Olivier Véran promet un plan pour l'hôpital d'ici l'été

 |   |  675  mots
(Crédits : Reuters)
Dans le JDD, le ministre de la Santé détaille son plan pour l'hôpital. Il souhaite organiser un "Ségur de la Santé" dès le 25 mai et promet une amélioration des rémunérations pour les salariés, pour beaucoup des femmes. Au menu également : un programme d'investissements, la réorganisation des soins mais aussi la revue du temps de travail. Des annonces par voie de presse accueillies avec circonspection.

[Article publié le 17/05/20 à 10h40, mis à jour à 15h50]

Le ministre français de la Santé, Olivier Véran, promet de présenter d'ici l'été un nouveau plan pour l'hôpital alors qu'une partie des personnels, en première ligne dans la lutte contre le coronavirus, menace de reprendre la contestation, jugeant les moyens toujours insuffisants.

Dans un entretien au Journal du Dimanche publié ce 17 mai, Olivier Véran annonce qu'il réunira le 25 mai les partenaires sociaux et les collectifs hospitaliers pour donner le coup d'envoi à un "Ségur de la Santé", faisant allusion à l'adresse de son ministère.

Vendredi, le président de la République Emmanuel Macron avait effectué une visite surprise à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, où il avait promis d'accélérer la mise en place d'un plan de revalorisation des carrières du médical et du paramédical.

"Je veux que le plan soit présenté cet été, pour traduire tout ce qui peut l'être dans le prochain budget de la Sécurité sociale", explique Olivier Véran dans l'entretien au JDD.

Meilleures rémunérations et réorganisation du temps de travail

Ce nouveau plan doit notamment permettre une amélioration des rémunérations pour les salariés, pour beaucoup des femmes, travaillant dans les métiers du soin à la personne.

"La nation va devoir faire un effort important pour reconnaître leur rôle", déclare Olivier Véran dans l'entretien. "Je souhaite que, rapidement, nous puissions atteindre un niveau de rémunération correspondant au moins à la moyenne européenne".

Outre les salaires, Olivier Véran recense parmi les principaux chantiers la mise au point d'un programme d'investissements, la réorganisation des soins mais aussi la revue du temps de travail.

Des professionnels dubitatifs

"Si des salariés de l'hôpital souhaitent travailler davantage et augmenter leur rémunération, il faut que ce soit possible. Pour ça, il faut revoir le cadre d'organisation du temps de travail à l'hôpital", explique-t-il.

L'annonce dans la presse de ce "Ségur de la santé" a été accueilli avec circonspection. Mireille Stivala, secrétaire générale de la CGT Santé interrogée par l'AFP "déplore d'apprendre par voie de presse l'annonce d'une négociation qu'on réclame depuis plus d'un an" et se dit "dubitative sur le contenu".

"On s'est dit: et de trois!" a réagi Thierry Amouroux, porte-parole du syndicat national des professionnels infirmiers sur Europe 1: "Il y a eu le grand plan Ma santé 2022, le grand plan hôpital de novembre dernier annoncé par le Premier ministre et puis là il y a le Ségur de la santé". "Les deux précédents plans ne se sont pas traduits en euros, c'étaient des plans d'annonce donc on espère que le troisième sera plus constructif avec des conséquences sur le terrain", dit-il.

Une journée nationale de mobilisation à la mi-juin ?

"Cet entretien au JDD vise à calmer une contestation que le gouvernement sent monter en puissance dans les hôpitaux", a déclaré à l'AFP Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France. "Ils savent qu'une bombe sociale risque d'exploser dans les hôpitaux, très populaires auprès des Français". Plusieurs syndicats et collectifs hospitaliers ont indiqué vendredi réfléchir à une "journée nationale de mobilisation" pour l'hôpital public qui pourrait avoir lieu "mi-juin".

Emmanuel Macron avait annoncé le 25 mars dernier à Mulhouse une prime exceptionnelle pour les personnels soignants et tous les fonctionnaires mobilisés face au coronavirus et promis qu'un plan massif d'investissement et de revalorisation des carrières à l'hôpital serait mis en place à l'issue de la crise sanitaire.

Mais les mesures prises jusqu'ici par le gouvernement, dont le versement d'une prime allant de 500 à 1.500 euros pour les soignants, et la remise d'une "médaille de l'engagement" face à l'épidémie, peinent à combler les attentes du personnel hospitalier. L'hôpital "ne veut pas de médailles, juste des moyens", avait réagi jeudi le collectif inter-hôpitaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2020 à 7:34 :
présentez nous la carte quotidienne de la circulation covid
et de la capacité hospitalière
et non quand cela vous arrange les français ont le droit a l'information
et pas a vos manipulation

appel a tout les médias pour exiger la publication journalière
a écrit le 17/05/2020 à 22:42 :
Les promesses de Veran sont des promesses d'ivrognes comme on dit dans les campagnes..... Qu'il reajuste sa cravatte pour faire le beau avec Philippe et se taise.
a écrit le 17/05/2020 à 22:28 :
un plan pour l'hôpital d'ici l'été

la première décision à prendre, c'est de limoger le ministre de l'intérieur et les préfets de police de paris et des régions qui ont envoyé les crs et les polices politiques cogner à coup de matraques, de lbd, de gaz lacrymogènes ... sur les personnels de la protection civile et les personnels hospitaliser lorsqu'ils alertaient sur l'état calamiteux des hopitauxet des ephad ...

la deuxième décision c'est de supprimer les cadres pléthoriques incompétents inutiles qui coutent un POGNON DE DINGUE dans les agences régionales de santé et dans les sphères du ministre de la santé

avec les économies, il y aura de l'argent pour des hausses de salaires des PERSONNELS SOIGNANTS ET DE LA PROTECTION CIVILES? LES POMPIERS ETC
a écrit le 17/05/2020 à 17:49 :
Légende photo :

Macron : "elle est ou ma pizza 4 fromages ? "

Les autres:" ici,président ","non la ,regarder à droite"
a écrit le 17/05/2020 à 17:40 :
A l’hôpital ,il y avait avant un ou une cadre pour dix infirmières aujourd'hui ,c'est 5 à 6 cadres pour 3 infirmières et une aide -soignante .Un peu comme dans de grosses boites du privé ,beaucoup trop de cadre.5 millions de cadre aujourd'hui en France sans parler des 3 millions de retraités cadres ,c'est la saturation ,on ne sait plus quoi en faire , des strates d'individus sans aucune utilité .
a écrit le 17/05/2020 à 13:22 :
il promet bcp de choses mais on ne voit pas comment c'est finance, sachant que la france depense deja autant que l'allemagne, et qu'il n'est pas question que la bce finance ca gratuitement avec l'argent des allemands via des prets non remboursables ( des dons, donc)
ou va t il faire des economies?
je sais, sur les remboursements de s medicaments, dont la france commence a se rendre compte qu'elle a de plus en plus de penuries et de moins en moins de sites de production ' ultra neo souveraine'
Réponse de le 17/05/2020 à 17:55 :
la france dépense le même pourcentage du PIB que l allemagne pour son système de soin, mais l Allemagne a un PIB par habitant bien supérieur à celui de la france, ce qui donne in fine 800 euros de plus par habitant pour son système de santé..... soit environ 50 milliard de plus si on rapportait ça au budget de la santé de nos 67 millions d habitants
les journalistes de tous bords devraient d abord regarder les chiffres, tous les chiffres, avant de dire des bêtises
a écrit le 17/05/2020 à 13:14 :
tous ces rentiers de l'hopital qui nous ont imposé un confinement mortel pour des millions de gens vont encore s'en mettre plein les fouilles ce qui est un autre scandale
a écrit le 17/05/2020 à 11:41 :
Avec quels sous? La base de données de l'ameco nous promet deja 62.7% de depenses publiques sur le pib en 2020 et encore 57.1 en 2021. C'est énorme, aucun effort n'a jamais été fait contrairement aux autres pays.
Juju aura t il le courage politique de faire des economies sur les fafa juju, the old and even the young, allgood, delevoye, saal, et leurs dizaines de milliers de congeneres... et sur les depenses d'armement (futile inutile et ruineux porte navions) ou sur les aides au developpement qui ne servent pas a grand chose depuis la decolonisation. A quand un grand toilettage de la depense publique?
a écrit le 17/05/2020 à 11:36 :
Bjr, enfin des décisions pour le personnel mais la priorité aussi et dans l'accueuil des malades, leur suivi, de mauvaises habitudes suites aux réformes de la santé ont été prises, les durées d'hospitalisation ont été réduites à leur plus simple expression, on vous opère (donc un traumatisme) et le lendemain on vous renvoie chez vous quand ce n'est pas le même jour. Faire des bénéfices dans la souffrance des gens ce n'est pas très joli. Je suis encore étonné que les praticiens ne montent pas au créneau et se fassent entendre ??? si cela continue les hôpitaux ressembleront aux Ehpad chers et fait pour mourir (actuellement les morts dans les Ehpad devraient réveiller les consciences) par contre ces morts sont une egnime pour moi.
Réponse de le 17/05/2020 à 13:16 :
gaver tous ces inutiles qui ont voulu se mettre en avant sur le coronavirus, n'est qu'un scandale de plus !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :