Pour la première fois depuis 2006, l'emploi a progressé dans toutes les régions

 |   |  644  mots
Fin 2016, 27,6 millions de personnes occupaient un emploi, qu'il soit salarié ou non, un chiffre en hausse de 252.000 sur l'année (+0,9%).
Fin 2016, 27,6 millions de personnes occupaient un emploi, qu'il soit salarié ou non, un chiffre en hausse de 252.000 sur l'année (+0,9%). (Crédits : Reuters)
Au niveau national, l'emploi salarié a particulièrement progressé en 2016 grâce aux services aux entreprises. A l'inverse, l'emploi non salarié continue de reculer pour la troisième année consécutive.

Les bons indicateurs sur le front de l'emploi se multiplient. Alors que les employeurs ont signalé un nombre record d'embauches auprès de l'administration en 2016, l'institut de statistiques indique dans une étude publiée ce lundi, que pour la première fois depuis 2006, l'emploi augmente dans toutes les régions. Ces bons résultats, qui interviennent dans un contexte de croissance modérée, révèlent que 27,6 millions de personnes occupaient un emploi, salarié ou non à la fin de l'année 2016.

| Lire aussi : Emploi : les déclarations d'embauche au plus haut depuis 2006

L'Occitanie particulièrement dynamique

La croissance du nombre d'emplois salariés et non salariés a été particulièrement dynamique en Occitanie (+1,6%) et Pays de la Loire (+1,5%) entre 2015 et 2016. Ces deux régions ont bénéficié "d'une croissance particulièrement soutenue de l'emploi dans le secteur tertiaire".  L'augmentation est plus modeste en Corse, en Ile-de-France et à La Réunion mais supérieure à la moyenne nationale (+0,9%).

A l'inverse,  l'emploi augmente modérément, moins qu'en moyenne nationale, en Normandie et dans le quart nord-est de l'Hexagone (Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est et Hauts-de-France), ainsi qu'en Guadeloupe, Martinique et Guyane. Les experts de l'Insee ont noté que cette hausse moins prononcée dans ces régions peut s'expliquer par une baisse de l'emploi dans la construction plus forte qu'en moyenne nationale. En outre,"l'industrie, qui continue de décliner, est très présente dans les quatre régions métropolitaines".

Dans les autres régions (Centre-Val-de-Loire, Nouvelle-Aquitaine, Bretagne, Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur), l'emploi augmente à un rythme proche de la moyenne nationale. Comme ailleurs, "il est dynamisé par le tertiaire marchand, excepté en Provence-Alpes-Côte d'Azur : dans cette région, la hausse de l'emploi dans ce secteur, plus lente qu'en moyenne nationale, est compensée par un recul moins prononcé des effectifs dans la construction et dans l'industrie."

L'emploi non salarié recule

Contrairement aux idées reçues, l'emploi salarié continue de croître malgré l'existence de dispositifs comme le régime de la microentreprise pour faciliter l'emploi non-salarié et le travail indépendant. En 2016, l'emploi salarié a progressé de 258.000 personnes. L'emploi non salarié, qui représente un peu plus d'un emploi sur dix, diminue légèrement pour la troisième année consécutive (- 6.000 en 2016, soit - 0,2 %). Entre 2009 et 2013, il avait été particulièrement dynamique (de l'ordre de + 100.000 par an), du fait notamment de la création du dispositif des auto-entrepreneurs.

| Lire aussi : Régime des auto-entrepreneurs : un bilan mitigé

Pour expliquer cet accroissement, l'organisme public évoque plusieurs mesures comme  le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), les dispositifs d'allègement du coût du travail du Pacte de responsabilité et de solidarité (PRS), la prime à l'embauche pour les petites et moyennes entreprises (PME). Au total, l'emploi a augmenté en France de 252.000 personnes.

L'industrie toujours morose

La situation de l'emploi dans l'industrie continue de se dégrader. Selon les chiffres de l'Insee, le nombre de postes a diminué de 0,8% entre 2015 et 2016 poursuivant une tendance de fond entamée bien avant la crise de 2008/2009. L'érosion de l'emploi dans l'agriculture et la construction est également bien marquée.

(Avant 2011, les données d'emploi salarié et non salarié par secteur d'activité ne sont disponibles qu'au niveau de la France métropolitaine.)

Au contraire, l'emploi est bien plus dynamique dans le secteur du tertiaire marchand  (247.000 personnes, soit + 1,9 %). L'emploi salarié augmente fortement dans les services aux entreprises (+162.000), dopé par l'emploi intérimaire. Les secteurs du commerce, des transports et des activités immobilières confirment la reprise amorcée en 2015.

| Lire aussi : Emploi : le recours à l'intérim explose

Enfin, les effectifs du secteur tertiaire non marchand continuent de croître (+ 0,7 % en 2016, après + 0,6 % en 2015). C'est le seul secteur dans lequel les emplois non salariés augmentent (+ 3,2 % en 2016), alors qu'ils stagnent ou déclinent dans les autres secteurs depuis 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2017 à 15:05 :
On se fout de ce qui s'est passe en 2016, 2015 et avant.
Cessons de regarder en arriere dans le retroviseur.
Regardons plutot 2017, les previsions pour 2018,
et surtout ne donnons de lecon a personne
tant que les resultats ne sont pas sur la table.
a écrit le 04/12/2017 à 17:10 :
Pour la première fois depuis 2006, l'emploi a progressé dans toutes les régions !!!

Depuis que Macronies et Philiipies sont au pouvoir, les annonces de licenciements MASSIF ne cessent d'être publiées par les grands groupes, les banques, les assurances etc ...

le mot emploi est abusif lorsqu'il s'agit d'emplois de misères, précaires, sous payés dans des entreprises insalubres, ou règne des ambiances délétères, le chantage du matin au soir par des petits chefs bons à rien mauvais à tout, mal élevés, irrespectueux,

avec des matériels obsolètes, mal entretenus, dangereux...

de qui se moquent t-on avec ce langage Inapproprié, abusif, mensonger sur les prétendus "emplois" qui n'en sont pas du tout ?
a écrit le 04/12/2017 à 14:53 :
Encore sous hollande dites donc !

Et le mois dernier le chômage a monté par contre...

Sacré budget "insincère " dites moi !

Heureusement que les médias de masse n'arrêtaient pas de nous dire que hollande est nul et qu'il faut qu'il dégage le plus vite possible, au final il est meilleur que sarkozy et macron !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :