Pour les TPE, la reprise est déjà stoppée

 |   |  463  mots
Avec 12 % de confiance, le gouvernement de Manuel Valls atteint son plus bas niveau historique depuis la création du baromètre Fiducial réalisé par l'Ifop.
Avec 12 % de confiance, le gouvernement de Manuel Valls atteint son plus bas niveau historique depuis la création du baromètre Fiducial réalisé par l'Ifop. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Selon le baromètre Fiducial des TPE réalisé par l’IFOP, la situation économique se dégrade à nouveau. Un regain de pessimisme est observé.

Les très petites entreprises (TPE) composent 98% du tissu d'entreprises françaises. Quand elles sont en difficultés, c'est l'ensemble de l'économie tricolore qui souffre. Or, selon, le baromètre Fiducial des TPE, l'enquête de conjoncture trimestrielle réalisée par l'IFOP, leur situation économique se dégrade à nouveau. C'est notamment le cas de leur trésorerie : 26 % des dirigeants interrogés déclarent qu'elle est négative. Ce pourcentage est en hausse de +5 points par rapport au mois de juillet.

L'indicateur de situation financière, qui mesure l'écart entre le pourcentage des entreprises ayant constaté une amélioration et celui des TPE ayant enregistré une dégradation, perd à nouveau 3 points, pour s'établir à -17. Seule la création nette d'emplois ressort positive à +0,5 point. Toutefois, cette progression ne permet pas de compenser les disparitions de postes des entreprises ayant cessé d'exister.

L'économie française est peu dynamique

Il reste maintenant à espérer que cette apathie soit passagère et qu'elle n'oblige pas le gouvernement et les économistes à abaisser leurs prévisions de croissance pour 2016 et 2017. Pour l'instant, Bercy vise une croissance du PIB de 1,4% cette année et de 1,5% l'année prochaine. Mercredi, l'Insee a confirmé sa première estimation de la croissance au troisième trimestre : 0,2%. De leur côté, la Commission européenne, le Fonds monétaire international (FMI) et l'OCDE sont moins optimistes, pariant sur une hausse de 1,3% du PIB en 2016. A titre de comparaison, la zone euro est un tout petit peu plus dynamique. La Commission prévoit une croissance de 1,5 % pour la zone euro et de 1,6 % pour l'Union européenne en 2017.

Le gouvernement n'a pas la confiance des chefs d'entreprises

Au regard de ces éléments, un regain de pessimisme est observé. Seuls 28% des dirigeants de TPE sont optimistes pour la situation en France, un pourcentage en repli  de 4 points. Avec 12 % de confiance, le gouvernement Valls atteint son plus bas niveau historique depuis la création du baromètre.

Le baromètre fait également un point sur certaines questions qui, dans la période électorale actuelle, préoccupent les Français, notamment l'immigration. Au total, 46 % des TPE employeurs interrogés ont indiqué salarié actuellement, ou ont salarié, au moins un travailleur immigré n'ayant pas la nationalité française. Ce taux monte à 69 % dans l'hôtellerie restauration en métropole et à 66 % en région parisienne, toutes activités confondues.

Comment perçoivent-ils cette expérience ? Dans 82 % des cas, les dirigeants  concernés considèrent que l'emploi de ces travailleurs d'origine étrangère est, ou a été, une expérience positive. " Ces salariés enrichiraient les relations et les méthodes de travail (69 %) ", note le baromètre. La moitié des patrons (51 %) met également en exergue leur apport en termes de créativité et d'innovation au sein de l'entreprise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2016 à 15:59 :
"Au total, 46 % des TPE employeurs interrogés ont indiqué salarié actuellement, ou ont salarié, au moins un travailleur immigré n'ayant pas la nationalité française. Ce taux monte à 69 % dans l'hôtellerie restauration en métropole et à 66 % en région parisienne, toutes activités confondues".

Tiens,ce sont pas les mêmes qui veulent moins d'immigrés dans le pays ?
a écrit le 30/11/2016 à 15:57 :
Pour résumer, l'electorat à la primaire de droite n'est pas content d'un gouvernement socialiste , étonnant.
a écrit le 30/11/2016 à 12:03 :
Le baromètre Fiducial des TPE est la voix de patrons grogneurs.
Et nous sommes en pleine campagne électorale.......
-
En attendant, certains redemandent une couche de suramortissement. Ils ont bien raison, l'investissement, c'est le nerf de la guerre économique.
-
Usine Nouvelle
"Les industriels militent pour prolonger encore le suramortissement des investissements"
SYMOP, Syndicat des Machines et Technologies de Production.
« Les premiers résultats du suramortissement sont positifs. Le nombre de robots vendus a progressé de 20 % depuis un an »
Bruno Grandjean, président de la FIM, Fédération des Industries Mécaniques :
« Le suramortissement fait l’unanimité des frondeurs aux Républicains"
"Ce serait un symbole positif qui renforcerait les actions favorables à l'industrie pendant ce quinquennat"
Donc là, je pense que le monsieur parle du prochain quinquennat.
Le problème c'est que les économies que veut faire Fillon dans tous les domaines vont à l'encontre de l'investissement et de la relance.
La croissance sera cassée pour longtemps et donc les petites entreprises n'investiront pas si le marché décroche et qu'elles n'ont pas de visibilité.
Généralement, l'investissement a principalement comme but d'aller conquérir de nouveaux marchés, avec des produits plus performants ou nouveaux. Mais encore faut-il avoir des perspectives alléchantes pour le carnet de commandes.
Pour ce qui est de la relance par l'offre, c'est la ligne suivie par les entreprises européennes depuis plusieurs années, imposée par Bruxelles-Allemagne, et le constat est une catastrophe, la croissance en zone euro ne décolle pas.
a écrit le 30/11/2016 à 10:03 :
"Tout est bruit pour celui qui a peur." Sophocle
a écrit le 30/11/2016 à 9:57 :
mais quelle surprise !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :