Pandémie : les créations d'entreprises en chute libre

 |   |  481  mots
(Crédits : Reuters/Gonzalo Fuentes)
Les créations d'entreprises en France ont chuté d'un tiers (-33,5%) en avril sur un mois, sur fond d'économie paralysée par le confinement imposé à la population pour lutter contre le coronavirus, a rapporté l'Insee vendredi.

La propagation du coronavirus a mis un coup d'arrêt à la démographie d'entreprises. "Dans le contexte du confinement de la population en raison du Covid-19, les créations d'entreprises classiques s'effondrent (-42,1%) et les immatriculations de micro-entrepreneurs diminuent fortement (-24,0%)", précise l'Institut national des statistiques dans un communiqué. Après avoir atteint un pic en 2019, la baisse des immatriculations devrait se prolonger au regard de l'ampleur de la chute.

Un effondrement en mars

En mars, en raison du confinement en vigueur durant la deuxième moitié du mois, les créations d'entreprises avaient déjà baissé d'un quart (-25,4%) par rapport à celles de février, avec là aussi une baisse plus forte pour les entreprises classiques que pour les micro-entreprises, dont les procédures d'immatriculation sont plus simples.

L'Insee prévient toutefois que la baisse entre février et mars est légèrement atténuée par des difficultés rencontrées en février "dans les échanges de données entre l'Insee et un centre de formalités des entreprises" et que ces difficultés ont aussi "très légèrement" accentué la chute en mars et avril.

Les tribunaux de commerce, qui ne ne prennent pas en compte les entreprises individuelles non immatriculées au Registre du commerce et des sociétés (RCS), avaient fait état de leur côté lundi d'un effondrement de plus de la moitié (-54,3%) des immatriculations de nouvelles entreprises entre le 16 mars et le 30 avril par rapport à la même période de 2019. Selon les chiffres de l'Insee, les créations d'entreprises sont passées de 71.653 en janvier à 69.461 en février, puis 51.789 en mars avant de tomber à 34.425 en avril. En avril, la baisse des immatriculations est particulièrement forte dans les services aux ménages (-45,1%) et les activités immobilières (-44,8%) et la plus faible dans le secteur information et communication (-17,4%).

Baisse des défaillances d'entreprises de 10% en février

Les défaillances d'entreprises en France ont diminué de 10% en février par rapport au même mois de l'an passé, reflet d'une activité économique qui n'était pas encore affectée par la crise sanitaire, a rapporté la Banque de France jeudi.

Cette baisse est particulièrement prononcée dans l'industrie avec 16,4% de défaillances en moins, ainsi que dans l'hébergement et la restauration (-11,9%), alors que ce secteur n'était pas encore frappé par la crise liée au Covid-19 et les fermetures administratives.

"À fin février 2020, le cumul sur 12 mois du nombre de défaillances s'élève à 48.927", précise la Banque de France dans son communiqué. "En février 2020, le nombre de défaillances diminue pour la plupart des catégories d'entreprises. Les défaillances diminuent pour l'ensemble des PME (-10,0 %), malgré une hausse du nombre de défaillances pour les entreprises moyennes (+1,2 %)", relève encore la banque centrale.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2020 à 22:31 :
En même temps.. J'ai déposé une demande d'immatriculation le 26 avril au tc de Nanterre et j'ai attendu plus de 10 jours pour avoir un extrait bis alors qu'en temps normal les dossiers sont enregistrés en moins de 24 h. Lorsque l'extrait kbis version papier est arrivé par la poste le 14 maiq, il était quasi blanc car il n'y avait visiblement plus d'encre. J'ai demandé un nouveau kbis papier j'attends encore. La chute vient peut être de là aussi non ?
a écrit le 15/05/2020 à 11:05 :
IL aurait été intéressant de nous parler des sociétés qui se sont quand même montées en cette ère de fin du monde. Les deux tiers c'est quand même énorme, je m'attendais à quasiment aucune création d'entreprise dans des conditions ultra difficiles.

C'est un peu comme ces taux de pollution en baisse certes mais vu que la plupart des gens étaient à l'arrêt en légère baisse malgré tout, on dirait qu'une partie de l'économie tourne toute seule et visiblement c'est celle dont on ne nous parle jamais.

Qui continu de créer des entreprises alors que la situation est apocalyptique ? Qui continue de massivement polluer alors que l'économie est à l'arrêt ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :