Nouvel an... Nouveau confinement ?

Malgré les espoirs que fait naître le début de la campagne de vaccination contre la Covid, les Français finissent l'année sous la menace d'un possible nouveau confinement, qui pourrait être local selon certains élus. Très inquiétante par endroits, comme par exemple dans la région Grand Est, la situation sanitaire motive la tenue d'un conseil de défense mardi.
(Crédits : BENOIT TESSIER)

Et de trois?... On ne sait pas encore si de nouvelles mesures y seront décidées, mais des élus locaux ont déjà leur idée.

"La question se pose d'avoir recours à un nouveau confinement, peut-être localisé", a déclaré à l'AFP Jean Rottner, président (LR) de la région Grand Est, qui dit avoir "longuement analysé la situation hier (dimanche) avec Olivier Véran", le ministre de la Santé.

"À quelle échelle? La région, le département, une métropole, ce sont des questions que nous nous sommes posées avec le ministre et qui seront je pense discutées demain (mardi) devant le Président de la République", a-t-il ajouté.

"S'il y a une décision à prendre, j'espère qu'elle sera prise demain et qu'on n'attendra pas une semaine de plus", a conclu M. Rottner.

Un peu plus tôt, le maire (PS) de Nancy, Mathieu Klein, avait déjà jugé qu'un reconfinement local était "inéluctable".

"Nous ne souhaitons pas un nouveau confinement, car la population souffre suffisamment des mesures de privations déjà imposées", a à l'inverse estimé Christian Estrosi, maire de Nice, ville où l'épidémie est également très active.

Il réclame en revanche que la vaccination démarre "tout de suite" dans son département, et compte demander au préfet d'avancer le couvre-feu à 18h ou 19h dans certains quartiers.

"Dernière extrémité"

Sur les sept derniers jours, on a détecté en moyenne 12.000 nouveaux cas quotidiens de contamination en France, un plateau relativement stable depuis quelques semaines, loin de l'objectif des 5.000 fixé par le gouvernement. La moitié Est du pays est particulièrement touchée. Et les professionnels de santé redoutent que cela n'empire à cause des brassages des vacances de Noël.

Si le couvre-feu avait été exceptionnellement levé pour le 24 décembre, il sera en vigueur pour le réveillon du Nouvel An jeudi, et les autorités sanitaires en appellent à la responsabilité des Français pour limiter leurs contacts. Mais si la situation épidémique "devait s'aggraver", un troisième confinement ne serait pas exclu, a prévenu Olivier Véran.

La France a déjà été confinée de façon radicale de mars à mai, puis selon des modalités plus légères du 30 octobre au 14 décembre, le confinement étant depuis remplacé par un couvre-feu nocturne.

Ces derniers jours, d'autres pays se sont résolus à un nouveau confinement, comme l'Autriche ou Israël. De quoi inquiéter des acteurs économiques déjà mis à genoux par les précédentes mesures.

La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a d'ailleurs appelé dimanche à "ne pas banaliser le confinement", qui "doit être la dernière extrémité pour mettre fin à une situation incontrôlable, et non une simple hypothèse parmi d'autres".

D'autant que certains secteurs sont déjà confinés de fait: dans le meilleur des cas, les lieux culturels ne rouvriront pas avant le 7 janvier et les bars et restaurants avant le 20.

"Dépister massivement"

"Il ne faut rien rouvrir du tout, il faut envisager de vacciner férocement et il faut se mettre enfin à dépister massivement", a préconisé l'épidémiologiste Catherine Hill sur BFMTV.

Pour elle, la clé est une stratégie de tests à la fois plus massifs et mieux ciblés, pour repérer les cas positifs: "On isole les gens qui sont contagieux au lieu de confiner tout le monde, c'est quand même beaucoup plus intelligent".

Dans ce tableau globalement sombre, le début de la vaccination en France et en Europe dimanche a apporté une touche d'espoir. Les autorités espèrent qu'elle mettra fin à l'épidémie courant 2021. Après le coup d'envoi à Sevran (banlieue parisienne) puis Dijon, la campagne s'est poursuivie lundi dans des structures pour personnes âgées près de Tours, à Lille ou à Lyon.

Dans la première phase de la campagne, seuls ces établissements pour seniors sont concernés.

"D'être le premier, je m'en moque, mais d'être vacciné est essentiel pour moi", a assuré Jacques Collineau, premier résident à l'Ehpad Debrou de Joué-les-Tours à recevoir l'injection lundi.

"Mon épouse, qui vit chez elle, est plus réticente mais j'essaierai de la convaincre", a déclaré cet homme de 75 ans à un correspondant de l'AFP.

Le gouvernement s'est fixé, d'ici à la fin février, l'objectif d'un million de vaccinés parmi les plus âgés et les plus vulnérables, particuliers et soignants, dans les 7.000 Ehpad et établissements assimilés.

Au total, l'épidémie a fait 63.109 morts depuis qu'elle a démarré, selon Santé publique France, qui a comptabilisé lundi 364 décès supplémentaires.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 30/12/2020 à 7:42
Signaler
La guerre est chose trop importante pour la confier à des militaires disait Clémenceau (à qui nous devons, donc, celle de 1940); la Santé l'est-elle si peu au point de la confier à un médecin?

à écrit le 29/12/2020 à 19:59
Signaler
Pas de trêve des confineurs pour les pétochards imprévoyants qui ouvrent le parapluie dans tous les sens au risque de ne plus se protéger de rien (nous, ils s'en fichent complètement : on est à leur service pour les élire, les honorer et payer les im...

le 29/12/2020 à 21:33
Signaler
Que voulez vous ils pensent qu'en faisant peur on se vaccinera plus facilement. Si 40% des Français se font vacciner par ce vaccin se serait miraculeux. Après tant de mensonges depuis le début du règne nos dirigeants sont plus écoutés... Et pire enco...

à écrit le 29/12/2020 à 19:22
Signaler
Bonjour étant une personne à risque je ne me ferai pas vacciner par le vaccin américain J attends le vaccin français Merci

à écrit le 29/12/2020 à 17:35
Signaler
Commençons par vacciner tous ceux qui ont envie d'être vacciné, c'est environ 40 millions de Français et arrêtons de culpabiliser les autres. La liberté, ce n'est pas rien et un passeport vaccinal ne va pas non plus dans le sens des libertés. Sauver ...

le 29/12/2020 à 21:34
Signaler
Avec quels vaccins, y en a pas assez...

à écrit le 29/12/2020 à 17:06
Signaler
Reconfinement OUI, mais uniquement localement, car il serait temps de ne plus mettre ce pays sous cloche avec la facture qui s'y attache: financière, économique, sanitaire notamment psychologique L'Est et le nord et PACA sont en ROUGE et nous en Bret...

le 29/12/2020 à 17:34
Signaler
La politique sanitaire actuelle, avec ses confinements/reconfinements programmés à l'avance, a largement dépassé l'objectif de contenir la pandémie. Malheureusement, elle a désormais pour objectifs principaux : dans le domaine social, l'appauvrissem...

à écrit le 29/12/2020 à 14:24
Signaler
La distribution de placebo pour confirmer l'efficacité d'un produit serait une bonne politique de précaution! La question se pose t'elle?

à écrit le 29/12/2020 à 13:01
Signaler
"Malgré les espoirs que fait naître le début de la campagne de vaccination" Heu... vous partez vite en besogne vous quand même hein ?! ^^ Maintenant espoir de gros gains financiers pour nos mégas riches oui en effet, mais c'est tout. "D'être ...

le 29/12/2020 à 16:55
Signaler
ses une pandemie elle pars pas comme sa on doit vivres avec il faut arreter tout ses betise et on est pas aider pars les media desole mais il faut le dire et les soie disant des medecin qui juge et qui non jamais operer ses pareil d un bureau ses fa...

le 30/12/2020 à 9:17
Signaler
Et donc quand on dit un truc interessant faut obligatoirement que ce soit bourré de fautes d'orthographes ? Histoire de bien salir le truc et le rende indigeste au final. Quel société d'imposteurs quand même non ? -_-

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.