Blanchard et Tirole rapporteurs d'une commission pour penser l'économie mondiale post-épidémie

 |   |  333  mots
Photo d'illustration. La commission comprend parmi ses membres des sommités mondiales comme les prix Nobel Peter Diamond et Paul Krugman.
Photo d'illustration. La commission comprend parmi ses membres des sommités mondiales comme les prix Nobel Peter Diamond et Paul Krugman. (Crédits : Reuters)
Climat, inégalités et démographie sont les trois thèmes sur lesquels devront plancher 26 économistes français et internationaux missionnés par le président de la République, et dont le rapport final est attendu pour la fin d'année. Cette nouvelle instance a pour rapporteurs Olivier Blanchard, ancien chef économiste du FMI et le prix Nobel Jean Tirole.

Emmanuel Macron installe ce vendredi une commission de 26 économistes français et internationaux qui devra plancher sur trois "grands défis" économiques mondiaux dans le contexte post-coronavirus : le climat, les inégalités et la démographie, a annoncé l'Élysée.

La commission est chargée de "présenter des recommandations pour rendre les politiques économiques plus efficaces" pour répondre à ces trois défis. Elle devra rendre un rapport final en décembre 2020.

Le chef de l'État s'entoure ainsi d'un nouveau conseil d'experts, après le conseil scientifique sur l'épidémie ou des conseils spécialisés, comme le conseil présidentiel sur l'Afrique ou encore le conseil présidentiel des villes.

Cette nouvelle instance, avec pour rapporteurs Olivier Blanchard, ancien chef économiste du FMI et le prix Nobel Jean Tirole, doit être installée lors d'une visioconférence ce vendredi.

"Repenser nos dogmes économiques"

Elle doit répondre au souhait d'Emmanuel Macron de "repenser nos dogmes économiques à l'échelle française, européenne et internationale" dans un cadre qui se trouve désormais "aux limites de la pensée contemporaine", selon l'Élysée.

Sur le climat, les inégalités et la démographie, le chef de l'État estime que "des solutions économiques nouvelles sont nécessaires, à plus forte raison dans des économies frappées par la crise du Covid", explique la présidence.

Lire aussi : Circuits courts, recyclage... 14 solutions consensuelles pour le monde d'après

La commission comprend parmi ses membres des sommités mondiales comme les prix Nobel Peter Diamond et Paul Krugman, l'ancien vice-président de la Banque mondiale et spécialiste de l'économie du climat Nicholas Stern et l'ex-conseillère économique de Bill Clinton et spécialiste des inégalités Laura Tyson.

Y figurent également Jean Pisani-Ferry et Philippe Aghion, deux proches d'Emmanuel Macron, ainsi que l'ancien secrétaire au Trésor américain Lawrence Summers, l'économiste en chef de l'OCDE Laurence Boone et le Français Daniel Cohen.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2020 à 12:58 :
une commission pour repenser l'économie mondiale , rien que ça . Blanchard ,Tirole ,Aghion , Pisani-Ferry , Cohen , des économistes distingués qui n'ont jamais été entrepreneurs ou même cadres actifs dans le secteur concurrentiel vont pouvoir continuer de planer à vingt cinq mille pieds et rédiger de nouvelles tables de la loi que le peuple d'en bas illettré ne pourra donc jamais comprendre ni accepter .
dirigeants chinois , américains , allemands et d' autres pays du G20 vont-ils adhérer à ce grand projet de refondation ?
pour Boris qui a déjà donné avec le covid-19 , je pense qu'il ne sera pas emballé de l'initiative macronique .
a écrit le 31/05/2020 à 10:55 :
ne croyez vous pas que les Français en ont ras le bol
de ces économistes qui depuis 40 ans ont participé a la faillite de la France
et avec cela le président vas nomme a la cour des comptes le pire ministres de l'économie que la France ait connue m Moscovici
ce n'est pas une vision pour redresser la France
sans oublier l'actuel ministres des finances qui ordonne a air France
de réduire aux maximum les liaison intérieur
qui seront remplacé par la Lufthansa
et encore des chômeurs en plus
a écrit le 31/05/2020 à 8:31 :
Une fois de plus, ma contribution n'est pas passé donc je répète.

Encore une Commission. Cela fait bien et cela montre que la France fait quelque chose...
Comme d'habitude, ils vont sortir un beau rapport qui ira direct à la poubelle.
Cordialement
a écrit le 30/05/2020 à 19:27 :
On en a marre de tous ces colloques, ces réunions tuperwarre, ces grands débats, ces conférences, ces comités, ces commissions, ces congrès et ces assises dont le gouvernement fait un usage démentiel depuis trois ans.

Ça blablate, ça rapporte, ça cause.... et in fine, rien ne se passe.

Clairement on a un gouvernement d'intellectuels impuissants qui se cache derrière les autres.

Si c'était des bâtisseurs, ça se saurait.
Réponse de le 31/05/2020 à 10:51 :
Que voulez vous dans notre pays on a beaucoup trop de "penseurs", mais peu d'intellectuels et beaucoup trop de c..
a écrit le 30/05/2020 à 11:32 :
Encore une commission qui ne débouchera sur rien à part des frais en plus.
Que ceux qui ont des supers idées le disent, il n'y a pas besoin d'une commission pour cela..
a écrit le 30/05/2020 à 9:37 :
que l'europe commence sa mutation
1 une fiscalité unique
2 que les banques soit considéré comme toute autres entreprise
comme la plupart sont hors control
la finance ne peut être régulé
le cas de la deutsche Bank est la preuve de cette manipulation
considéré comme une autre entreprise elle aurais déposé le bilan
depuis plusieurs années
et après ont a des guignols qui vont expliquer
la finance
a écrit le 30/05/2020 à 8:18 :
Doit on se cacher la face ou en dissimuler le but?
Le "rapport" sera naturellement dans les pas de la construction européenne sans remise en question du dogme qui dirige son administration, des réformes sont donc a prévoir, mais il n'est pas question d'adaptation pour chacun mais d'uniformisation!
a écrit le 29/05/2020 à 23:28 :
Ds tte cette belle brochette de penseurs économiques à la sauce anglo saxonne, on trouve une perle rare, chantre de la dérégulation financière et promoteur de la mondialisation sauvage en la personne de Lawrence Summers, ancien secrétaire au trésor sous la présidence Clinton en 2000.
Parmi ses hauts faits d'armes, il s'est fait très tôt le Hérault de la dérégulation financière en étant tt jeune conseiller économique de Reagan en 82.
On le retrouve à la fin des années 90-2000, comme secrétaire adjoint au Trésor aux côtés d'Alan Greenspan contribuer à la dérégulation du marché des dérivés de crédit tt en supprimant la séparation fonctionnelle entre banque de dépôt et banque d'investissement (imposée depuis la crise de 29), poussant ces dernières à se couvrir du risque croissant de défaut des emprunteurs par la titrisation hors bilan ( ou Shadow Banking) à gde échelle des titres d'emprunt, dt l'effondrement brutal des cours a entraîné la déroute financière des organismes détenteurs à l'origine de la crise financière de 2008.
Président de l'Université Harvard, gd admirateur des thèses ultra libérales de M. Friedman, il incite par ses prises de position, à la délocalisation des industries polluantes ds les pays pauvres africains ou asiatiques, sous prétexte que leur population jeune à faible espérance de vie n'aura pas à supporter les risques de cancers induits pouvant apparaître sur les personnes âgées, tt en poussant le cynisme de la perte de profitabilité pour la firme par dixit" l'accroissement de la morbidité et de la mortalité" ( cad d'une manière plus intelligible, les coût d'indemnisation exorbitants aux US pour traitements médicaux, frais d'hospitalisation, obsèques, suite à des procès à répétition...).
Dans la même veine, faisant certainement allusion aux ravages du tourisme sexuel, il estime que la délocalisation des industries textiles aidera les enfants asiatiques à sortir des griffes de la prostitution, en s'employant utilement ds les usines ( d'après un article des Échos de 2008).
Enfin, ds le Washington Post de 2017, il admet que le libre échange doit être stimulé même s'il paupérise la classe moyenne, car il est préférable que les pays avec lesquels on commerce se développent plutôt qu'ils deviennent des adversaires par blocage des échanges et perte d'enrichissement des populations ( en se référant au protectionnisme dévastateur des US face aux économies européennes des années 30, ayant entraîné la 2eme guerre mondiale).
Avec de tels personnages siégeant ds sa Commission économique et sociale du monde d'après, il faudra que le Père Macron redouble sérieusement de vigilance...
a écrit le 29/05/2020 à 18:22 :
Le "rapport" sera naturellement dans les pas de la construction européenne sans remise en question du dogme qui dirige son administration, des réformes sont donc a prévoir, mais il n'est pas question d'adaptation pour chacun mais d'uniformisation!
a écrit le 29/05/2020 à 18:04 :
Pas besoin de lire l'article pour sentir que certain ont "un crâne qui gonfle"! "Appréhender l'économie mondiale après la pandémie" aurait été un titre plus intéressent!
a écrit le 29/05/2020 à 17:57 :
Pendant ce temps :

Évoqué régulièrement en France, il existe désormais de l'autre côté des Pyrénées. « Un nouveau droit social est né aujourd'hui en Espagne », s'est félicité Pablo Iglesias, vice-président du gouvernement et dirigeant du Parti de gauche radicale Podemos, à l'issue du conseil des ministres. Le gouvernement espagnol a approuvé vendredi la création d'un revenu minimum vital pour lutter contre une pauvreté encore aggravée par la crise du coronavirus qui a fait exploser la demande d'aide alimentaire.

Ce revenu minimum vital a été fixé à 462 euros par mois pour un adulte vivant seul. Les familles toucheront 139 euros mensuels pour chaque personne supplémentaire, adulte ou enfant, avec un plafond fixé à 1 015 euros par foyer.
Réponse de le 30/05/2020 à 12:14 :
ça existe déjà et ça s'appelle le RSA.Pas sur concernant l'Espagne qui a une économie souterraine importante que ce soit une bonne chose.On dépense ainsi l'argent qu'on n'a pas avec un effet cliquet (impossible de revenir en aride) et on favorise le travail au noir.Pour l'argent pas de problème puisque lUE a prévu un énorme budget sous forme de dons, budget auquel bien entendu le contribuable lançais va contribuer
Réponse de le 30/05/2020 à 14:02 :
Croyez vous sincèrement qu'en France une famille peut vivre avec 1015 euros mensuels ? Et a fortiori une personne seule avec 462 euros ? Quand vous avez payé les dépenses incompréhensibles, il ne vous reste plus rien.... mais vraiment plus rien pour vivre décemment.
Réponse de le 30/05/2020 à 22:24 :
Comme indiqué par maribel, c'est beaucoup plus proche du RSA français que d'un revenu minimum inconditionnel.

- Il est réserve aux personnes entre 23 et 65 ans.
- Il est calculé en prenant en compte les revenu DU FOYER. Ce qui veut dire que si votre conjoint(e) a un salaire vous ne toucherez probablement rien.
- Le patrimoine du demandeur est pris en compte.
- Il faut faire une demande, ouvrir un dossier, fournir des justificatifs, etc etc...
- Le montant lui même est très proche.
- Il faut justifier d'une recherche active d'emploi.

C'est assez différend du revenu mensuel personnel inconditionnel et universel dont on parle ailleurs.
a écrit le 29/05/2020 à 17:36 :
Tiens, Piketty et la nvelle Nobel d'économie Esther Duflo, spécialistes de la montée des inégalités ou de la lutte contre la pauvreté ds notre meilleur des mondes, ne st pas cités...
Il est vrai que ts les 2 st favorables à une taxation supplémentaires des 1ers de cordée, avec par ex, l'augmentation des droits de succession pour les gros patrimoines et du rétablissement de l'ISF pour le premier.
Des Gros Mots (ou Maux) ds l'univers de la pensée unique Macronpatible.
Réponse de le 29/05/2020 à 23:53 :
La pensée unique de ce pays , c'est dépenser sans compter et ensuite taxer. Cela fait 40 ans qu'à chaque problème rencontré, nous ne savons faire qu'une chose : TAXER. Est-ce que toutes ces taxes et surtaxes ont réglé les problèmes ? Factuellement , c'est non. Malgré notre 1er prix mondial du pays le plus taxé, nous dépensons toujours plus. 100 milliards de déficit annuel qui vont s'ajouter inlassablement à une dette abyssale. Voilà la vraie pensée unique de ce pays comme nulle part ailleurs.
a écrit le 29/05/2020 à 16:37 :
C'est sûr que ces 2 là vont repenser les dogmes économiques.
Rassurez-moi : on est bien dans une revue humoristique ?

Si GALILEE les avait attendus pour faire cessez les dogmes, on en serait toujours à la Terre est plate, et le Soleil tourne autour....
a écrit le 29/05/2020 à 14:45 :
P. Aghion, l'adorateur de Schumpeter et sa theorie de destruction creatrice. On casse les entreprises (peut importe les consequences sociales) il en ressortira des entreprises plus efficaces .... J.Tirole le grand champion du marché... Tout doit être introduit sur le marché : l'écologie, le social.... Avec eux on est certains que l'on continuera sur la m^me pente...
a écrit le 29/05/2020 à 14:30 :
Une excellente initiative avec à l'évidence des personnes de hautes qualités. La politique de conciliation (autrefois dénommée "dialogue social") entre le gouvernement, et des forces autres soit-disant représentant la société civile (syndicats, ONG, voire Gilets jaunes etc..) doit être amendée (cette pratique Hollandaise nous a conduit là où nous sommes)..
a écrit le 29/05/2020 à 13:28 :
Ben alors, il n'y a pas d'alternative ou bien finalement il y en a ? Faudrait savoir !
a écrit le 29/05/2020 à 11:58 :
le trait principal du progressisme.... gouvernance par les expert et la science....le Président ne pense pas par lui-même....c 'est un pur disque dur d ordinateur, totalement hors sol...
il est arrivé au pouvoir avec un logiciel de la fin des années 70...est entouré sur le plan de la santé par un ministre qui était rapporteur en 2015 de la commission sur le financement de l hopital, on voit le résultat 5 ans après, et par un directeur général de la santé qui a élaborer son programme santé en 1016 et disait à l époque que l on ne pourrait pas faire face à une épidémie....
il va bientôt nous sortir du chapeau le revenu universel, vanté actuellement par les chantres de l école de chicago, et qui consiste en fait a appauvrir la grande masse et la contraindre à des travaux peu rémunérés pour survivre....

on a un exemple vivant avec le régime des intermittents du spectacle... (je parle des vrais artistes, pas des employés à bon compte des chaines de télé)

le résultat après quelques années.... les intermittents courent le petit cacheton en permanence, les heures passées en répétition de spectacle n étant plus rémunérées, les dirigeants de compagnies arguant du fait que l 'artiste bénéficie de son statut, (à comparer à un revenu unviversel).... résultat, pour bouffer, les artistes acceptent tout et n importe quoi, dans un modèle "associatif".....scandaleux, ou tout le monde triche
toutes les entreprises de spectacles sont sous forme associative et non d entreprise, le tout totalement bancal vis à vis de la réglementation
a écrit le 29/05/2020 à 11:39 :
Pourquoi mondiale? L'intergalactique en se focalisant dans un premier temps sur notre dimension ce serait bien mieux, n'oublions pas que de nos jours tout est imbriqué.

Bon, prendre des insiders du passé pour penser l'avenir....Les économistes sont de bons élèves et rien d'autre, je trouve qu'ils ont une capacité a rêver a peu près égale a celle de notre président.

Et l'économie ne se pense pas, elle se vit, c'est notre économètrie qu'il faut revoir., y a pas que cet étriqué pib dans la vie.
a écrit le 29/05/2020 à 11:35 :
Toujours les mêmes personnes donc les mêmes politiques ... ça va coûtez cher pour finalement suivre les mêmes politiques en pires ? Vous pariez?
a écrit le 29/05/2020 à 11:33 :
Jean-Pisani -Ferry , mauvais signe pour les retraités , c'est un fan de la CSG redistributive.
Macron a déjà attaqué les pensions, il semble qu'il veuille récidiver.
Réponse de le 29/05/2020 à 11:56 :
De toute façon, sans pétrole, l'économie va s'effondrer et les retraites avec.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :