Circuits courts, recyclage... 14 solutions consensuelles pour le monde d'après

 |   |  1351  mots
Les Français souhaitent notamment favoriser la consommation locale et les circuits de proximité: des modèles de distribution que le chamboulement des chaînes d'approvisionnement traditionnelles a mis en valeur pendant le confinement.
Les Français souhaitent notamment "favoriser la consommation locale et les circuits de proximité": des modèles de distribution que le chamboulement des chaînes d'approvisionnement traditionnelles a mis en valeur pendant le confinement. (Crédits : Reuters)
Un consensus sur lequel bâtir le "monde d'après" existe, révèle une consultation publique menée par Make.org avec six autres organisations. L'alimentation, l'environnement et les politiques économiques réunissent les idées les plus plébiscitées.

"Il ne s'agit pas d'une étude, mais d'une mobilisation".

Ainsi Axel Dauchez, président de Make.org, résume le sens de la consultation publique lancée le 10 avril par la plateforme avec six autres organisations: la Croix-Rouge française, le WWF France, le Groupe SOS, Unis-Cité, La Meute d'amour et le Mouvement UP. L'objectif est, en effet, aussi clair qu'assumé: identifier, parmi les nombreuses idées qui circulent pour sortir par le haut de la crise liée au Covid-19, celles qui non seulement mobilisent le plus les Français, mais qui dégagent aussi un consensus.

Des "points communs" importants car susceptibles non seulement d'"être opérants", en suggérant des voies d'action potentiellement réussies, mais aussi, malgré les clivages apparents, de "permettre une reconciliation de la société" , explique Alex Dauchez.

Une forte envie de participer à la réflexion

Or les résultats, publiés le 28 mai, confirment qu'un consensus sur lequel s'appuyer existe. Tout d'abord sur l'envie partagée par les Français de participer à la réflexion autour de la question ouverte qui leur était posée: "Comment inventer tous ensemble le monde d'après?". Quelque 165.000 personnes, représentatives de toutes les régions et de toutes les tranches d'âges, y ont répondu, soit en formulant directement 20.000 propositions, soit en exprimant leur avis via 1,7 million de votes sur les idées d'autrui.

"Le taux de proposition à été dix fois supérieur à celui habituel de notre plateforme", note Axel Dauchez.

Mais un consensus existe aussi sur le fond, notamment sur trois sujets plébiscités par les Français: l'alimentation, l'environnement et les politiques...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2020 à 10:02 :
C'est toujours la récupération des études pour imposer une vision de l'avenir qui est un problème... elles finissent toujours par être administrativement mise en place dans "des réformes" en poursuivant toujours le même dogme d'origine! Elles servent de leurre!
a écrit le 29/05/2020 à 9:26 :
" "Comment inventer tous ensemble le monde d'après?""

Comment intégrer dans le "tous ensemble" les mégas riches du monde qui ont tous les capitaux et outils de production surtout !? Parce que sans eux, même la bonne volonté de milliards de gens ne pourra pas arrêter la destruction de la planète et de son humanité.

Il faudrait exécuter TINA en place publique. Ce serait le meilleur des départs.
a écrit le 28/05/2020 à 23:37 :
165.000 personnes soit moins d'un quart de pourcent des français, et 20.000 propositions soit 8 personnes par proposition !
Rien de représentatif puisque participation volontaire (évidemment des personnes intéressées par la production locale et l'auto-consommation). Bref le comble de m'amateurisme avec un degré d'analyse statistique égal à Zéro. Quel mouton serait assez naif pour y donner le moindre crédit ?
a écrit le 28/05/2020 à 22:33 :
Ouais !! Mais il va falloir y mettre le paquet avec les aides de la PAC, tt en reconfigurant le logiciel de la Fnsea ( ce qui est loin d'être gagné !) pour s'orienter à marche forcée ds la production de qualité de proximité alimentant les circuits courts. Car ce n'est pas les qcqs marchés paysans et autres produits locaux à la ferme, à l'orée des gdes villes, qui vont nourrir les populations des gdes métropoles françaises.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :