« Nous ne sommes qu'au début d'une bulle financière sur les actions et l'immobilier » (Patrick Artus)

 |  | 1467 mots
Lecture 7 min.
Patrick Artus, directeur de la recherche et des études de Natixis, ne croit pas à un retour prochain de l'inflation.
Patrick Artus, directeur de la recherche et des études de Natixis, ne croit pas à un retour prochain de l'inflation. (Crédits : AFP)
GRAND ENTRETIEN. Pour Patrick Artus, directeur de la recherche et des études de Natixis, la reprise ne fait aucun doute mais les jeunes paieront le plus lourd de la facture de la crise avec la flambée du prix des actifs et un sous-emploi massif. Les politiques monétaires resteront expansionnistes longtemps car un retour en arrière pourrait s'avérer trop dangereux. L'économiste ne croit pas au retour de l'inflation, du moins tant que le marché du travail restera aussi profondément impacté.

LA TRIBUNE - Quelles sont les principales leçons que nous pouvons tirer de cette crise sanitaire ?

PATRICK ARTUS - Cette crise a tout d'abord révélé un problème de couverture de la protection sociale en France. Toute une partie de la population - les jeunes, les intérimaires et les contrats précaires, les artisans et les indépendants - est beaucoup moins protégée que d'autres catégories. Des programmes d'urgence ont été mis en place. Mais, faut-il les pérenniser et étendre la protection sociale des salariés en CDI à l'ensemble de ces populations qui ont été fragilisées ? La seconde question que pose cette crise est le déclassement de la recherche en France, et pas seulement médicale. Il est indispensable d'inverser la tendance au risque d'accumuler un lourd handicap dans la compétition mondiale. Il existe clairement une insuffisance de moyens, une mauvaise articulation entre les laboratoires de recherche et le secteur privé et, enfin, un rejet presque culturel, de la prise de risque.

Quels seront les impact sur l'économie ?

Plusieurs questions font actuellement débat. Il existe un consensus chez les économistes sur la destruction de croissance à long terme d'une telle crise. Les entreprises ont sous-investi et toute une génération de jeunes semble sacrifiée, à la fois en termes de formation et d'emplois. Les chefs d'entreprises ne partagent pas cette vision et tablent sur une reprise forte, un retour « aux années folles », avec une consommation débridée et des nouvelles technologies. Certes, il y aura une envie de consommer mais ce phénomène risque d'être transitoire car nous avons détruit beaucoup de capital, notamment du capital humain. Il ne faut pas oublier que les « années folles » ont été associées à des progrès technologiques qui ont fabriqué de la croissance et de l'emploi, comme l'automobile et l'électricité. Aujourd'hui, les innovations génèrent peu ou pas d'emplois ou des emplois peu qualifiés, comme Amazon ou Deliveroo.

Un deuxième débat porte sur le degré de « normalisation de l'économie ». Les histoires sur un « monde d'après », plus frugal et plus économe en ressources naturelles, sont des contes pour enfants. Nous vivons en fait avec l'idée que l'économie va reprendre son chemin d'avant crise. C'est une vraie question de politique économique pour savoir s'il faut continuer d'aider tout le monde ou faire des choix.

La crise du Covid n'a-t-elle pas créé un choc de productivité, notamment avec le télétravail ?

Il n'y a aucune évidence qui démontre que la digitalisation des économies fabrique de la productivité. C'est uniquement la productivité des salariés très qualifiés qui augmente avec le télétravail. Et toutes les innovations technologiques sont associées à des créations d'emplois peu productifs, qui détruisent de la productivité. Regardez les pays les plus avancés dans la numérisation, comme les Etats-Unis, la Chine ou la Suède : ils ne créent pas ou peu de productivité. Ce que vous gagnez d'un côté avec les innovations, vous le perdez de l'autre côté, avec les emplois peu qualifiés.

Voyez-vous néanmoins des facteurs positifs qui pourraient ressortir de cette crise ?

