors, il faut abandonner nationalement des domaines (que de toute façon nous ne maitrisons plus): recherche, établir des programmes européens, sous le leadership des meilleurs de leurs secteurs d'expertise, puis agences techniques: sortons enfin des prérogatives nationales des agences: santé (la santé d'un allemand doit-elle être approchée différemment de celle d'un italien?), mais aussi toutes les autres agences, qui pourrissent in fine la vie des entreprises, ont tendance à défendre leurs interlocuteurs nationaux au dépend des consommateur. Aspect légaux: finies les exceptions, les principes de précaution et autres moyens de défendre son pré-carré. etc.. et évidemment, une cohérence des moyens de défense, reposant sur notre indépendance.
a écrit le 28/10/2018 à 18:36 :
Calmos Emmanuel car tu vas encore subir moult déconvenues dans ta vie .
a écrit le 28/10/2018 à 2:49 :
Revenche sur la coupe du monde
a écrit le 27/10/2018 à 16:55 :
C'est vrai, totalement vrai mais remettre une offre en retard pour des sommes pareilles, ce n'est absolument pas professionnel!!!
a écrit le 27/10/2018 à 16:40 :
Bonjour à tous
C
Le choix Belges n'est pas une surprise
Le schéma historique est une uniformité de moyens entre ces pays Belgique/ Pays Bas/Danemark /Norvege et cela semble cohérent
Je presents qu'à l'avenir l'Allemagne rejoindra ce quatuor
Amen de l'Europe de La Défense et de l'EUROPE tout court
La France devrait dans son intérêt propre commercer avec Vladimir mais pas sur que celui ci en est le désir apres l'historique des navires de surface revendus à l'Egypte
Merci Monsieur Hollande et son gouvernement
a écrit le 27/10/2018 à 13:41 :
Techniquement c'est le bon choix comme le fut celui du F16 en son temps . Reste que la dépense est faramineuse sans aucune utilité . La Belgique si elle veut se proteger doit choisir une autre stratégie ...
a écrit le 27/10/2018 à 13:22 :
le Rafale est sans doute un avion merveilleux , mais son coût de production serait beaucoup plus élevé dit-on que ses concurrents directs . par ailleurs , son constructeur n'a pas la capacité à rivaliser avec les constructeurs américains au plan quantitatif , d'autant que la France ne s'est engagée que sur un nombre limités d'acquisitions , juste à peine suffisant pour assurer un plan de charge industriel minimal .
en matière aéronautique militaire , seul un constructeur européen multinational comme Airbus pourrait avoir la taille critique pour rivaliser avec les constructeurs US .
les Etats européens en ont-ils la volonté ?
Réponse de le 29/10/2018 à 9:45 :
Bonjour,

vous êtes le preöier à dire que le rafale est plus cher que ses concurents directs.
Les différents rapports des organismes gouvernementaux (Anglais pour l'eurofighter, américains pour le F35) Allaient plutot en sens inverse.
Le seul appareil de même génération qui soit moins cher est le grippen, mais les performance vont avec.
Pourriez vous avoir l'amabilité de sourcer?
Réponse de le 29/10/2018 à 14:23 :
@Rémi, il a sourcé, il a dit "dit-on"..."beaucoup plus élevé dit-on".
a écrit le 27/10/2018 à 9:16 :
Cela prouve, que l'Europe de la défense, c'est du bidon. Les Belges achètent américain pour avoir le parapluie américain. Les flamands qui dominent l'état belge cherchent à se rapprocher de l'armée néerlandaise, d'où l'achat du f35. Les intérêts en matière de défense sont divergents entre les pays européens. La France elle doit fabriquer tout son equipement pour son armee. Vous direz que ce n'est pas possible, les russes fabriquent tout leur matériel militaire avec un budget équivalent au notre. Vous me répondrez que la France n'en n'a plus les moyens, la France a 195 milliards de niches fiscales et sociales, 3 fois le déficit budgétaire, alors si elle en a les moyens, mais les dirigeants français n'en ont pas la volonté tout lobotomisés qu'ils sont par le veau d'or de l'Europe de la défense.
a écrit le 27/10/2018 à 9:12 :
Sans les armes americains, brittaniques, canadiennes etc. vous parlez allemand
Réponse de le 28/10/2018 à 5:28 :
Cela aurait peut-être été mieux que de parler anglais comme on fait tous maintenant .… et de se faire envahir par toute l'Afrique, merci l'Europe.
a écrit le 27/10/2018 à 7:48 :
MACRON ferait mieux de tourner 7000...000 fois sa langue dans sa bouche avant de l'ouvrir: ses nombreux écarts de langage lui ont valu la popularité que l'on sait dans le bon peuple de France, et ce n'est pas beaucoup mieux en Italie et en Allemagne. Il n'y a guère que chez "nos" députés qu'on le bénit. Sans doute sont-ils les seuls bénéficiaires des générosités du roi en frais de déplacements!
a écrit le 26/10/2018 à 22:58 :
Quand on sait que les USA ne sont plus au temps des époques où ils envoyaient leurs soldats à la rescousse des européens , ces choix d'avions américains montrent bien que l'Europe est toujours vassale et se conduit toujours la tête baissée devant l'oncle Sam comme depuis toujours.
A quand une vraie construction européenne digne et forte, à la place de cet embryon d'Europe qui n'est pas loin de l'avortement?
Non seulement les USA mais maintenant les états continents comme la Chine, la Russie, l'Inde...finiront par nous mettre dans leur besace.
a écrit le 26/10/2018 à 19:03 :
Ce qui est surtout encore plus regrettable, c'est que la France n'ait pas été capable de proposer un avion qui réponde aux demandes précises du client : la Belgique voulait que l'avion puisse transporter une bombe nucléaire américaine, ce que le Rafale ne peut pas faire. Dès lors, quand une entreprise n'est pas capable de répondre aux spécifications du client, elle perd le marché, c'est tout. Et on n'a pas davantage à critiquer le choix de la Belgique que la Belgique n'a de droit de critiquer la dissuasion nucléaire française : ce sont deux Etats souverains. Il faut beaucoup d'immaturité pour en faire tout un fromage...
Réponse de le 26/10/2018 à 22:49 :
"la Belgique voulait que l'avion puisse transporter une bombe nucléaire américaine, ce que le Rafale ne peut pas faire."

Mais qu'est-ce que c'est que ces âneries???

1) Déjà, vous croyez que les américains acceptent d'intégrer la B61 sous n'importe quel avion??? Dans le cas de la B61-12 appelée à remplacer toutes les versions précédentes dans l'inventaire US, les américains ont dit que SEUL le F-35 aurait le droit de l'emporter. Donc si on veut des B-61, ce sont des B-61-12, donc des F-35 qu'il faut... Pas mal comme chantage hein?

2) D'autre part techniquement vous êtes un cuistre complet monsieur, sachant que les bus reliés aux pylônes d'emport des avions français sont, HEUREUSEMENT au standard OTAN, contrairement à ce que quelques clowns racontent, et PARFAITEMENT compatibles avec l'emport d'une arme qu'on a pu retrouver sous Jaguar (un avion pas du tout acquis par la France et pas du tout resté en service jusqu'en 2005) Tornado, Buccaneer, Harrier... Au même titre que d'autres bombes conventionnelles.

3) Si on peut armer un avion d'une BLU109 ou d'une Mk84 (qui sont intégrées sur Rafale comme bon nombre de bombes US utilisées par l'OTAN) on peut très bien l'armer d'une B61 sur le papier. Ce n'est pas aux équipes de Dassault que cela va faire peur! Elles qui sont en train d'intégrer pour le compte des indiens la bombe planante israélienne Spice250, le missile russo-indien Brahmos, ainsi que le missile indien Astra... Mais à part ça on ne va pas réussir à intégrer un truc qui a besoin du même bus et pylône qu'une GBU24?
LOL!

Donc ne venez pas nous raconter de calembredaines! Cette condition était évidemment impossible à remplir pour le Rafale!

D'autre part, si le deal s'était fait sur l'aspect nucléaire, dois-je VRAIMENT vous rappeler que le Rafale dispose de l'arme atomique lui aussi, en la présence du missile ASMP-A, missile air-sol supersonique à statoréacteur de classe mach 3 capable de + de 500km de portée et emmenant une Tête Nucléaire Aéroportée (basée sur la TN81 de son prédécesseur, l'ASMP) de 300 kitononnes? (soit 3.5 fois plus que les 80 kilotonnes de la B61).
La France en possède une cinquantaine, pas de chiffre exact officiel.

La B61 est une bombe à chute libre (les pédants aiment à dire "bombe à gravité"... oui à gravité newtonnienne comme la pomme tombant de l'arbre).
La version B61-12 étant guidée par un kit proche de celui des JDAM lui conférant une meilleure précision.
Sa portée reste donc extrêmement limitée vu que sa finesse ne dépasse pas 10 même larguée à haute vitesse. Vous ne balancerez jamais une de ces armes à moins de 50km de sa cible... Question, que vaut-il mieux? Un avion "furtif" larguant en cloche à 50km de son objectif en plein au dessus des défenses adverses une arme qui elle n'est pas furtive du tout, ou un autre qui peut tirer à 500km de sa cible une arme supersonique avec un profil de vol complexe capable de suivi de terrain à moins de 100m du sol?

Je vous laisse réfléchir, vous avez 2 heures.

Donc la France pouvait parfaitement prépositionner certains de ses ASMP-A sous double clé en Belgique dans le cadre d'un partenariat stratégique renforcé (la vente d'armes nucléaires étant comme vous le savez (?) interdite, et heureusement).

Bref une fois de plus sur ce sujet nous avons affaire à des FAKE NEWS répandues par des trolls...

Le Rafale n'était pas limité par l'option nucléaire. POINT.

En revanche, oui, la France n'est pas les USA!

Cessez de tourner autour du pot, le problème, c'est ÇA.
Réponse de le 27/10/2018 à 9:23 :
passionnant votre baratin d'une grande Inutilité, vous devez êtreune personne intéressante avec beaucoup d'amis, votre humilité vous honore. PTDR
Réponse de le 27/10/2018 à 18:02 :
Tout d'abord merci de toutes ces infos. Ça fait du bien de lire trois lignes bien informées et sans insulte.

Ensuite, il ne faut pas vous biler, ce genre de débats surréalistes arrive sur LT à chaque fois qu'un pays tiers refuse d'acheter notre quincaillerie.

Moi je ne confond pas volonté politique et cabas à provision, alors je dis et réitère, la Belgique, petit pays mais grand peuple.

Et souvenez vous, on garde Charline Vanhoenacker et Alex wizorek en otage tant qu'on rira. Il va falloir vous y faire.
a écrit le 26/10/2018 à 17:49 :
Que peut-il faire d ' autre puisque l' Ue est incapable de coopérer sur un dossier comme celui-là puisqu' après la Pologne les belges choisissent les USA... F Asselineau analyse avec la hauteru de vue qui le caractérise la situation et les tensions qui prévalent en Europe. l'Union européenne comme instrument de la paix ? Il n'y croit pas non plus : "La construction européenne est en train de s’effondrer. Regardez en Italie, Allemagne, Autriche, République Tchèque, Hongrie, Pologne. On a construit une utopie qui ne marche pas. La paix, c'est un argument fallacieux. La paix en Europe, ce n’est pas la construction européenne, c’est l’équilibre de la terreur entre le Pacte de Varsovie et l'OTAN. Ce n'est pas parce que la Commission européenne réglemente les sièges de tracteurs qu'il n'y a pas eu de guerre. La construction européenne est en train de nous amener vers la guerre. Nous sommes solidaires des pays baltes via l' UE qui nous emmènent vers un choc frontal avec la Russie."
CQFD.
a écrit le 26/10/2018 à 17:06 :
Je rappelle qu'en Belgique, Dassault = corruption. (cf Affaire Agusta, ce qui avait valu une garde-à-vue de Serge Dassault en Belgique).

La Nieuw-Vlaamse Alliantie n'allait qu'en même pas acheter français vu qu'ils sont totalement nationalistes et francophobes !

Les anciens utilisateurs du F-16 se convertissent logiquement au F-35, vu que le F-35 est le successeur du F-16. La Belgique ne fait que suivre le choix déjà effectué par le Danemark, la Norvège et le Pays-Bas (pays avec lequel la composante air belge travaille en très étroite collaboration).

Et la Belgique a fermé son école de formation qui était située jusqu'ici à Cognac. Désormais les futurs pilotes belges seront formés aux USA, et ce n'est bien sûr pas pour apprendre à piloter des Rafales ou des Eurofigthers ...
Réponse de le 26/10/2018 à 21:33 :
Surtout, le ministre de La Défense belge est un flamand profondément francophobe et vivement intéressé à devenir secrétaire général de l’OTAN...
a écrit le 26/10/2018 à 16:52 :
une fois de plus , la France n'est pas capable d 'offrir une alternative crédible à celle des USA pour équiper les pays de l'Union Européenne en avions militaires .
la protestation de Macron n'a aucune justification sérieuse .
Réponse de le 26/10/2018 à 21:36 :
Vous savez sur 200 000 sorties, le F16 n'a été abattu que 6 fois par la DCA et une fois par un autre avion de chasse. Cet autre avion de chasse était un mirage 2000. Voila pourquoi le successeur du mirage 2000 est une alternative crédible au successeur du F16 d'autant plus que le programme F35 a pris trop de retard et a rencontré beaucoup de problèmes techniques.
Réponse de le 26/10/2018 à 22:56 :
Le Rafale est infiniment plus crédible que le F-35, l'avion aux plus de 900 déficiences dont 100 peuvent tuer ses pilotes, l'avion qui prétend avoir une fusion de données mais n'a pas de bibliothèque de menace intégrée (uniquement sur simulateur). L'avion dont la structure est fissurée après 3000 heures de vol. L'avion qui a 15 ans de retard après avoir coûté 3 fois son prix prévu en développement. L'avion furtif qui surchauffe au point de devoir ouvrir ses soutes à bombe toutes les 10 minutes pour refroidir. L'avion dont plein de composants pourtant extrêmement chers sont déjà obsolètes et doivent être remplacés à grands frais. Dernier en date: le processeur du MDPU fabriqué par Lockheed qui a été refilé à Harris, avec un recodage complet du core du logiciel de l'avion au passage.
Si le Rafale n'est pas crédible alors les autres avions sont des boites de conserve! Moi je crois plutôt que c'est votre trollage qui n'est pas crédible.
Réponse de le 27/10/2018 à 7:23 :
La France assure sa défense avec des Rafales entre autres.
Ce n'est pas une alternative ?
Le patrimoine belge est plus grand que le patrimoine de la France ?
Le patrimoine belge est plus grand que le patrimoine de l'Allemagne ?
a écrit le 26/10/2018 à 16:32 :
A quoi joue la Belgique?
a écrit le 26/10/2018 à 15:52 :
On peut le regretter, c'est un marqueur de la solidarité européenne, les USA doivent bien rire de cette histoire belge et ils ne doivent pas s'en priver!
L'Europe est une partie de ping pong pour les grands états continents, voire une tête à claques.
a écrit le 26/10/2018 à 15:41 :
Les regrets .....
Il faut bien comprendre la situation :
- d'abord le F35 est plus récent que la Rafale ou l'Eurofighter ...
- ensuite et surtout, la Belgique est un petit pays qui ne peut rien faire seul, meme pas défendre son espace aérien, tâche qu'il partage à tour de rôle avec les Pays-Bas.
La force aérienne belge est mis en œuvre dans le cadre de l'OTAN avec les forces aériennes d'autres petits pays : Pays-Bas, Danemark, Norvège, ... qui sont eux aussi équipés de F16 et qui vont les remplacer par des ..... F35. C'est le gage de pouvoir remplir des missions ensembles avec du matériel similaire et leur équipement (pièces détachées, bombes, missiles, etc) C'est ce qui s'est passé en Irak/Syrie récemment
- Enfin, vous devez savoir que l'entretien des F16 Belges et Néerlandais est réalisé à Charleroi par la SABCA, filiale de Dassault :-)
Réponse de le 26/10/2018 à 23:02 :
Plus récent veut dire meilleur? Modernité n'est pas synonyme de progrès. Le Rafale fait déjà et démontre AU COMBAT depuis plus de 10 ans qu'il FAIT 90% de ce que le F-35 PROMET qu'il fera un jour mais ne fait pas encore, et ne fera pas avant au moins 2024. Une seule expression pour comprendre le problème: les lots de production du F-35, alors que 300 exemplaires, soit 10% des 3000 avions THÉORIQUEMENT livrables ont déjà été produits, sont toujours appelés des "LRIP", pour "LOW RATE INITIAL PRODUCTION". Soit "PRODUCTION INITIALE À BAS TAUX". En gros ce sont de petits lots qui changent plein de choses de l'un à l'autre. Il n'y a aujourd'hui pas 50 F-35 qui soient exactement pareils du point de vue des systèmes internes présents sur chacune des versions A B C. Remettre les avions au dernier standard peut passer par la case usine avec à la clé des surcouts énormes, la dernière évaluation en date parle de 13 MILLIONS de $ par avion! QUELLE RÉUSSITE!!! Le Rafale est un avion des années 2000 conçu en 1970. L'Eurofighter est un avion des années 70 entré en service en 2000. le F-35 est un avion des années 2000 qu'on ne verra pas en service complet et réellement opérationnel avant 2025.
a écrit le 26/10/2018 à 15:36 :
Ne dites pas au petit que l'europe est morte, s'il se rend compte qu'on lui a menti toute sa vie il ne s'en remettra jamais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :