Pass sanitaire : 560.000 personnes bientôt privées de leur précieux sésame ?

Faute de rappel de vaccin anti-Covid, des dizaines de milliers de pass sanitaires devraient être désactivés ce 15 janvier.

3 mn

Pour les plus de 65 ans et les personnes souffrant de comorbidités, qui ont eu accès au rappel dès septembre, cette date-butoir était le 15 décembre.
Pour les plus de 65 ans et les personnes souffrant de comorbidités, qui ont eu accès au rappel dès septembre, cette date-butoir était le 15 décembre. (Crédits : Reuters)

C'est un chiffre difficile à déterminer, mais qui serait de l'ordre de 560.000 d'après le ministère de la Santé interrogé par l'AFP vendredi soir. Sur fond de nouvelles manifestations des opposants au dispositif et du vote du projet de loi sur le pass vaccinal à l'Assemblée nationale, et faute de rappel de vaccin anti-Covid-19, des dizaines de milliers de pass sanitaire devraient être désactivés ce 15 janvier.

Selon l'administration d'Olivier Véran, sur les quelque 15,9 millions de personnes majeures censées avoir reçu leur dose de rappel avant aujourd'hui, au plus tard sept mois après leur précédente injection, 15,3 millions l'ont fait à la date de jeudi 13 pour pouvoir conserver leur précieux sésame.

Pour autant, cela ne veut pas dire que les 560.000 restants perdront leur pass samedi. Parmi eux, "il y a un nombre conséquent qui ont présenté une infection" sans l'avoir encore notifié dans l'application TousAntiCovid, ce qui prolonge la validité de leur pass, avait expliqué, mercredi 12, le ministre de la Santé avant d'être lui-même testé positif.

Une deuxième date-butoir après celle du 15 décembre

Fin novembre, en ouvrant le rappel à tous les majeurs, le gouvernement avait annoncé qu'il serait obligatoire pour prolonger le pass sanitaire (lequel sera bientôt remplacé par un pass vaccinal). Les autorités avaient fixé au 15 janvier la date-butoir pour la désactivation des pass, en l'absence de rappel ou de certificat de rétablissement.

La date d'aujourd'hui correspond simplement à l'entrée en vigueur du mécanisme: à compter de samedi, le pass est désactivé pour les personnes n'ayant pas eu une dose de rappel au maximum sept mois après la dernière injection (sauf si elles ont été infectées dans l'intervalle).

Pour les plus de 65 ans et les personnes souffrant de comorbidités, qui ont eu accès au rappel dès septembre, cette date-butoir était le 15 décembre.

"Le taux d'acceptabilité du rappel est énorme"  (Véran)

"A la mi-décembre, les gens étaient inquiets (...), et en fait vous n'avez pas entendu parler de pass qui sautent", a relativisé Olivier Véran.

Selon lui, 98% des personnes vaccinées de plus de 65 ans ont fait leur rappel sept mois après leur dernière injection. Cette proportion est de "près de 90%" trois mois après la dernière injection.

"Le taux d'acceptabilité du rappel est énorme", a assuré M. Véran, selon qui "le rappel est la règle, le non-rappel est l'exception".

Le 15  février, le délai pour effectuer sa dose de rappel passera à quatre mois - et non plus sept - après la précédente injection.

Des défilés à l'initiative des "Gilets jaunes"

Outre le nombre de pass, la journée de samedi permettra aussi de compter les opposants à ce dispositif, alors que les députés ont adopté sans surprise le projet de loi controversé transformant le pass sanitaire en pass vaccinal en deuxième lecture samedi, au bout d'une nuit de débats qui se poursuivront dans au Sénat..

Comme le samedi précédent, des manifestations sont prévues à travers la France. Au total, de 85.000 à 120.000 personnes sont attendues, dont de 9.000 à 14.000 à Paris, selon des sources policières. Dans la capitale, plusieurs cortèges seront organisés. Le plus gros devrait être celui du mouvement Les Patriotes, du candidat pro-Frexit à la présidentielle Florian Philippot, qui s'élancera à 14h00 du Trocadéro. D'autres défilés auront lieu à l'initiative de "gilets jaunes".

Pour l'exécutif et les forces de l'ordre, l'un des enjeux sera de savoir si la participation est supérieure à la semaine précédente. Dans la foulée des déclarations d'Emmanuel Macron, décidé à "emmerder" les non-vaccinés, 105.200 manifestants avaient été comptabilisés par le ministère de l'Intérieur dans toute la France, quatre fois plus que les 25.500 de la précédente mobilisation, le 18 décembre.

(avec AFP)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 16/01/2022 à 11:55
Signaler
Complètement à contre temps avec ce passe vaccinal! On comprend bien que ce truc est politique mais il va se retourner contre ses créateurs.

à écrit le 15/01/2022 à 21:43
Signaler
J'ai reçu mes 2 doses en dehors de la France (Europe de l'est) et mon pass sanitaire européen est valable 9 mois après la 2e injection. Cette règle a été instaurée par la commission européenne fin décembre (6 mois de validité et 3 mois de délais pour...

à écrit le 15/01/2022 à 16:22
Signaler
Il eut fallu imposer la vaccination obligatoire des l'instant où celle ci était considérée comme LA solution. A trop tergiverser on crée des doutes. "On" décide et ensuite "On" assume. A ce niveau, de toutes façons :"Responsables mais pas coupables...

à écrit le 15/01/2022 à 13:54
Signaler
Amusant comme article, c'était déjà le cas depuis la troisième dose pour tous, en revanche la grosse et unique différence reste que les tests tous les 3 jours puis quotidiens ne donne plus droit a ce pass... Mais bon vu la pandémie actuelle est ce q...

à écrit le 15/01/2022 à 13:49
Signaler
M'en contrefiche, j'suis pas vaccine et c'est pas demain la veille. Loin, tres loin de ce pays de zinzins qui acceptent tout, meme de se faire shooter avec un produit a l'essai. Faut le faire et nous sommes au pays des droits de l'homme !

le 15/01/2022 à 16:13
Signaler
@matins calmes Le vaccin ArN n'est pas la panacée, et il favorise peut être la contamination. Cependant, au vu des centaines de millions d'injections, il n'y a pas pléthore d'effets indésirables et surtout, il évite la case réanimation. J'ai un ami ...

à écrit le 15/01/2022 à 13:16
Signaler
la pass sanitaire et le pass vaccinal vont entrer à pieds joint dans les inutilitudes ... il n'y a que des baufs vaux (Charles DE GAULLE) pour se faire piquer aux fins d'aller bouffer de la merde sous vide dans les restos ... Evidemment, les bachelie...

à écrit le 15/01/2022 à 11:58
Signaler
"permettra aussi de compter les opposants à ce dispositif, " Non la classe dirigeante ne pourra plus jamais compter ses opposants car s'y étant acharné dessus, ceux-ci ont apprit et donc la plupart ne se font plus remarquer. Ceux qui vont défiler son...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.