Dans le domaine médical, il y a eu incontestablement un bond formidable. Les vaccins à ARN Messager sont une avancée majeure qui aura des applications de grande ampleur à l'avenir. Ensuite, il y a une épargne considérable qui a été accumulée pendant la crise. Si l'on se réfère toujours aux « années folles », nous pouvons espérer que cette épargne soit dépensée. Mais de nombreuses études ne racontent pas cette histoire. Aux Etats-Unis, les américains ont l'intention de ne consommer qu'un tiers de cette épargne. En France, selon les travaux de l'Insee, 75% de l'épargne accumulée est détenu par 20% des Français les plus aisés. Ces derniers ne vont pas consommer ce surplus mais plutôt l'investir en Bourse ou dans l'immobilier. Nous ne sommes donc qu'au début d'une bulle financière sur les actions et l'immobilier. C'est d'ailleurs déjà le cas aux Etats-Unis.

Vous pensez donc que les actions peuvent continuer de monter ?

C'est mécanique. Les banques centrales, et la BCE vient de le réaffirmer, vont continuer leur politique de taux bas et d'injections de liquidités. Les épargnants seront donc confrontés à des rendements très faibles sur leurs placements et ils vont se tourner vers des actifs plus risqués. L'environnement est donc très favorable à la poursuite de la forte hausse des cours des actions et de l'immobilier. Nous vivons dans un monde où les taux d'intérêt sont plus faibles que les taux de croissance et le prix des actifs, qui est une somme actualisée de revenus futurs, tend ainsi vers l'infini. Tout le monde a donc intérêt à se porter sur les actions et même à s'endetter pour acheter de l'immobilier. Nous allons vers des transferts massifs, ce qui alimentera la formation de bulles financières.

Quels seront les grands perdants de cette crise ?

Les jeunes générations sans aucun doute. Je rappelle que les bulles financières sont des taxes sur les jeunes générations au profit des épargnants, donc des générations plus anciennes qui ont accumulé un patrimoine. Avec l'envolée du prix des actifs, les jeunes vont payer plus cher leur logement et trop cher les actions pour leur retraite. C'est un vrai sujet de société. Les politiques monétaires expansionnistes, dont nous avons besoin, réduisent les inégalités de revenus mais accroissent les inégalités de patrimoine.

A chaque crise, sa facture. Quelle forme prendra cette fois-ci la facture à payer ?

Cette crise est très différente des crises précédentes La crise des banques en 2008 et 2009 a affecté durablement la croissance. Et le prix à payer a été la crise de la zone euro. La facture aujourd'hui, c'est la taxation des jeunes et la création de bulles financières. Il y a également un débat très intense, surtout aux Etats-Unis, sur un retour de l'inflation. Mais la vraie source de l'inflation provient de la hausse des salaires. Et aujourd'hui, nous sommes dans un contexte de sous-emploi massif, sans compter que la déréglementation du marché du travail empêche toute hausse généralisée des salaires. Il n'y a pas eu d'inflation aux Etats-Unis en 2019 lorsque le taux de chômage était à 3,5% alors pourquoi voulez-vous craindre un retour de l'inflation avec un taux de chômage qui est en réalité proche de 10% ? Tant qu'il n'y aura pas de changement structurel du marché du travail, il n'y aura pas de retour de l'inflation. C'est vrai pour les deux ou trois ans qui viennent. Mais la question de l'inflation peut se poser à plus long terme, avec le vieillissement de la population, la transition énergétique et des choix politiques différents sur les salaires, comme le nouveau président américain Biden a tenté de le faire en proposant un doublement du salaire minimum.

La taille des bilans des banques centrales peut-elle continuer à croître indéfiniment ?

Le bilan de la Réserve fédérale a effectivement doublé en un an. La banque centrale américaine a donc créé plus de monnaie en 2020 que depuis sa création ! Mais je ne crois pas que les banques centrales vont commencer à réduire la taille de leur bilan. Pour une raison simple : c'est trop dangereux car cela risque de faire remonter brutalement les taux d'intérêt. Cela tuerait tous les emprunteurs, les entreprises, les ménages et... les États. Quand l'économie retrouvera ses niveaux d'avant crise en 2023, les banques centrales cesseront peut-être progressivement d'acheter des actifs et d'augmenter la taille du bilan.

Mais les quantités astronomiques de liquidités injectés ces dernières années seront toujours là. Cela fait plus de vingt ans que les banques centrales se sont installées dans des politiques expansionnistes et c'est encore plus impressionnant aujourd'hui. Et les agents économiques et tout le système financier se sont adaptés à cet environnement Cela créé une gigantesque irréversibilité. En cas de rupture, ce sont tous les choix des agents économiques qui seront remis en cause. A moins de revenir à une organisation financière des années 80, c'est aujourd'hui impensable. Reste que les banques centrales seront confrontées, dans cinq ou dix ans, à une montée de l'inflation. Faudra-t-il alors remonter les taux avec ses conséquences dramatiques ? Aujourd'hui, il y a pas encore de réponse à cette question.

Lire aussi : Une "bulle rationnelle" est-elle en train de se former sur les marchés financiers ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2021 à 2:37 :
Il n'y a pas besoin d'être économiste pour faire le constat d'une réalité que connaissent les français depuis des années. Au lieu d'être réinjecté dans l'industrie les fruits de la croissance continuent à massivement alimenter la bulle immobilière. Selon l'INSEE 10% des des ménages français détiennent 50% du patrimoine dont 60% d'immobilier.ces 10% font peser un grave risque de correction du marché qui impactera les banque françaises...danger
Réponse de le 17/03/2021 à 13:55 :
Votre commentaire n'est pas logique : s'il y a réellement une bulle immobilière (et c'est aussi mon avis), alors les 10% de français qui possèdent un gros patrimoine immobilier ne mettent pas la France en danger : au contraire c'est eux qui sont en danger, un crash immobilier volatiliserait leur patrimoine. A contrario les moins exposés seraient les locataires, statistiquement les ménages les moins fortunés.
a écrit le 17/03/2021 à 0:12 :
"les chefs d'entreprises ne partagent pas cette vision et tablent sur une reprise forte, un retour aux "années folles" avec une consommation débridée et des nouvelles technologies...."
Good luck guys!!!
a écrit le 16/03/2021 à 23:20 :
Ils font croire qu'ils maîtrisent mais en réalité presque personne ne veut acheter des obligations d'État à part les Banques Centrales. C'est normal, quu veut perdre son argent ?
a écrit le 16/03/2021 à 17:49 :
70 ans ! Patrick il est plus le temps de "jeter l'éponge". Je sais c'est dur, de reconnaitre son inutilité, de faire partie du problème.,
Réponse de le 17/03/2021 à 13:57 :
Les analyses d'Artus sont pourtant généralement éclairées et assez 'sociales' - pour un économiste plutôt libéral, bien sûr.
Réponse de le 17/03/2021 à 16:16 :
C'est un peu comme Noël Le Graët réélu président de la FFF pour un nouveau mandat de quatre ans, le 13 mars à presque 80 ans ! .Tant qu'ils n'auront pas disparu aucune place pour les générations suivantes.
a écrit le 16/03/2021 à 17:25 :
Il en aura bien profité notre baby-boomer c'est déjà ça.
a écrit le 16/03/2021 à 17:04 :
Le monsieur est bien gras pour venir stigmatiser les français et les européens écornés par la gestion des mondialistes. Dans ses recommandations, manque un courageux moyen cad celui d' envoyer la cavalerie éventrer les paradis fiscaux de l' ue et accessoirement du monde pour redistribuer la galette à ceux à qui elle a été volée.
a écrit le 16/03/2021 à 14:39 :
Ce monsieur a l’air de tout savoir
Il dit que les précaires et intérimaires n’ont pas la même protection sociale ...
Les actif payent la protection en fonction de leurs salaires
A l’heure actuelle beaucoup profite de la protection sans avoir jamais cotisé la est le problème......maintenant vous pouvez disserter
Réponse de le 16/03/2021 à 15:03 :
Pourquoi a-t-on toujours les mêmes baratineurs sans intérêt qui
s'expriment ? J'espère au moins que la TRIBUNE les fait payer. Au vu de cet article, ce que dit ce Monsieur est au niveau de son intelligence : c'est très limité.

En plus, il ne doit pas travailler beaucoup pour dire cela, puisqu'il répète toujours la même chose..
a écrit le 16/03/2021 à 13:58 :
il y a bien longtemps que je lis ce monsieur, mais qu'est ce qu'il a pu dire comme contre vérités, blablas faux, notamment sur l'immo. Bref comme d'habitude il redit des choses qui paraissent déconnecter de la réalité, il oublie que la France est déjà la plus dépensière en matière sociale 32%, dépense publique 57% en 2020, et 66 % en 2021 prévision. faire plus???
Réponse de le 16/03/2021 à 18:13 :
La France perd 160 milliards d' euros annuels de coûts d' appartenance à l' UE, de quoi boucher allègrement les dépenses sociales excédentaires, j' entends coûts globaux et fraude fiscale légitimée via l' exil et l' article 63 du TFUE.

Un pays n' est jamais assez protégé socialement, la couverture ss française était en particulier exemplaire dans le monde, c' est un choix. Que pensez-vous des coûts salariaux qui vont de 1 à 5 dans l' UE et qui ont fait s' exiler nos emplois grâce à Sarkozy et le traité de Lisbonne ? FREXIT comme une urgence, vite..
a écrit le 16/03/2021 à 12:23 :
Patrick Artus, un sacré déconnecté des réalités ....... arriver à dire de telle énormités.

Ca doit plaire de plaindre tjrs et encore les moins favorisés, de faire dans l'apitoiement. Ca fait gilets jaunes, proche du peuple lol............... mais oui on t'aime PATRICK mais au pays de la redistribution massive, au pays de la multicouverture sociale, au pays de la retraite à 62 ans, du RSA des alloc logement, sociales, du régime des intermittents du spectacle, du minimum vieillesse, alloc pour handicapés, des alloc chômage généreuses de la CMU, de la prime de Nöell du chèque énergie, des frais d'inscriptions en fac dérisoires etc etc etc etc Tu me fais rire Patrick....
Réponse de le 16/03/2021 à 14:59 :
Et des rentiers par héritage et leurs compte défiscalisés dans des paradis fécaux.
a écrit le 16/03/2021 à 11:43 :
La bulle boursière proviendrait d'une création monétaire surabondante par rapport à l'actif productif représenté par les actions; si l'on rajoute, en France, une population active au chômage faute d'entreprises, nous sommes à l'aube d'un avenir idyllique.... si nos gouvernements comprennent que notre bonheur ne se construit pas sur la base de taxes et d'impôts et si nos parlements s'avisaient qu'ils DOIVENT voter des budgets en équilibre sinon en excédent; pourquoi ne pas appliquer à nos parlementaires un shutdown à LEUR budget en cas de déficit?
a écrit le 16/03/2021 à 10:57 :
On est en train de payer la trop forte natalité qui a eu lieu en Europe depuis quarante ans. Je me rappelle, les gens qui me disaient sans cesse, "et qui va payer votre retraite", lorsque je critiquai la politique nataliste de l'état. Et maintenant, on y est, les jeunes au chômage vont payer notre retraite, peut-être ?
a écrit le 16/03/2021 à 10:20 :
Patrick Arthus a raison, il n'y a pas débat, sur les conséquence des politiques ultra accommodantes des politiques. L'argent va se retrouver sur les marchés, dans l'immobilier, dans les valeurs refuge, ... et dans les poches des plus fortunés..Et pour la protection sociale de ceux qui paient la crise, il va falloir rediriger les moyens énormes déjà sur place table: protéger les plus fragiles, et cesser l'arrosage automatique (il n'y a pas débat non plus!!).
a écrit le 16/03/2021 à 10:12 :
le pb des cdd et autres interiamaires est connu depuis longtemps
la france est un modele insiders outsiders, artus en parle dans ses bouquins, pas besoin de cahuc, sauf pour completer
maintenant la france peut devenir l'ursf, en mettant tout le monde fonctionnaire, ca arrive mais lentement
le pb c'est que la demotivation generale deja presente sera tellement exacerbee qu'il faudra utiliser les methodes de la gauche tolerante pour obliger les gens a faire un peu qqch.......
pour la pharma, y a surtout le fait que la france a mis dehors le grand capital ( pharma comprise), que les politiques passent leur temps a leur taper dessus ( comme du temps ou les sbires de montebourg avaient promis a la pharma capitaliste de leur faire rendre gorge, viehbacher compris), et que depuis le plan juppe, les seules economies de secu c'est de baisser le prix des medicaments ( alors croire qu'il va y avoir des investissemnts a ce niveau c'est juste etre idiot)
pour regler les pbs de penurie, oncolle des contraintes aux repartiteurs, qui ne sont pas jesus et ne peuvent pas faire apparaitre ce qui n'existe pas
le pb de la france c'est sa mentalite
bon, apres y a des poles de recherche quand meme sur strasbourg et lyon
tout le monde ne peut pas faire de la pharma
quand a la bulle, il n'est pas exclu qu'elle eclate un jour, bce ou pas ( vu que la bce ne peut pas preter a tout le monde eternellement sans consequence)
a quelle vitesse ca va se degonfler, ca c'est un autre pb
a écrit le 16/03/2021 à 10:00 :
Il faut au contraire augmenter les retraites, faire payer & travailler les jeunes afin qu on puisse continuer a se payer des croisieres et vendre/louer au prix fort nos logements.
Pourquoi investir dans la recherche ? Dans 20 ans on sera mort ! Il faut faire comme Mitterrand : apres moi le deluge
a écrit le 16/03/2021 à 9:55 :
Pas de crainte à avoir, le bruit des bottes est en sourdine dans divers points chauds de la planète, particulièrement en Asie, nul doute qu'il va enfler, amenant avec lui son lot de catastrophes. Les problèmes risquent d'être réglés une fois pour toute, il y a trop longtemps et trop de mains au dessus des boutons de l'apocalypse.
a écrit le 16/03/2021 à 8:51 :
C'est la bulle écologique qu'il faut craindre. Et la mondialisation qui l'entretient sera considérés à terme comme un crime contre l'humanité, voir crime d'écocide quand cette notion sera universelle. Il ne faut pas s'inquiéter des bulles économiques car elles sont facilement résorbables à coup de planche à billet.
Réponse de le 16/03/2021 à 10:01 :
faut pas croire, la plache a billet n est pas toujours la solution. regardez au Venezuela ou Zimbawe. Qui va travailler pour etre payé en monnaie de singe
a écrit le 16/03/2021 à 8:39 :
Le dumping social et fiscal de nos actionnaires milliardaires euopéen avait déjà totalement impacté le marché du travail en europe ne promettant plus rien à nos jeunes si ce n'est la seule misère. Comme on pouvait s'en douter les saigneurs de l'économie financière sont en train de mettre toutes leurs impostures et incompétences économiques derrière la crise sanitaire.

Bref toujours aussi lâches et faibles, rien de nouveau en UERSS empire prévu pour durer mille ans. Mais ça serait étonnant... ^^
Réponse de le 16/03/2021 à 12:32 :
Je partage votre position. Le dumping social est la conséquence des traités européens (article 63 TFEU libre circulation des biens et des capitaux) et des accords de libres échanges. Ce "modèle" de fonctionnement a offert à un certain capitalisme les moyens pour contourner de toutes les lois sociales en délocalisant les moyens de production sans avoir de contrainte aux frontières. C’est ce que certains appellent (fallacieusement) la mondialisation heureuse…
Réponse de le 16/03/2021 à 12:47 :
D'autant que c'est au nom de leur soit disant libre échange tandis qu'économie largement subventionnée afin de dissimuler le coût gigantesque du transport, faire faire des dizaine de milliers de kilomètres à nos produits de consommation n'est pas gratuit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :