Macron maintient sa réforme du droit du travail

 |   |  229  mots
Ces réformes, nous les avons conçues, portées, nous les ferons, a-t-il déclaré.
"Ces réformes, nous les avons conçues, portées, nous les ferons", a-t-il déclaré. (Crédits : BENOIT TESSIER)
Le candidat à la présidentielle a décliné l'invitation de Jean-Luc Mélenchon à "faire un geste" pour convaincre les électeurs de La France insoumise. Il a toutefois promis qu'il recevra "toutes" les organisations syndicales et patronales s'il est élu.

Emmanuel Macron a opposé lundi 1er mai une fin de non recevoir à Jean-Luc Mélenchon, qui lui a demandé dimanche soir sur TF1 d'abandonner sa réforme du droit du travail. Lors d'un meeting à Paris, devant plusieurs milliers de personnes, le candidat à la présidentielle a expliqué:

"Les Françaises et les Français se sont exprimés et ont choisi le projet qui porte ses réformes, je ne vais pas les trahir en me reniant. Et je veux demain pouvoir agir, être efficace. Donc ces réformes, nous les avons conçues, portées, nous les ferons".

"Un droit social construit universellement par les travailleurs"

S'il est élu président le 7 mai, Emmanuel Macron s'est en revanche engagé à recevoir "toutes" les organisations syndicales et patronales et à se concerter avec elles.

La "transformation du pays, je la mènerai en respectant la part de responsabilité, la part de représentation qui est celle de nos organisations syndicales et patronales. Je les recevrai toutes et je concerterai avec toutes", a déclaré le candidat En marche!.

Lors de son meeting à La Villette (XIXe arrondissement de Paris), il a aussi fait applaudir "les travailleurs et leurs représentants" qui ont défilé le jour même, "parce que le 1er mai c'est la journée de leurs droits, d'un droit social construit universellement par les travailleurs pour la justice sociale".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2017 à 18:12 :
pour être aussi intransigeant c'est lui le candidat de l'extrème droite
a écrit le 02/05/2017 à 17:31 :
J'ai l'impression qu'on passe à coté de tout dans cette campagne.
On se focalise sur la loi travail: quel travail demain, à l'heure de la robotique, des entreprises mondialisées qui délocalisent à tour de bras là où la main d’œuvre est moins chère ? Si on reste sur cette idée que flexibiliser, renoncer à certaines avancées sociales c'est gagner en compétitivité on continuera sans fin à saper notre modèle social car il y aura toujours, pardon, longtemps encore, des pays plus pauvres que nous qui travailleront moins cher. Un jour, peut-être, quand le grand vase communicant aura bien fonctionné, on gagnera 10 $ par jour, à Paris comme à Dacca.
Il est grand temps de déplacer la caméra et de regarder l'avenir économique sous un autre angle. Il passera par l'Europe si elle sait se réinventer, par la création d'une autre civilisation bâtie sur un partage des richesses. On nous dit qu'il faut réinventer la France, mais pour cela il faudra sortir du cadre. On n'a pas de pétrole, on a de moins en moins d'idées, où sont passés Voltaire, Montesquieu ? Où est passée la lumière de notre pays ?
a écrit le 02/05/2017 à 16:18 :
"Macron maintient sa réforme du droit du travail"

Déja, ce n'est pas SA réforme (ou plutôt regression pour les salariés) ,voir ci-dessous .Et , il ne veut pas passer pour un c.., au niveau de l'Europe ,Rajoy en Espagne ,Renzi en Italie( jobs act ), Kriss peeters en Belgique (manifestation monstre , pas une image à la TV) etc..l'ont fait.

Cette «Loi travail», nous la devons effectivement, pour une bonne part, à notre appartenance communautaire. Pour s'en apercevoir, encore faut-il quitter un instant le terrain des grands principes sur lesquels s'affrontent généralement «européistes» et «eurosceptiques».Il ne faut pas craindre de l'affirmer (d'autant moins qu'on ne risque guère d'être compris): la «Loi travail» nous vient des GOPE. Oui, des GOPE.
Les GOPE, ce sont les «Grandes Orientations de Politique Économique». Plus précisément, ce sont des documents préparés par la direction générale des affaires économiques de la Commission européenne. Conformément à l'article 121 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), ces documents sont ensuite transmis au conseil Ecofin (c'est à dire à la réunion des ministres européens de l'économie et des finances), puis au Conseil européen (les chef d'État et de gouvernement). Après validation, les GOPE deviennent des recommandations du Conseil aux pays de l'Union et font l'objet d'un suivi. Depuis qu'elles existent, les GOPE ont toujours contenu des injonctions à réformer le marché du travail. Si l'on examine celles pour 2012 par exemple - parfaitement au hasard: il s'agit juste de l'année de l'élection de François Hollande - on voit que le Conseil recommande à la France de «revoir la législation, notamment la procédure administrative de licenciement». Ou de «veiller à ce que l'évolution du salaire minimum favorise l'emploi, notamment des jeunes, et la compétitivité», ce qui signifie, traduit du Volapük de Bruxelles en Français des Deux-Sèvres ou de Haute-Garonne, qu'il ne faut pas augmenter le SMIC.Pour suivre la question de l'emploi, on a ainsi adjoint aux GOPE les Lignes directrices pour l'emploi (LDE). Les deux ensemble, GOPE et LDE, sont regroupées dans les LDI (lignes directrices intégrées), dont le site de la Commission européenne nous dit ceci: «les lignes directrices intégrées déterminent le champ d'action des politiques des États membres et la direction à suivre dans la coordination de celles-ci. Elles servent de base aux recommandations par pays».
Aux recommandations par pays? Tiens donc. Et que recommande-t-on à la France, pour l'année 2016?
Pour résumer, il est d'abord déploré que «la décélération récente des salaires réels reste insuffisante», que «la France affiche toujours des coûts salariaux parmi les plus élevés de la zone euro, principalement en raison «du niveau élevé des cotisations sociales patronales», ou que «les augmentations du SMIC induisent une compression des salaires vers le haut».
A titre de solution, il ensuite proposé de «maintenir les réduction du coût du travail découlant du CICE», d'œuvrer à limiter davantage «les rigidités du marché du travail» (ce qui signifie qu'il faut faciliter le licenciement), de «faciliter, au niveau des entreprises, les dérogations aux dispositions juridiques générales, notamment en ce qui concerne l'organisation du temps de travail». Dans cette dernière formule, on reconnaît immédiatement l'inspiration des nombreuses dispositions prévues dans la loi El Khomri pour accroître le temps de travail des salariés, tout en rémunérant moins bien, dans certaines conditions, les heures supplémentaires. ( http://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/droit-travail/13-mesures-cles-de-la-loi-travail_1791715.html ).En tout état de cause, le gouvernement français a bien travaillé. Le commissaire Valdis Dombrovskis l'en a chaudement félicité lors d'une visite à Paris fin mars 2016. Comme rapporté par le site spécialisé sur les questions européennes EurActiv, le vice-président de la Commission «à l'euro et au dialogue social» (sic) a salué la loi El Khomri comme une heureuse initiative «destinée à répondre aux rigidités du marché du travail, et qui devrait relancer l'emploi». Un bien bel hommage! Merci patron!
Réponse de le 02/05/2017 à 16:57 :
Il faut changer le droit du travail, car sa complexité crée une barre à l'entrée qui limite les flux d'embauche dans les TPE et dissuade les investissements étrangers dans les grands groupes.
Vous pouvez nous faire 40 lignes de baratin, en disant que c'est la faute de l'Europe, non - c'est la faute de notre logorré réglementaire qui s'est accumulée depuis des années et qui mérite un cou de torchon.
De même que le code civil a été réécrit, il faut revoir le code du travail pour l'adapter aux réalités du monde.
a écrit le 02/05/2017 à 15:58 :
Il n'a pas d'autre choix s'il veut conserver l'aval de cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles!
Réponse de le 02/05/2017 à 16:59 :
Nous sommes en démocratie, certains voteront pour lui car ils souhaitent cette réforme - rien à voir avec Bruxelles.

La France est une démocratie.
a écrit le 02/05/2017 à 13:02 :
quel reforme du,travail ,

l'usine à gaz sur la penibilite ,,,,,??

les seuils sociaux ??? etc

C'est bien un enarck on change la formulation mais rien de concret
a écrit le 02/05/2017 à 12:59 :
M. Macron serait en effet inspiré de simplifier le code du travail et tout ce qui s'y rapporte, comme les seuils en entreprise et les cotisations qui ne servent qu'à engraisser des "partenaires sociaux", qui sont plutôt des partenaires de cocktails.
La protection des salariés peut être assurée sans pour autant s'étaler sur 3900 pages et autant de conventions collectives et autres décrets qui ne servent qu'à nourrir une bureaucratie qui serait mieux occupée à faire autre chose.
Ensuite, il serait aussi très inspiré de remettre en cause le "syndicalisme à la française" dont plus personne, en dehors d'une minorité d'extrémistes, n'a plus rien à faire.
Réponse de le 02/05/2017 à 15:06 :
Esr ce que les extrémistes ne sont pas ceux qui tiennent la louche ?
Et pour ce qui est de tenir la louche Macron et ses groupies en connaissent un rayon.
a écrit le 02/05/2017 à 12:06 :
Macron rappelle ici qu'il est un des piliers du régime Hollande ! Les politiques sont les rois du mensonge, mais quelquefois, ils révèlent leur pensée profonde sans le faire exprès :-)
a écrit le 02/05/2017 à 11:30 :
REALITE? MACRON SERAS ELUS C EST LA DEMOCRATIE QUI LE DESIGNE POUR ETRE CELUI QUI VEUT REFORME LA FRANCE? NOUS DEVONS LA RESPECTER. L OPPOSITION VAS SE RECONSTITUEZ A DROITE COMME A GAUCHE ET ON VAS AVOIR DANS CE MANDAT DE CINQ ANS DES DEBATS AVEC DES ALLIANCES BIZARE ET CONTRADICTOIRE COMME CELA C EST PASSE EN ITALIE ? LA FRANCE VAS SUBIRE DES REMOUES TERRIBLE DON ON SAIT PAS OU CELA VAS L ENMENEZ? EXQUE CE JEUNE MACRON A LES EPAULES SOLIDE POUR SUPORTEZ LE SUDAMIE QUI VAS ARRIVE???///NOUS VOUS AVONS DONNE LA LIBERTE SACHEZ LE CONSERVEZ/// NAPOLEON///
a écrit le 02/05/2017 à 10:45 :
que fait il de l'usine à gaz du compte penibilite , des seuil sociaux ,,???

UN PROGRAMME QUI NE VEUT RIEN VENANT TOUT DROIT DE L'ENA
a écrit le 02/05/2017 à 10:21 :
Le plan Macron est cohérent et est à prendre dans sa globalité. Les vieilles recettes ont échoué, il faut inventer notre modèle sociale 2.0 et ça tombe bien on a les exemples des pays scandinaves pour s'inspirer.
Par ailleurs les "solutions" (lol) de Le Pen ont été expérimentées au Vénézuela, Argentine, Cuba, Corée du Nord ou en Espagne et Portugal avant leur adhésion à la CEE. Enthousiasmant.
Réponse de le 02/05/2017 à 15:09 :
Le modèle social 2.0 ressemble au gadget du développement durable dans un monde fini. De la bouillie de chat pour les nuls.
a écrit le 02/05/2017 à 10:21 :
Macron : "Attention !! Attention !! le FN est en face, unissons-nous tous pour le battre !!"
Mélenchon : "Ok, mais pour aider les choses fais un geste, au moins sur la méthode."
Macron : "Hors de question !!! C'est mon projeeeeeeeeet !!"

La manipulation de Macron est grossière.
Réponse de le 02/05/2017 à 17:05 :
Cela s'appelle la démocratie, avec un scrutin uninominal à 2 tours.
Au second tour, on choisit celui qui colle le mieux à ses valeurs.
Ce n'est pas au candidat de s'adapter à toutes les demandes de son électorat mais de lui proposer un projet et de fixer un cap. Macron ne manipule rien, il joue le jeu démocratique.
C'est d'ailleurs ce qui va perdre MLP qui adapte en urgence son programme et se retrouve en grand écart.
a écrit le 02/05/2017 à 9:54 :
L' arc républicain illustré par Micron va de Bob Hue au lourdais en passant par l' inspecteur Columbo ou l' art et la manière de recycler les vieilles lunes à la gamelle des législatives .. C de Gaulle doit être fier d' avoir enfanté de tels ..insoumis..
a écrit le 02/05/2017 à 9:02 :
Marine le Pen se fiche complètement de ses électeurs, la preuve : https://www.youtube.com/watch?v=MUhI5p9T81k
a écrit le 02/05/2017 à 9:01 :
Un ultra libéral à la Uber et une extrême droite, certains en mangent leur chapeau !
a écrit le 02/05/2017 à 8:20 :
Les électeurs de Mr Mélanchon devraient s'interroger si ce beau front républicain aurait été si unanime .De Mr Rafarin Mme Parisot Mr Valls Mr Sarkosy Mr Madelin Mr Fillon Mr Berger Mr Hollande Mr Dany Boon auraient ils appelé à voter pour lui s'il avait été le candidat désigné au deuxième tour face à Mme Le Pen...Non seulement d'avoir été écarté par le maintien de la candidature de Mr Hamon du PS ces électeurs devraient maintenant voter pour Mr Macron instigateur de la loi travail ...C'est du masochisme d'autant que ce Monsieur renforcera encore la loi travail pour plus de précarité plus de salaire à la baisse plus de misère sociale..Bien sur ils pourront toujours suivre des formations bidons et postuler chez Amazone comme répondait Mr Macron aux salariés de Whirlpool..
a écrit le 02/05/2017 à 7:57 :
"les cornichons d'un même bocal ont tous le même gout".macron sent le hollande à plein nez et vu ses soutiens d'hier,ça confirme.
a écrit le 02/05/2017 à 6:34 :
Mr dit que les français et françaises ont choisis cette réforme alors pourquoi autant de gens étaient dans les rues pour manifester et il n'y a t' il pas eu des 49/3 à cette epoque
Réponse de le 02/05/2017 à 7:12 :
ce n'est pas la rue qui décide
c'est le peuple !
a écrit le 02/05/2017 à 2:50 :
Communication
a écrit le 02/05/2017 à 1:59 :
quand je pense a ceux qui ont voté macron par calcule éléctorale je rigole
a écrit le 02/05/2017 à 1:47 :
Dans un tweet adressé aux électeurs hésitants pour le second tour, Gabriel d'Harcourt dénonce ce que vivent les journalistes de "La Voix du Nord" à Hénin-Beaumont. Depuis un an et demi, j'ai dû recevoir environ 35 droits de réponse de la part de Steeve Briois. Dès qu'on évoque le maire ou la mairie, même en termes neutres, ça atteint des proportions inimaginables. Les journalistes de "La Voix du Nord" sont soumis à des pressions constantes : ils ne sont pas admis dans les réunions publiques, ils sont interpellés de vive voix ou par mails dès qu'ils se font la voix d'autre chose que de la parole de l'équipe municipale. C'est très compliqué pour eux de travailler dans ces conditions. Chaque mois, ils sont caricaturés et insultés dans une page spéciale du journal municipal. http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20170426.OBS8593/la-voix-du-nord-harcele-par-le-fn.html
Réponse de le 02/05/2017 à 8:04 :
@ce que serait...: de la même façon, Macron interdit les médias russes d'assister à ses meetings. Il y a un problème évident de professionnalisme chez les journalistes en France. Ils ne sont pas indépendants, mais à la solde de l'un ou de l'autre. D'autre part, la pression dont tu parles s'applique aussi aux autres, car les Macronistes et leurs alliés (notammet LR) harcèlent les autres pour voter Macron, sous peine d'être relégués au rang de fachos. Le mieux serait d'avoir un organisme professionnel de journalisme qui évincerait les lobbyistes/représentants des partis d'une part, s'assurerait de la non ingérence du pouvoir et protégerait les vrais journalistes d'autre part. Médiapart et Le Canard Enchainé sont à peu près les seuls à faire leur travail de journalisme correctement à l'heure actuelle :-)
Réponse de le 02/05/2017 à 9:17 :
@ Patrickb : comme chacun sait la presse russe est entièrement entre les mains du Kremlin et n'a donc aucune indépendance, c'est un relais du pouvoir comme l'a confirmé Poutine en conférence. De plus il a clairement financé et soutenu Marine le Pen comme la plupart des partis et politiciens séparatistes d'Europe. Dès lors il est normal que Macron les écarte d'autant qu'il y a bel et bien des cyberattaques venant de Russie confirmées par les services de sécurité en France et dans beaucoup d'autres pays qui confirment. Les pro-Macron ou leurs alliés ne peuvent pas imposer de voter pour lui c'est absurde car on va dans l'isoloir. Les journalistes ont une Charte dont les premiers articles sont clairs et ils peuvent déposer plainte s'ils s'estiment sous pression. Leur Syndicat (SNJ) joue déjà ce rôle. Ils ne se plaignent pas en France d'être particulièrement sous pression, hormis de la part du FN. Les autres cas sont beaucoup plus rares et plus locaux. Il n'y a pas d'ingérence du pouvoir sinon Hollande aurait été beaucoup mieux traité par les médias cela a nullement été le cas. Marine le Pen et le FN sont d'une toute autre nature souhaitant établir un Ordre des journalistes. C'est du jamais vu sinon dans les dictatures.
Réponse de le 02/05/2017 à 15:52 :
@Patrickb: Votre commentaire aurait gagné de la crédibilité si vous n'avez pas mentionné les média russes. a. Déjà cela n'a rien à voir: le maire d'Hénin-Beaumont est une personne officielle, E. Macron en tant que candidat - non. b. Le traitement de Macron par des média russes est tel qu'il a un droit moral de les laisser dehors, surtout qu'il s'agit des média étrangers.
Pour le reste d'accord.
a écrit le 01/05/2017 à 23:31 :
Plus M. Macron prend la parole et plus je suis convaincue de mon vote dimanche.
Je préfère Marine Le Pen que vivre cinq avec la droite.
Réponse de le 02/05/2017 à 0:18 :
Toi, t'es logique ! tu préfère la Peste à une petite grippe ...!!! Marre de tousser ?
Réponse de le 02/05/2017 à 13:23 :
Hum
Réponse de le 02/05/2017 à 15:12 :
Réponse à Anne.*Tu préfèreS.
Mince alors.
Réponse de le 02/05/2017 à 17:08 :
Et bien au lieu d'écouter Macron, écoutez Marine Le Pen et tous ses soutiens :
Il vaut mieux écouter ceux pour qui l'on va voter que ceux pour lesquels on ne va pas voter...
a écrit le 01/05/2017 à 22:04 :
UNE ELECTION MACHIAVELIQUE : Machiavel est Italien, et fut conseiller du prince, mais ces préceptes sont désormais enseignés, à « science po », ce qui permet à cette école de produire des techniciens du « billard à trois bandes ». Il s’agit dans ce jeu de se servir des autres pour atteindre son objectif et avouons-le, dans cet exercice, Hollande est redoutable.

1] La Jouissance de Hollande : Au vu des résultats du premier tour, Hollande a réussi ;

A éliminer la Droite voire contribuer à la détruire pour un certain temps, au vu des affaires…
Contenir la progression de la « France Insoumise » qui n’accède pas au deuxième tour,
Contribuer à finir d’achever le Parti Socialiste, dont l’implosion est prochaine,
Maintenir l’extrême droite au niveau nécessaire pour jouer son rôle « d’épouvantail à moineaux » …
Faire gagner son poulain, celui qu’il a lancé, volontairement dans la campagne Présidentielle, sachant qu’il avait de fortes chances de ne pas pouvoir se représenter. Non Macron ne s’est pas présenté seul, il a été envoyé en mission par Hollande. Tout était donc planifié.

Hollande a dû boire du champagne en regardant les résultats, car il fait, de manière machiavélique, carton plein…et le coup du billard à 3 bandes a parfaitement marché.

2] La jouissance des marchés : Ce lundi matin la bourse de paris après deux heures de cotation voyaient les valeurs progresser de plus de 3 % pariant sur une victoire facile de Macron.
a écrit le 01/05/2017 à 22:04 :
Toute les organisation syndicale ( le syndicat s'est 3% des travailleurs, et il est composer de 90% de fonctionnaire) donc sa ne represante personne et surtout pas tous seux qui travail dans le privé.... Donc voila la réforme du droit de travail, sans concertation , sans vrais represantation, encore un énarque ( qui n'a jamais travaillé ) totallement soumis au patronnais .... Et bien sa promet, une réforme qui risque de faire du bruit....
Réponse de le 02/05/2017 à 17:09 :
Certains illuminés le traitent de banquiers en permanence ?
C'est pas un travail banquier ?
a écrit le 01/05/2017 à 22:01 :
Macron est incapable de dire qui sera son 1er Ministre ;

A l'évidence, Macron est incapable d'organiser quoi que ce soit ... il est bric brac imprévisible, très dangereux
Réponse de le 02/05/2017 à 0:22 :
AUCUN président élu n'a jamais, de toute la 5e république, jamais annoncé qui serait son premier ministre avant le 2e tour !!!
Etre élu au 2e tour implique de prendre en compte les électeurs d'autres candidats, qui se reportent sur le président élu. Plus la victoire est large, plus le président élu doit prendre en compte les aspirations des électeurs qui ont modifiés leur vote !
Mme Lepen peut annoncer qui se sera, puisque ça ne sera pas !
Réponse de le 02/05/2017 à 9:10 :
En 2007 Sarkozy faisait des footing avec Fillon entre les 2 tours de la Présidentielle ;

Il est indispensable que les électeurs connaissent le 1er Ministre qui mettra en oeuvre le programme du Président ;

Avec macron on ne sait pas si ce sera Ségolène Royale ou Dany Boon ou Laurence Parisot ou Raffarin ou Sarkozy ou Valls ou Cahuzac ... probablement Hollande ;

Allons Macron, quand c'est flou, y a un loup ... ou plutôt des meutes de loups qui vont se dévorer entre eux
Réponse de le 02/05/2017 à 15:14 :
'Une baudruche médiatique ?
Réponse de le 02/05/2017 à 17:12 :
Un type arrive à monter un mouvement, une campagne pour finir au 2ème tour de la présidentielle, sans jamais avoir été élu.
Et vous le dites pas organisé ?

Incapable de dire qui sera son 1er ministre ? Si il le disait, on lui rétorquerait "vous vendez la peau de l'ours"
a écrit le 01/05/2017 à 21:52 :
La loi est déjà passée en majeure partie, elle est tout à fait cohérente avec une baisse du chômage sinon les choses ne changeront pas. N'oublions pas que les manifestations contre cette loi se faisaient en année électorale contre Hollande qui était supposé se représenter et elles avaient pour but de tenter une union syndicale qui n'a pas eu lieu tout comme de sauvegarder des intérêts syndicaux. Les pays qui ont adopté des lois similaires ont vu leur taux de chômage baisser. Donc ne pas confondre les intérêts financiers des syndicats et les intérêts des chômeurs. Macron a raison d'être clair et de ne pas se soumettre au chantage de Mélenchon qui n'a rien à faire des chômeurs mais fait de la politique politicienne en se proposant comme premier ministre dans la même lignée que Dupont Aignan, les 2 prêts à n'importe quoi pour être au pouvoir avant leur retraite, ils sont affligeants.
Réponse de le 01/05/2017 à 22:36 :
A la lecture des derniers chiffres du chômage, la loi travail est un sucés complet. Je crains que que ce type de loi ne fasse que démotiver les salariés, et qu'ne retour, on ait un travail de qualité médiocre, donc une perte de compétitivité.

Dans les années 70, il fallait une autorisation administrative por licencier. Cela n'empêchait pas que le chômage était quasiment inexistant, et que 95 % des salariés était en CDI.
Dans les années 90, M. Yvon GATTAZ avait promis 1 million d'emplois si on abrogeait cette loi. On a abrogé cette loi, mais personne n'a jamais vu les 1 millions d'emplois.

Je pense que le bénéfice qui peut-être tiré d'une telle souplesse est plus que compensé par la démotivation des salariés.
Réponse de le 02/05/2017 à 0:32 :
Vous parlez d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître....
Il y a 47 ans le litre d'essence était à 5 centimes d'euro ! on sortait des 30 glorieuses et l'opep ne fut créé que 3 ans plus tard !
Depuis, le code du travail est passé de moins de 1300 pages...à plus de 3324 !!!
une fiche de paie de l'époque tenait en 5 lignes : aujourd'hui; ça va jusqu'à 2 ou 3 pages !!!
Réponse de le 02/05/2017 à 2:04 :
@ René Monti : vous évoquez 3 périodes économiques différentes et des lois d'étendues également différentes. Le dernier chiffre du chômage n'est pas significatif, on connaît les raisons du sursaut provisoire, il faut regarder les tendances sur plusieurs trimestres. La crise du pétrole a touché l'économie en 74 c'était le début d'une phase de chômage qui a été ensuite de masse. Ce n'est donc pas des périodes ni des lois comparables. Il n'y avait pas lieu de tenir compte des promesses de Gattaz, l'emploi n'est pas une affaire de promesses. Des secteurs comme la mécanique en forte concurrence pour donner un exemple reprennent et réinvestissent, ils ont clairement besoin de pouvoir s'adapter précisément selon les secteurs qu'ils visent et les négociations par branches sectorielles et par entreprises le leur permet avec bien plus d'efficacité que des négociations en amont des branches qui bloquent toute possibilité d'emplois de ces multiples entreprises. Les syndicats veulent garder la main mise sur des ressources, ils n'ont donc pas été très objectifs dans ces négociations. Analysez plus en détails les secteurs et entreprises qui s'adaptent et leurs problèmes et vous verrez qu'elles sont majoritairement pour ces lois y compris leurs salariés. Les résultats positifs se constatent également dans les autres pays aux lois similaires. Rien n'empêche d'ailleurs de tester ces lois pendant 2 ans et de les revoir tous les 2 ans pour voir les résultats et en juger, çà devrait mettre tout le monde d'accord si l'on est objectif.
Réponse de le 02/05/2017 à 17:17 :
@renémonti
Vous nous dites pas de chomage en 1970 donc c'était le bon système à l'époque (autorisation administrative)
Au delà du contexte économique générale (crise de 1973), de l'évolution des modes de production (mondialisation, émergence de la Chine, informatisation ...) d'autres règles administratives ont changé depuis 1970...
Alors si vous voulez, on revient à 1970 : 4 semaines de congés payés, pas de RTT, 39h, retraite à 65 ans.
a écrit le 01/05/2017 à 21:10 :
Les syndicats, y compris la CFDT ne veulent pas d'un gouvernement par ordonnances.

Les français, toutes confessions politiques confondues ne veulent pas d'une nouvelle loi travail durcie, Macron s'illusionne totalement s'il pense qu'il a été élu pour cela et qu'il représente une majorité.

Le front républicain est très faible, s'il continue dans la provocation, il ne gagnera qu'avec 5% d'avance sur MLP et n'aura pas de majorité présidentielle à l'assemblée.

Il ne passera pas l'hiver s'il oublie qu'il n'aura été élu qu'avec 23% des voix au premier tour et qu'ils étaient 4 dans un mouchoir de poche. Sa légitimité électorale de base est donc à peine plus forte que celle de Lepen, Fillon ou Mélenchon.
Réponse de le 01/05/2017 à 22:18 :
Si les Français ne veulent pas d'une loi travail durcie comment expliquer que MACRON soit en tête des sondages pour le 2ème tour? une fois élu il fera bel et bien par ordonnances ce pourquoi il aura été élu
Réponse de le 01/05/2017 à 22:19 :
Si les Français ne veulent pas d'une loi travail durcie comment expliquer que MACRON soit en tête des sondages pour le 2ème tour? une fois élu il fera bel et bien par ordonnances ce pourquoi il aura été élu
Réponse de le 01/05/2017 à 22:32 :
Mais il a été élu pour ses reformes. Il est arrivé 1er du premier tour avec 24% des voix, et avec les voix de Fillon dont le programme 'était bien plus dur pour les travailleurs, au moins 45% des français ayant émis leur opinion sont pour ces reformes. Arrêté de parler au nom des français s'il vous plaît, vous ne savez pas ce qu'ils veulent.
Réponse de le 02/05/2017 à 9:51 :
@nenette

"Si les Français ne veulent pas d'une loi travail durcie comment expliquer que MACRON soit en tête des sondages pour le 2ème tour? "

Simple ,parce cet electorat n'est pas concernés par cette loi travail.Macron est juste derrière Fillon dans le vote des seniors et Macron regne sans partage sur les catégories sociales supérieures, les CSP+ : ,chez les cadres (dont une bonne moitié a voté aussi Fillon) et les professions intellectuelles supérieures, M. Macron arrive en tête avec 33,3 % .Et l’appel de M. Fillon à voter pour Macron n’est que la traduction de cette consanguinité entre deux électorats de retraités aisés et les jeunes de cadre aisés.Il s'agit donc bien d'un vote de classe.Et il aura des syndicats qui voteront sa loi travail pour éviter les ordonnances , CFTC ( 29% ,macron et 34% Fillon) et UNSA ( 42% Macron ,7% Fillon) ,CGC( 43% Fillon, 31% Macron) ,CFDT ( 48% Macron ,15% Fillon).
a écrit le 01/05/2017 à 20:52 :
Vous avez aimé La loi elkhomri vous allez adorer les novelles réformes du code de travail le tout à coups de buttoir de 49.3 une reforme violante sousla direction de l'avatar de hollande mr macron "S'IL PASSE" bien entendu avec un grand score mais s'il passe de justesse avec un faible score et que les legislatives donne un contre poids à l'opposition à son projet travail la il n'aura pas les mains libres pour detruire les aquis des salariés. Un conseil Ouvriers salariés de tous bords il faut reflechir serieusement ne vous laissez pas endormir par l'illusion macron des ouvriers ont donné leurs vies dans le passé pour les aquis qu'ils veulent detruire bientôt soyez vigilants
Réponse de le 01/05/2017 à 21:11 :
Faut pas exagerer. Macron ne parle pas comme Fillon de faire travailler les gens 48 h paye 35.
Si on reste dans le consensus mou, comme depuis 30 ans, on decline lentement (comme depuis 30 ans). Je vis dans un pays ou on peut se faire virer rapidement et contrairement a la france les relations sont bien moins pourries. Pas besoin de pousser les gens a la faute ou au suicide pour les mettre a la porte. Et comme le chomage est faible, non seulement les employeurs n ont pas interet a trop poursser mais si vous tes viré vous pouvez facilement retrouver du travail :-)
a écrit le 01/05/2017 à 19:30 :
Macron veut réformer le droit du travail et l'assurance chômage aux forceps. Il va passer par ordonnances , fini le 49 3 trop long. Les électeurs de Mélenchon et Hamon apprécieront.
Réponse de le 01/05/2017 à 20:24 :
Macron n'aura pas de majorité, il en devient le plus dangereux des candidats ;

Mélanchon finira bien par comprendre la recomposition du paysage politique de la France :

la droite extrême c'est Macron affublé des castes ump ps udi ellv les verts qui se sont insultés avec la plus extrême violence durant les 10 dernières années des gouvernements Fillon_Valls_Cazeneuve ;

le centre droit c'est l'alliance Debout La France avec Bleu Marine

La France Insoumise, Mélanchon est maintenant le centre gauche

nous ... électeurs de La France Insoumise, notre programme est compatible avec celui de l'alliance Debout La France avec Bleu Marine

c'est acté,

il n'y a plus d'extrême gauche en France
il n'y a plus d'extrême droite en France
a écrit le 01/05/2017 à 19:25 :
Référence Macronnienne ;

En juin 2016, La Méduse amirale, frégate de quarante-quatre porte-flingues, quitte l'Elysée sous les ordres du comte Valls, un émigré qui ne navigue plus depuis des années. À son bord, le gouverneur Macron, envoyé par Hollande pour reprendre l'Assemblée Nationale ...

Mal dirigée, elle s’échoue en 2017 dans l’océan UMP-PS-UDI-EELV. Le commandant abandonne à leur sort cent cinquante des cinq cents hommes de l'Assemblée Nationale. Sans rames, munis de biscuit trempé et de vin pour seuls vivres, ils prennent place sur un radeau de fortune, halé par les canots de sauvetage, sous la responsabilité de l’aspirant Borloo. Les amarres se rompent. Les naufragés meurent noyés ou, ivres et pris de désespoir et de folie, s’entre-tuent, mangent les cadavres, se massacrent entre eux. L’horreur s’accroît chaque jour.
Réponse de le 01/05/2017 à 20:14 :
Excellent mais ce sera pareil avec le Fn, allez donc comme moi à la pêche dimanche, à déafut, vous regretterez votre vote pendant 5 ans..
Réponse de le 02/05/2017 à 10:18 :
"Valls, un émigré qui ne navigue plus depuis des années"

Je viens de signaler votre message pour racisme, je déteste valls mais l'attaquer seulement parce qu'il vient d'espagne est abjecte.

Voilà vous autres du FN êtes condamnés à sans arrêt échouer à gagner les élections, votre ignorance et votre bêtise sont bien trop grandes.

Condamnés à sans arrêt vivre dans le ressentiment et donc le désespoir permanent. Évoluez pour changer, vivez.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :