Patrimoine : la Champagne aux portes de l'Unesco

 |  | 573 mots
Lecture 3 min.
La nomination de la région champenoise au patrimoine de l'Unesco aurait un impact positif sur la fréquentation touristique.
La nomination de la région champenoise au patrimoine de l'Unesco aurait un impact positif sur la fréquentation touristique. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'Unesco devrait voter dimanche l'inscription de la région au patrimoine mondial de l'humanité dans la catégorie "Paysage culturel évolutif vivant".

"On se prépare pour dimanche. Nous sommes confiants", nous souffle Frédéric Dufour, le président de la maison Ruinart, en attendant le verdict dominical de l'Unesco. Et pour cause, la Champagne Ardennes a en effet de grandes chances de devenir ce week-end le 40e bien français inscrit au patrimoine mondial de l'humanité. Sa candidature, initiée en 2006 par le Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC) a été retenue par la France en janvier 2014 pour la 39e session du Comité, réuni à Bonn, en Allemagne, jusqu'au 8 juillet pour examiner une trentaine de dossiers. Celui de la Champagne, fruit d'un travail de longue haleine réalisé par des historiens, géographes et spécialistes d'architecture, devrait ainsi être étudié samedi après-midi ou dimanche.

Pour défendre les couleurs de la région, trois sites sont mis à l'honneur: l'avenue de Champagne à Epernay où sont alignées les prestigieuses maisons de négociants surplombant des kilomètres de caves où vieillissent des millions de bouteilles, les côteaux historiques alentours, ainsi que la colline Saint-Nicaise à Reims, dont les sous-sols abritent les fameuses crayères antiques ou médiévales utilisées comme espace de vinification et de stockage. Notons à cet égard que celles de la maison Ruinart - la toute première maison de Champagne fondée en septembre 1729 par Nicolas Ruinart - d'une profondeur de 38 mètres sur 8 kilomètres, étaient jusqu'alors les seules à avoir été classées dès 1931 par un arrêté du Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts au titre des sites et monuments naturels à caractère artistique, historique, scientifique ou pittoresque.

Une opportunité pour le tourisme de la région

Cela dit, une telle nomination serait avant tout une "récompense pour un savoir-faire qui s'est transmis de génération en génération", nuance le patron de la fameuse maison champenoise. Et de poursuivre:

"Il ne s'agit pas de l'inscription des maisons de Champagne à l'Unesco mais d'une symbolique autour d'une région".

Ce dont se réjouit d'ailleurs Jean-Paul Bachy, le président divers gauche du conseil régional de Champagne Ardennes depuis plus de dix ans. Il faut dire qu'une telle reconnaissance aurait un impact non négligeable pour l'économie locale. Si certains évoquent une augmentation de la fréquentation touristique de 20 à 35%. Jean-Pierre Bachy, se garde quant à lui de toute estimation. Il reconnaît cependant l'impact positif en matière de notoriété et d'attractivité pour le territoire : "cela ne peut qu'impliquer des retombées touristiques, hôtelières", nous confirme-t-il. Sans oublier "les effets, en retour, sur la diffusion et la vente du produit".

Accroître sa notoriété à l'international

Selon Frédéric Dufour, cette nomination "va renforcer le rayonnement du Champagne à l'international". Ce qui permettra au passage d'améliorer la visibilité et la notoriété de sa marque à l'étranger, où elle reste encore moins connue que des grands noms comme Dom Perignon, Moet et Chandon, ou encore Veuve Cliquot, qui appartiennent d'ailleurs toutes au groupe LVMH, comme Ruinart.

Autant dire que dimanche sera donc - probablement - une journée à marquer d'une pierre blanche pour la région. En général, "lorsqu'on est arrivé à ce stade, le plus dur a déjà été fait", reconnaît-il. Mais, bien que "statistiquement", le dossier soit censé "passer", il s'agit d'un vote. Alors la prudence reste de mise. Encore un peu de patience avant de sabrer le champagne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2015 à 13:59 :
Eh bien, on est content de financer avec nos impôts ce genre d'organisme qui fait vivre grassement des fonctionnaires serviles à leurs loby! J'avais encore un peu d'estime pour l'UNESCO, mais savoir qu'on met dans le même panier les trésors archéologiques de Palmyre [aujourd'hui menacés par des nazis dont les médias jubilent de faire leur publicité] avec ces intérêts financiers individuels [fussent-ils français, pour une fois] du business du Champagne; c'et proprement indécent et honteux!!
a écrit le 04/07/2015 à 23:22 :
Super ! et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, les filles du tennis français font un tabac à Wimbledon ! suivons les.
Réponse de le 06/07/2015 à 17:13 :
@Tson-Gha: tabac, alcool...voilà les jeunes l'exemple à suivre :-)
a écrit le 04/07/2015 à 12:55 :
Voilà ce que payent les vignerons aux tacherons avec leur nouveau contrat pour couper un pied qui compte en moyenne 40 coups de sécateur!!En 1998 un ouvrier était payer 8500-9000 fr pour un prix du kg de 17 fr aujourd'hui 1350 euro pour un prix du kg a 6 euro .Les grands parents ont été de grands travailleurs reconnaissant et solidaire des ouvriers mais aujourd'hui les héritiers sont juste des rentiers qui ont l'impression d'avoir était toucher par le seigneur !Un ouvrier payer pour gérer une équipe de 6 CCD année,les produits phyto chenillard et 60 personnes aux vendanges pour 1350 euro avec 13 éme mois.J'ai eu 5 patrons !4 radins débiles incapable de faire mon boulot et le dernier nous disait que l'on était des gros c.. ouvriers avec un malin plaisir a harceler une femme handicapée, président du Lions d'or Champagne Ardenne pendant le ras de marais en Indonésie ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :